• Le choc du Brexit et de la nécessité de s’en remettre rapidement

    Aujourd'hui, par Jaan, Louise Guillot

    La presse européenne est unanime pour dire que l’annonce de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne est un véritable choc auquel personne ne voulait croire. Pourtant, les Britanniques se sont prononcés démocratiquement, grâce à l’outil référendaire, pour quitter le projet politique et économique européen. Les analystes parlent d’un désaveu envers les élites britanniques et européennes, mais cela semble être un sentiment largement partagé en Europe : la montée des nationalismes et des partis d’extrême droite l’illustrent, comme le montre les atteintes à l’État de droit en Pologne ou les succès électoraux des partis populistes et europhobes en Italie, en Allemagne, en Autriche et même en France. Il est grand temps de réagir.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Derniers commentaires

  • Contacts

    Samedi dernier  22:02, par Benoit Weinachter

    Bonsoir,

    Au risque de paraître idiot, je ne comprend pas comment faire pour proposer un article à la rédaction du Taurillon. Pourriez vous m’aider ?

  • Quelle place pour la nation dans une Europe fédérale ?

    Jeudi dernier  06:27, par dav

    Cette vision est un peu simpliste. Détricoter des pays qui ont plus de mil ans pour recréer un espace de régions. Croyez-vous que les peuples accepteront une telle situation, que faites-vous du sentiment d’appartenance qui s’est tissé autour du roman national ? On NE fera pas aimer la construction européenne en détruisant les pays pour ne vivre que sur des confetti. La Mondialisation impose la coopération entre les pays voir le partage de certaine compétence comme la défense et la diplomatie. Mais ce ne signifie pas que les pays n’auraient pas leurs propres politiques extérieures, leurs représentations. Pourquoi empêcher nos pays d’exister à l’International quant aujourd’hui des villes, des régions, des entreprises sans parler des Universités ont des services de représentations Internationales.

    Et puis quel est la définition d’une fédération ?

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    Mercredi dernier  21:55, par Jean-Luc Lefèvre

    Mon cher Yannick - Quelques clics sur internet et je comprends mieux, sauf confusion quant à la personne, votre entêtement, votre obstination, votre fixation à distinguer « Europe » et « Union européenne ». Cela frise le masochisme intellectuel...Par cohérence intellectuelle d’ailleurs ! Sauf à vous confondre avec un tiers homonyme, une fois encore, n’avez-vous pas été exclu de votre parti récemment ? A trop prétendre avoir raison contre tous, par perfectionnisme intellectuel sans doute, on finit par s’exclure d’une communauté politique, même nationale. Et donc de l’Union européenne. Il faut alors être cohérent avec soi...et changer de parti ! Un mot encore : votre jésuitisme tétrapillectomique disait U. ECO, comble-t-il de bonheur vos étudiants alsaciens ?

    Peut-être n’êtes-vous le Yannick que je subodore ? Je m’en voudrais tant de m’être trompé de cible sur votre barricade très soixante-huitarde, très franchouillarde aussi ! Si tel était le cas, le petit belge adopterait l’attitude du bourgeois de Calais, à genoux à vos pieds !

  • Contacts

    Mercredi dernier  16:33, par Yannick Hervé

    Je le constate et je le respecte. Mais il n’est pas honteux de laisser s’exprimer toutes les sensibilités surtout si vous avez les arguments pour ouvrir les débats. Avoir peur de l’autres, ne pas le laisser s’exprimer c’est avouer ses faiblesses.

    Un filtrage trop strict risque de faire de vous un vulgaire porte-voix et en aucun cas un organe de presse. Ne laisser s’exprimer qu’une ligne de pensée, c’est le début de la dictature.

    Marianne, par exemple, met à disposition une tribune « Ils ne sont pas d’accord avec nous ».

    D’ailleurs je vous invite (vous ou un de vos amis) vendredi soir à 21h à un débat (Mumble ensemble) pour commenter les résultats du référendum avec moi. C’est une plateforme audio (PC/MAC/Smartphone) qui permet des débats interactifs.

    Cdlt.

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    Mercredi dernier  16:24, par Yannick Hervé

    « il est peu probable que son meurtre ne soit lié en rien à cette campagne » : ce n’est donc en rien une certitude.

    Le titre « Jo Cox, morte pour l’Europe » est une affirmation. elle est gratuite.

    Elle a peut-être été tué par un fou qui lui reprochait ses convictions mais elle n’est pas morte POUR l’Europe (l’Union européenne, soyons précis).

    Si elle avait été debout sur une barricade avec un fusil, de son propre chef à repousser des envahisseurs étrangers qui voulaient conquérir notre continent, alors là oui, elle aurait été morte pour « défendre l’Europe ». De la même façon que les poilus sont morts pour la France.

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    Mercredi dernier  16:17, par Yannick Hervé

    « Il est triste que le sang coule pour un débat qui se doit de rester démocratique et ouvert. » On est d’accord à 100%, mais je modifierai la phrase « Il est triste que le sang coule pendant un débat qui se doit de rester démocratique et ouvert. »

    Citations [et commentaires] : Jean Quatremer (Libération le 19 juin) : « Il suffit de lire ce qui circule sur le net pour se rendre compte de la violence que véhicule la campagne des europhobes. Une violence certes verbale, mais qui a fini, comme toujours, par se traduire par des actes. » [il sous-entend que le meurtre de Jo cox est issue de la campagne du OUT]

    « On n’a encore jamais vu un pro-européen, un démocrate-chrétien ou un social-démocrate commettre un attentat ou tuer son voisin : certaines idéologies, totalitaires en ce qu’elles désignent toujours des boucs-émissaires, sont mortelles et le nationalisme haineux en est une. Son retour, en Europe, au XXIème siècle, est aussi inquiétant que la montée de l’islamisme. » [il sous entend que les eurosceptiques peuvent tuer] [Il compare l’euroscepticisme à l’islamise]

    ** par Alexis Poulin, Huffington post, le 16 juin (Directeur d’EurActiv France) « Son agresseur n’est pas le seul coupable de ce meurtre abject. Certains hommes politiques britanniques et médias de caniveau portent une responsabilité morale par le flot de boue quotidien charrié dans un débat sans fond. » [C’est de la pure diffamation. Laisser croire à une responsabilité des politiques est mensonger et dangereux. Pour ce qui est de la boue, les deux camps sont à égalité.]

    « La député travailliste Jo Cox est décédée parce qu’elle menait campagne pour l’Europe, pour un rêve centenaire de prospérité et de paix entre nations. » [Affirmation gratuite. Le rêve est illusion reprendre l’histoire. Les dernières informations montrent que le meurtre est lié aux positions non-frontiéristes et pro-réfugiés de la victime. Rien ne le relie à la campagne du référendum.]

    « Cette montée aux extrêmes a coûté la vie à la député travailliste Jo Cox. » [Affirmation gratuite qui est plus à l’image des névroses de l’auteur que de la réalité.]

    Tout ça pour dire que la manipulation (dans un sens ou l’autre) de l’information à des fins électoraliste ou dogmatiques est irresponsable et dangereuse.

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    Mercredi dernier 14:03, par Hervé Moritz

    Il ne s’agit pas d’associer 50% de la population britannique à cet extrémiste.

    Cependant, en pleine campagne sur le Brexit, auquel Jo Cox s’opposait farouchement étant l’une des leaders travaillistes de la campagne du « in », il est peu probable que son meurtre ne soit lié en rien à cette campagne qui fait la une des journaux depuis des semaines, qui est le sujet de débats depuis des mois. Nier le contexte de cet assassinat n’est pas sérieux.

    D’autant que les sujets de la campagne ont cristallisé les tensions dans la société britannique, notamment sur l’immigration. Il est triste que le sang coule pour un débat qui se doit de rester démocratique et ouvert.

  • Contacts

    Mercredi dernier 13:53, par Hervé Moritz

    Bonjour,

    Ce magazine a pour ligne éditoriale une ligne fédéraliste européenne. Ce magazine ne s’en cache pas. Libre à chaque média de définir sa ligne éditoriale, libre aux lecteurs de lire des journaux de droite, de gauche, du centre ou autre. Vous avez sans doute votre propre newsletter ou magazine où nous n’avons aucune page. Des magazines ou journaux de votre tendance vous ouvrent sans doute leurs colonnes.

    Ce magazine est d’ailleurs lui-même « euro-critique ».

  • Contacts

    Mercredi dernier  11:22, par Yannick Hervé

    Bonjour,

    Je sollicite votre fibre démocratique en vous demandant d’ouvrir une rubrique du genre « La tribune des euro-critiques » permettant à vos lecteurs d’avoir la chance de mesurer toutes les sensibilités présentes dans la population. (rappel : 50/50 en Grande-Bretagne)

    A défaut je crains que votre journal ne soit qu’un outil de propagande.

    Bien cordialement.

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    Mercredi dernier  11:03, par Yannick Hervé

    La version « officielle » : elle a été abattue par un individu parce qu’elle était favorable au maintien dans l’UE. Son assassin, Thomas Mair, lui a tiré dessus en criant « Britain First ! ». L’assassinat serait imputable au climat électoral tendu.

    En fait :

    Jo Cox était connue pour son engagement en faveur des droits du peuple palestinien, de la défense des enfants palestiniens martyrs d’un occupant cruel, de la dénonciation du siège inhumain de Gaza. Elle était aussi un solide soutien de la campagne BDS. On lui doit notamment un rapport parlementaire implacable sur la torture et les arrestations de centaines d’enfants palestiniens par l’armée Israélienne. Son engagement a été souligné, tant en Grande-Bretagne par la Palestine Solidarity Campaign (PSC) que dans les territoires palestiniens occupés.

    Le pedigree d’extrême-droite de son assassin a été évoqué à partir du moment où il aurait hurlé « Britain First ! ». On a minimisé le fait qu’il avait des problèmes psychiatrique et qu’il n’avait aucun engagement politique connu.

    Informations reconstituées :

    Jo Cox était dans une bibliothèque. Elle a entendu une altercation à l’extérieur. Elle est sortie et a vu que deux hommes se battaient. Jo Cox est intervenue pour tenter de séparer les belligérants. Elle a été attaquée par l’un des deux hommes qui a été interpellé plus tard à une certaine distance.

    Trois témoins : Aamir Tahir, Clarcke Rothwell, Greame Howard

    Premier témoin : réputé avoir dit que le tireur a crié « Britain First ». Il a confirmé qu’il n’était pas sur les lieux et n’a jamais prétendu avoir entendu crier « Britain First ». Il était dans sa voiture, coincé dans un embouteillage. Il a collé une affiche sur la vitrine de son magasin : « Veuillez prendre note que je n’ai pas taclé le tireur et que personne a aucun moment n’a crié Britain First ».

    Second témoin Journaliste : « on aurait entendu quelqu’un dire Britain First » Témoin : « je n’ai jamais rien entendu de tel ».

    Troisième témoin : Journaliste « quels mots avez-vous entendus ? » Témoin « Les mots que j’ai entendus étaient ‘Britain First‘ ou ‘put Britain first‘ » ‘Put Britain first’ : qui pourrait veut dire "mettez la Grande Bretagne en premier. Il était le plus loin.

    De plus, le parti Britain First fait apparaître dans son programme islamophobe le soutien à la politique israélienne. Il se vante aussi publiquement d’avoir été prêter main forte à des sionistes officiels pour tenter de perturber une manifestation de solidarité avec la Palestine.

    Devant le juge à la demande de son nom il a dit : « Mort aux traîtres, liberté pour le Royaume-Uni ».

    On peut se demander qu’elles étaient les raison profondes de ce meurtre. La simplification est indigne. Assimiler ce comportement isolé à 50% de la population est dangereux et irresponsable.

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    21 juin 2016  21:52, par Antonio Longo

    Jo Cox a été assassiné par un nationaliste, à cause de son pro-européanisme. Et c’est un fait. Un autre fait est que l’Union européenne est une Union avec ses institutions politiques : un Parlament élu, un président de la Commission voté par le Parlement, une Cour de justice, etc. etc. Il ne s’agit pas d’un organisme administratif. Il faut connaitre les institutions européens. Un troisième fait est que les Britanniques ont bien compris que l’assassin n’est pas un fou : en fait, ils sont en train de changer d’avis et peut-être il gagnerà REMAIN et non LEAVE. Et cela c’est un fait qui, peut-etre, vous déplaisait, Monsieur. Mais c’est la réalité. Pas l’idéologie.

  • Jo Cox, morte pour l’Europe

    21 juin 2016  20:33, par Jean-Luc Lefèvre

    « Pas morte pour l’Europe », Yannick ? Que faites-vous des cris de son assassin convaincu de son appartenance EXCLUSIVE à un Royaume bien désuni ? « Tuée par un fou » ? Mais alors, Yannick, avec les terroristes de Daesch, les fous seraient PARTOUT désormais en Europe ? La folie aurait bon dos de nos jours, qu’il conviendrait d’expliquer...autrement que par des cris de ralliement à son prophète, qu’il s’appelle BEN MOKHTAR ou FARAGE ! Et l’Europe ? « une simple organisation administrative », dites-vous, Yannick ? Comme si une « simple organisation administrative » avait un jour justifié les craintes britanniques de la tyrannie de Bruxelles et de l’Europe fédérale dont le seul parfum insupporte la perfide Albion ??? Si l’Europe n’était qu’une « simple organisation administrative », comme vous dites, jamais la Grande-Bretagne et sa famille royale n’en auraient retiré autant de bénéfices ! De cela, cette obscure parlementaire était convaincue. Respectez au moins sa conviction : elle vaut bien la vôtre !

  • Morte pour l’Europe

    20 juin 2016  16:27, par Yannick Hervé

    Non, non et non.

    Son assassinat est un drame mais elle n’est par morte POUR l’Europe.

    D’autant plus que l’Europe est un continent et l’Union européenne une simple organisation administrative.

    Cette femme a été tuée par un fou. Aucun lien avec les arguments économiques et politiques de la campagne du OUT.

  • Et si les néo-libéraux aux manettes se trompaient ?

    18 juin 2016  15:48, par Jean-Luc Lefèvre

    A l’heure où les sensibilités idéologiques sont à fleur de peau en Europe, comme aux Etats-Unis, ce discours ne surprend pas. Mais l’Europe retrouvera-t-elle son souffle en renouant avec les idéologies qui l’ont conduite aux 20 000 victimes civiles et militaires, tuées, disparues et mutilées par jour de 1914 à 1918 ? Faut-il toujours, aujourd’hui, privilégier l’affrontement doctrinal pour rencontrer le bien commun ? En Belgique, c’est, en Wallonie, le Parti des Travailleurs du tribun HEDEBAUW désormais à la mode des thermostats que sont devenus les sondages et, en Flandre, le retour en force des partis nationalistes à la sauce du XIXe siècle (N-VA et Vlaams Belang). En quoi et comment cet affrontement est-il porteur d’un mieux - être pour tous ? Transposé à l’Europe, cet affrontement n’est pas davantage, n’en déplaise aux nostalgiques du Grand Soir, porteur de lendemains qui chantent. En Grèce, la lucidité ( tant de dysfonctionnements de l’Administration, même fiscale, dans un état qui a appartenu aux PAPANDREOU ! a commandé à VAROUFAKIS de se retirer...D’aucuns, en Europe, rêveraient-ils encore d’insurrections populaires dont le coût est exorbitant comme l’a été celui de 1789 ? Un mot encore, en tant que belge : je n’ai pas à me projeter dans un improbable statut de citoyen en France en 2017. La misère de mon pays me suffit, qui m’interdit de faire des leçons aux autres, même à fleurets mouchetés !

  • Génocide arménien : La reconnaissance du Bundestag, l’attaque d’Erdogan

    17 juin 2016  11:50, par Jean-Luc Lefèvre

    Pourquoi ne parler que des relations germano-turques ? Les « complications » venues d’Ankara et d’Ankara seulement, ne sont pas seulement dirigées contre la R.F.A. : c’est l’Europe qui est devenue la cible du grand nostalgique de l’empire ottoman et qui rêve d’un grand sultanat dont il serait le phare. Nous Belges, connaissons bien la dangerosité du sieur ERDOGAN : il est le seul en Europe à oser faire campagne électorale en terre étrangère, sans en informer les autorités locales. Il convoque aussi le représentant diplomatique belge quand un petit parti politique régional a osé exclure M. ÖZDEMIR parce qu’elle portait le voile au Parlement belge ; quand une résolution pour reconnaître le génocide arménien est à l’ordre du jour chez nous, l’absentéisme d’un certain député P.S., maire d’une commune bruxelloise (E. KIR) a fait grand bruit, mais il est sous tutelle du grand Maître ! Au-delà du petit périmètre de la Belgique, le sultan de toutes les Turquie s’est récemment fait remarquer aux obsèques de M. ALI...Son attitude concerne le monde entier, comme TRUMP, et elle relève d’une réelle paranoïa !

  • L’Europe au quotidien : des avantages trop souvent méconnus !

    16 juin 2016  11:44, par mystere

    Ca dépend de quel pays vous faites parti... Pas forcément bénéfique pour tout le monde. Dans le cas de la confédération helvétique, elle perderait sa neutralité, sa démocratie directe et bien d’autres choses...

  • L’Europe au quotidien : des avantages trop souvent méconnus !

    15 juin 2016  15:59, par filthy frank

    u wot matey

  • Tuerie d’Orlando : Ne pas réduire l’attentat à un acte d’homophobie

    15 juin 2016  12:03, par Bernard Giroud

    De tels actes criminels sont la caractéristique d’individus qui n’ont aucun sens de la vie, de sa valeur et de sa capacité à évoluer à se dépasser vers l’universel. Il n’ont pas conscience que leur paresse intellectuelle et mentale est l’inverse du bon sens de la vie sur terre et nous ramène à l’age des cavernes., c’est la raison pour laquelle il faut leur expliquer et dire :

    1/ , D’abord, que si l’ « On marche tous avec la peur , vers le grand mystère » (comme dit la chanson), ce grand mystère ressemble plutôt à un acte, un système parfaitement logique et organisé, et que tout comptes faits, la balance du probable penche plutôt vers un acte d’amour,

    2/ Dire que si ce mystère est grand, bien plus grand que nous, pris individuellement, nous en sommes une part

    3/ Dire que nous avons tous intérêt, pour en résoudre au moins une partie, à assembler nos meilleures ressources intellectuelles, pour en faire avancer la connaissance.

    4/ Dire que faire avancer cette connaissance de ce grand mystère est la caractéristique essentielle de l’humain civilisé, sommet actuel de la hiérarchie du vivant,

    5/ Dire que, rien de plus grand, ne mérite autant d’attention, que réunir les conditions pour réussir ce parcours de connaissance, parcours d’association, une aventure qui, elle, ménage notre liberté individuelle, signe de l’ amour vrai, ce lien de l’univers.,

    6/ Dire que cette destination rempli parfaitement les besoins et les envies de notre condition, de notre destination,vers la musique de l’univers ;

    7/ Dire que s’entraider, veiller les uns sur les autres, du plus petit au plus grand et vouloir créer ce climat, est la seule direction ;

    Ainsi nous ne perdons pas de temps, sur ce chemin qui nous semble encore aujourd’hui inatteignable, infini, parce qu’inconnu, et que nous n’en imaginons pas les limites.

    8/ Dire que toutes les imperfections les dérapages, les détournement de forces ou de vie qui tendent à séparer, à morceler, à opposer, à faire se combattre et à s’entretuer les uns les /autres plutôt qu’à aimer, sont des erreurs, des fautes, en premier lieu, contre chacun de nous,.,

    9/Dire que la cupidité, l’orgueil, l’égoïsme... et toutes les autres caractéristiques parfaitement connues et décrites depuis très longtemps par nombre de nos sages sont les écueils qu’il faut éviter.,

    La doctrine chrétienne en tant que science et recherche des caractéristiques du développement humaine, et suite du cumul de la sagesse des millénaires, est une avance certaine dans ces domaines

    10/Dire enfin, qu’il ne s’agit que de logique, la logique du meilleur parcours, celle qui régit l’horloge de l’univers ; Une recherche qui grandi celui qui la pratique, le détourne de l’âpreté de l’argent et des illusions de la gloire, et lui permet, de préparer ce monde heureux pourquoi nous sommes faits..

  • Brexit : L’Union européenne dans l’attente

    13 juin 2016 23:35, par Hervé Moritz

    Bonjour,

    Notre média est un média participatif. Si un internaute souhaite proposer un article en anglais sur ce sujet, il est possible de l’envoyer à la rédaction.

    Je crois qu’il y a déjà quelques articles en ligne en anglais concernant le Brexit.

    Bonne lecture

  • Brexit : L’Union européenne dans l’attente

    13 juin 2016  22:59, par Iwantout

    Pourquoi n’existe-t-il aucun articles en anglais sur l’organisation d’un referendum ?

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos