• Ida et le cinéma européen

    Le film Ida a reçu à la mi-décembre le Prix Lux décerné chaque année par le Parlement européen. Le 22 février, c’est le prestigieux Oscar du meilleur film étranger que ce film polonais a décroché. Quelles volontés politiques derrière le Prix Lux, une fête du « cinéma européen », où le Parlement joue les maîtres de cérémonie ? Peut-on véritablement parler de cinéma européen ?

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 >

Derniers commentaires

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015  18:16, par shaft

    Tout ce que je veux dire, c’est qu’il faut prendre des mesures pour protéger les citoyens européens au moment où nous sommes en guerre contre l’Etat Islamique.Que partant de ce fait, la libre circulation peut faciliter les attaques terroristes et qu’il faut trouver un équilibre dans l’intérêt de tous.J’avoue que de mon côté, je suis en panne d’idées

  • L’Europe face à l’islam radical

    17 février 2015  17:28, par Luc

    Justement Ferghane, tous les exemples historiques que tu cites ont mal fini. De l’Algérie aux Balkans où l’Empire Ottoman a fini pas être dégagé. Ca donne pas envie de retenter quoique ce soit. Je pense que ce serait un suicide collectif.

  • L’Europe face à l’islam radical

    17 février 2015  16:14, par Guillaume Bucherer

    Ferghane vous semblez confondre « dialogue » avec « intégration ». Je ne vois pas en quoi l’exclusion de la Turquie de l’UE c’est ne pas reconnaître des liens qui existent entre les nations autrefois occupées et la Turquie d’aujourd’hui.

    Enfin, pour une intégration dans une seule structure en vue d’une coexistence pacifique, il existe l’ONU. Je crois que vous vous méprenez depuis très longtemps l’institution que vous souhaitez défendre : si vous voulez du multiculturalisme, une intégration qui n’exclue personne, et une pure logique rationnelle, vraiment, défendez l’ONU, et je vous rejoindrai sur tous les points que vous développez.

    Et dire que l’abandon de la démocratie libérale par la Turquie est la faute des Européens, c’est prolonger un meaculpa destructeur (sur lequel je ne m’arrêterai pas), et c’est faire bien peu cas du choix responsable des citoyens et des responsables turcs.

  • L’Europe face à l’islam radical

    17 février 2015 15:21, par Ferghane Azihari

    Heureusement qu’on n’a pas appliqué cette logique à la France quand l’Algérie était encore en son sein (ainsi que la plupart des pays africains qui constituaient son empire colonial). :D

  • L’Europe face à l’islam radical

    17 février 2015 15:15, par Ferghane Azihari

    Très belle conclusion. Il faut rompre avec cette logique qui vise à confondre les frontières civilisationnelles (dont les contours sont parfaitement arbitraires) avec les frontières politiques afin d’amorcer une coexistence pacifique. Reprendre les négociations avec la Turquie pour lui faire retrouver la voie de la démocratie libérale qu’elle semble dédaigner par notre faute et par notre hypocrisie semble opportun.

    Mais puisque Guillaume Bucherer semble à tout prix vouloir exclure la Turquie sur des fondements culturels arbitrairement choisis...que dites-vous aux pays de l’UE qui ont été occupés par l’Empire ottoman pendant quelques siècles ? Qu’ils ne font pas partie de l’histoire européenne parce qu’ils ont noué des liens historiques étroits avec ce qui est aujourd’hui la Turquie ? Ou bien faut-il cesser de nier qu’il existe de puissantes interdépendances culturelles et historiques entre l’Europe et cette région du Proche-Orient, pour le meilleur comme pour le pire ?

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015 15:05, par Ferghane Azihari

    Donc à vous entendre, parce qu’une partie des terroristes sont également français, il faudrait également institutionnaliser des contrôles frontaliers à l’intérieur même du territoire français administré par l’État ?

  • L’Europe face à l’islam radical

    17 février 2015  12:05, par Guillaume Bucherer

    Alala...c’était bien amené jusqu’au dernier paragraphe.

    C’est la dilution des valeurs qui permet à des jeunes de se tourner vers le Djihad dites-vous. Or les valeurs sont issues d’une identité, elle-même issue d’une tradition, qui effectivement n’ont rien « d’universel » (il faudrait en effet être très arrogant pour le penser !)

    A l’heure où l’Europe est floue, vous voudriez inclure une Turquie qui s’est faite complaisante à l’égard de Daesh, qui emprisonne des journalistes, qui persécute des chrétiens, qui détruit le patrimoine arménien sur son territoire ? Ca ne ferait que brouiller les pistes, que rajouter du flou à un ensemble qui doit justement se regrouper d’un seul bloc envers ses plus petits dénominateurs communs. L’UE sera forcément amené à exclure. Puisqu’elle possède un qualificatif : « européen », elle exclura forcément les pays qui ne le sont pas. Et c’est une très bonne chose, puisqu’on ne se définit soi-même que par rapport à un Autre avec qui nous entrons en relation.

    Et enfin, il faut arrêter de faire du chantage : pourquoi devrais-je montrer que l’UE est une « union de tolérance » ? 5 pays candidats, ce n’est pas suffisant ? Une charte des droits fondamentaux, n’est-ce pas suffisant ? Une Union fondamentalement laïque dans ses textes fondateurs, n’est-ce pas suffisant ? Nous faisons l’UE pour nous. Pas pour plaire à je ne sais qui.

  • L’Europe face à l’islam radical

    17 février 2015  12:01, par Luc

    Intégrer la Turquie ne résoudrait absolument rien. Les fanatiques ne raisonnent pas comme nous. Leur vision est biaisée. Ils visent toute région qu’ils estiment hostiles, qu’elle appartienne ou non à un ensemble qui comprend des musulmans. La preuve, c’est qu’il y a des musulmans dans les pays attaqués mais ça ne les empêche pas d’attaquer. Ces gens là sont capables de tuer aussi bien musulmans que non musulmans. Ils l’ont prouvé à maints reprises. Sans compter que la Turquie plongerait l’UE entière dans la poudrière du Moyen-Orient. C’est hors de question.

    Et puis on peut vraiment se questionner sur le côté démocrate ou laïque de ce pays qui est en train de s’en éloigner peu à peu.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015  11:52, par shaft

    Ferghane

    N’avez-vous pas remarqué que les terroristes sont des européens musulmans ?Ce sont des citoyens européens qui commettent ces massacres et qui bénéficient de la libre circulation pour frapper où ils veulent.Qu’avez vous à proposer d’autres que des contrôles intérieurs pour les empêcher de frapper ?Si la liberté de circuler est un droit qu’en est-il de la iberté de vivre en sécurité ?

    L’idée-force de l’Europe c’est la paix ne peut pas exister sans sécurité or où est la paix aujourd’hui en France et au Danemark ? Que proposez-vous alors en ce qui concerne nos frontières extérieures ?

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015 02:11, par Ferghane Azihari

    " peut-être que le projet européen tel qu’il est actuellement, parce qu’il repose plus sur des questions d’appartenance culturelle, devrait être disloqué."

    Dans ce cas, je suppose que vous militez aussi pour la dislocation de l’Etat français dont la légitimité repose bien plus sur une prétendue identité nationale que sur une convergence d’intérêts.

    " Je ne pense pas que tous les Etats membres aient les memes besoins (ni les mêmes enjeux à défendre...) derrière une politique de diplomatie quelconque. Pensez-vous sincèrement qu’une politique uniforme , « intégrée » est possible ?"

    Là aussi, il vous faut être cohérent avec votre pensée et souhaiter l’abolition de la diplomatie française en ce que l’Ile de France n’a pas les mêmes intérêts stratégiques que l’Auvergne ou la Guadeloupe.

    Mais vous savez quoi ? Je vais aller plus loin que votre propre raisonnement. Je pense sincèrement que "l’intérêt public" est totalement dépourvu de contenu, qu’il ne renvoie à aucune réalité "neutre". La notion d’intérêt public n’est qu’un vocabulaire politique au service de nos gouvernements pour justifier leurs actions et asseoir leur pouvoir.

    Dans ces conditions, si je souhaite une diplomatie européenne intégrée, ce n’est pas pour défendre un prétendu intérêt public européen qui n’existe pas (pas plus qu’il n’existe un intérêt public national/local/régional). Non. La finalité d’une diplomatie européenne doit être ailleurs. Elle doit servir de vecteur d’influence, une forme de soft power pour promouvoir la dépolitisation et l’individualisations des relations internationales partout dans le monde pour conforter l’autonomie des sociétés civiles et la portée universelle des libertés des individus qui les composent indépendamment de toutes les barrières nationales qui peuvent exister.

    la seule manière d’y arriver, c’est d’asseoir la puissance publique européenne sur une citoyenneté fondée sur la résidence afin que l’Europe évite de développer une conception nationaliste de ce que devrait être sa politique extérieure.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015  00:51, par LiseT

    Merci pour votre réponse. Si les interets divergent au niveau européen, de la même manière qu’au niveau national, peut-être que le problème est moins de créer des communautés sur la base de la géographie (à mon sens, une communauté européene se définit d’abord par son inscription dans l’espace... européen !) mais sur une sorte de système global de défense d’intérêts, des regroupements de points de vue plutôt que ce que nous avons actuellement. Bien sur, nous ne pourrons jamais avoir tout le monde d’accord (enfin, j’espère... un monde sans contradiction serait fort dommageable pour l’exercice de nos pensées !) mais peut-être que le projet européen tel qu’il est actuellement, parce qu’il repose plus sur des questions d’appartenance culturelle, devrait être disloqué. A la place, des confrontations de points de vue sur la scène internationale, je me risquerais peut-être meme à dire des « interets de classe » seraient plus profitable. Actuellment, parler d’Union Européenne, ca ne veut pas dire grand chose... à moins que vous puissiez me soutenir ne serait-ce qu’une mesure qui ait été véritablement populaire auprès de chaque membre.

    Mais enfin, pour revenir au coeur du sujet de l’article... Je ne peux pas vous suivre quant à une politique de diplomatie europeenne... Je ne pense pas que tous les Etats membres aient les memes besoins (ni les mêmes enjeux à défendre...) derrière une politique de diplomatie quelconque. Pensez-vous sincèrement qu’une politique uniforme , « intégrée » est possible ? si vous reconnaissez que les interets de chacun sont différents, vous m’accorderez le droit de douter à la possibilité d’une politique diplomatique unifiée...

    Très cordialement.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    17 février 2015 00:16, par Ferghane Azihari

    Et pourquoi décréter le fait que c’est précisément entre les Etats membres que doivent s’institutionnaliser des contrôles ? Pourquoi pas à l’intérieur même de ces Etats pendant qu’on y est ? Imagineriez-vous des politiciens nationaux proposer de renforcer les contrôles entre les régions/entre paris et la banlieue/entre les départements au nom de la lutte contre le terrorisme ? Cela est inimaginable, n’est-ce pas ? Eh bien je ne vois aucune raison de ne pas appliquer le raisonnement analogue à l’échelle européenne.

    Enfin, à l’heure où l’idée de restreindre nos libertés au profit de notre sécurité redevient à la mode, je me permets de partager une petite citation de Benjamin Franklin que je trouve tout à fait adaptée à la situation :

    « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  23:13, par shaft

    Nous sommes pris entre la libre circulation et la nécessité de nous protéger.Aujourd’hui tout le monde même les terroristes peuvent circuler librement.Que vaut la libre circulation si elle entraîne la perte de vies innocentes ?

    Ne serait-il pas logique en ce moment de contrôler la circulation au sein de l’Union pour nous protéger tous ?

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015 20:08, par Ferghane Azihari

    Tout dépend du domaine en question. En matière de politique migratoire, je maintiens qu’un espace de libre-circulation continental offre plus de libertés qu’un espace national de libre-circulation.

    Je n’ai jamais dit que l’échelle européenne était la plus adéquate pour toutes les politiques.

    Enfin vous parlez des intérêts qui divergent entre Etats-membres. Je vous fais cependant remarquer que ces intérêts ne sont pas plus uniformes et convergents à l’intérieur des Etats-nations, pas plus qu’ils ne le sont à l’intérieur des régions, des départements ou des communes.

    Cordialement.

  • Doit-on livrer des armes offensives à l’Ukraine ?

    16 février 2015  19:55, par Thomas

    @ Lame,

    Votre pensée, visiblement restée à l’époque de la guerre froide, ne correspond à aucune réalité du monde dans lequel nous vivons. Pour démontrer l’agressivité américaine dans l’épineux dossier ukrainien, j’ai cité dans un autre sujet la venue du directeur de la CIA à Kiev il y a quelques mois et celle du secrétaire du département d’Etat il y a quelques jours. Avez-vous déjà vu le directeur du FSB ou encore le ministre russe des affaires étrangères se rendre dans un pays frontalier des Etats-Unis pour y conseiller le gouvernement en place ?

    L’hystérie anti-russe, que vous relayez, à été dénoncée par plusieurs personnalités politiques européennes, conscientes du danger d’une politique d’agression et de tension vis-à-vis de la Russie. Les pays européens doivent lutter contre l’esprit de guerre, répandu par les fous et les inconscients, qui seront néanmoins les premiers à fuir lorsque la situation leur aura complément échappé et que les lignes rouges de la guerre auront été franchies.

    Si l’Europe c’est la paix, elle doit le prouver en favorisant une solution politique et diplomatique au conflit. Elle ne la trouvera pas seule, mais ce n’est certainement pas en prenant en armant une des parties qu’elle le fera. L’odeur du sang, que vous semblez aimer, annonce rarement la paix.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  19:50, par LiseT

    selon mon humble avis, « choisir » l’echelle europeene c’est aussi faire preuve d’arbitraire ; maximser les libertés individuelles cen’est pas juste une question de taille d’aire geographique... Surtout quand le rassemblement de tous ces pays est en grande partie une simple question de continuité territoriale. A la place de ce rassemblement europeen, j’aurais plus de consideration pour des rassemblents par groupes d’interets reels (dites-moi si je vais trop loin en disant que les interets de la Grece ne sont pas les interets reels de l’Allemagne haha...)

  • Doit-on livrer des armes offensives à l’Ukraine ?

    16 février 2015  13:36, par Lame

    Je suis entièrement d’accord avec Jean Marin.

    Il n’y a pas d’armes offensives ou défensives mais des armes efficaces ou inefficaces.

    La Russie a clairement l’intention de conquérir l’Ukraine bout par bout.Que se passera-t-il quand elle l’aura complètement annexée ? Elle s’attaquera à la Finlande (pays non membre de l’OTAN) et aux Pays baltes (pays quasi désarmés).

    Il n’est plus question d’empêcher « l’escalade » : elle est là et nous n’avions aucune chance de l’empêcher sans recours à la force. Il est question de donner aux Ukrainiens les moyens de nous faire gagner un maximum de temps en tuant un maximum de soldats russes. Chaque jour de résistance de l’Ukraine est un jour de retard pour l’invasion russe. Chaque soldat russe tué en Ukraine est un soldat qui ne participera pas à l’attaque de l’UE.

    Ne faisons plus avec l’Ukraine ce que nous avons fait avec la Tchécoslovaquie il y a un demi-siècle. Ne répétons pas continuellement les mêmes erreurs.

    Surtout ne comptons pas sur les Américains : Ils ont fort à faire ailleurs et ils ont clairement décidé de ne pas s’impliquer dans une confrontation avec la Russie. N’ayant aucune illusion sur les chances de l’UE, ils renforcent les réseaux Stand Behind, les réseaux de guérilla de l’OTAN.

    Contre qui ces guérilleros sont censés se battre ? Pas contre un ligne de front mais contre un occupant. A nous de nous décider à mettre en oeuvre une armée fédérale européenne aux côtés des armées nationales. Là, peut-être pourrons-nous espérer que les Stand Behind ne servent jamais...

  • Mourir pour Donetsk ?

    16 février 2015  06:51, par Pierre-Marie SIMON

    @William : j’ai sorti de ce chiffre de cet entretien avec Timothy Snyder, lui-même ne cite pas sa source : http://www.liberation.fr/monde/2014/09/07/l-histoire-de-l-ukraine-est-typiquement-europeenne_1095447

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  03:52, par Ferghane

    Le choix de l’échelle doit se faire de sorte à maximiser l’effectivité des libertés individuelles. C’est sûrement pas à l’échelle nationale que l’on peut faire cela Et le niveau européen est aujourd’hui là où se trouvent les instances politiques avec la plus grande aire géographique.

  • Cazeneuve veut tuer la libre-circulation

    16 février 2015  03:07, par LiseT

    Vous parlez souvent de la question la « bonne echelle » à laquelle referer... Mais tous les choix ne sont-ils pas arbitraires ? Le choix de l’Europe lui-meme est un arbitraire. Il n’est pas plus valable que le choix national ou un quelquconque autre choix d’intégration international... Ou bien... l’Europe serait-elle exclue de cette dimension arbitraire ?et pourquoi donc ?

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos