• Les 28 adoptent un accord au rabais sur la crise humanitaire en Méditerranée

    Hier, par Hervé Moritz

    Hier, jeudi 23 avril à Bruxelles, les chefs d’Etat et de gouvernements se sont réunis pour définir des mesures d’urgence sur le sort des migrants qui traversent la Méditerranée à la suite du naufrage d’un chalutier, dans la nuit de samedi à dimanche, en pleine mer qui a fait plus de 800 morts, la plus grande catastrophe de ce type depuis plusieurs années. Alors que le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés parlait « une hécatombe jamais vue en Méditerranée », prenant la mesure de la catastrophe, les décisions prises hier à Bruxelles ne sont pas à la hauteur de l’enjeu, et dénote avec les drames humains en Méditerranée que les télévisions du monde entier nous révèle jour après jour. Un accord au rabais, qui ne suffira pas à endiguer cette crise humanitaire.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

1 2 3 4 5 6 7 8 9 >

Derniers commentaires

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    10 mars 2015  12:20, par Guillaume Bucherer

    C’est vraiment tout le crédit que vous accordez à votre armée ? Je vous invite à venir nous découvrir. Vous y trouverez des gens dévoués, respectueux du droit et des valeurs humaines, mais dédié à la défense de votre pays. Et vous verrez ce qu’est notre travail au quotidien... : vigipirate, évacuation des ressortissants, missions de maintien de la paix, formation des forces étrangères, protection contre la piraterie, lutte contre la pêche illégale et la pollution maritime, protection de l’espace aérien, etc.

    Ensuite, pour répondre à votre vraie question sur le droit de retrait : je pense que les armées nationales ne se dissoudront pas entièrement dans l’armée fédérale. Un contingent sera mis sous commandement européen, qui lui devra être considéré comme mis à disposition. Un droit de retrait ne pourrait donc avoir lieu.

    Quand à l’armée européenne intervenant en Grèce...on imagine plutôt une force de police que l’armée.

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    10 mars 2015  12:08, par shaft

    Je ne suis pas d’accord sur le principe même d’armée européenne tans sur le point européen que par anti-militarisme.Ce qui m’inquiète, c’est que le jour où l’on enverra des troupes en Ukraine, quid des pays qui refusent cette intervention ?Auront-ils le choix de ne pas envoyer leurs soldats membres de cette armée ?Ensuite vient le point habituel.On commence par envoyer l’armée aux frontières de l’UE et après tout naturellement, on l’envoie à l’intérieur.Si par exemple, en Grèce, les violences explosent à cause de la dette, l’armée européenne pourrait rétablir l’ordre, ce qui prouverait, du point de vue des révoltés, que l’Europe est totalitaire.Je me méfie de manière générale de l’armée.Rappelez-vous els actions d’un quarteron de généraux en retraite ou celles d’un maréchal de France sénile ou enfin celles d’un général chilien, partisan de la démocratie (sic) avec des amis à Washington....

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    9 mars 2015 20:21, par Ferghane Azihari

    Vous savez cher Guillaume, quand j’entends que vous souhaitez l’émergence d’un nationalisme européen le tout couplé un impérialisme pour mieux opprimer les autres peuples de la terre et quand j’observe que, c’est effectivement un discours très en vogue dans chez les europhiles, il m’arrive parfois de remettre en question la nécessité de l’intégration européenne....

    Il n’est pas question ici d’une citoyenneté mondiale. Mais d’une citoyenneté post-nationale à l’échelle d’un continent, la même qui existe déjà à l’échelle locale de nombreux pays qui ont ouvert le droit de vote des étrangers aux extra-communautaires en prenant à contre-pieds les postulats conservateurs selon lesquels certains peuples seraient taillés pour la dictature et l’oppression alors qu’il est facile d’observer que les théories démocratiques et libérales ont un écho sur les cinq continents et que l’Occident n’a pas le monopole de la liberté.

  • Europe de la défense : ne pas céder aux sirènes euro-hégémonistes

    9 mars 2015  14:52, par Guillaume Bucherer

    Ah ! C’est assez rare donc je le dis : je suis d’accord avec vous sur les deux premiers paragraphes. Ce que vous proposez semble en effet nécessaire.

    Evidemment, je ne peux pas vous suivre sur une « Union européenne composée de citoyens du monde ». Là on retombe à nouveau sur l’ONU, mais pas sur l’UE. Et croyez bien que c’est déjà assez compliqué de trouver une citoyenneté européenne, alors une citoyenneté mondiale...

    Quant aux valeurs que vous prétendez universelles, elles sont le fruit historique de notre civilisation. Et ne sont pas partagées par tous à travers le monde. C’est quand même hyper ethno-centré que de prétendre le contraire. Entre une valeur réellement universelle (donc partagée par tous) et une valeur que vous souhaiteriez universelle, il y a quand même un pas. Un pas impérialiste, dirais-je, si je voulais provoquer un peu.

    Quant à la politique « impérialiste » de l’UE, elle existe de fait déjà : si nous n’étions qu’une neutre assemblée gentille de marchands, la Russie n’aurait pas levé le petit doigt et l’extrême-droite nous ignorerait royalement. Et nous n’aurions ni politique de voisinage, ni Eurocorps, ni zone euro, etc. Se mentir en disant qu’il faut éviter une politique impériale, c’est ne pas prendre de parapluie au prétexte qu’on ne croit pas qu’il pleuve.

    Restons sur une note positive : oui le contrôle parlementaire et l’organisation de contre-pouvoirs sont tout à fait indispensables.

  • Indépendance du Kosovo : Quelles implications pour la Serbie ?

    9 mars 2015  00:39, par Giusseppa

    Ce qui fait que nous considérons que le Kosovo est le berceau de notre culture n’a rien à voir avec les « peuples autochtones » que vous mentionnez à part si vous êtes convaincu qu’en 2000 ans d’histoire vous avez gardé les mêmes gènes et que vous être resté ethniquement pur (descendants des Illyriens, ce qui n’est pas scientifiquement prouvé). Ce qui fait que le Kosovo est le berceau de la culture serbe c’est ce que nos ancêtres y ont vécu, leur histoire, leur legs architecturaux, les noms des villes, des fleuves, les monastères... cela fait partie de notre culture tout comme d’autres pays cultive la culture du passé et mettent en avant leur patrimoine. Et bien notre patrimoine nous a été enlevé et saccagé (en 2004 par exemple) et ce territoire qui est considéré comme un Etat indépendant ne respecte pas le droit des ses minorités surtout des Serbes qui y sont persécutés parce qu’ils sont Serbes et dont on veut effacer toute traces d’existence en profanant les tombes serbes ou en brûlant leurs maisons. Ces comportements devraient être plus sujet à condamnation au niveau européen.

  • Suède : Sans alcool, la fête est plus folle ?

    7 mars 2015  10:11, par tnemessiacne

    Très bon article.

    On apprend beaucoup de la vie concrète suédoise.

    Et c’est vrai que ce sujet de l’alcool est particulièrement important et depuis longtemps, comme vous le rappelez avec Cicéron il est intéressant dans le sens où il montre une des formes de déviance (défiance) envers la société.

    Il est intéressant de voir comme vous l’explicitez dans l’article la condamnation de la consommations d’alcool, même si elle est moins présente qu’avant je pense.

    La consommation d’alcool montre surtout l’ambiance froide, anti-conviviale de parties importantes de l’Europe. Il existe des lieux cools, festifs, respectueux, mais il faut chiner.

    Je note au passage le mépris de M. Marin, ce doit être jouissif.

  • Réforme de l’Initiative Citoyenne Européenne : un outil participatif encore trop sélectif et élitiste

    3 mars 2015  23:50, par Julien-e

    Bref, tout ça pour dire que le joujou ICE dont on nous a si longuement rebattu les oreilles est parfaitement inutile.

  • Sortir de l’euro : une solution réaliste ou populiste ?

    3 mars 2015  20:29, par Jean-Luc Lefèvre

    Le non - dit n’est jamais une preuve ! Se taire à propos de l’euro ne signifie rien d’autre qu’une prudence très diplomatique. Dans le doute, abstiens-toi de ...croire !!!

  • Une réponse européenne à la menace terroriste : un parquet européen

    2 mars 2015 13:57, par Valéry-Xavier Lentz

    L’article répond déjà à votre objection : Bref, il est impératif que la Commission modifie sa proposition pour que la compétence de ce futur procureur européen soit élargie aux crimes et délits transfrontaliers. Bien évidemment, il faudra les lister et faire application du principe de subsidiarité, à l’instar de ce qui se pratique dans le domaine du droit de la concurrence. : les crimes et délits concernés sont en effet à définir.

  • Doit-on livrer des armes offensives à l’Ukraine ?

    1er mars 2015  19:02, par Alexandre Marin

    @Thomas

    Il ne s’agit pas de déclencher une guerre ouverte entre l’Europe et la Russie. Là n’est pas la question.

    Simplement, les traités de paix sont basés sur la confiance. Or, La Russie s’est montrée un partenaire particulièrement peu fiable.

    Déjà en 2008, elle avait commencé à s’attaquer à la Géorgie et l’Europe n’avait que très faiblement réagi. Un jour, il faut une réponse forte. Aujourd’hui, le terrain de la négociation ne marche pas, la Russie transgressant tous les accords internationaux en la matière.

    Il faut donc renforcer les sanctions économiques, notamment le gel des avoirs des oligarques russes, armer l’armée ukrainienne, et faire rentrer l’Ukraine dans l’OTAN si elle le souhaite. Evidemment personne n’a intérêt à une guerre parce que l’UE et la Russie ont des intérêts tels qu’une escalade des tensions débouchant sur un conflit entre les deux puissances est, heureusement, hautement improbable.

  • Une réponse européenne à la menace terroriste : un parquet européen

    1er mars 2015  18:45, par Alexandre Marin

    @Alain

    Il existe déjà l’agence OLAF pour poursuivre les délits portant atteinte aux intérêts financiers de l’Union européenne.

    L’idée d’un parquet européen, c’est de faciliter la mise à disposition de l’auteur présumé d’un délit au juge pénal du lieu dans lequel le délit a été commis. Le droit qui s’appliquera sera toujours la loi du pays où le délit a été commis. Il ne s’agit pas de créer un code pénal européen.

    Le droit européen ne crée que des instruments pour la poursuite des accusés.

  • L’Europe au quotidien : des avantages trop souvent méconnus !

    1er mars 2015  17:13, par lol

    exactement

  • Existe-t-il une opinion publique européenne ?

    27 février 2015 09:56, par Ferghane Azihari

    Comme je le disais, les réseaux d’opinion ne sont pas limités, exclusifs, circonscrits et consistants à l’intérieur des frontières politiques. Ainsi’à l’intérieur de la zone euro vous trouverez des individus qui n’ont absolument aucun avis sur les questions monétaires. Enfin, à l’extérieur de la zone euro, vous trouverez aussi des réseaux d’opinion solides sur la viabilité de l’union économique et monétaire. Et ce n’est pas comme si les non-européens n’avaient aucune légitimité à débattre de ces questions compte-tenu des interdépendances économiques qui existent à l’échelle du globe. Du reste, l’opinion publique n’est que abstraction idéologique.

  • Existe t-il une opinion publique européenne ?

    27 février 2015  06:06, par tnemessiacne

    On a l’impression de voir un brouillon personnel, mais bon avec le privilège d’être au comité de rédaction par le copinage on peut tout se permettre.

    Vous énoncez que l’opinion publique n’a pas de réalité sociale mais dans le cas qui nous intéresse, les politiques et affaires européennes. Etre pour ou contre l’euro est une réalité sociale. Deux personnes peuvent même en venir en main pour ces opinions. Se prendre un coup n’est pas une réalité sociale !?

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    26 février 2015  10:13, par Joan Ruiz i Solanes

    Permettez moi de profiter de quelques minutes de loisir pour répondre à quelques questions que je n’ai pas eu le temps de repondre hier.

    Vous dites littéralement que vous ne voyez pas « le rapport, ni entre Hitler et l’Etat espagnol, ni entre les Catalans et les victimes du nazisme ».

    Il est difficile pour moi de croire que vous avez oublié les excellentes relations entre Franco (ou son beau frère Serrano Súñer, qui, puisqu’on en parle, avait adopté un accent sur la première syllabe de Suñer pour dissimuler son origine catalan) avec les hauts fonctionnaires nazis, et le propre Hitler. Aucun rapport, alors ?!

    Si les catalans nous n’avons pas éte victimes du nazisme, nous l’avons été du fascisme, (comme les espagnols restants, bien sûr) ce qui n’est pas tellement différent. Il s’agit de deux idéologies assez proches.

    Tout cela m’oblige à croire que « ce que vous voyez » et la réalité sont deux choses disjointes et plutôt assez éloignées.

    Au sujet des interprètes aux tribunaux de justice en Catalogne, je vois que vous avez mal compris, et je vous prie de relire ce que j’avais écrit : ce n’est pas la partie qui ne parle pas catalan, celle qui doit être traduite en Catalogne, ce qui serait évidemment logique ; mais au contraire, c’est la partie qui parle la langue séculaire du pays, le catalan, qui, étant chez elle, doit être traduite a cette langue qui a prétendu être la seule « espagnole », c’est à dire le castillan.

  • Une réponse européenne à la menace terroriste : un parquet européen

    26 février 2015  07:38, par Alain

    Fausse bonne idée, un parquet « fédéral » pour un pays qui n’existe pas et sans législation « fédérale », cela n’a pas de sens. Quel droit devrait-il appliquer ?

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    25 février 2015  12:00, par Joan Ruiz i Solanes

    . . . (suite du message 10)

    Enfin, M.Marin, il y a trop d’erreurs (et remarquez que pour le moment je ne dis pas « des mensonges ») dans votre discours. Je n’ai ni le temps ni l’envie de vous corriger. Continuez à penser à la façon des espagnols nostalgiques d’empire , et moi je continuerai à penser à la façon des vrais démocrates.

    Lorsque j’aurai quelque temps libre (je ne suis pas fonctionnaire , et je me dois à més obligations), j’enverrai un commentaire sur les PLUSIEURS fois où l’Espagne a BOMBARDÉ la Catalogne au nom d’un roi et d’idées d’EMPIRE échouées.

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    25 février 2015  11:59, par Joan Ruiz i Solanes

    Qu’est-ce que celà signifie pour vous l’expression « n’avoir rien à voir », Monsieur Marin ?

    Vous dites : « Mais la monarchie autoritaire voulue par Franco n’a rien à voir avec la monarchie constitutionnelle actuelle. » (le mot « voulue », ne me semble pas un exemple d’objectivité, mais plutot un essai inconscient de justifier le FASCISME franquiste, parce que « vouloir » et « désirer » est toujous légitime, mais pas « imposer »)

    Rien à voir ??!! . . . Est-ce que Juan Carlos était une personne differente de celle que Franco a IMPOSÉ MANU MILITARI aux espagnols ? S’il vous plaît, M. Marin, soyons sérieux, ne parlez pas de mes « contradictions », mais plutot faites attention aux vôtres.

    Vous continuez à parler des référenda pour la « loi de reforme politique » (1977)) et pour la constitution (1978) (où jamais, dans aucun des deux cas, l’on a permis au peuple espagnol de choisir entre monarchie et république), comme si vous IGNORIEZ que lorsque on vote sous le CHANTAGE de l’armée franquiste dans les casernes, la police franquiste aux rues et dans les commisariats, les fonctionnaires franquistes dans les bureaux officiels, et la télévision, la radio, les journaux et tous les media habitués à la CENSURE du franquisme . . . ça N’A ABSOLUMENT RIEN DE DÉMOCRATIQUE et dans aucun pays CIVILISÉ on ne pourrait considérer LEGITIMES ces votations.

    Vous croyez peut être que les phrases « Cette constitution a été le résultat d’un consensus entre tous les groupes politiques espagnols. La constitution de 1978 est transpartisane. Elle n’est donc pas le résultat d’un chantage de l’appareil d’Etat franquiste. » ont quelque vestige de LOGIQUE ??!! Consensus des groupes politiques sous la menace du fameux « bruit de sabres » aux casernes ??!! Les impériaalistes castillans vec l’armée franquste à son côté et les nationalistes catalans en minorité et menacés par des fous comme le lieutenent colonel Tejero, auteur du putsch échoué du 23 février 1981 ??!! . . .Allez, allez, ce que vous dites n’est qu’une simple EXCLAMATION, mais pas du tout un ARGUMENT valide.

    Ces NATIONALISTES que vous appellez « régionalistes », je ne sais pas si par MÉPRIS ou par IGNORANCE, même si QUELQU’UN D’EUX aurait participé à la rédaction de la constitution il y a plus de TRENTE-CINC ANS (!) maintenant ont bien le droit de DÉCIDER DÉMOCRATIQUEMENT LEUR FUTUR, ce que vous, les pancastellanistes essayez (sans succès, comme l’on verra l’ année prochaine) à leur réfuser ce droit democratique.

    Vous croyez que être maltrité et être fier de celui qui vous maltraite ce n’est pas possible ??! . . . je vous conseille, M.Marin de ne pas aller raconter ça a cette MULTITUDE de femmes espagnoles maltraitées par leurs maris, dans la tradition du tipique « machisme » (nom dérivé du castillan ) encore assez en vigueur en Espagne.

    (à suivre, mon message dépasse les 3000 caractères permis)

  • LGV Lyon-Turin : Michèle Rivasi veut le retrait de l’Union européenne

    25 février 2015  11:32, par Bernard Giroud

    Voilà donc une idée , qu’elle est bonne ! :

    Revenir à la charrette à bœufs, ou aux barcasses de grand-père, pour voir l’Italie.

  • L’Union européenne doit s’affirmer dans le conflit ukrainien

    24 février 2015  11:38, par Guillaume Bucherer

    Merci, voilà un article courageux. L’impérialisme russe est un impérialisme classique. Nous, nous le combattons avec un impérialisme inversé : notre modèle étant attirant et respectueux, ce sont les nations qui décident d’elles-mêmes de nous rejoindre. D’une pierre deux coups : nous respectons nos valeurs (liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes) et nous permettons notre extension territoriale en vue d’unifier le continent et obtenir la masse critique pour vivre dans le monde.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos