< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 >

Derniers commentaires

  • LGV Lyon-Turin : Michèle Rivasi veut le retrait de l’Union européenne

    Aujourd'hui  08:34, par Jacques Fayette

    Le tronçon Turin - Lyon n’est qu’un segment de la ligne Kiev - Lisbonne. S’y opposer c’est comme si au XIX siècle on avait refusé le tronçon Valence - Montélimar de la ligne Lyon - Marseille. Quand le TGV est arrivé à Lyon, les Verts de l’époque s’étaient opposés à la Gare de de La Part Dieu, affirmant que quelques aménagements à l’ancienne gare de Perrache, allaient faire l’affaire. Aujourd’hui la gare de La Part - Dieu est saturée et il va falloir en construire un deuxième. S’opposer à Lyon - Turin, c’est vouloir que chacun reste dans son coin, ses frontières, c’est en définitive mettre de la sauce progressiste sur le plat de résistance frontiste.

  • Le Brexit : un danger tant pour l’Union que pour le Royaume-Uni

    Hier  21:48, par Guillaume Bucherer

    Merci pour ce bon article.

    Il y avait une citation du professeur Verluise qui disait « L’UE est un navire que nous construisons alors que nous sommes déjà dans l’eau ».

    Certes l’UE n’est pas parfaite... et l’opinion britannique s’est vraiment renversée lors de l’interdiction de l’UE d’exporter la vache folle, mais que voudrait dire le projet d’une Union européenne sans le géant britannique ?

    Comme ils ont dit aux Ecossais : We want you to stay !

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    Hier 12:31, par Valéry-Xavier Lentz

    Je connais ce site mais l’approche éditoriale trop systématique qui monte en épingle le moindre incident pour présenter la vision d’une Catalogne « victime » et les traductions approximatives ne me semblent pas servir le propos de manière utile.

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    Hier  11:52, par Joan Ruiz i Solanes

    Une web en français où l’on peut trouver un tas d’arguments que je n’ai pas eu ni l’acuité mentale ni -il faut tout dire- le temps d’énoncer : http://fr.helpcatalonia.cat/ .

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    Vendredi dernier 22:17, par Hervé Moritz

    La notion de « modernité » n’est pas un principe rhétorique pour différencier les « gentils » des « méchants ». C’est un processus historique, que l’on étudie en histoire et en sociologie depuis plus d’un siècle. Il serait trop long d’expliquer ce processus complexe (la fiche wikipédia dispose d’une bibliographie intéressante), mais il débute en Europe dès le XVIe siècle, façonnant peu à peu une civilisation européenne, bien différente de celle du Moyen Âge. Pegida se place à ce titre comme des anté-modernistes, en se revendiquant de valeurs pré-modernes, certaines valeurs du Moyen Âge, reprenant en un sens le discours du romantisme allemand, qui idéalisait la Chrétienté du Moyen Âge. A nouveau, je tiens à préciser qu’il n’y a nul jugement de valeurs. Nombreux sont les mouvements post-modernistes, Pegida témoigne d’un renouveau d’un certain anté-modernisme.

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    Jeudi dernier  19:22, par Thomas

    La civilisation européenne est également un concept très flou et celui de modernité est souvent travestie afin de servir d’argument d’autorité. Difficile de construire un discours argumenté, à dimension politique, sur ces bases.

    Cependant, je vous pose la question, qui représente la modernité en Europe, qui représente l’anti-modernité ?

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    Jeudi dernier  13:46, par El gaucho francés

    "Quand on parle des valeurs qui fondent l’Europe, c’est celles qui fondent la civilisation eu par européenne. On parle de la modernité, de la reconnaissance de l’individu, de ses libertés et des droits de l’Homme." Lol, l’Union Européenne s’isole chaque année en refusant de condamner les commémorations des Waffen SS dans les pays baltes par "solidarité européenne"

    https://www.upr.fr/actualite/france-europe/communique-de-presse-upr-estonie-reinsalu-waffen-ss "Ces manifestations scandaleuses sont d’ailleurs tellement régulières – non seulement en Estonie mais aussi en Lettonie, autre État membre de l’UE – qu’elles ont conduit l’Assemblée générale des Nations Unies à les condamner solennellement, par une Résolution du 22 décembre 2010 proposée par la Fédération de Russie.

    Nous rappelons que cette Résolution a été adoptée par 129 voix pour, 3 contre (celle États-Unis, de la République de Palau et de la République des îles Marshall) et 52 abstentions, dont toutes celles des États membres de l’UE.

    [source : http://fr.rian.ru/world/20101222/188193064.html ]

    Par « solidarité européenne » , la France a donc osé refuser, le 22 décembre 2010 à l’ONU, de condamner la commémoration des Waffen-SS nazis."

    J’ajoute que le principe même de la construction européenne est de s’allier entre européens contre "les autres" et que plusieurs faits relèvent de la discrimination pure et simple. Je pense bien sûr au fait que les seuls étrangers pouvant voter aux élections locales sont les étrangers de l’Union européenne.

  • Le temps d’une politique énergétique européenne est venu

    Jeudi dernier  12:12, par El gaucho francés

    Il est complètement illusoire d’imaginer une Europe de l’énergie car chaque pays a un mix énergétique (part de chaque source d’énergie dans la production totale) différents : la France est très nucléaire alors que la Pologne a une électricité venant de la lignite. http://www.geopolitique-geostrategie.fr/img/new.jpg De plus, nous avons des relations très différentes avec les producteurs : les pays de l’ex bloc soviétique ont des relations compliquées avec la Russie alors que, grâce à son histoire et sa politique arabe, la France entretient d’assez bonnes relations avec les pays de l’OPEP et les producteurs d’uranium.

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    Mercredi dernier  21:58, par tnemessiacne

    La violence vient de la perte des valeurs. Et je pense toujours qu’il y a un vice profond qui agit en toute impunité.

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    Mercredi dernier 19:40, par Hervé Moritz

    Je n’ai pas inclus de hiérarchie de valeurs ici, ou entre civilisations, ni de comparaison avec d’autres aires régionales. On parle ici d’un conflit de valeurs au sein même de la civilisation européenne, entre modernistes et anti-modernistes.

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    24 mars 2015  13:54, par Thomas

    Tout à fait de l’avis d’Alain, les « valeurs de la civilisation européenne », c’est du pipeau. Le continent européen, fort de sa supériorité civilisationnelle et morale, a accouché de l’esclavage, du colonialisme, de deux guerres mondiales ou encore du nazisme. Effectivement, les sauvages d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine ne savent pas ce qu’ils ratent à ne pas nous copier en tout point.

  • Pour réussir, l’Europe doit réaliser sa convergence économique

    24 mars 2015  04:19, par Xavier C.

    En fait c’est beaucoup plus trivial. L’Europe a grosso modo remplit sa mission d’offrir un cadre relativement stable, notamment avec l’euro. Mais elle ne pouvait pas tout faire. C’était aussi aux États d’adopter les mêmes politiques qui ont fait le succès de leurs voisins...

    L’ont-ils fait ? Certains oui, Estonie, Irlande... d’autres non.

    Les fédéralistes européens ont-ils leur part de responsabilité ? Elle est minime : ils ont tenu un discours simpliste selon lequel avec l’UE ce serait magique, ça irait mieux, elle fera le nécessaire.

    Et encore une fois certains fédéralistes font la même grossière erreur en promettant que l’Europe saura résoudre le problème... qu’il faut juste y mettre un peu les moyens (là où les USA se plantent aussi... heureusement qu’il y avait les gaz de schistes !).

    Mais non, répétons-le, l’Europe, c’est un cadre, c’est une aide, mais ce n’est pas suffisant. De même qu’il n’y a pas besoin de l’Europe pour améliorer son sort, il faut le reconnaître.

    Le fédéralisme européen est sorte de populisme : dire aux gens ce qu’ils veulent entendre : « mais oui petit, t’inquiète pas, plus d’Europe, c’est moins de problèmes ! ».

    Soyons rigoureux.

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    22 mars 2015  14:15, par tnemessiacne

    @ Alain

    "Cela m’amuse toujours cette expression « les valeurs qui fondent l’Europe ». De quoi parle-t-on ? Jusqu’en 1945, ces valeurs étaient un nationalisme virulent qui a mené à des guerres continuelles depuis des siècles"

    Si celà vous amuse celà veut dire que c’est intéressant pour vous. Moi aussi je trouve ça intéressant. Mais les valeurs de l’Europe actuelle qu’on entend et qu’il faut préserver ne s’appliquent pas au domaine de la vie de tous les jours. La paix, les droits de l’homme, la tolérance, quoi que.

    Ce que je veux dire c’est qu’il y a des peuples ou des secteurs géographiques qui font preuve de plus de sincérité, d’un rapport au réel plus concret, de non-discrimination sociale, de moins d’hypocrisie, de moins d’égoisme, de plus d’humilité etc...

    Et que ces valeurs sont bafouées tous les jours en totale impunité.

    L’Europe devrait communiquer sur des valeurs qui touchent tous les Européens.

    ESt ce que c’est l’Europe qui "réduit 25% de la population à la misère" ? Et Pourquoi ?

    Moi je sais qu’elle est au top niveau pour l’aide humanitaire. Et que la pauvreté mondiale a diminuée. Mais je fais peut-être erreur.

    Les "valeurs purement mercantilistes" du TFUE (Traité sur le fonctionnement de l’UE), pour les expliciter vous parlez de la concurrence libre et non faussée, mais dans ce cas précis, celà s’applique aux aides d’Etat. Dans le marché commun tout le monde est logé à la même enseigne. Pourquoi critiquer ça ?

    Et les référendums qui ont été refait ils l’ont été à la suite de modifications du texte. Le parlement a déjà beaucoup de pouvoir dont l’essentiel est un lieu de débat pour les citoyens européens et peut très bien refuser des lois proposées par la Commission. C’est quand même puissant. Il manque juste l’initiative législative.

    La société civile européenne et parmi elle les Jeunes Européens devrait faire une ICE (pétition) pour réclamer ce droit.

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    21 mars 2015 18:48, par Hervé Moritz

    Ce que je dis, c’est que la modernité a façonné une civilisation et un certain nombre de valeurs qui sont les fondements des démocraties libérales : laïcité, propriété, liberté individuelle, etc. Je ne suis pas un position de juge pour savoir si oui ou non ces principes sont respectés par je ne sais qui (y compris les Etats-Unis qui bafouent les fondements de leur démocratie et de leur civilisation). Je dis simplement que les valeurs de Pegida ne correspondent pas à celles des démocraties libérales européennes et ne sont pas compatibles avec les valeurs qui fondent l’Europe que souhaitent voir naître les Jeunes Européens Fédéralistes. Ce qui ne signifie d’ailleurs pas que certaines valeurs communes avec le christianisme soient rejetées (l’exemple de la charité, de la philanthropie ou des organismes d’aides en est un, puisque les Etats ont mis en place des organismes laïcs d’aides sur le modèle des institutions confessionnelles et que l’Union européenne est aujourd’hui le premier pourvoyeur d’aide humanitaire au monde).

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    21 mars 2015  17:40, par Alain

    Valeurs qui sont du simple affichage :
    - la modernité est loin d’être une valeur, ce qui est moderne peut être aussi totalement totalitaire
    - reconnaissance de l’individu avec des drones et des avions de combat qui frappent aveuglément pour défendre les dites valeurs ? Avec les SDF qu’on laisse littéralement crever en rue (un SDF est mort de froid à Namur car on lui a refusé l’accès à un centre de nuit car il avait dépassé son quota, quotas instaurés pour se prendre en main !° ? Et on en passe, on ne reconnaît que l’individu riche
    - libertés que l’on bafoue allègrement sous prétexte de lutter contre le terrorisme, et que finalement on dénie à ceux qui ne partage pas les dites valeurs
    - droits de l’homme, défendus notamment dans les prisons de la CIA (à moins évidemment que l’on considère que les USA ne partagent pas nos valeurs !), que l’on défend quand l’austérité conduit des populations entières dans une misère noire (à moins évidemment que les droits de l’homme ne comprenne pas le droit de vivre décemment)

    Démocratie européenne de Juncker ? : « il n’y a pas de choix démocratique contre l’Europe »

    Si les politiques ne suivent pas ces principes et que les électeurs ne les mettent pas à la porte, peut-on parler de valeurs européennes ? Ce seraient plutôt des valeurs idéales comme les enseignements du Christ que beaucoup de chrétiens proclament comme étant leurs valeurs sans appliquer celles qui ne les arrangent pas

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    21 mars 2015 12:45, par Hervé Moritz

    Quand on parle des valeurs qui fondent l’Europe, c’est celles qui fondent la civilisation européenne. On parle de la modernité, de la reconnaissance de l’individu, de ses libertés et des droits de l’Homme. On parle de la conception d’une démocratie reposant sur ces principes. Les valeurs, ce ne sont pas des politiques, ce sont des principes civilisationnels qui doivent guider des politiques.

  • La loi sur la fin de vie en France peut-elle influencer le reste de l’Europe ?

    21 mars 2015  04:20, par Alain

    Le complexe de supériorité des grands états devient insupportable, ils devraient regarder plus loin que leur nombril pour se rendre compte que cette question est déjà réglée dans des états plus petits

  • Les Jeunes Européens déplorent la volte face islandaise

    21 mars 2015  04:18, par Alain

    Etant donné la violence sociale qu’impose l’UE pour sauver un système financier prédateur et le mépris qu’elle montre pour les plus faibles qui deviennent d’infâmes profiteur de l’assistanat, il heureux qu’il existe encore des gens assez intelligents pour refuser d’entrer dans cette société orwellienne.

    De plus ces jeunes européens sont tellement dogmatiques qu’ils ne sont pas capables de voir comment l’UE voulaient faire main basse sur les ressources halieutiques de l’Islande.

    Quand être à l’abri des violentes secousses économiques, c’est de la galéjades quand on voit qu’une des plus petites économies (la Grèce avec 1,3% du PIB) est source de tensions qui ont plusieurs fois mené l’euro au bord de l’éclatement et qu’une crise peut toucher toute l’UE au départ d’événements tout compte fait mineurs qui pourraient être réglés dans la minute sans l’égoïsme exacerbé (sous couvert de refus de l’aléa moral) d’états soi-disant « partenaires »

  • PEGIDA : Une menace pour les valeurs qui fondent l’Europe

    21 mars 2015  04:10, par Alain

    Cela m’amuse toujours cette expression « les valeurs qui fondent l’Europe ». De quoi parle-t-on ? Jusqu’en 1945, ces valeurs étaient un nationalisme virulent qui a mené à des guerres continuelles depuis des siècles. Et c’est toujours le cas dans certaines parties du continent, pour ne pas dire que cela resurgit au sein même de l’UE dès qu’il y a des difficultés.

    Ou bien parle-t-on de cette « solidarité » qui a réduit à la misère 25% de la population des pays du sud ?

    Ou bien encore ces valeurs purement mercantilistes qui sont à la base de la fondation du Marché Commun ?

    Ou de ce projet de constitution, devenu traité de Lisbonne, qui fonde l’Europe sur base de la concurrence libre et non faussée justifiant le retour en arrière social ?

    Ou encore de cette législation européenne passant par un parlement qui a seulement un pouvoir de co-décision et aucun pouvoir d’initiative (que ne dirait-on pas de Poutine si la parlement russe n’avait que les pouvoirs du parlement européen) et qui s’impose ensuite aux parlements nationaux - réellement souverains eux - qui ne peuvent que « démocratiquement » voter oui ?

    Ou bien encore ces référendums que l’on recommence quand le résultat n’est pas celui qui convient ?

    Bref, il serait temps de reconnaître que les « valeurs européennes » ne sont vraiment pas de celles qui valent la peine de mourir pour elles et que les ériger en modèle universel à adopter par tous (y compris par la violence) est une escroquerie sans nom

  • Analyse du rapport sur la France et la mondialisation d’Hubert Védrine

    21 mars 2015  01:37, par SIM Sieng Pav

    A mon avis,l’analyse de ce rapport est très important en ce qui concerne la polique étrangère de la France.Toutefois le rapport de Monsieur Hubert Védrine(Min.A.E)sous Président Sakozy,l’est aussi.Ces deux auteurs ont chacun des arguments utiles qu’il serait requis de lire pour se cultiver et se documenter.Par contre,ler rapport de Monsieur H.Védrine de 63 pages me paraît intéressant en ce qui concerne le sujet :« La France et la Mondialisation » ,car il nous fait connaître la politique étrangère de la France et sa part au profit de la Mondialisation.Donc,il vaut mieux lire ces deux écrits pour comprendre encore davantage la France et la Mondialisation.Merci de la compréhension de tout le monde notamment des auteurs des deux oeuvres.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos