1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 >

Derniers commentaires

  • Joyeux Noël, Merry Christmas, Frohe Weihnachten...

    28 décembre 2014  18:12, par Jacques Fayette

    Je me souviens d’avoir vu ce film et d’avoir participé au financement du monument commémoratif qui a été érigé à l’endroit où le prêtre écossais a célébré la messe. Je me suis souvenu immédiatement de mon premier voyage à Verdun, j’avais 21 ans et j’étais à l’Université d’été de Luxembourg où je suivais des cours sur le « Marché Commun ». Trois ans avant grâce à André Darteil, j’avais rencontré Altiero Spinelli et avait été élu au Congrès du Peuple européen.

    Sur le Fort de Vaux j’ai vu arriver un vieux monsieur aidé par sa fille et son gendre, il avait fait partie du régiment allemand qui en juin 1916, avait pris le Fort et il y a rencontré un ancien combattant français, j’ai servi d’interprète entre les deux hommes. J’ai fait le serment ce jour-là de lutter jusqu’à la fin de mes jours pour la Fédération européenne.

  • L’Agence tous risques de Juncker

    28 décembre 2014  04:37, par Xavier C.

    Il va falloir combien de milliards de déficit pour qu’on cesse de s’accrocher à ces vieux oripeaux ?

    Et vous parlez de liberté... mais je ne suis pas libre de m’assurer chez qui je veux, je suis contraint de financer la sécu. Donc en l’occurrence l’UE ne bafoue AUCUNE liberté, bien au contraire, elle me libère.

    Vous voulez continuer à financer ce système inique obsolète, libre à vous, avec votre porte-monnaie SVP. Mais lâchez-nous la grappe, à nous qui souhaitons vous laisser entre vieux nostalgiques conservateurs, pour que vous puissiez en toute camaraderie ressasser vos belles histoires.

  • Urbi et orbi : Les messages politiques du pape François

    26 décembre 2014 19:58, par Hervé Moritz

    Le pape François tenant des propos politiques (nous ne nous préoccupons pas des débats théologiques) concernant en partie les prérogatives de l’Union européenne ou des préoccupations de cette dernière sur la scène internationale, il me semble pertinent d’analyser et d’aborder ces propos ici. Chef d’une communauté religieuse importante en Europe et dans le monde, autorité morale, et inspirant des mouvements politiques, tels que la démocratie chrétienne ou le socialisme chrétien, des mouvances majoritaires au Parlement européen, il est intéressant d’étudier les positions de la papauté. Je pense qu’il a sa place dans le débat politique, lorsqu’il parle politique, au même titre que tout leader d’un groupe social ou d’une communauté, qu’elle soit d’ordre religieuse ou d’un autre ordre.

  • Urbi et orbi : Les messages politiques du pape François

    26 décembre 2014  15:36, par Patrick B.

    Je m’étonne de voir ce genre d’article sur ce site, à moins que le Pape François soit un nouvel émissaire en charge de la politique étrangère de l’UE ? Quoique.. Si c’est pour nous faire attendre les vœux de la nouvelle Commission Juncker

  • Palestine : L’Europe prête à prendre ses responsabilités ?

    25 décembre 2014  16:17, par Thomas

    Il me semble que les Nations Unies reconnaissent des frontières à l’Etat de Palestine, celles qui étaient en vigueur en 1967 (comprenant donc la Cisjordanie et la bande de Gaza). J’admets volontiers que ces frontières n’ont pas d’existence concrète, mais en l’occurrence c’est l’Etat d’Israël qui viole le droit international et se situe dans l’illégalité : il est donc absurde de sanctionner le peuple palestinien pour une faute commise par la puissance occupante...

    Quant à la question du gouvernement et de l’organisation de l’appareil d’Etat, nous ne pouvons pas décider à la place des palestiniens et de leurs forces politiques.

    Cependant, cette initiative est très satisfaisante : le bilatéralisme du processus de paix est un échec, orchestré par la diplomatie israélienne pour profiter de la faiblesse de l’autre partie de la négociation et servir les ambitions politiques de l’Etat qu’elle représente en poursuivant la colonisation de la Palestine occupée. Le fait que des Etats, coutumiers du soutien plus ou moins inconditionné à la politique israélienne, reconnaissent l’existence de l’Etat palestinien est significatif d’une évolution des rapports de force, défavorable à l’Etat d’Israël, expliquant ainsi les opinions radicales exprimées récemment par plusieurs personnalités politiques israéliennes.

  • L’Agence tous risques de Juncker

    25 décembre 2014  14:54, par Thomas

    La protection sociale et le secteur public, issus du programme du Conseil National de la Résistance et de son application une fois la nation libérée et la République refondée, font partie de l’identité républicaine de la France, au même titre que la laïcité, l’éducation publique ou encore le suffrage universel pour ne citer que ces exemples.

    Peu surprenant donc, qu’une construction européenne qui se fait sur la base de la négation des nations, de leur liberté et de leur souveraineté vienne remettre en question les conquêtes démocratiques et sociales du peuple français...

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    24 décembre 2014  14:36, par Alexandre Marin

    @Shaft @Xavier C

    La finalité libérale évoquée dans l’article ne fait pas référence à un libéralisme économique, mais à un libéralisme politique.

    La finalité de la construction européenne ne va pas de pair avec un idéal économique. On peut soutenir l’idée européenne, qu’on soit ultra-libéral ou communiste.

    Par conséquent, soutenir ou s’opposer à l’idée européenne pour des raisons économiques, c’est aussi impertinent que soutenir ou s’opposer à l’existence de la République française en raison de la politique menée par tel ou tel gouvernement.

  • Richard Coudenhove-Kalergi et la « PanEurope »

    23 décembre 2014  21:49, par eric

    je ne sais pas si vous allez modérer mon commentaire mais :

    dans ses mémoires, votre père de l’europe nous dit que rothshild et warburg ont financé la pan europe :

    Au début de 1924, nous avons reçu un appel du Baron Louis de Rothschild : l’un de ses amis, Max Warburg de Hambourg, avait lu mon livre et souhaitait faire notre connaissance.

    « A ma grande surprise, Warburg nous a proposé spontanément 60.000 marks en or afin de stimuler le mouvement pendant ses trois premières années. »Max Warburg, qui était l’un des hommes les plus distingués et les plus sages que j’aie jamais rencontrés, avait pour principe de financer ce genre de mouvements.

    « Il est resté sincèrement intéressé toute sa vie à cette idée de Pan-Europe. »Max Warburg a organisé mon voyage aux Etats-Unis en 1925 pour me faire rencontrer Paul Warburg et le financier Bernard Baruch." Le théoricien de la finance Ludwig von Mises (avec le soutien de la Fondation Rockefeller qui lui a accordé un don) a également participé au mouvement Pan-européen de Coudenhove-Kalergi.

    Plus tard, les disciples de von Mises, Arthur Burns et Milton Friedman ont propagé les idées de von Mises grâce à un réseau de think tanks secrets « conservateurs », mené par la Mont Pelerin Society (Pour en savoir plus ici).

    Donc, en plus d être financé par la haute finance, ce que vous ne dites pas, vous mettez de coté son projet racialiste pour l’europe, votre héros a pour projet de faire disparaitre les blancs d’europe, en metissant des africains , des asiatiques et de blancs pour en faire des gens qui ressembleraient aux « anciens egyptiens »

    Vous mettez également de coté sa passion pour le judaisme et sa volonté délirante d’esperer que les juifs gouvernent l’europe . Lisez « idéalisme pratique » , ses écrits sont d’un racisme stupéfiant. http://balder.org/judea/Richard-Nicolaus-Coudenhove-Kalergi-Idealisme-Pratique-Vienne-1925.php

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    23 décembre 2014  17:53, par Bernard Barthalay

    Valéry-Xavier mentionne à juste raison le revenu de base, idée inclassable comme Proudhon, qui attend sa maturité depuis plus de deux siècles, de Paine à Standing, et dont nous avons besoin plus que jamais, quand le travail disparaît et que le passage d’un métier à l’autre, qui est tout sauf instantané, augmente la précarité et rend vaines les solutions à base de réduction du temps de travail. Bref, je vous enjoins à considérer que notre adversaire n’est pas l’Etat « utile », la puissance publique ou la res publica, mais l’Etat « abolutisé » qui fait alliance avec une idéologie exclusive, qu’il s’agisse de la nation, donnant naissance au « monstre paranoïde » (Morin) de l’Etat-nation ; ou de l’Etat réduit à sa dimension sécuritaire pour protéger la liberté des ultra-riches, complice du libéralisme, ou plutôt du libertarianisme, véritable dictature du marché aveugle, qui détruit le lien social ; ou de l’Etat du socialisme « étatique », qui donne naissance au soviétisme de sinistre mémoire.

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    23 décembre 2014  17:51, par Bernard Barthalay

    On ne peut interdire à personne d’être sectaire, mais je crains qu’à se jeter des -ismes à la tête, à classer les uns ou les autres, comme Spinelli qui se voit catalogué socialiste, alors qu’il venait du communisme et venait d’apprendre le libéralisme avec Rossi, tout en absorbant avidement Kant, Maïtre Eckhart et Saint-Paul, ou à considérer ces courants de pensée comme monolithiques et exclusifs, on condamne l’idée européenne à dépérir. D’ailleurs, c’est ce qui se passe sous nos yeux, dans un climat de guerres de religion. Sur ce point, ma conviction est faite de longue date. Tous ces courants sont pluriels. On peut les salamiser à l’infini et se réclamer d’une tranche plutôt que d’une autre en jetant des oukases, mais cela appauvrit le débat, tue l’imagination et fabrique la détestation des uns pour les autres. Or, tous ceux qui se réfèrent à ces courants, en condamnant le système des Etats souverains (westphalien) et l’idéologie de l’Etat-nation ont droit de cité dans la mouvance fédéraliste. Le fédéralisme n’a pas vocation à l’hégémonie. Il est le lien, comme nous y invite à le penser l’étymologie du mot (foedus), entre les pensées politiques de la modernité, comme elles pourraient l’être elles-mêmes, une fois dégagées des gangues totalisantes et ouvertes à la complexité. C’est bien l’intuition fondamentale des antifascistes et des adversaires socialistes du collectivisme d’Etat. On en trouve des traces dans le libéralsocialisme des Italiens, ou dans le Programme du Conseil national de la Résistance en France ou dans la la Loi fondmantale allemande ou dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, ou dans la pensée d’un Vaclav Havel, sans prétendre être exhaustif. J’ajoute qu’il y aurait peut-être intérêt dans cet esprit à redécouvrir la pensée d’un grand Français, Proudhon, volontiers déclaré inclassable par les libéraux aussi bien que par les socialistes, ce qui précisément augure bien de sa pertinence, et à se tourner par ailleurs vers les solutions concrètes à des problèmes réels dans le respect des principes qui fondent la paix et la démocratie.

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    23 décembre 2014  16:49, par Xavier C.

    Et quelle est votre alternative Shaft ?

    Une Europe centralisée, uniformisée, nationaliste ?

    Et, pour reprendre les points que j’avais avancé dans un commentaire sur un article précédent :
    - un État très dépensier qui se substitue à l’investisseur privé,
    - une instabilité réglementaire histoire de défavoriser les PME au profit des grandes entreprises qui peuvent s’accommoder d’un tel environnement,
    - une réglementation complexe là encore pour défavoriser les PME qui naviguent à vue quand les entreprises de plus grande envergure ont des armées de conseillers,
    - une instabilité fiscale, encore une fois pour défavoriser les PME qui sont moins bien armées que les grosses entreprises...

    Vous êtes pour la mutualisation des dettes, contre la rigueur budgétaire (avoir un budget équilibré) ? Aller toujours plus profond dans les poches des contribuables pour financer la « solidarité » ?

  • Erdogan fait la pluie et le beau temps en Turquie

    23 décembre 2014  16:27, par Alain

    De quel droit nous mêlons des affaires intérieures des autres ? De quel droit estimons nous nos valeurs supérieures à celles des autres ? Que dirions nous si des états étrangers venaient nous faire la leçon à propos de nos propres canifs dans les droits de l’homme comme le sont toutes les lois occidentales contre - soi-disant - le terrorisme (soi-disant car la loi anglaise été utilisée dans le cadre de la faillite des banques islandaises, actes terroristes de sinistre mémoire) ? Que l’on dise que dans ces conditions, nous ne voulons pas faire partie du même club, c’est légitime (mais pourquoi avoir accepté l’intégration de la Roumanie et de la Bulgarie qui ne sont pas à niveau et quid de la Hongrie ?) mais au-delà cela ne nous regarde pas. il faut pas s’étonner par la suite de se faire haïr partout à force de donner des leçons le plus souvent hypocrites : quel silence assourdissant devant les agissements de nos grands mamies les pétromonarchies !

  • Erdogan fait la pluie et le beau temps en Turquie

    23 décembre 2014  12:13, par Shaft

    Je trouve un peu fort de café de reprocher le manque de démocratie en Turquie quand on pense à ces mêmes problèmes au sein de l’Union.Si Erdogan fait la pluie et le beau temps en Turquie, Merkel fait la même chose en Europe

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    22 décembre 2014  15:21, par Shaft

    La finalité libérale de l’Europe,telle que Ferghane la présente et telle que je le ressent moi-même, est la raison pour laquelle je la combats.

    Tant que le libéralisme sera le moteur de l’Europe, jamais je n’en serais partisant.J’en serais au contraire l’un de ses ennemis les plus acharnés

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    21 décembre 2014 04:01, par Ferghane Azihari

    Tcemessiacne :

    Gardez vos insultes de « chiens de garde » pour vous je vous prie. Le fait que vous ayez un avis différent des autres individus ne vous autorise pas à employer un tel langage. C’est tout simplement inacceptable.

  • Le monde merveilleux de M. Védrine

    20 décembre 2014  22:06, par tnemessiacne

    @moi

    « En 70 ans l’URSS n’a pas réussi à supprimer les nations et créer son homo sovieticus. Et vous pensez que l’UE va créer son EUticus ? »

    En m’aidant du livre Europeana de Ourednik, il est toujours intéressant de rappeller que le communisme de Staline a fait beaucoup plus de mort dans les camps que le nazisme, mais à part les procès expéditif il n’y a pas eu d’extermination organisé.

    Pour citer Patrick Ourednik, les communismes ont inventé l’expression langue de bois.

    page 116 : « les moissons dans votre secteur progressent-elles opportunément ? »

    Retirez « opportunément » et celà devient plus clair, partage de connaissance, contradiction, échange etc...

    Avec le « opportunément » eh bah c’est une information sans valeur. Toutes les informations que nous lisons ou voyons sont intéressantes mais...

    « Dans la langue de bois les mots entraient dans un système complexe de connotations qui renvoyaient aux mécanismes de pouvoir de la société ainsi le sens originel des mots fut progressivement confisqué pour être remplacé par une signification d’autant plus vaste que le locuteur était plus solidement installé dans la hiérarchie politique. »

    Ce qui m’a amené à ça c’est Mr. Ourednik qui dit que les anciens pays communistes ont peut-être un autre rapport au temps que l’« Europe de l’Ouest », ce qui rejoint des propos de @Ferghane Azihari sur les conceptions de la vie dont toutes peuvent s’épanouir dans une société libérale. J’aimerais bien en lire plus sur cette idée.

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    20 décembre 2014  21:41, par tnemessiacne

    @ Pierrick Hérin

    Tout à fait d’accord avec vous.

    Mais c’est attristant de voir un tel ascendant et de voir les « chiens de garde » répliquer au quart de tour.

    Il devrait y avoir plusieurs motions :

    1) les fédéralistes vers un gouvernement mondial 2) les fédéralistes pour une égalité de chaque région / entité territoriale devant le Conseil / Commisssion 3) les européens, (résidents, citoyens) qui veulent améliorer les choses en Europe 4) les mêmes mais qui ont une sensibilité pour l’Europe et toutes ses histoires

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    20 décembre 2014  17:05, par Valéry-Xavier

    « cet article prend de base un parti pris dangereux qui n’est pas de caractère trans-partisan. » : je serais très curieux d’apprendre quel parti politique en France s’inscrit dans la défense du libéralisme culturel que défend cet article...

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    19 décembre 2014  21:20, par Lucas Quinonéro

    Merci pour cet article très intéressant.

    Pour répondre à Pierrick, si je me souviens bien, les articles écrits n’engagent que leurs auteurs et non pas le magazine ni l’association fédéraliste. Je pense donc que l’auteur peut faire relativement ce que bon lui semble s’il estime que le libéralisme équivaut au fédéralisme, la rubrique est donc parfaitement choisie.

    D’ailleurs, la « neutralité journalistique », ça n’existe pas. Alors vaut mieux assumer de prendre partie plutôt que d’écrire un article hypocrite qui se prétend neutre.

  • Faut-il assumer la finalité libérale de la construction européenne ?

    19 décembre 2014  14:58, par Xavier C.

    @Pierrick Hérin

    « Toutefois je trouve que cet article prend de base un parti pris dangereux qui n’est pas de caractère trans-partisan. »

    Le JE sont transpartisans. Ses membres ont le droit d’avoir un parti pris et de le mettre en avant, notamment sur le Taurillon. Transpartisan ne veut pas forcément dire "lisser les opinions", mais parfois "respecter les opinions". Si cela avait été un soutien officiel des JE (comme ils le font lorsqu’Attali propose de soigner la dette par de la dette), là vous auriez tout à fait raison.

    « pensons à la crise des Subprimes qui est une oeuvre précisément libérale, ou de la prochaine bulle immobilière chinoise »

    Oh ? L’État n’aurait donc aucune responsabilité dans la formation de la bulle immobilière aux USA ? Étrange. Et le marché immobilier chinois peut-il être qualifié, sans rigoler, de "libéral" ?

    « dangereuses dérives que le laisser-faire individuel en absence de peu de régulations institutionnelles peut faire »

    C’est clair que nous vivons dans un monde caractérisé par l’absence de régulations institutionnelles..... (ironie). Notamment dans les domaines bancaires et immobiliers ! (ironie encore) Et que la tendance était clairement à la réduction des régulations aussi bien en terme d’effectifs que du nombre de pages des réglementations (oui, encore de l’ironie !).


    Je pense que cet article avait notamment pour but d’expliquer ce qu’est le libéralisme et, manifestement, vous en étiez une des cibles puisque vous réduisez le libéralisme au laissez-faire économique.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos