1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 >

Derniers commentaires

  • L’évidence Mogherini ?

    6 octobre 2014  18:29, par Fédéraliste31

    Analyse très intéressante et très juste de la situation actuelle de l’Union. Toutefois prenez garde à vérifier vos informations. En effet la présidence de l’Eurogroupe est assurée depuis 2013 par un néerlandais du nom de Jeroen Dijsselbloem qui appartient au parti travailliste (de tendance social-démocrate) et non pas au PPE.

  • Controverse : Un projet de loi sur le péage des routes allemandes

    6 octobre 2014  10:55, par Bernard Giroud

    Les sujets de discorde peuvent se multiplier à l’infini, lorsqu’on s’engage dans les mauvaises pentes.

    Pour coopérer, il faut faire acte de prévoyance, réflexion et liberté. Cela nous permettrait d’examiner avec calme les sujets d’intérêts communs, dans l’énergie par ex., ici dans le transport.

    Comme l’exprimait l’auteur d’un article précédent, cette situation de guerre économique entre nos pays européens affaiblit le niveau général. Il nous éloigne de la maitrise de notre devenir ;

    Tout le problème est de trouver les acteurs lucides, dans toutes les sphères de nos sociétés démocratiques qui peuvent concourir à redresser le cap.

    Le premier point serait de nous faire une opinion libre, (dépassionnelle, actualisée), avec des techniciens ( ou praticiens) de différents bords, sur ces réalités des transports et de l’énergie.

    On pourrait ainsi reprendre la route d’un progrès soutenu , parce que compris, donc maitrisé dans sa construction.

  • Controverse : Un projet de loi sur le péage des routes allemandes

    6 octobre 2014  05:20, par Xavier C.

    Mais pourquoi ne suppriment-ils pas la taxe Kfz-Steuer (payée seulement par les Allemands) pour instaurer seulement une vignette (payée par les Allemands et les étrangers), comme en Suisse ?

    Utilisateur-payeur, cela a du sens.

  • La protection des données personnelles sur internet par le droit européen

    3 octobre 2014  16:00, par Hadrien Bajolle

    Bonjour, Merci pour votre commentaire. Je ne peux malheureusement pas vraiment vous aider dans votre choix de manuel. Ha.

  • Après Lampedusa, quelles solutions au problème migratoire en Europe ?

    2 octobre 2014  19:03, par SANTORO

    Bonjour,je me permets de réagir à ce sujet comme une citoyenne européenne née en Afrique. Je pense pour ma part que la solidarité européenne seule ne peut suffire à venir à bout du problème migratoire aux portes de l’Europe. Je pense que les dirigeants africains doivent être conduits à prendre leurs responsabilités vis-à-vis des fonctions qui leur sont propres. A cet effet,j’ai écrit un papier pour la commission européenne où je serai le 6 Novembre prochain pour la conférence sur les « défis européens ». Merci pour votre disponibilité,souhaitant une belle collaboration dynamique pour trouver ensemble des solutions plus viables. Bravo à l’UE pour tout ce qu’elle fait et entreprend dans les relations Europe-Afrique. A bientôt, Béatrice Santoro

  • La protection des données personnelles sur internet par le droit européen

    2 octobre 2014  13:57, par tnemessiacne

    Article impressionnant, ça change.

    J’aurais une question, auriez-vous des ouvrages clairs et synthétiques sur le droit « pratique » européen à partager ?

    Je vous remercie

  • Lettre ouverte à Jean-Claude Juncker concernant la désignation de M Tibor Navracsics en qualité de Commissaire européen pour l’Education, la Jeunesse, la Culture et la Citoyenneté

    2 octobre 2014  06:54, par Hans L. Schmid

    Les citoyens dans toute l’Europe peuvent exprimer leur opinion sur l’avenir de l’Europe directement sur www.our-new-eurpe.eu

  • Pourquoi NewDeal4Europe ? (2)

    1er octobre 2014  11:37, par Bernard Giroud

    Excellent article fondamental , Bernard.

    Un point cependant : je ne vais pas prétendre à la puissance excessive d’un Poutine –Orban FN, ;Ceux ci ne sont que le reflet de l’épaisseur du cerveau de certains de nos compatriotes (ici ou ailleurs) égale à un pois chiche.

    La raison de ce désordre est beaucoup plus profond et humain : Il réside dans l’homme lui-même, dans chacun d’entre nous ; D’une façon ou d’une autre, en ayant trop peur d’un avenir que nous avons peine à imaginer ou à construire, nous organisons notre propre enfermement.

    Tout sujet nouveau, toute adaptation nouvelle est toujours susceptible de ne pas aboutir ; C’est du moins ce que l’on croit , lorsque l’on est en amont de ce qui nous parait une montagne.

    En fait il faut avoir le courage de se jeter à l’eau, de casser certains principes, les modifier, les améliorer. En cours de route, l’on s’aperçoit que la vérité industrielle des 85% d’amélioration de l’invention, s’accomplit en cours de route, au cours de la réalisation de cette amélioration, "au fil de l’eau" ; Il faut toujours compter aussi avec le « hasard », idée qui n’est ni plus ni moins celle du sens de l’adaptation rapide, aux circonstances.

    Donc OK pour dire « Niet » à l’impérialisme dogmatique du sacro saint véto ; (Cependant la rigueur allemande est parfois utile) ; Mais il faudra, par ex. bien réexpliquer à tous et chacun que chaque fois, que l’on intervient, en un lieu ou région, sur le plan du commerce (par ex). on s’en rend solidaire, et que si « je permet à tes vaches de venir brouter, un moment, dans mon pré, notre intérêt commun, c’est de le faire repousser ».

    L’analyse est bonne comme je te l’ai dit ; C’est maintenant l’application de la nouvelle direction qui est à définir et à mettre en œuvre ; C’est à mon avis, plus complexe qu’un simple description telle que formulée dans l’ICE, UEF  ; Cette nouvelle direction va nécessiter de trouver les cerveaux, les géniaux, les généreux, dans l’industrie, grands ou petits, ou dans l’initiative publique, , qui seront capables de la mettre en œuvre en la prenant à bras le corps ; Il faudra que nous y participions en « pataugeant » parfois.

  • Les europhiles n’ont pas le droit de critiquer les nationalistes

    30 septembre 2014 12:49, par Ferghane Azihari

    Il y a deux conceptions de la politique ou plus modestement du militantisme.

    Celle qui consiste à dire qu’il faut se soumettre à une opinion publique apeurée, et celle qui consiste à dire qu’il faut changer cette opinion dès lors qu’elle n’est pas conforme à des valeurs bienfaisantes. J’appartiens à la seconde école.

    Vous admettrez que le concept de citoyens du monde n’est pas mauvais en soi. De nombreux pays ouvrent leur citoyenneté locale aux extra-communautaires. Il suffit simplement d’appliquer la logique à l’échelle continentale.

    Et ce que je vais dire va sembler cynique mais n’en demeure pas moins vrai selon moi : le fait est que la citoyenneté européenne est aujourd’hui considérée comme une citoyenneté de seconde zone, il nous faut expérimenter sa post-nationalisation dès maintenant pour montrer aux Européens que celle-ci tend vers le progrès humain.

    L’utopie consiste à vouloir reproduire un nationalisme mortifère à l’échelle du continent en dépit de la mosaïque qui l’agite. Je pense qu’une approche universelle a bien plus de chance de conforter « unité dans la diversité » qu’une approche mythologique aux contours totalement arbitrairement définis.

  • Les europhiles n’ont pas le droit de critiquer les nationalistes

    30 septembre 2014  10:32, par tnemessiacne

    @ polochon

    Tout à fait d’accord.

    Je rajouterais qu’il ne faut pas oublier que le 25 mai 2014 aux élections européennes le FN est devenu le 1er parti de France dans les Urnes !

    25 % de suffrage contre 18% pour l’UMP/PPE.

    C’est la première fois dans l’histoire de France je pense qu’un parti d’extrême droite est devenu le 1er parti de France...

    « Malheureusement » les réactions c’est souvent « oh bac c’est une déception » et rien ne change et tout s’amplifie.

    @Xavier C.

    « Purge » car c’est un mot employé pour signifier réduction des déficits. On peut dire assainissement des finances mais c’est trop soft. Ou régime express.

  • L’indépendance de la Catalogne, un danger pour l’Espagne ?

    30 septembre 2014  10:21, par xaro

    Pour opiner sur le problème de la Catalogne avec son oppresseur l’Espagne, il faut vivre là-bas. Catalogne paie des millions pour les autres communautés, et le gouvernement retourne une petite quantité, que nous laisse sans argent pour paier presque rien. Un exemple : le TGV espagnole ça fait plus de 20 anys qui va arriver a l’Andalusie dès Madrid. Catalogne, plus a côté d’Europe a été le dernier coin pour avoir le train. Nous sommes les derniers pour améliorer notres rutes, notres R.E.R., etc. et pourtant dans la Catalogne, en contre des impôts, (superieurs au reste d’Espagne), nous faissons « pusser » les emplois, et nous sommes capables de faire que quelques entreprises importants du monde, ont mis ses usines et bureaux à Barcelone.... Nous parlons catalán et castillane sans difficulté, (il faut se rappelé de que dans l’Espagne il y a quatre langues : le castillán, le catalán, le galego et l’euskera, encore que Madrid voudrais que soit le castillane (dit pour eux « espagnol »), soit la langue de tout le monde..!) Pourquoi interdire notre langue dèsde le gouvernement central ? Pourquoi interdire aussi la demande de faire une consultation pour savoir les désires des catalans pour être indépendants o pas ? La démocratie pour Rajoy c’est quoi ? Interdire, souspendre, continuer les idées du dictateur anterieur ? Les catalans nous sommes fatigués de supporter des insultes, haine, mensonges,etc. Nous voulons voter per savoir l’opinion et les désires des citoyans de la Catalogne, c’est juste et démocratique..! ...

  • Les europhiles n’ont pas le droit de critiquer les nationalistes

    30 septembre 2014  07:57, par polochon

    Toujours très particulier à lire... Le concept de citoyen du monde est celle des idéaliste/utopistes. Ce n’est pas ce que veulent les peuples européens. Il suffit de le constater par les résultats des élections . Cette vision qui n’est pas réaliste ne peut faire que le jeux des partis extrêmes en faisant peur aux français et aux européens. Un peuple se réunit sur une histoire et une identité commune. Par sur des notions vagues de rêveurs.

  • Pourquoi NewDeal4Europe ? (2)

    29 septembre 2014  03:44, par Xavier C.

    Pourquoi parlez-vous de « purge » ?

    Un État peut avoir un budget très faible ou un peu budget très élevé (nombreux services par exemple), peu importe. Mais est-il si dingue de penser qu’il faut avoir un budget équilibré ? Qu’il est fondamentalement malsain d’avoir un budget instable et déficitaire à répétition ?

    Mon point reste le suivant : M. Barthalay parle d’un fondamentalisme budgétaire (stabilité et équilibre) 1) comme si cela était mauvais (prône-t-il l’instabilité et le déficit ?) et 2) comme si c’était la règle (qu’on me montre donc les pays qui sont « victime » de ce fondamentalisme..... quel pays peut aligner 30 ans de budget à peu près équilibré ?).

    Bref. C’est le fantasme total. Et NewDeal4Europe est donc basé sur un fantasme.

    Il convient d’être lucide et réaliste : nos problèmes actuels proviennent en partie de ce déficit et la solution, sur le long terme, réside dans un budget équilibré. Encore une fois, cela n’influe pas sur le « modèle » : on peut opter pour un État frugal qui ne s’ingère pas dans l’économie ou bien un État très dépensier qui redistribue à tour de bras.

    Tout le reste, avec leur belle économie numérique et écolo, c’est de l’esbroufe. Ils achètent une éphémère sacro-sainte croissance sur le dos de nos enfants, c’est scandaleux.

  • Pourquoi NewDeal4Europe ? (2)

    28 septembre 2014  19:02, par tnemessiacne

    @Xavier C

    Mais il n’y a pas d’alternative à la « purge » ? Ce n’est que qu’une question de délais ?

    Le pour le contre. Peut-être qu’un « économiste » (étudiant ou sympathisant) peut répondre à cette difficile question.

    En 97 et 2007 il y avait un certain déficit et 3 % de croissance avec un chômage en légère baisse.

    Le changement idéologique après la belle époque, 1929, 1945 et 1971. La nouvelle révolution industrielle, écologique, numérique et, démocratique. L’avènement de l’Union européenne

  • Pourquoi NewDeal4Europe ? (2)

    28 septembre 2014  01:09, par Xavier C.

    « un double fondamentalisme : de stabilité budgétaire et d’équilibre budgétaire » Dont on n’a pas vu la couleur en France depuis les années 80 !

    Et COMME PAR HASARD, les États qui ont un budget stable et équilibré, qu’ils optent pour une politique redistributrice ou frugale, sont ceux qui s’en sortent le mieux, surtout sur le long terme.

    Inutile d’aller chercher plus loin.

  • 22 propositions pour l’Europe de demain

    25 septembre 2014  04:58, par Xavier C.

    #11 Une banque centrale ne peut pas avoir comme mandat « l’emploi ». Elle ne peut pas créer d’emplois. On ne crée pas d’emplois en imprimant des billets, ni en modifiant le taux directeur.

    #12 Soigner la dette par de la dette... Faire payer tous les Européens pour des dettes contractées localement... AVANT de parler de mutualiser une dette, faisons donc respecter les traités. Les pays de la zone euro ne devaient pas dépasser les 3% de PIB de déficit, ceux qui sont actuellement dans une merde prodigieuse sont passés outre le traité de Maastricht, allègrement et avec grande légèreté. En aucun cas nous devrions mutualiser leurs dettes. Cessons de prendre les contribuables européens pour des pigeons à disposition pour essorer le manque total de responsabilité d’une certaine classe politique démago.

    #13 Cela porte un nom : centralisation. Nous devrions faire exactement l’inverse et bien des fédérations se passent de ces taux minimaux et maximaux, et de ces salaires minimums, etc. Ne nous essuyons pas les pieds sur le principe de subsidiarité pour atteindre une égalité matérielle inatteignable et fondamentalement liberticide.

    #18 Autrement dit, incarner la propagande ?

    #19 #20 Franchement, c’est ça l’Europe de demain ? Instrumentaliser l’histoire pour former nos têtes blondes et créer des chaînes publiques, que personne ne regardera ?

    Ces points sont clairement d’inspiration socialiste, sont coûteux, inefficaces et liberticides.

    Je rejoins Ferghane sur le fait que certaines propositions sont partisanes, or, les JE étant une asso transpartisane, l’ensemble des propositions devrait l’être.

    Les propositions pour l’Europe de demain, ça se résume en quelques mots et il s’agit en fait simplement de reprendre les principes mis en avant par l’UE, mais pas toujours appliqués avec un grand zèle :
    - principe de subsidiarité
    - respect de la diversité (linguistique, culturelle, religieuse, fiscale, sociale...)
    - unis dans cette diversité (donc faire front commun avec une armée commune et une diplomatie commune)
    - défense de la plus petite minorité : l’individu.

    Bâtir un État européen omnipotent et obèse n’est absolument pas une perspective attrayante. Cessons un peu de penser « État », laissons donc de la place aux Européens (associations, citoyens, entrepreneurs, etc.).

  • Que faut-il retenir de la conférence de presse de François Hollande ?

    24 septembre 2014  21:36, par Giraud jean-guy

    Excellente analyse - à laquelle on pourrait ajouter les points suivants :

    - la France (gauche et droite confondues) demeure obstinément réfractaire aux Institutions non-intergouvernementales de l’UE : Commission et Parlement. Ce n’est pas le cas de l’Allemagne qui respecte - voire même protège - leur légitimité et leurs compétences,

    - la prise de position du Président français sur le referendum écossais constituait un « obiter dictum » malvenu ; le referendum ayant été décidé par le Parlement britannique, la France n’avait pas à s’engager en faveur d’une des thèses en présence,

    - par « défense européenne », la France (gauche et droite confondue) entend : accords intergouvernementaux à la carte sans intervention des Institutions autres que le Conseil européen ; cette approche est très minoritaire parmi les États membres et inacceptable pour l’Allemagne,

    - l’Allemagne affiche de plus en plus clairement son peu d’appétit pour une coopération intergouvernementale franco-allemande dans les domaines régis par les Traités ; elle entend remettre les Institutions (y compris la Commission et le PE ) au centre du jeu comme le prévoient ces Traités,

    - l’approche française, récemment réitérée par le premier ministre à Berlin, concernant le Pacte de stabilité (et la règle des 3% et 60% en matière de déficit et de dette) ne sera pas soutenue par Berlin qui respectera le point de vue et les propositions de la Commission ; il est même possible que la majorité requise des États membres soit sur la même ligne.

    Au delà, de tous les problèmes auxquels elle doit déjà faire face, la France risque de voir fortement déstabilisée sa position au sein de l’UE dans les mois qui viennent. Son attitude inutilement désinvolte - voire parfois carrément méprisante - vis à vis des Institutions ne crée pas un climat propice à la défense de ses intérêts. JGG

  • Les europhiles n’ont pas le droit de critiquer les nationalistes

    24 septembre 2014  21:18, par Bernard Giroud

    Merci Monsieur Ferghane de cet article de haute tenue

    Je sais bien que le Christ allait jusqu’à dire : « Si l’on te frappe sur la joue droite, tend la gauche..." ; Ainsi ont fait les martyrs, qui ont contribué à répandre l’idée chrétienne du fondamental lien universel entre le Créateur et les crées, l’amour. Combien d’entre nous sont capables de comprendre le fait, et surtout de le reproduire ?

    L’Europe, une construction pacifique, à rebours des guerres de conquêtes et de soumissions forcées ; Pour la première fois dans l’histoire, des peuples par dizaines s’assembleraient sans guerre !

    C’est bien ce nous avions compris du message de nos pères.

    Cependant, en revenant sur terre, dans le monde tel qu’il est, s’il est bon de se rappeler la haute valeur du principe, il n’est pas non plus interdit d’être "prudent comme le serpent", comme le disait encore le christ.

    Donc, à faire le tour de la question, une idée me conviendrait bien, qui consisterait (par sa cervelle, l’avance technologique par ex.,) à assurer sa propre sécurité, sans nuire irrémédiablement à l’adversaire tueur, pour lui permettre de reprendre ses facultés raisonnables et humaines.

    Ainsi, pour un groupe humain comme le notre, l’idée de nos pères, la paix, ne nous ferrait pas courir le risque dans ce monde réel, d’être, comme ont peut le craindre aujourd’hui, la poule aux œufs d’or qu’il faut ménager et dont on peut se servir jusqu’à...…, jusqu’à…, jusqu’à… ?

    La fin.

  • Les europhiles n’ont pas le droit de critiquer les nationalistes

    24 septembre 2014  19:43, par Bernard Giroud

    Merci ,Monsieur Ferghane pour cet article de haute tenue.

    Je sais bien que le Christ allait jusqu’à dire :« Si l’on te frappe sur la joue droite , tend la gauche... » ; Ainsi ont fait les martyrs, qui ont contribué à répandre l’idée chrétienne du fondamental lien universel entre le Créateur et les crées.

    Combien d’entre nous sont capables de comprendre le fait, et surtout de le reproduire ? L’Europe, une construction pacifique , à rebours des guerres de conquêtes et de soumissions forcées ; Pour la première fois dans l’histoire, des peuples par dizaines s’assembleraient sans guerre ! C’est bien ce nous avions compris du message de nos pères.

    Cependant, en revenant sur terre, dans le monde tel qu’il est, s’il est bon de se rappeler la haute valeur du principe, il n’est pas non plus interdit d’être « prudent comme le serpent », comme le disait encore le christ.

    Donc, à faire le tour de la question, une idée me conviendrait bien , qui consisterait (par sa cervelle, l’avance technologique par ex.,) à assurer sa propre sécurité, sans nuire irrémédiablement à l’adversaire, pour lui permettre de reprendre ses facultés raisonnables et humaines, lorsqu’il devient tueur.

    Ainsi, pour un groupe humain comme le notre, l’idée de nos pères, la paix, ne nous ferrait pas courir le risque dans ce monde réel, d’être, comme ont peut le craindre aujourd’hui, la poule aux œufs d’or qu’il faut ménager et dont on peut se servir jusqu’à...…, jusqu’à…, jusqu’à… ?

    La fin.

  • Les europhiles n’ont pas le droit de critiquer les nationalistes

    23 septembre 2014  14:22, par Ben

    L’humanité a connu pour longtemps le nomadisme, et la technologie et la globalisation vont a nouveau (mais de façon évolué) nous faire retourner vers ce type d’organisation sociale, à ce moment, nations et drapeaux n’auront plus aucun sens d’exister. Le monde est plein d’efforts de coopération de tout sortes, l’Union Européenne n’est que une d’entre elles. Faut pas oublier l’UNASUR, L’ASEAN, L’Union Africaine, etc. Transports, commerce et communication sont la clef. La dimension du vivre humain n’arrête pas de évoluer et s’agrandir depuis l’histoire de l’humanité, penser que l’état-nation est la dernier dimension possible est complètement insensé. Non, le futur est continental, puis sera planétaire. Je ne dit pas que ça sera simple, je ne dit pas non plus que des régressions de dimension poussé par la peur (le plus grand ennemie du progrès de l’humanité) n’est pas possible, malheureusement. Au contraire, cela semble presque inévitable, quand l’humanité avance de deux pas, la peur la fait régresser d’un, ça s’appelle « réaction »*, le cancer de l’humanité.

    *http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9action_(politique)

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos