1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 >

Derniers commentaires

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    12 novembre 2014 16:35, par Ferghane Azihari

    Je ne reprendrai pas votre premier paragraphe totalement hors de propos.

    Pour ce qui est des deux paragraphes suivants :

    Vous faites de l’Etat l’alpha et l’oméga des liens de solidarité sociale. J’ai tendance à penser que la solidarité la plus aboutie est celle qui s’inscrit en dehors du monopole de la violence légitime. Or les indépendantismes n’abhorrent nullement l’idée d’une société politique européenne aux assises résolument contractuelles. En l’espèce, les indépendantismes favoriseraient une meilleure participation à l’échelle continentale. De quoi finalement conforter le vivre-ensemble.

  • 25 ans après la chute du Mur de Berlin, le projet européen doit évoluer

    12 novembre 2014  16:00, par Alain

    Il faut cesser la russophobie, quels sont les agissements inqualifiables de la Russie en Ukraine ? Leur intervention est vraiment en mode mineure et n’est rien du tout comparée aux agissements de l’OTAN au Kosovo. Il ne faut pas oublier que le gouvernement ukrainien a jeté aux orties l’accord signé le 20 février avec les Européens et les Russes, fait un coup d’état après lequel il n’ont rien eu de plus pressé que de vouloir supprimer l’usage de la langue russe et dont certains dirigeants n’ont ni plus ni moins que proférer des appels aux meurtres des russophone. Et pour couronner le tout les ministres étaient pour un tiers des néo-nazis assumés qui rendent les honneurs à la division SS Galicie. Ce gouvernement qui a fait - selon l’ONU - près de 4000 morts civils dans l’est de l’Ukraine. Et c’est cela que l’Union Européenne soutient ! Je suis écoeuré de voir des dirigeants européens tout sourire aux côtés de ministres néo-nazis du Svoboda et d’entendre Fabius dire qu’ils ne sont pas d’extrême droite alors que pour lui le FN est d’extrême droite.

    Quand aux « test » des défenses suédoises et baltes, évidemment on parle jamais des avions de l’OTAN qui s’approchent régulièrement des frontières de la Russie, cela a toujours été le jeu entre puissances ; l’occident a provoqué la Russie dans son espace et il espérait qu’il n’y aurait aucune réaction ? On oublie toujours que lorsque la Russie a fait de même à Cuba, les USA ont réagi violemment (baies des cochons par ex) et que ce pays est toujours sous embargo malgré une résolution quasi unanime de l’assemblée générale de l’ONU (seuls votes contre USA et Israël) demande sa levée.

    Et que se serait-il passer si des officiels russes étaient venu soutenir les différentes manifestations « Occupy ... » ? Et pourtant les officiels occidentaux n’ont pas hésité à venir soutenir Maïdan !

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    12 novembre 2014  15:40, par Alain

    @ la réponse de Ferghane Azihari à mon commentaire : Il est nécessaire de mieux lire les commentaires avant d’y répondre :

    - Je faisais référence à Churchill, pas à Hitler, après la bataille de France il reçu une offre de pais de Hitler laissant à l’Angleterre tout son empire (sauf les anciennes colonies allemandes) et la rationalité - qui, si j’ai bien compris, est la ligne de conduite que vous adoptez - aurait dû conduire Churchill à accepter cette offre, en effet rationnellement l’Angleterre seule face à l’Allemagne maître du continent européen avait peu de chance de l’emporter et tous les risques de perdre beaucoup. Mais Churchill a refusé et poussé son peuple à la résistance et aux sacrifices ; il ne l’aurait pas fait en adoptant votre ligne de conduite.

    - Quand au terme de fragmentation c’est bien vous qui l’utilisez pour décrire la dissolution des états et l’augmentation de la démocratie, ce n’est pas compatible avec une union des dits fragments (il n’existe aucun exemple dans l’histoire de fragmentation terreau d’une union) ; mais effectivement les « élites » les plus riches agiront à ce niveau européen que les peuples auront déserté

    - Vous avez raison de dire que l’héritage des peuples n’est pas dans les instances bureaucratiques, mais un état n’est pas non plus ces instances ; les instances ne sont que le résultat de la volonté du peuple de rester uni (et séparé des voisins), vouloir leur dissolution c’est vouloir la dissolution de ces communautés. Et lorsqu’il y a effectivement un mouvement pour une telle dissolution (Ecosse, catalogne, Flandre, Italie du Nord) c’est toujours guidé par la disparition du vouloir vivre ensemble et de la nécessité de solidarité. Ce qui aura été dissous à une certaine échelle ne pourra être recréé à plus grande échelle avant longtemps. cela donnera le champ libre à l’ « élite » pour gouverner entre elle et on aura créer la dictature la plus aboutie, celle dont on ne s’aperçoit même pas, on l’on peut - comme dit dans un article que j’ai lu récemment - changer les dirigeants mais pas la politique

  • De l’importance de commémorer le centenaire de la Première Guerre mondiale dans une dimension européenne et pacifique

    12 novembre 2014  15:24, par Lacassin

    Magnifique illustration, j’en ai presque un petit coup de Heimweh !

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    12 novembre 2014 10:20, par Ferghane Azihari

    @Hamelin

    Hélas, le texte fondateur du fédéralisme européen qu’est le Manifeste de Ventotene fait de la nation l’ennemi public numéro 1 en remarquant brillamment que la nation pervertit la fonction de l’Etat en renversant les rapports sociaux légitimes : l’individu devient un moyen et l’Etat une fin. Ce devrait être l’inverse. Encore une fois, cessons par pitié de confondre l’institution étatique avec l’histoire de notre pays...La culture française est suffisamment riche pour prospérer en dehors du cadre de l’Etat français. Cette tendance qui consiste à faire d’une administration la gardienne d’une culture, d’une langue et d’une histoire est symptomatique de l’imposture nationaliste.

    @Shaft Les opinions publiques françaises ne sont en rien contre une démocratisation de l’Europe. Les Français sont même en faveur de l’ouverture leur citoyenneté aux ressortissants de l’UE et cela en dépit du fait qu’ils ont été endoctrinés toute leur vie par des institutions nationalistes ;) De quoi être optimiste, non ?

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    12 novembre 2014  10:12, par shaft

    Fabien

    La majorité des peuples européens ne veulent pas de cette vision federale de l Europe, c est un fait.Vous combattez l Etat Nation de toutes vos forces , c est un fait que j observe chaque fois que je lis vos articles Malgré le refus dont j ai parlé, vous persistez à vouloir faire avancer l Europe à marche forcée par le fédéralisme

    Comme Ferghane, sans doute,vous allez accuser les chefs d Etats d immobilisme ou de nationalisme. Mais reconnaissez qu en fait ce sont leurs electeurs que vous condamnez A tous, ce n est pas en abreuvant l opinion publique d arguments massues géopolitique s ou economiques que vous ferez avancer votre cause. TINA menera l Europe à sa perte

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    12 novembre 2014  09:35, par hamelin

    Tous vos propos vont à l’encontre de ce pourquoi l’Europe a été faite.

    En faisant simple et court :

    La devis « Unie dans la diversité » résume parfaitement le sens et le fondement même de l’Europe, auquel nous sommes nombreux à aspirer.

    Tenter de gommer le nationalisme, signifierait interdire la pratique de notre langue, renier notre drapeau et nos valeurs. Choses totalement impensables et infaisables même en instaurant un régime totalitaire.

    Une Europe fédérale sans états nations ça ne serait plus du fédéralisme mais plutôt quelque chose de comparable à un empire, Hors l’Europe à déjà connu cela par le passé et cela na jamais fonctionné.

    Par contre, le principe d’états-unis à l’image du fédéralisme des USA, peut parfaitement s’appliquer à l’Europe à condition de promouvoir un nationalisme européen et non pas en cherchant à détruire le nationalisme d’état qui se renforce à chaque fois que Bruxelles lui porte un coup.

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    11 novembre 2014 13:20, par Ferghane Azihari

    C’est dingue quand même. Cette manière de faire l’amalgame entre l’Etat français et l’histoire de France. Vous savez. Si demain les administrations françaises disparaissent, l’histoire demeure hein ! La culture latine ne s’est pas éteinte avec la fin de l’Empire Romain ! Culture/Histoire et bureaucratie ne sont pas liées !. Cessez d’invoquer nos « ancêtres » pour justifier l’emprise d’un État...Cela n’a vraiment aucun sens, je vous le promets :) A moins que vous soyez certains que la fragmentation des États en entités politiques plus petites incorporées dans une démocratie continentale nous rendrait moins libres ?

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    11 novembre 2014  13:01, par tnemessiacne

    "Fort heureusement, l’héritage des peuples européens ne se résume en rien à de vulgaires instances bureaucratiques. Laissons « le passé » à l’historien, pas au législateur ;)"

    Allez expliquer ça au peuple de 1789 qui a abolit la monarchie pour la république puis la démocratie en Europe, et en 1848 seconde république etc...

    Je pense que ces "vulgaires instances bureaucratiques" ne le sont pas pour tout le monde. Notre démocratie et nos institutions se sont fondées au prix de nombreux sacrifices. Dommage que vous méprisiez ce peuple.

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    11 novembre 2014 11:59, par Fabien Cazenave

    @Shaft : toujours intéressant de noter que vous présentez la volonté des peuples comme quelque chose de défini pour l’éternité... Les citoyens ont autant besoin du cadre national que local ou européen. Les nations n’ont pas toujours existé et pourtant vous en fait l’horizon indépassable, bizarre.

  • « L’Europe a toujours fait partie des valeurs de L’Obs »

    11 novembre 2014 11:55, par Fabien Cazenave

    @tnemessiacne : ça tombe bien, les fédéralistes revendiquent aussi l’application de ce modèle à la France et à l’ONU... Allez dans la rubrique « Fédéralisme » et vous trouverez votre bonheur pour mieux comprendre cette approche de la politique ;-)

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    11 novembre 2014 10:02, par Ferghane Azihari

    @Alain,

    Si par « peuple » européen, vous entendez une forme de nation à l’échelle du continent, ce n’est pas mon objectif. Le sentiment d’appartenance à l’échelle continentale doit être fondée sur des valeurs démocratiques. Je ne vois pas vraiment le rapport avec Hitler. Où suis-je en train de nier la nécessité de s’unir ? Je fais l’apologie d’une démocratie continentale depuis le début. Simplement, j’estime que cette démocratie, pour être la plus représentative possible, doit s’accompagner de la fragmentation des nations, ce qui ne revient pas à nier l’héritage historique et culturel des peuples européens.

    Fort heureusement, l’héritage des peuples européens ne se résume en rien à de vulgaires instances bureaucratiques. Laissons « le passé » à l’historien, pas au législateur ;)

    @Shaft, Certes les peuples européens sont encore nationalistes dans leur grande majorité. Et donc ? Le nationalisme a un début et il aura probablement une fin. Il faut simplement s’attacher à réformer les aspects institutionnels qui entretiennent les nationalismes qui, loin d’être inhérents aux peuples d’Europe, ne sont que des artifices inculqués par les institutions.

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    10 novembre 2014  23:41, par Shaft

    Ce que vous proposez va à l’encontre de la volonté des peuples, qui dans le contexte de la mondialisation ont besoin deu cadre national pour se retrouver et se rassurer. En vidant les nations de leurs substance, vous proposez ni plus ni moins de jeter une allumette sur un barril de poudre

  • « L’Europe a toujours fait partie des valeurs de L’Obs »

    10 novembre 2014  22:42, par tnemessiacne

    « 25% ont voté pour des partis populistes, extrémistes, nationalistes : des gens contre l’Europe. »

    31 % avec le Front de Gauche.

    Pour ma part je suis pour les rubriques Europe, ses aspects politiques, économiques, sociaux sont traités dans les pages dédiées.

    Et bientôt la RFE (Radio France Europe) comme proposé par un groupe de sénateurs de tous bords. Par contre il ne faut pas compter sur eux pour l’expliquer aux citoyens. Ils ne répondent pas. Encore une fois, vive la démocratie.

    Très bonne idée l’ICE pour la construction européenne.

    Il faut y mettre des éléments.

    Par exemple. L’élection du président européen au suffrage universel, le droit d’initiative législative du parlement européen, la création d’un service public audiovisuel européen, la création de services publics européens..., une police européenne, etc... D’autres idées ?

    Il faut des choses concrètes.

    Par contre le fédéralisme... Je n’arrive toujours pas à comprendre. On est bien pour la construction européenne sur un mode fédéraliste. Pas fédéraliste en soi même. Je veux bien que ce soit une philosophie de vie et je serais ravi d’en apprendre davantage mais encore une fois ce n’est qu’un moyen pour l’unité européenne. Sinon autant l’appliquer à la France c’est moins vaste mais une unité politique et institutionnelle un peu compliqué à changer. Sinon de l’autre côté, on parle de fédéralisme mondial, mais alors pourquoi ne pas œuvrer pour l’ONU. Après ce doit aussi être une fonction sociale, ça cimente le groupe de proclamer le fédéralisme. Enfin ce doit venir de la philosophie politique mais bon ce serait bien de connaitre ces idées de manière claire.

  • Corruption en Roumanie : Le poids d’un héritage encore vivace

    10 novembre 2014  17:37, par Komrad

    l’Europe, en l’état n’a rien apporté à un pays qui regrette de plus en plus Ceausescu, pour des raisons compréhensibles" Voici un propos largement tendancieux. S’il est vrai qu’il existe une nostalgie pour la Roumanie des années 60/70, qui bénéficiait d’une relative prospérité, il n’y a en revanche aucun regret en ce qui concerne le Ceaucescu des années 80. Quand il n’est plus resté que l’arbitraire en plus de la crise économique, la dictature s’est effondrée. La corruption actuelle est caractéristique d’un ordre politique jeune, qui ne pourra que s’améliorer. Ce ne sont pas les institutions Européennes qui sont responsables de la situation actuelle. Il faudrait aussi que les requins esclavagistes Allemands et Français cessent de faire leur marché pour fournir les agriculteurs de leurs pays respectifs en « travailleurs détachés », par exemple.

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    10 novembre 2014  16:40, par Alain

    Quelle vision d’horreur :
    - la gouvernance par la rationalité aurait poussé Churchill a accepté l’offre de paix de Hitler en 1940 ....
    - la fragmentation apporte certes plus de démocratie locale mais tue la démocratie dite fédérale (déjà qu’un pays avec un parlement ayant aussi peu de pouvoirs que le parlement européen, déjà l’absence de droit d’initiative, serait traité de démocratie bidon ...), donc plus de pouvoir pour décider d’un rond-point mais aucun pour empêcher les entrées en guerre
    - c’est exactement ce que veut l’oligarchie internationale, des communautés démocratiques petites et sans vision commune, leur laissant le champ libre sur tout sous couvert d’un « parlement interétatique » miné par la corruption
    - c’est par leur union, et pas par leur fragmentation, que des peuples ont fait quelque chose de grand, comme il n’est pas vraisemblable de créer un peuple européen dans un avenir à moyen terme, il ne faut pas détruire le ciment existant

    L’Europe actuelle est d’une inefficacité et incompétence inversement proportionnelle aux salaires de ses fonctionnaires : la cour des comptes européennes a révélé que 93% du budget était affecté d’erreurs « matérielles » et que 7 Mia avaient été dépensés sur des projets n’ayant rien à voir avec la destination des budgets correspondants !!!!

    Si c’est l’objectif final de la construction européenne, il faut souhaiter son échec. Aucune civilisation, aucun pays ne s’est construit sur une page blanche annihilant ce qui la précédait, il y a toujours eu assimilation du passé, pas éradiquation

  • 25 ans après la chute du Mur de Berlin, le projet européen doit évoluer

    10 novembre 2014 12:57, par Fabien Cazenave

    Merci Philippe de votre commentaire et de votre proposition. Pour le mot fédéral, non ce n’est pas un gros mot. Comme ce texte était publié sur le Taurillon, cela explique sûrement pourquoi il a été oublié : c’est une évidence ici ;-)

  • 25 ans après la chute du Mur de Berlin, le projet européen doit évoluer

    10 novembre 2014  11:45, par Pollicand Philipppe

    Bravo mon cher Fabien pour votre analyse sur la situation de l’Europe dans le cadre de l’Union européenne ; juste un reproche : pas une seule fois vous ne citez le mot fédéralisme, serait-ce devenu un gros mot inemployable dans tous textes défendant l’avenir de l’Europe ? Plus sérieusement, je suggère pour parvenir à un État fédéral européen, la clause de l’ICE du million de citoyens européens, proposant, une fois cette ICE signée de la déposer au Parlement européen sous forme d’une pétition, demandant à ce Parlement de s’autoproclamer Assemblée constituante dans le but de devenir un État fédéral européen avec les peuples ayant signé « La Déclaration d’indépendance des Citoyens Européens ». Fier d’être fédéraliste ; Philippe Pollicand

  • Quelles différences entre les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne ?

    9 novembre 2014  03:45, par european

    VOUS AVEZ LOUPÉ L’UNE DES PLUS GROSSES DIFFÉRRENCES !!! L’ARMÉE !!! Les USA ont une armée qui n’obéit qu’au gouvernement fédéral, donc si un état des usa veut prendre une décision militaire pour agir à l’autre bout du monde il doit convaincre le gouvernement fédérale. Parcontre un état européen a son indépendance militaire et peut prendre les décisions qu’il veut sans l’accord du gouvernement européen et du moment qu’il respecte les droits de l’homme.

  • L’Europe est un projet de dénationalisation et tant mieux !

    9 novembre 2014 00:41, par Ferghane Azihari

    Le fait est que la dissolution des Etats-nations, ou plutôt devrais-je dire, leur fragmentation en multiples entités politiques, conforterait l’effectivité des valeurs démocratiques. Vous ne pouvez pas nier cela. Après est-ce une raison suffisante pour vouloir la fin des nations ? Pour moi, oui.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos