1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Derniers commentaires

  • Vladimir Poutine en Syrie ou le George W. Bush russe

    7 octobre 2015  13:58, par Pima

    Pour l’instant, je ne vois pas de diférence entre l’intervention aérienne de russes et l’intervention des occidentaux - la seule chose c’est que manifestement ils n’ont pas pris les mêmes options. Par contre, je vois pas le rapport entre l’intervention des russes (bombardement) et celles des américains en Irak (invasion massive, renversement d’un gouvernement, mise au placard de l’armée, ....) qui est elle à l’origine de cette instabilité au moyen orient...

  • Vladimir Poutine en Syrie ou le George W. Bush russe

    7 octobre 2015  13:44, par Boulanger

    La comparaison est totalement absurde. Le Kremlin a reçu l’aval de la Douma (élu à la proportionnelle, contrairement à la France, l’Angleterre et les USA qui donnent constamment des leçons de démocratie), pour venir en aide militairement à un gouvernement légitime, d’un Etat reconnu depuis le début de l’ONU. Bush est intervenu contre la volonté du Conseil de sécurité de l’ONU, et contre l’avis d’aucun pays attaqué par l’Irak (d’ailleurs en ce qui concerne son père, l’histoire du Koweït était un guêt-apens). A propos du prétendu conflit chiites/sunnites, vous le surestimez à votre guise comme Zemmour, ce qui est assez croustillant pour un centriste pro-européen. Il y a des sunnites aux côtés d’Assad, comme parmi les résistants au Yemen dont personne ne parle. Poutine a bien sûr l’aval de tous ceux qui le soutiennent en Russie et en Europe, et sans doute des ultra-nationalistes qui constituent la majorité de son opposition. Je ne pense pas que les communistes soient contre, tant que ça ne dure pas longtemps et ne ruine pas le pays. Quand aux objectifs militaires, si ces frappes aériennes dans une zone finalement peu large, souvent désertique et facile à déterminer, sont accompagnées comme prévu d’une contre-offensive terrestre épaulée par le Hezbollah, on peut facilement imaginer que cette bande de mercenaires étrangers qui n’avaient jamais mis les pieds dans la région avant, que constitue Daesh, sera plus rapidement mise hors d’état de nuire que des montagnards afghans...

  • Vladimir Poutine en Syrie ou le George W. Bush russe

    7 octobre 2015  13:21, par Sambuc

    Article de Propagane. Poutine n’a rien à voir avec Bush. Ce sont les américains et la France alliés avec l’Arabie Saoudite et Israel qui ont provoqué le désastre actuel au Moyen Orient.

  • Crise des réfugiés : Viktor Orban va trop loin

    7 octobre 2015 13:06, par Hervé Moritz

    Les Jeunes Européens - France ont également critiqué l’élévation de murs et la militarisation aux frontières de l’Union européenne (en particulier de l’espace Schengen). Les Jeunes Européens n’approuvent pas non plus les répressions et les décisions de gouvernement extra-européen. Cependant, son champ d’action reste limité.

    La Hongrie a dérogé à plusieurs reprises aux droits de l’Homme, qui sont au fondement de la construction européenne. L’accueil des réfugiés est un devoir en vertu des conventions internationales signées par les Etats membres et selon les principes de l’Union européenne. Il n’est pas acceptable qu’un Etat membre orchestre une répression contre les demandeurs d’asile, même pour franchissement illégal de la frontière.

  • Vladimir Poutine en Syrie ou le George W. Bush russe

    7 octobre 2015 12:51, par Hervé Moritz

    Le dialogue est possible s’il reste courtois. Merci d’employer des termes respectables.

  • La voie vers une « Union fédérale d’États »

    7 octobre 2015 12:48, par Hervé Moritz

    En effet, la déclaration est à présent disponible en pdf dans la rubrique « documents joints ».

  • Vladimir Poutine en Syrie ou le George W. Bush russe

    7 octobre 2015  11:32, par Altair

    Non mais il faut arrêter le délire ... Vladimir Poutine est un allié de la Syrie qui lui à demandé son soutient ...

    Rien avoir avec les interventions illégales des USA sous George Bush Jr dans de nombreux pays du moyen-orient !

    Heureusement que la propagande ne tue pas !

  • Vladimir Poutine en Syrie ou le George W. Bush russe

    7 octobre 2015  11:26, par Pamphile

    Votre titre en dit long...

    Florian Brunner Membre des Jeunes Européens - Strasbourg, membre du Parti Démocrate Européen (PDE/EDP).

    Et si vous faisiez un article sur l’intervention de la France en Libye. L’Etat du pays avant, l’état du pays maintenant. La liste des sociétés nouvellement installés et la population qui fuit le pays maintenant. Sur les 50000 morts civils issus des bombardements français. Et de François Hollande qui déclare ne pas être responsable car ce n’était pas lui le président.

    Si vous étiez intelligent vous feriez la synthèse de toute la merde que les USA et la France on créé ces 20 dernières années et ce que la Russie à créé comme merde.

    Tenez pour votre culture... A moins qui votre âme soit déjà celle du diable... http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/02/01003-20120602ARTFIG00001-syrie-dialogue-muscle-entre-hollande-et-poutine.php

  • L’Europe a-t-elle raison de douter ou est-ce une autocritique injustifiée ?

    6 octobre 2015  19:56, par Guillaume Bucherer

    Article simple, court, efficace. Oui, toutes les constructions politiques un tant soit peu démocratiques ont toujours subi des controverses politiques et idéologiques internes. En attendant, rappelons que l’UE est en tête de tous les classements : commerce (volume et valeur), technologies (exportations et dépôts de brevets), économie (1er PIB du monde), droits de l’homme et IDH... On pourrait multiplier. Allez, on n’est pas si mal en UE !

  • La voie vers une « Union fédérale d’États »

    6 octobre 2015  17:33, par François MENNERAT

    Fort bien ! Mais on la trouve où, cette déclaration ? Ce serait bien, aussi, de pouvoir se faire une opinion par soi-même.

  • Crise des réfugiés : Viktor Orban va trop loin

    6 octobre 2015  16:53, par Alain

    Les Jeunes Européens feraient bien aussi de se pencher sur le cas israélien : le gouvernement à autorisé l’armée à tirer à balles réelles sur les lanceurs de pierre !!! C’est une barbarie bien pire.

    Il faudrait aussi qu’ils démontrent à quelle valeur fondamentale de l’union la Hongrie déroge : le passage illégal d’une frontière est par nature illégale et l’utilisation de la force publique pour réprimer des actes illégaux est la base même du maintien de l’ordre public. quand aux murs, l’Europe et les Jeunes européens ne les estiment comme dérogeant aux principes européens quand ils sont autour des enclaves espagnoles de Ceuta et Mellila ou quand l’Ukraine décide d’en bâtir un à sa frontière avec la Russie

  • Crise des réfugiés : Viktor Orban va trop loin

    5 octobre 2015  13:46, par Marie Christine T

    Merci aux Jeunes Européens France pour votre réactivité. Notre pauvre Europe a en effet besoin de plus d’action et de moins de discours.

  • Un « Erasmus pro » pour l’emploi des jeunes

    1er octobre 2015  11:12, par Cécile.M

    Quid du programme Leonardo da Vinci, qui existe depuis 1995 et qui est justement destiné aux élèves et enseignants de la formation professionnelle ? Il est aujourd’hui inclus dans le programme Erasmus+ qui prévoit d’envoyer 650.000 apprentis faire leur formation dans un autre pays européen.

    Cela n’atteint pas (encore) les ambitions de l’Institut Delors mais il sera bon d’arrêter de s’éparpiller dans des initiatives creuses qui n’aboutiront à rien de concret. Erasmus Pro existe déjà, il ne s’agit pas de le créer mais de le faire grandir.

  • Un « Erasmus pro » pour l’emploi des jeunes

    30 septembre 2015  12:05, par Bernard Giroud

    Angélisme ! Mais on ne fera pas dire par Monsieur Lamy qu’une perspective de libération des échanges de services de biens et des personnes,n’est qu’une parcelle de vérité, la plus facile, est qu’elle est plutôt , à terme, un risque de désunion et d’affrontement.

    Dans la sacro-sainte doctrine de la compétitivité qu’on loue à tout va dans certaines sphères, on mésestime l’individualisme, et l’orgueil que cela sous-entend.

    Compétitivité, compétition, course, pourquoi pas ? ;

    Mais le but a-t-il été bien déterminé, voir, déterminé, tout court ?

    Déjà, seul, le don de cinquante ou plus d’années d’apprentissage et de développement technologique qu’ont fait, ou que font les pays en avance sur ce plan, est une économie sans précédent, pour ceux qui comprennent qu’il faut prendre le bon train.

    Mais laisser la conduite de ce train entre les mains de commerçants cupides, orgueilleux et ; finalement sans beaucoup d’esprit, pour ne pas dire sans âme, nous conduit dans une course, une spirale qui risque de faire disparaitre, précisément par un orgueil sans limite, épuisant, un des éléments essentiels du moteur du vivant, celui du gout, du plaisir et de l’harmonie dans l’Ensemble, donc dans le grand nombre.

    Mésestimer, sous-estimer, à ce point, par les grands capitaines d’industrie, ou par ceux qui sont issus du système électoral, cet impératif d’entrainement du nombre, est une faute capitale. Elle sert ni plus, ni plus ni moins que le risque d’éclatement, de dispersion, c’est à dire exactement l’inverse de l’esprit de base de la production de masse, d’où est né l’esprit industriel.

    Le don personnel, ou celui de la nature, est inséparable de la famille humaine, et de son « ensemble ».

    Ceux qui veulent servir la cause de la longue marche, émergente du vivant, doivent s’en souvenir sans cesse.

    Faudra-il refaire un tour du coté de ces fameuses tours de Babel, pour que cela s’inscrive un peu mieux dans notre acquis, donc dans nos appuis, pour une bonne suite ??

    .

  • Pourquoi la prochaine crise de l’Union européenne peut démarrer demain

    28 septembre 2015  11:33, par Alexandre Marin

    @Mariano Fandos

    Entièrement d’accord avec vous !

    Peut-être, sans entrer dans le détail, pourriez-vous citer les avantages les plus importants dont la Catalogne peut bénéficier si elle reste dans l’Espagne car je conçois que ce n’est pas évident pour un lecteur français, non habitué aux systèmes autonomes et décentralisés.

    J’ajouterai que l’élection des indépendantistes ne signifie pas nécessairement l’indépendance de la Catalogne. L’exemple basque est frappant : 58% d’indépendantistes, mais les divisions sont telles que les partis nationalistes n’arrivent pas à se mettre d’accord, et que l’indépendance est de moins en moins revendiquée. L’exemple écossais montre aussi que l’élection de partis indépendantistes peut davantage traduire le rejet des partis traditionnels qu’une réelle aspiration indépendantiste des électeurs. Ainsi,l’indépendance de l’Ecosse a été rejetée par référendum, mais le SNP, parti indépendantiste écossais, continue à jouir de la majorité absolue des sièges.

  • Pourquoi la prochaine crise de l’Union européenne peut démarrer demain

    28 septembre 2015  00:21, par pinailleur

    Beaucoup d’éléments de l’article sont intellectuellement critiquables. Le sophisme le plus important de cet article est celui souligné par Mariano : la Catalogne ne fait pas parti du Royaume-Uni mais de l’Espagne ; ce qui est possible en Écosse en vertu du système juridique britannique ne l’est pas nécessairement en Catalogne en vertu du système juridique espagnol.

    Je souhaitais toutefois réagir à un passage très anecdotique mais révélateur de la confusion idéologique de l’auteur du billet : les États formeraient, selon lui, « un club très fermé où la priorité est moins le respect de la volonté des peuples que celle du maintien d’un ordre international figé » [sic].

    Il est beaucoup de chose à dire sur cette phrase (en quoi les États forment-ils un « club » très fermé ?, en quoi leur respect de la volonté des peuples n’est pas une priorité, en quoi souhaitent-ils le maintien d’un ordre international figé ? Ceux à qui il arrive de lire la rubrique internationale de la presse réalisent bien l’irrationalité de ces propos) mais celle qui me semble la plus importante est qu’il n’y a pas des peuples en Espagne, il y en a un : le peuple espagnol ; Celui dont la volonté se devrait d’être respecté.

    Une fraction de peuple n’a jamais constitué le peuple et le vote hypothétique des seuls Espagnols de Catalogne ne peut aboutir à déterminer la volonté du peuple espagnol. Il ne le peut non plus s’il ne respecte pas les forme déterminées par la loi et qui permettent de faire d’une décision majoritaire une décision populaire.

  • Pourquoi la prochaine crise de l’Union européenne peut démarrer demain

    27 septembre 2015  19:49, par Mariano Fandos

    Il y a beaucoup de différences entre la Catalogne et l’Ecosse, pas seulement géographiques ... La constitution espagnole n’autorise pas de référendum d’auto-détermiantion. Comme la plupart des constitutions (y compris la française), elle proclame l’unité du pays. Le Royaume Uni n’ayant pas vraiment de constitution, tout s’y négocie ... Mais si la constitution espagnole n’autorise pas ce type de consultation, c’est qu’elle est le fruit de l’histoire. Elle fut âprement négociée lors de la sortie de l’Espagne de la dictature franquiste (ce que les Espagnols appellent « la transition »). Le compromis qui fut alors trouvé était de reconnaître le droit à l’autonomie et pas à l’indépendance. De fait les Catalans ont négocié et disposent aujourd’hui d’un « statut d’autonomie » très large. Le gouvernement autonome de Catalogne (« la Generalitat ») jouit de compétences très larges et de moyens très importants. L’Etat espagnol est un des plus décentralisés du monde. Tout gouvernement (qu’il soit de droite ou de gauche) a le devoir de défendre la constitution. Si les Catalans veulent un référendum sur l’indépendance, il faudrait commencer par réformer la constitution. Sans doute Rajoy n’a-t-il pas été très ouvert au dialogue ... Les indépendantistes catalans non plus ! Il faudrait aussi signaler un élément de contexte important : la montée de l’indépendantisme dans l’opinion catalane coïncide avec l’aggravation de la crise économique. Comme souvent, la crise économique favorise l’égoïsme et le repli sur soi. Certains responsables politiques catalans (à commencer par ceux qui détiennent l’exécutif régional) prétendent qu’ils payent trop d’impôts à Madrid ... Je ne développerai pas tous les arguments en faveur d’une solidarité entre les régions riches et les régions pauvres, ni la réalité des bénéfices que la Catalogne tire depuis longtemps de son appartenance à l’Espagne ... Ce serait vraiment trop long. Mais surtout les indépendantistes ont lancé un débat qui divise profondément la Catalogne et qui risque de déstabiliser l’économie, à l’heure où il faudrait travailler au redressement économique. Mais pour le pouvoir régional sortant, c’est aussi un moyen de masquer son bilan ...

  • Une pétition pour poursuivre le projet « New Deal for Europe »

    23 septembre 2015  04:14, par Xavier C.

    « Après sept ans de politiques d’austérité »

    Pfiou ! 7 ans ! Depuis 2008, juste après la crise où il n’y a eu aucune relance en Europe, mais tout de suite l’austérité, les coupures drastiques dans les budgets publics, les licenciements massifs de fonctionnaires comme ce fut opéré au Canada ou encore en Suède dans les années 90. Sans parler de la vague de libéralisation/privatisation (Suède, années 90, pour ne prendre que cet exemple, ce qui n’empêche pas pour autant d’opter pour une forte redistribution). Et surtout, surtout, toutes ces subventions supprimées, la PAC par exemple n’a pas survécu à ces 7 intenses années d’austérité.

    D’ailleurs les pays qui ont eu les politiques les plus proches de celles menées par le Canada, la Nouvelle-Zélande ou encore la Suède ces 30 dernières années, donc ceux qui ont mené les politiques les plus "austères" (c’est-à-dire serrage de la ceinture de l’État et moins des citoyens, serrage accompagné de réformes structurelles menant à des institutions plus inclusives), sont justement ceux qui sont le plus dans la mouise, évidemment. Tandis que ceux qui n’ont mené aucune réforme structurelle et se sont contentés de jouer avec les taux d’imposition s’en sortent carrément mieux.

    Pour ceux qui en douteraient : mon commentaire est ironique.

    « la connaissance progresse laborieusement grâce aux expériences »

    Oui et SVP regardez donc objectivement les conséquences des différentes expériences menées en Europe et ailleurs ces dernières décennies.

  • Une pétition pour poursuivre le projet « New Deal for Europe »

    22 septembre 2015  22:58, par catherine

    je souscris à nouveau à cette démarche, merci de cette annonce, comment faire le lien avec la page facebook du groupe europe de l’UEF : sur Google UEF Groupe europe ? catherine

  • L’état de l’Union européenne selon Juncker

    21 septembre 2015  22:46, par shaft

    Je trouve ridicule cette volonté de singer les Américains et leur discours sur l’Etat de l’Union surtout quand il s’agit de brasser du vent

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos