1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 >

Derniers commentaires

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015 02:11, par Ferghane Azihari

    " peut-être que le projet européen tel qu’il est actuellement, parce qu’il repose plus sur des questions d’appartenance culturelle, devrait être disloqué."

    Dans ce cas, je suppose que vous militez aussi pour la dislocation de l’Etat français dont la légitimité repose bien plus sur une prétendue identité nationale que sur une convergence d’intérêts.

    " Je ne pense pas que tous les Etats membres aient les memes besoins (ni les mêmes enjeux à défendre...) derrière une politique de diplomatie quelconque. Pensez-vous sincèrement qu’une politique uniforme , « intégrée » est possible ?"

    Là aussi, il vous faut être cohérent avec votre pensée et souhaiter l’abolition de la diplomatie française en ce que l’Ile de France n’a pas les mêmes intérêts stratégiques que l’Auvergne ou la Guadeloupe.

    Mais vous savez quoi ? Je vais aller plus loin que votre propre raisonnement. Je pense sincèrement que "l’intérêt public" est totalement dépourvu de contenu, qu’il ne renvoie à aucune réalité "neutre". La notion d’intérêt public n’est qu’un vocabulaire politique au service de nos gouvernements pour justifier leurs actions et asseoir leur pouvoir.

    Dans ces conditions, si je souhaite une diplomatie européenne intégrée, ce n’est pas pour défendre un prétendu intérêt public européen qui n’existe pas (pas plus qu’il n’existe un intérêt public national/local/régional). Non. La finalité d’une diplomatie européenne doit être ailleurs. Elle doit servir de vecteur d’influence, une forme de soft power pour promouvoir la dépolitisation et l’individualisations des relations internationales partout dans le monde pour conforter l’autonomie des sociétés civiles et la portée universelle des libertés des individus qui les composent indépendamment de toutes les barrières nationales qui peuvent exister.

    la seule manière d’y arriver, c’est d’asseoir la puissance publique européenne sur une citoyenneté fondée sur la résidence afin que l’Europe évite de développer une conception nationaliste de ce que devrait être sa politique extérieure.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015  00:51, par LiseT

    Merci pour votre réponse. Si les interets divergent au niveau européen, de la même manière qu’au niveau national, peut-être que le problème est moins de créer des communautés sur la base de la géographie (à mon sens, une communauté européene se définit d’abord par son inscription dans l’espace... européen !) mais sur une sorte de système global de défense d’intérêts, des regroupements de points de vue plutôt que ce que nous avons actuellement. Bien sur, nous ne pourrons jamais avoir tout le monde d’accord (enfin, j’espère... un monde sans contradiction serait fort dommageable pour l’exercice de nos pensées !) mais peut-être que le projet européen tel qu’il est actuellement, parce qu’il repose plus sur des questions d’appartenance culturelle, devrait être disloqué. A la place, des confrontations de points de vue sur la scène internationale, je me risquerais peut-être meme à dire des « interets de classe » seraient plus profitable. Actuellment, parler d’Union Européenne, ca ne veut pas dire grand chose... à moins que vous puissiez me soutenir ne serait-ce qu’une mesure qui ait été véritablement populaire auprès de chaque membre.

    Mais enfin, pour revenir au coeur du sujet de l’article... Je ne peux pas vous suivre quant à une politique de diplomatie europeenne... Je ne pense pas que tous les Etats membres aient les memes besoins (ni les mêmes enjeux à défendre...) derrière une politique de diplomatie quelconque. Pensez-vous sincèrement qu’une politique uniforme , « intégrée » est possible ? si vous reconnaissez que les interets de chacun sont différents, vous m’accorderez le droit de douter à la possibilité d’une politique diplomatique unifiée...

    Très cordialement.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015 00:16, par Ferghane Azihari

    Et pourquoi décréter le fait que c’est précisément entre les Etats membres que doivent s’institutionnaliser des contrôles ? Pourquoi pas à l’intérieur même de ces Etats pendant qu’on y est ? Imagineriez-vous des politiciens nationaux proposer de renforcer les contrôles entre les régions/entre paris et la banlieue/entre les départements au nom de la lutte contre le terrorisme ? Cela est inimaginable, n’est-ce pas ? Eh bien je ne vois aucune raison de ne pas appliquer le raisonnement analogue à l’échelle européenne.

    Enfin, à l’heure où l’idée de restreindre nos libertés au profit de notre sécurité redevient à la mode, je me permets de partager une petite citation de Benjamin Franklin que je trouve tout à fait adaptée à la situation :

    « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  23:13, par shaft

    Nous sommes pris entre la libre circulation et la nécessité de nous protéger.Aujourd’hui tout le monde même les terroristes peuvent circuler librement.Que vaut la libre circulation si elle entraîne la perte de vies innocentes ?

    Ne serait-il pas logique en ce moment de contrôler la circulation au sein de l’Union pour nous protéger tous ?

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015 20:08, par Ferghane Azihari

    Tout dépend du domaine en question. En matière de politique migratoire, je maintiens qu’un espace de libre-circulation continental offre plus de libertés qu’un espace national de libre-circulation.

    Je n’ai jamais dit que l’échelle européenne était la plus adéquate pour toutes les politiques.

    Enfin vous parlez des intérêts qui divergent entre Etats-membres. Je vous fais cependant remarquer que ces intérêts ne sont pas plus uniformes et convergents à l’intérieur des Etats-nations, pas plus qu’ils ne le sont à l’intérieur des régions, des départements ou des communes.

    Cordialement.

  • Doit-on livrer des armes offensives à l’Ukraine ?

    16 février 2015  19:55, par Thomas

    @ Lame,

    Votre pensée, visiblement restée à l’époque de la guerre froide, ne correspond à aucune réalité du monde dans lequel nous vivons. Pour démontrer l’agressivité américaine dans l’épineux dossier ukrainien, j’ai cité dans un autre sujet la venue du directeur de la CIA à Kiev il y a quelques mois et celle du secrétaire du département d’Etat il y a quelques jours. Avez-vous déjà vu le directeur du FSB ou encore le ministre russe des affaires étrangères se rendre dans un pays frontalier des Etats-Unis pour y conseiller le gouvernement en place ?

    L’hystérie anti-russe, que vous relayez, à été dénoncée par plusieurs personnalités politiques européennes, conscientes du danger d’une politique d’agression et de tension vis-à-vis de la Russie. Les pays européens doivent lutter contre l’esprit de guerre, répandu par les fous et les inconscients, qui seront néanmoins les premiers à fuir lorsque la situation leur aura complément échappé et que les lignes rouges de la guerre auront été franchies.

    Si l’Europe c’est la paix, elle doit le prouver en favorisant une solution politique et diplomatique au conflit. Elle ne la trouvera pas seule, mais ce n’est certainement pas en prenant en armant une des parties qu’elle le fera. L’odeur du sang, que vous semblez aimer, annonce rarement la paix.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  19:50, par LiseT

    selon mon humble avis, « choisir » l’echelle europeene c’est aussi faire preuve d’arbitraire ; maximser les libertés individuelles cen’est pas juste une question de taille d’aire geographique... Surtout quand le rassemblement de tous ces pays est en grande partie une simple question de continuité territoriale. A la place de ce rassemblement europeen, j’aurais plus de consideration pour des rassemblents par groupes d’interets reels (dites-moi si je vais trop loin en disant que les interets de la Grece ne sont pas les interets reels de l’Allemagne haha...)

  • Doit-on livrer des armes offensives à l’Ukraine ?

    16 février 2015  13:36, par Lame

    Je suis entièrement d’accord avec Jean Marin.

    Il n’y a pas d’armes offensives ou défensives mais des armes efficaces ou inefficaces.

    La Russie a clairement l’intention de conquérir l’Ukraine bout par bout.Que se passera-t-il quand elle l’aura complètement annexée ? Elle s’attaquera à la Finlande (pays non membre de l’OTAN) et aux Pays baltes (pays quasi désarmés).

    Il n’est plus question d’empêcher « l’escalade » : elle est là et nous n’avions aucune chance de l’empêcher sans recours à la force. Il est question de donner aux Ukrainiens les moyens de nous faire gagner un maximum de temps en tuant un maximum de soldats russes. Chaque jour de résistance de l’Ukraine est un jour de retard pour l’invasion russe. Chaque soldat russe tué en Ukraine est un soldat qui ne participera pas à l’attaque de l’UE.

    Ne faisons plus avec l’Ukraine ce que nous avons fait avec la Tchécoslovaquie il y a un demi-siècle. Ne répétons pas continuellement les mêmes erreurs.

    Surtout ne comptons pas sur les Américains : Ils ont fort à faire ailleurs et ils ont clairement décidé de ne pas s’impliquer dans une confrontation avec la Russie. N’ayant aucune illusion sur les chances de l’UE, ils renforcent les réseaux Stand Behind, les réseaux de guérilla de l’OTAN.

    Contre qui ces guérilleros sont censés se battre ? Pas contre un ligne de front mais contre un occupant. A nous de nous décider à mettre en oeuvre une armée fédérale européenne aux côtés des armées nationales. Là, peut-être pourrons-nous espérer que les Stand Behind ne servent jamais...

  • Mourir pour Donetsk ?

    16 février 2015  06:51, par Pierre-Marie SIMON

    @William : j’ai sorti de ce chiffre de cet entretien avec Timothy Snyder, lui-même ne cite pas sa source : http://www.liberation.fr/monde/2014/09/07/l-histoire-de-l-ukraine-est-typiquement-europeenne_1095447

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  03:52, par Ferghane

    Le choix de l’échelle doit se faire de sorte à maximiser l’effectivité des libertés individuelles. C’est sûrement pas à l’échelle nationale que l’on peut faire cela Et le niveau européen est aujourd’hui là où se trouvent les instances politiques avec la plus grande aire géographique.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  03:07, par LiseT

    Vous parlez souvent de la question la « bonne echelle » à laquelle referer... Mais tous les choix ne sont-ils pas arbitraires ? Le choix de l’Europe lui-meme est un arbitraire. Il n’est pas plus valable que le choix national ou un quelquconque autre choix d’intégration international... Ou bien... l’Europe serait-elle exclue de cette dimension arbitraire ?et pourquoi donc ?

  • Doit-on livrer des armes offensives à l’Ukraine ?

    16 février 2015  02:28, par Thomas

    @ Alexandre Marin,

    Et de leur côté, est-ce que les peuples européens ont intérêt à ce que leurs Etats et les Etats-Unis ne cessent d’accroître les tensions avec la Russie ? Il faudrait être fou pour d’une part, faire la guerre en Ukraine alors que ce pays regorge de centrales nucléaires à l’abandon et d’autre part, pour faire la guerre à la Russie. Le dernier a avoir joué ce jeu la, ce fut Hitler, et au final, le peuple allemand n’a récolté que la mort et la destruction. Hormis à Washington et dans les conseils d’administrations des entreprises américaines d’armement, personne ne souhaite un tel scénario, alors évitons de se livrer à la surenchère guerrière, qui échappe souvent à ceux qui l’orchestrent. Même Merkel et Hollande, qui étaient pourtant en pointe de la croisade anti-russe, l’ont compris.

    Votre paragraphe sur les combattants kurdes est ridicule, pour la simple et bonne raison que l’UE considère encore comme terroristes plusieurs organisations kurdes qui combattent l’Etat islamique dans le nord de la Syrie et traque un certain nombre de militants kurdes vivant dans des pays européens en vertu d’accords policiers et judiciaires avec la Turquie.

    Les Etats-Unis sont un empire décadent, qui ne tient sa puissance que de sa monnaie et de son armée et qui s’engage dans une fuite en avant guerrière pour tenter de préserver, coûte que coûte, son hégémonie sur le monde. L’OTAN est l’instrument de cette stratégie qui va à l’encontre de toute politique pour la paix, la coexistence et le droit. S’il doit y avoir une défense européenne, elle doit être émancipée totalement du complexe militaro-industriel américain, qui ne connaît que ses seuls intérêts, et qui n’a jamais hésite, et n’hésitera pas à faire couler le sang pour les servir.

    Non, pour la paix, il ne faut pas armer l’Ukraine.

  • L’Europe dans et hors de la classe

    15 février 2015 22:19, par Hervé Moritz

    Ce n’est pas le but. Il s’agit de faire de l’éducation civique, puisque les élèves sont des citoyens européens. La place de la construction européenne dans les programmes d’histoire a été réduite, alors que, de même que pour la France, avant de pouvoir participer au débat politique et citoyen, il faut en posséder les clés de lecture. L’école doit donner ces clés de lecture, tant pour le débat français que pour le débat européen, et aujourd’hui, elles sont insuffisantes pour que les élèves maîtrisent les sujets et les enjeux européens. Comment voulez-vous que ces futurs électeurs élisent leurs députés européens s’ils ne connaissent même pas le fonctionnement du triangle institutionnel européen ? L’enjeu, c’est de s’interroger sur la façon de transmettre ces « clés de lecture » aux élèves de manière ludique et pédagogique pour qu’ils puissent exercer en toute liberté de choix et de conscience leur citoyenneté, quelque soit leur opinion politique.

  • Mourir pour Donetsk ?

    15 février 2015  22:13, par Thomas

    Je pense qu’il est un peu simpliste de dire que la Russie est le seul agresseur dans le conflit ukrainien. En avril dernier, le directeur de la CIA, John O.Brennan, s’était rendu à Kiev. Il y a quelques jours, c’est John Kerry qui s’est rendu en Ukraine. Cependant, personne n’a vu le directeur du FSB ou le ministre Lavrov venir prodiguer leurs conseils à un gouvernement d’un pays frontalier des Etats-Unis ces derniers temps... Je ne peux pas non plus cacher que j’ai été choqué par les récentes déclarations de M.Iatseniouk sur un plateau de télévision allemand, affirmant que l’URSS avait « agressé » l’Allemagne nazie.

    Je ne suis pas d’accord pour dire que « les européens » doivent faire émerger l’Etat de droit en Europe. Nos pays doivent permettre le retour de la paix en Ukraine, et notamment empêcher les Etats-Unis d’armer l’Ukraine, et la coexistence pacifique sur le continent. Les ingérences vont rarement dans le sens de la paix et ceux qui souhaitent faire la guerre à la Russie, pour quelque motif que ce soit, sont des fous.

  • L’Europe dans et hors de la classe

    15 février 2015  10:32, par Alexandre Marin

    @El gaucho francés

    Les Jeunes Européens sont transpartisans. Nous ne faisons donc pas d’endoctrinement politique.

    Notre association a deux caractères : militant d’une part, et informatif d’autre part, et nous ne mélangeons pas ces deux éléments qui nous définissent.

    Ainsi, nous ne parlons pas des positions de notre association. Nous sommes très vigilants sur le fait de ne pas faire de propagande dans les établissements scolaires.

    Nous parlons de l’Union européenne en informant les élèves des réalités européennes. Nous parlons des institutions, des programmes de mobilité, du mythe d’Europe, de certains pays européens, des expériences personnelles des participants, et nous interrogeons les élèves sur les leurs. Mais rassurez vous, nous n’essayons pas de les faire adhérer à nos idées, nous leur donnons juste certains éléments pour qu’une fois en pleine capacité d’usage de leurs droits politiques, ils puissent se forger leur propre opinion.

    Notre valeur ajoutée est que nous ne faisons pas un cours, comme en ferait un instituteur ou un professeur du secondaire. Nous construisons un dialogue avec eux, afin d’éveiller leur curiosité sur les réalités européennes, qui les regardent dans leur vie quotidienne, et de relier l’Europe à leurs centres d’intérêts.

    J’espère avoir dissipé vos doutes, qui sont légitimes, quant à la démarche des Jeunes Européens.

  • L’Europe dans et hors de la classe

    15 février 2015  00:33, par shaft

    L’Europe est déjà présente dans les programmes scolaires.On présente les institutions et la construction étapes par étapes de l’Union Européenne.Que voulez-vous de plus ?Faire aimer l’Europe aux élèves.Ce n’est pas le but de ces cours et j’espère que celà ne le sera jamais.

    Je tiens à m’expliquer.Pendants ces cours, le professeur présente des faits et uniquement des faits de façon neutre.Je soupçonne que certains veulent influencer ces cours en présentant l’UE de manière positive.Mais j’espère me tromper

  • Mourir pour Donetsk ?

    15 février 2015  00:16, par William Boggis

    8% des Russes estiment appartenir à la civilisation européenne... Qui a publié le chiffre ? Je me sentirais un peu méfiant s’il provenait d’un organe de presse officielle...

  • Mourir pour Donetsk ?

    14 février 2015  15:59, par Pierre-Marie SIMON

    Shaft : La grande théorie de la machination européenne (ou américaine) ne tient pas debout. Est cela pour une raison simple. En 1991, le PIB de l’Ukraine et de la Pologne était sensiblement le même. En 2015, le PIB polonais est trois plus important que celui ukrainien. L’aspiration du peuple à la fin de la corruption et la mise en place d’un Etat de droit permettant la prospérité, passe aujourd’hui pour les Ukrainiens par l’Europe. Pas besoin de voir beaucoup plus loin pour voir que les Ukrainiens veulent vivre aussi bien que leurs voisins.

  • Mourir pour Donetsk ?

    14 février 2015  12:59, par Guillaume Bucherer

    Merci pour cet article. Tout à fait d’accord. Le plus triste c’est que les Russes eux-mêmes ne se sentent pas européens. Pourtant, ils le sont.

  • Mourir pour Donetsk ?

    14 février 2015  12:26, par shaft

    Ce serait trop facile pour l Europe de se détourner de l Ukraine après avoir déstabiliser le pays.Je le dis et je le répète , c’est l UE qui est la grande responsable.Le président ukrainien avait changé d avis sur l accord européen et voilà que des manifestations le chasse du pouvoir et son successeur signe sans conditions. Je suis persuadé que Maidan a été orchestré en France et en Allemagne. Manipulation à laquelle Poutine a répondu par la force et voilà qu un pays stable se voit plongé dans le chaos pour des années

... < 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > ...

Nos vidéos