1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Derniers commentaires

  • Grèce : l’Europe des Nations tue l’euro

    29 juin 2015  10:36, par thomas

    Les députés de SYRIZA qui, avec ceux de l’ANEL, ne se sont pas fait élire sur la base de mensonges. Au contraire de notre président, de notre gouvernement et de notre majorité parlementaire, le gouvernement et la majorité parlementaire grecque restent fidèles aux engagements et le programme sur la base desquels ils ont été élus. De quoi effectivement rendre fous les eurocrates pour qui la démocratie peut visiblement bien être sacrifiée sur l’autel de la sainte monnaie unique avec la bénédiction de la sainte Troïka.

  • Dette grecque : Tsipras, la corde au cou ?

    27 juin 2015  17:35, par thomas

    Tsipras est un stratège bien plus fin que cet article, le présentant comme une copie de notre lamentable chef d’Etat, ne le laisse penser. Faire mine de se coucher, en laissant croire qu’il va retourner sa veste, pour inciter ses adversaires à abattre leurs cartes et à se dévoiler complètement, avant de les prendre à revers comme il l’a fait, c’est très fin.

    Ce n’est pas Tsipras qui chancelle en Grèce, c’est la démocratie. Mais pas par la faute de Tsipras, de son gouvernement ou de son parti, mais par celle de ses adversaires européens qui ont fait le choix des puissances d’argent plutôt que celui de la volonté des peuples. Le référendum à venir, s’il tourne à l’avantage de Tsipras, d’ailleurs va poser un sérieux dilemme à ses adversaires, puisqu’en cas de victoire de l’option anti-austérité, la poursuite de politiques d’austérité en Grèce ne pourra se faire que contre la démocratie et le peuple grec... Avant de disserter sur une illusoire démocratie européenne (à propos de laquelle JC Juncker a un avis bien tranché, cela dit...), ayons le courage de défendre la démocratie grecque et le gouvernement de SYRIZA, sans doute le plus démocratique d’Europe en ce moment !

  • TTIP : L’économie européenne soumise ?

    27 juin 2015  10:23, par Jean-Luc Lefèvre

    Le TTIP fait la manchette de tous les media et inonde les forums. A juste titre, sans doute, mais pourquoi taire les intentions chinoises, toutes ambitieuses, de créer un autre marché mondial en redécouvrant la mythique « route de la soie » ? Pourquoi taire la mise sur pied de cette banque mondiale d’investissements en matière d’infrastructures, elle aussi chinoise, destinée à faire contre - poids à la Banque mondiale et au F.M.I.? Pourquoi taire que des états comme la France et le Royaume Uni, déjà, sont partenaires dans cette instance, avec la Russie, avec l’Iran ? Pourquoi cette naïveté à nier le combat de géants qui commence entre une Chine ambitieuse et sûre d’elle-même et des Etats-Unis vieillissants ? Pourquoi nier que dans cette partie d’échecs, l’Europe n’est plus rien...sauf à se construire davantage encore, et donc s’intégrer politiquement ? A défaut, elle sera condamnée à l’impuissance et tiraillée entre l’est et l’ouest ! Fabuleux destin pour des procrastinateurs tels que les qualifiait récemment J. ATTALI !!!

  • Intervention militaire en mer Méditerranée

    25 juin 2015  16:37, par Alexandre Marin

    Loin de résoudre le problème des droits fondamentaux des migrants, une intervention militaire ne fera que l’aggraver.

    La réponse répressive envers les passeurs rendra encore plus périlleuse et la traversée de la mer Méditerranée, donc cette traversée sera plus onéreuse pour les migrants, ce qui augmentera le bénéfice de ces mêmes passeurs. Je suis entièrement d’accord avec Christopher Powers, difficile de faire la distinction entre les migrants et les passeurs. Les dommages collatéraux seront donc inévitables.

    La création d’une politique européenne d’immigration légale est la solution pour couper l’herbe sous le pied des passeurs, et pour contrôler cette immigration.

  • Intervention militaire en mer Méditerranée

    23 juin 2015  10:57, par Bernard Giroud

    Excellent principe d’initiative professionnelle commune, jeunes gens ;

    Une telle « image »est déjà en soi une force réelle.

    Faites-le plus souvent, de votre coopération imaginative sortira quelque chose de bien.

  • L’Union européenne, force de résistance face à la Russie ?

    22 juin 2015  21:08, par thomas

    Dire de la Russie qu’elle est une puissance impérialiste, ce qui d’une certaine manière est vrai, tout en ne disant rien de la politique étrangère des USA ou de la France est une vaste blague... A ce que je sache, ce n’est pas la Russie qui a envahi l’Irak et tué plus d’un million de ces habitants. Ce n’est pas la Russie qui envoie régulièrement ses armées en Afrique pour être certaine de contrôler ses richesses naturelles. Ce n’est pas la Russie qui a soutenu le régime raciste sud-africain et qui continue de soutenir l’Etat criminel d’Israël dans leurs entreprises coloniales, afin de servir ses intérêts... La liberté à la sauce américaine a le goût du sang, l’odeur de la poudre à canon et dessine pour les peuples des perspectives d’oppression et de malheur. Rien d’étonnant donc à ce que de nombreux peuples refusent la domination US.

    Je ne poursuis pas plus, je répèterai ce qui a déjà été dit plus haut.

  • Un génocide est un génocide

    21 juin 2015  15:41, par tnemessiacne

    @ Henri

    Pour moi l’histoire est beaucoup trop spéculative, basé sur rien. On pense que l’on sait déjà tout mais les moindres choses simples sont noyés dans la spéculation. Je vais peut-être choquer mais en littérature et en histoire sur 40 livres il y en a 4 qui apportent quelque chose, pour la mémoire à long terme.

    Il faudrait plus d’émulation saine. Et je suis d’accord dans les secteurs d’activités il y a des fourbes, mais l’excellence basé sur l’honnêteté permet de créer des universités plus honnêtes. Les enjeux européens c’est de créer une certaine concurrence entre universités, mais la concurrence actuelle de masse est faussée. Pourquoi ne pas créer des universités dans les sciences humaines de pointe mais en redéfinissant l’excellence. Pourquoi à l’école ne pas faire apprendre par coeur dix dates par mois au lieu de spéculer sur le changement des mentalités.

    Pareil en anglais dix mots par mois sera plus simple pour avancer.

    Et pourquoi, ne pas créer des boulots ouverts à tous pour écrire des articles, basés sur la redéfinition de l’excellence ou plutôt de la normalité. Avec une méthodologie claire. C’est également l’enjeux des classement internationaux basés sur les AAA, AA A+ ect...

    D’ailleurs se serait intéressant de savoir quels sont les critères précis de ces classement.

    Le travail universitaire de qualité, tout le monde peut le faire, il faut juste faire un certain effort pour citer les sources et les reformuler.

  • L’Union européenne, force de résistance face à la Russie ?

    20 juin 2015  21:14, par el gaucho francés

    Vous développez ensuite une argumentation de choc des civilisations en la preêtant à Vladimir Poutine. J’ai discuté récemment avec un ancien colonel spécialiste de la stratégie aérienne. il m’a dit que toute la structure militaire russe était en mode défensif. Soyons sérieux : vous pensez vraiment que la Russie menace la France ? Pour l’occident, il suffit de sortir de l’ue pour comprendre que « occident=usa et leurs vassaux » je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’incohérence entre d’un côté reprocher à Poutine de vouloir se présenter comme un rempart face à l Occident et de l’autre présenter l’Union européenne comme un rempkart face à la Russie. Cela en tout cas montre que vous êtes complètement dans l’idéologie du choc des cvilisations. Quelle est l’organisation qui a déclenché le plus de guerres ces 20 dernieres années au mepris total du droit international en transformant des pays en foyers de purulence ? Répons : l’otan Quant à votre affirmation comme quoi les usa et leurs vassaux n’interviendraient que pour protéger la Liberté et les droits de l’homme, je vous demande à mon tour un peu de réalisme qui veut tuer son chien l’accuse de rage... ce sont des argument typiques pour cacher des intentions néocoloniales. Les pays de l’otan soutiennent des régimes bien pires que ceux qu’ils renversent.

  • L’Union européenne, force de résistance face à la Russie ?

    20 juin 2015  20:10, par el gaucho francés

    L’Union européenne doit être à l’avant-garde de cette volonté de résistance.« je trouve ça vraiment honteux de comparer l’ue à la résistance et protectrice des droits de l’homme face à une Russie fascisante alors que chaque année les baltes font des cérémonies d’hommage officielles (j’insiste sur le terme) aux waffen ss (http://www.upr.fr/actualite/france-europe/communique-de-presse-upr-estonie-reinsalu-waffen-ss) qu’à chaque fois la russie dépose une résolution à l’ONU pour condamner cela et que l’Union européenne s’isole dans le monde en ordonnant au pays de ne pas les condamner. »Poutine souhaite faire de la Russie contemporaine, une forteresse qui résiste aux Etats-Unis et à l’Europe.« je rapelle que Mme Nulland a reconnu avoir influencé le Maïdan en sous-main (https://m.youtube.com/watch?v=2-kbw00aqqc) et que brejinski a ecrit dans » le grand échiquier" que le but des États-Unis était de contenir la Russie au maximum.

    Pour reprendre la comparaison avec Cuba, bien que Cuba s’etait libéré du joug des États-Unis et voulait avoir des forces soviétiques sur son territoire, De gaulle a soutenu les États-Unis dans la cise des mssiles. Nous avons cette situation inversée ici.

    Dans la suite, vous entrez dans une diatribe d’un antirussisme primaire.

  • Innover en matière de relations internationales au Moyen-Orient

    20 juin 2015  05:27, par Alain

    En quoi l’Europe a-t-elle fait quoi que ce soit pour la résolution du conflit israélo-palestinien ? Et elle serait capable d’une innovation diplomatique pour résoudre les conflits causés par le militarisme américain qu’elle soutient en parfait vassal ?

  • Objectif : la paix en Europe

    20 juin 2015  05:25, par Alain

    Et on voit bien cet objectif de « paix » dans le soutien à un gouvernement ukrainien néo-nazi dont la première décision était de supprimer l’usage de la langue russe ! Et les propos méprisant vis-à-vis des Grecs relèvent aussi sans conteste de la notion de ’paix" !

  • Un génocide est un génocide

    20 juin 2015  01:00, par Tony

    Le génocide des Arméniens est reconnu par l’ensemble des historiens.... il ne manque plus qu’à la Turquie de se regarder dans un miroir !

  • Quel bilan à l’occasion des 30 ans de l’Espagne dans l’Union européenne ?

    19 juin 2015  21:53, par el gaucho francés

    Bonjour, je signale : _que 8 prix nobel d’economie ont conseillé à l’Espagne de sortir de l’euro _que l’espagne a tout le temps une contribution nette negative au budget européen (elle reçoit plus qu’elle ne donne). Sachant que celle de la france est positive, on peut dire que son appartenance coûte à la France chaque année

    Ne serait-ce que sur ces deux points, on peut dire que le bilan est largement négatif aussi bien pour la france que pour l’espagne

  • Un génocide est un génocide

    19 juin 2015  20:54, par Henri

    Certes, il n’est pas souhaitable que l’Histoire connaisse une version étatique officielle. Mais quelle autre solution, pour contrer un négationnisme organisé et financé par un autre État puissant, et peu scrupuleux ? Vous semblez croire que les historiens sont tous irréprochables ; néanmoins, certains se sont laissés influencer par ce négationnisme d’État, moyennant financement de leurs travaux de recherche... Finalement, les historiens sont comme les autres professions : il y en a des honnêtes, et des moins honnêtes.

  • Objectif : la paix en Europe

    18 juin 2015  21:45, par el gaucho fancés

    Lol ! Vous ressortez l’argument comme quoi la construction européenne nous aurait apporté la paix. L’onu et le conseil de l’europe n’ont rien à voir là-dedans ? Et surtout, la guerre froide et la destruction mutuelle assurée ne sont-elles pas les vraies causes de la paix ? Ensuite, l’idée de construction européenne ne vient pas de ces personnes, qui n’étaient que des employés du vrai concepteur, comme le révèle l’article d’evan ambrose prischard dans le daily telegraph du 19 septembre 2000.

    Surtout, je trouve ça malhonnête d’utiliser la peur pour essayer de persuader les gens sans utiliser d’argument. ici, vous justifier la perte de la liberte des peuples à disposer d’eux-même par la securite. transpose au niveau individuel, on se rend compte que c’est dictatorial. Je signalerai d’ailleurs : _que c’est un des arguments que l’on sortait aux peuples colonisés pour justifier leur dependance. J’appelle ça la paix des soumis : on empeche la guerre entre les différents soumis en les entravant. Est-ce vraiment cela que vous voulez ? _que c’est ce que voulait faire hitler (vous avez utilisé le point godwin, à mon tour) avec son projet de nouvelle Europe et la collaboration entre petain et hitler etait justement la collaboration en vue de construire cette nouvelle europe qui devait en finir avec la guerre.
    que par l’article 42,l’ue nous soumet à l’otan, organisation ayant fait le plus de guerres depuis 20 ans et que l’on n’est pas partir en irak en violant le principe d’alignement en matiere de politique étrangère

  • Marine Le Pen à la tête de « l’Europe des nations »

    17 juin 2015  23:36, par Alexandre Marin

    « il n’est pas normal que le premier parti aux européennes ait mis un an pour avoir un groupe et que les financements soient aussi importants et surtout répartis de façon si discriminatoire. Et dire que la commission veut que l’on fasse des économies... »

    Le FN était le premier parti aux Européennes en France, pas dans les autres pays d’Europe. Il n’a pas eu de groupe car il n’est pas parvenu à s’entendre avec d’autres formations politiques. Il n’y a donc aucune injustice à ce qu’il n’ait pas eu de groupe jusque-là.

  • Marine Le Pen à la tête de « l’Europe des nations »

    17 juin 2015  21:20, par El gaucho francés

    Tout d’abord, sur le terme « europhobe », le wikitionnaire donne : Qui craint que le projet politique européen ne menace sa culture (par une intégration plus poussée), son bien-être matériel (en appliquant le principe redistributif de solidarité envers les pays les plus pauvres), etc. (Par extension) Hostile au projet politique européen.

    La première définition est psychiatrisante (d’où la racine -phobe). Je trouve que c’est une façon d’éviter tout débat avec un argument ad hominem. En effet, personne n’a de « phobie » de la construction européenne. La deuxième définition ne l’est pas mais ne correspond pas au FN. En effet, le Fn veut « renégocier les traités » (projet de 2012 : http://www.frontnational.com/pdf/Programme.pdf) => il n’est pas hostile. De façon plus claire : http://www.upr.fr/wp-content/uploads/11024766_10153203761202612_5273282625407098222_n.jpg

    Ensuite, je trouve que cette histoire remet en cause plus le Parlement européen : il n’est pas normal que le premier parti aux européennes ait mis un an pour avoir un groupe et que les financements soient aussi importants et surtout répartis de façon si discriminatoire. Et dire que la commission veut que l’on fasse des économies...

    Sur le terme nationaliste (, il est, lui aussi impropre. En effet, l’extrême-droite est traditionnellement contre la souveraineté nationale, lui préférant la souveraineté de droit divin ou un pouvoir autoritaire. Les définitions que j’ai trouvé sur Internet divergeant et ne me convenant pas, je le définis par : « idéologie qui prône la domination ou la conquête des autres nations » Selon cette définition, le FN ne correspond pas à du nationalisme. Si vous avez une autre définition, donnez-la-moi

  • Le Printemps Fédéral

    16 juin 2015  23:29, par Lame

    Imaginons que l’UE change de modèle et deviennent une confédération, démocratique et défiscalisée.

    a. Confédération

    Les institutions communautaires n’exercent que des compétences d’appui, de complément et de coordination à l’exclusion de toute compétence normative contraignante et seulement sur requête des Etats ou avec leur accord. La politique communautaire est expurgée de toute mesure vexatoire aux yeux de la majorité des Européens.

    b. Démocratie

    Les institutions communautaires sont élues et tempérées par la démocratie référendaire (cfr la Suisse). La légitimité de la politique communautaire n’est plus remise en cause pour cause d’autoritarisme.

    c. Défiscalisation

    Les institutions communautaires sont financés par un fond souverain et tout moyen non contributif. Les cotisations qui séparent le Etats membres en perdants (contributeurs nets au budget européen) et en gagnants disparaissent. Aucun impôt n’est institué pour ne pas alimenter les contestations d’ordre financier, comme celle du Royaume uni.

    Finalité : A partir du moment où les institutions européennes peuvent se rendre utiles en parant à tout critique, elle contribue non seulement à développer la coopération et la force commune des Etats européens mais aussi à développer progressivement un esprit fédéral par des réalisations concrètes. Les actions communes répétées entraînent la perception d’intérêts communs. Les intérêts communs entraînent la naissance d’un esprit fédéral. L’esprit fédéral entraîne l’aspiration à une capacité d’action commune efficace : l’Etat fédéral. Et plus tard, si le peuple multinational de la fédération se mue en une nation multicommunautaire, on peut éventuellement passer à une forme d’Etat plus unitaire.

  • L’identité européenne ? Inutile !

    16 juin 2015  22:51, par Lame

    Je me demande de quel modèle fédéraliste on parle au début de cet article.

    Quoiqu’il en soit, aucune autorité politique ne peut subsister ou fonctionner durablement que si elle arrive à gagner les cœurs et les âmes d’un groupe apte à assurer sa pérennité. Une autorité politique européenne ne peut donc fonctionner et subsister durablement que s’il peut convaincre les citoyens européens que le modèle d’intégration qu’elle incarne est une valeur ajoutée et qu’ils ont plus d’intérêt à faire front commun qu’à se rallier aux Russes, aux Américains ou à un parti nationaliste. Logiquement, assurer l’entente entre les citoyens est un prérequis incontournable.

    L’intégration européenne actuelle tente de créer une lobbycratie centralisée et ultralibérale, faites sur mesure pour les fonctionnaires européens. Ses tentatives d’acculturation des peuples européens et de déconstruction de leurs Etats n’ont qu’à la désunion, l’impuissance et la méfiance vis à vis des institutions communautaires. Les citoyens européens croient majoritairement au bien fondé du fédéralisme européen mais pas au centralisme bureaucratique dont la dernière avancée est la tutelle budgétaire.

    Si l’on veut arriver un jour à une fédération européen, une fédération comme le Brésil ou les USA, il faudra développer « l’esprit fédéral » des citoyens càd leur volonté de s’entraider face à toute difficulté et de donner la priorité à leur allégeance envers leurs concitoyens européens.

    La solution est d’instaurer des institutions communes :
    - Des institutions européennes n’exerçant que des compétences d’appui, de complément et de coordination sur requête des Etats ou avec leurs permissions à l’exclusion de toute compétences normatives (Confédéralisme)
    - Elues et tempérés par les référendums européens (démocratie).
    - Financé par un fond souverain et tout moyen non contributif (Défiscalisation).

    En somme, une confédération démocratique et défiscalisée servant de marche-pied à une fédération européenne et non une « fédération » atlantiste.

  • Abolir les privilèges des cartels financiers

    14 juin 2015  20:07, par Bernard Giroud

    Eh bien, nous n’avons pas les mêmes instruments de mesure. Monsieur Xavier

    Bientôt dix milliards bonnes mines sur la terre ! Et aussi de moins bonnes ! Sacré dilemme pour un commerçant ou un industriel, qui propose son bien ou son service !

    Avant de procéder à un échange, je doute qu’il ne faille pas en passer par autre chose que par seulement des belles paroles, ou de bonnes intentions.

    Monsieur Azihari raisonne pour le café d’en face.

    Lorsqu’il vendra un peu plus loin, ou à l’autre bout de la terre, nul doute qu’il s’apercevra tout seul, en mettant les mains dans le cambouis, qu’il n’aura plus le temps de brasser tant de vent, et qu’il lui faut retourner à de longues et chères éludes pour gagner sa vie.

    Je lui donne, s’il le veut un conseil (il vaut pour qui veut l’entendre, et n’a pas de travail) : la filière aéronautique (européenne) croule sous les commandes et embauche à tour de bras !

    Évidemment, il faut se lever de bonne heure, parfois se casser la tète et se salir les mains.

... < 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > ...

Nos vidéos