1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

< 1 2 3 4 5 6 7 8 >

Derniers commentaires

  • Existe-t-il une opinion publique européenne ?

    Hier 09:56, par Ferghane Azihari

    Comme je le disais, les réseaux d’opinion ne sont pas limités, exclusifs, circonscrits et consistants à l’intérieur des frontières politiques. Ainsi’à l’intérieur de la zone euro vous trouverez des individus qui n’ont absolument aucun avis sur les questions monétaires. Enfin, à l’extérieur de la zone euro, vous trouverez aussi des réseaux d’opinion solides sur la viabilité de l’union économique et monétaire. Et ce n’est pas comme si les non-européens n’avaient aucune légitimité à débattre de ces questions compte-tenu des interdépendances économiques qui existent à l’échelle du globe. Du reste, l’opinion publique n’est que abstraction idéologique.

  • Existe t-il une opinion publique européenne ?

    Hier  06:06, par tnemessiacne

    On a l’impression de voir un brouillon personnel, mais bon avec le privilège d’être au comité de rédaction par le copinage on peut tout se permettre.

    Vous énoncez que l’opinion publique n’a pas de réalité sociale mais dans le cas qui nous intéresse, les politiques et affaires européennes. Etre pour ou contre l’euro est une réalité sociale. Deux personnes peuvent même en venir en main pour ces opinions. Se prendre un coup n’est pas une réalité sociale !?

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    Jeudi dernier  10:13, par Joan Ruiz i Solanes

    Permettez moi de profiter de quelques minutes de loisir pour répondre à quelques questions que je n’ai pas eu le temps de repondre hier.

    Vous dites littéralement que vous ne voyez pas « le rapport, ni entre Hitler et l’Etat espagnol, ni entre les Catalans et les victimes du nazisme ».

    Il est difficile pour moi de croire que vous avez oublié les excellentes relations entre Franco (ou son beau frère Serrano Súñer, qui, puisqu’on en parle, avait adopté un accent sur la première syllabe de Suñer pour dissimuler son origine catalan) avec les hauts fonctionnaires nazis, et le propre Hitler. Aucun rapport, alors ?!

    Si les catalans nous n’avons pas éte victimes du nazisme, nous l’avons été du fascisme, (comme les espagnols restants, bien sûr) ce qui n’est pas tellement différent. Il s’agit de deux idéologies assez proches.

    Tout cela m’oblige à croire que « ce que vous voyez » et la réalité sont deux choses disjointes et plutôt assez éloignées.

    Au sujet des interprètes aux tribunaux de justice en Catalogne, je vois que vous avez mal compris, et je vous prie de relire ce que j’avais écrit : ce n’est pas la partie qui ne parle pas catalan, celle qui doit être traduite en Catalogne, ce qui serait évidemment logique ; mais au contraire, c’est la partie qui parle la langue séculaire du pays, le catalan, qui, étant chez elle, doit être traduite a cette langue qui a prétendu être la seule « espagnole », c’est à dire le castillan.

  • Une réponse européenne à la menace terroriste : un parquet européen

    Jeudi dernier  07:38, par Alain

    Fausse bonne idée, un parquet « fédéral » pour un pays qui n’existe pas et sans législation « fédérale », cela n’a pas de sens. Quel droit devrait-il appliquer ?

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    Mercredi dernier  12:00, par Joan Ruiz i Solanes

    . . . (suite du message 10)

    Enfin, M.Marin, il y a trop d’erreurs (et remarquez que pour le moment je ne dis pas « des mensonges ») dans votre discours. Je n’ai ni le temps ni l’envie de vous corriger. Continuez à penser à la façon des espagnols nostalgiques d’empire , et moi je continuerai à penser à la façon des vrais démocrates.

    Lorsque j’aurai quelque temps libre (je ne suis pas fonctionnaire , et je me dois à més obligations), j’enverrai un commentaire sur les PLUSIEURS fois où l’Espagne a BOMBARDÉ la Catalogne au nom d’un roi et d’idées d’EMPIRE échouées.

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    Mercredi dernier  11:59, par Joan Ruiz i Solanes

    Qu’est-ce que celà signifie pour vous l’expression « n’avoir rien à voir », Monsieur Marin ?

    Vous dites : « Mais la monarchie autoritaire voulue par Franco n’a rien à voir avec la monarchie constitutionnelle actuelle. » (le mot « voulue », ne me semble pas un exemple d’objectivité, mais plutot un essai inconscient de justifier le FASCISME franquiste, parce que « vouloir » et « désirer » est toujous légitime, mais pas « imposer »)

    Rien à voir ??!! . . . Est-ce que Juan Carlos était une personne differente de celle que Franco a IMPOSÉ MANU MILITARI aux espagnols ? S’il vous plaît, M. Marin, soyons sérieux, ne parlez pas de mes « contradictions », mais plutot faites attention aux vôtres.

    Vous continuez à parler des référenda pour la « loi de reforme politique » (1977)) et pour la constitution (1978) (où jamais, dans aucun des deux cas, l’on a permis au peuple espagnol de choisir entre monarchie et république), comme si vous IGNORIEZ que lorsque on vote sous le CHANTAGE de l’armée franquiste dans les casernes, la police franquiste aux rues et dans les commisariats, les fonctionnaires franquistes dans les bureaux officiels, et la télévision, la radio, les journaux et tous les media habitués à la CENSURE du franquisme . . . ça N’A ABSOLUMENT RIEN DE DÉMOCRATIQUE et dans aucun pays CIVILISÉ on ne pourrait considérer LEGITIMES ces votations.

    Vous croyez peut être que les phrases « Cette constitution a été le résultat d’un consensus entre tous les groupes politiques espagnols. La constitution de 1978 est transpartisane. Elle n’est donc pas le résultat d’un chantage de l’appareil d’Etat franquiste. » ont quelque vestige de LOGIQUE ??!! Consensus des groupes politiques sous la menace du fameux « bruit de sabres » aux casernes ??!! Les impériaalistes castillans vec l’armée franquste à son côté et les nationalistes catalans en minorité et menacés par des fous comme le lieutenent colonel Tejero, auteur du putsch échoué du 23 février 1981 ??!! . . .Allez, allez, ce que vous dites n’est qu’une simple EXCLAMATION, mais pas du tout un ARGUMENT valide.

    Ces NATIONALISTES que vous appellez « régionalistes », je ne sais pas si par MÉPRIS ou par IGNORANCE, même si QUELQU’UN D’EUX aurait participé à la rédaction de la constitution il y a plus de TRENTE-CINC ANS (!) maintenant ont bien le droit de DÉCIDER DÉMOCRATIQUEMENT LEUR FUTUR, ce que vous, les pancastellanistes essayez (sans succès, comme l’on verra l’ année prochaine) à leur réfuser ce droit democratique.

    Vous croyez que être maltrité et être fier de celui qui vous maltraite ce n’est pas possible ??! . . . je vous conseille, M.Marin de ne pas aller raconter ça a cette MULTITUDE de femmes espagnoles maltraitées par leurs maris, dans la tradition du tipique « machisme » (nom dérivé du castillan ) encore assez en vigueur en Espagne.

    (à suivre, mon message dépasse les 3000 caractères permis)

  • LGV Lyon-Turin : Michèle Rivasi veut le retrait de l’Union européenne

    Mercredi dernier  11:32, par Bernard Giroud

    Voilà donc une idée , qu’elle est bonne ! :

    Revenir à la charrette à bœufs, ou aux barcasses de grand-père, pour voir l’Italie.

  • L’Union européenne doit s’affirmer dans le conflit ukrainien

    Mardi dernier  11:38, par Guillaume Bucherer

    Merci, voilà un article courageux. L’impérialisme russe est un impérialisme classique. Nous, nous le combattons avec un impérialisme inversé : notre modèle étant attirant et respectueux, ce sont les nations qui décident d’elles-mêmes de nous rejoindre. D’une pierre deux coups : nous respectons nos valeurs (liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes) et nous permettons notre extension territoriale en vue d’unifier le continent et obtenir la masse critique pour vivre dans le monde.

  • LGV Lyon-Turin : Michèle Rivasi veut le retrait de l’Union européenne

    Lundi dernier  19:34, par Yves T.

    L’enfumage bien de chez « Les Verts », surtout quand on s’appelle Mme Rivasi et qu’on se prépare pour être tête de liste aux prochaines régionales. Bravo Mme, j’ai pourtant cru que le cumul des mandats ne faisait pas partie du vocabulaire et du programme de nos chers écologistes français...

  • Napoléon et l’Europe : l’utopie inachevée

    Lundi dernier 17:48, par Hervé Moritz

    Ne comptez pas sur moi pour défendre Napoléon, en tant qu’historien je suis mal placé pour juger un personnage historique. Simplement, vous ne pouvez pas comparer le régime napoléonien aux régimes totalitaires du XXe siècle, ni à l’Ancien Régime, parce que ça ne correspond à aucun de ces deux modèles. Il est également peu pertinent de charger Sieyès à propos du coup d’Etat napoléonien ou de parler de tyrannie pour le régime napoléonien. Il est vrai que la propagation des idées révolutionnaires par les conquêtes de la Révolution, puis de Napoléon est vite apparue comme un échec et une immense déception, en plus d’être une tentative d’impérialisme français sur l’Europe.

    La vision que vous avez de la Révolution est aussi curieuse, ballotté par une historiographie certes complexe mais qui a évolué depuis un moment. Tout ne fut pas merveilleux entre l’été 1789 et la coup d’Etat de 1799. La Révolution est une période d’ambivalence entre émancipation politique et apprentissage de la démocratie, entre action révolutionnaire et réaction autoritaire pour sauvegarder plus ou moins les acquis de la Révolution française ou mettre un terme à la dynamique révolutionnaire.

  • L’Europe face à l’islam radical

    Lundi dernier  14:22, par COLPIN Didier

    Dans une lettre envoyée en 2008 au Président de l’UE je déclarais ceci : « ...qui aujourd’hui, comme les nazis et les communistes d’hier, n’éprouvent que haine pour la démocratie, considèrent l’assassinat comme une arme politique et réclament « ici pour eux » la liberté au nom de nos principes libéraux pour la refuser en instaurant une dictature lorsqu’ils sont au pouvoir au nom de leur principes ? Les islamistes… »

    Par la suite, j’ai déposé ces mots ici et là sur le web. Exemples : http://www.mvtpaix.org/forum/viewtopic.php?p=409&sid=be43d1abc64dd6730369c397e43ab9df http://www.nonfiction.fr/article-1611-p2-pourquoi_leurope_.htm

    Il sont également contenus dans l’ouvrage "Regards sur" publié en 2013 sous le pseudo de Plumot : http://livre.fnac.com/a6499163/Plumot-et-sa-poussiere-Regards-sur

    COLPIN didier

  • Napoléon et l’Europe : l’utopie inachevée

    Lundi dernier  14:18, par Le Robespierriste

    Deuxième partie et fin.

    Napoléon est célèbre en France uniquement car il a failli conquérir le moitié de l’Europe au profil des français ; allez demander à des européens non français s’ils adorent et chérissent ce tyran, vous serez surpris des réponses. Napoléon n’est qu’un semblable du tyran nazi Hitler ; d’ailleurs, ces deux n’ont aucune personnalité puisqu’ils recopient Jules César (pour ceux qui ne savent pas, le salut nazi est un copiage pur et simple du salut de César, et l’Aigle, une des emblèmes des deux tyrans, était le symbole d’une légion romaine).

    Mais, nous, on vénère un tyran, on créé des fondations à son effigie, on veut conserver son patrimoine, on lui attribue des adjectifs glorificateurs, mais on a interdit les allemands en 1945 de vénérer leur tyran (je ne remet absolument pas en cause ce fait, aucun tyran ne doit être vénéré).

    Enfin, sachez que si vous êtes pour Napoléon, c’est que vous êtes pour un unique empire mondial autoritaire et tyrannique, c’est que vous soutenez un régime de type Ancien, un régime inégalitaire ; c’est que, vous qui manifestez pour la Liberté d’opinion et la gloire de la République avec les attentats de Charlie Hebdo, êtes en fait secrètement allié à l’Ancien Régime ; vous n’avez donc aucune raison de fêter le 14 juillet, ou même de vivre en France, car La France est le Pays des Droits de l’Homme.

    Vive la République ; Unité, Indivisibilité de la République, Liberté, Egalité, Fraternité, OU LA MORT.

    Pour finir, sachez que si Napoléon avait triomphé, vous ne seriez que des paysans en train de récolter du blé et au service de Nobles.

  • Napoléon et l’Europe : l’utopie inachevée

    Lundi dernier  14:17, par Le Robespierriste

    Si les censeurs veulent bien me laisser exprimer mes opinions, et donc valider mon message, j’en serai ravi : je vais remettre les pendules à l’heure.

    Mon message étant trop long, il s’organise en deux parties.

    Vous rendez-vous compte de ce que vous dites ? « brave homme », « brillant », « génie » ? Napoléon ne mérite pas cette gloire ! Il n’est que corrompu par le trop de pouvoir que lui a accordé Sieyès, et a liquidé la Révolution ! Je m’explique.

    1799. Napoléon est général, c’est un génie militaire. Il a remporté plusieurs compagnes. C’est la seule facette de sa vie qui mérite la gloire. Seulement, Sieyès, en désaccord avec la tournure qu’a pris la Révolution, la jugeant trop modérée, envisage un coup d’Etat. Il va s’associer avec Napoléon, maximisant ses chances de réussite. Napoléon réussit trop bien le coup d’Etat, il a volé le pouvoir à Sieyès et s’empare de la France.

    De 1799 à 1804, Napoléon instaure un consulat, soit disant conforme aux idées républicaines. En fait, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un régime tyrannique ; trois consuls sont censés gouvernés mais en réalité, seul le premier consul, Bonaparte, détient le pouvoir. Il est déjà tyran.

    De 1804 à 1815, il change la forme du gouvernement et s’autosacre empereur. La France est désormais devenue un régime autoritaire, semblable à ceux du XXème siècle ; autrement dit : France sous Bonaparte = IIIème Reich nazi.

    Bien évidemment, sans de multiples réformes (Code Civil, Concordat, etc...) cela ne serait jamais passé auprès des français, qui venaient juste d’acquérir une République Une, Indivisible, Egalitaire, Libre et Fraternelle ; la France, qui était difficilement devenue Le Pays des Droits de l’Homme, se transforme en un Empire autoritaire, tyrannique, colonisateur et conquérant (oui, tyrannique ; la tyrannie étant le gouvernement d’une seule ou d’un petit groupe de personnes ; ici, seul Napoléon gouverne). Ah ! C’est beau, le Pays des Droits de l’Homme colonise l’Europe !

  • L’Europe face à l’islam radical

    Lundi dernier  09:18, par Bernard Maurice

    L’expression d’Islam radical est biaisée. Radical signifie qui prend les choses à la racine.

    Il vaut mieux parler d’islamisme terroriste d’extrème droite. L’ultra gauche, y compris anarchiste, a abandonné les attentats terroristes qui assassinent à l’aveugle la population depuis plus d’un siècle. N’oublions jamais que plus de 95% des victimes du terrorisme islamiste sont des musulmans.

    N’oublions pas non plus que de 1980 à 1988 la CIA sous Reagan et l’Arabie Saoudite ont financé Ben Laden et Al qaida, la matrice de ce terrorisme, à raison de 500 millions de $ chacun, pour combattre les soviétiques en Afghanistan. Qui a nourri la bête immonde ? Les mensonges de Bush et la guerre contre l’Irak y ont également fortement contribué.

  • L’Europe face à l’islam radical

    Lundi dernier  01:00, par tnemessiacne

    @ Margaux Magalhaes

    Merci, c’est rare que les « auteurs » prennent la peine d’entrer dans le débat.

    Merci également de nous avoir appris mais à approfondir que les Arméniens et Kurdes ont fait chuter, toute proportion gardée, l’Empire ottoman.

    Pour ce qui est de la Turquie, je pense que la religion n’est un pas un soucis.

    Mais sur la question de la géographie, si la Turquie intègre l’Union, jusqu’où les limites géographiques s’arrêtent-elles ? La Syrie et l’Irak ont elles vocation à intégrer l’Union, de manière géographique ?

  • De quelques mesquineries récentes commises par Jeroen Djisselbaum et Wolfgang Schäuble

    Lundi dernier  00:37, par tnemessiacne

    @Alexandre Marin

    « Wolfgang Schäuble et Jeroen Djisselbaum sont respectivement ministres des finances de l’Allemagne et des Pays-Bas. Ils ne prétendent pas représenter l’Europe, ils représentent leurs pays respectifs. On arrive à la question légitime : au nom de quoi les dirigeants de l’Allemagne, des Pays-bas, de la Grèce ou de la France qui ont été élus dans leurs pays respectifs gouverneraient 500 millions d’Européens, la majorité d’entre eux vivant dans des pays qui ne les ont pas élus ? »

    Jeroen Dijsselbloem est le président de l’Eurogroupe, il a été élu par les membres de l’Eurogroupe. Donc on peut aussi dire en quoi Emmanuel Macron, nommé par le président de la République gouvernerait 66 millions de français ? C’est pourtant simple à comptrendre mais cette idée surfe sur l’idée reçue du manque de légitimité démocratique de l’UE. On peut toujours rappeller que le président de la Commission est élu par la majorité des députés élus au suffrage universel direct. Et que les chefs d’Etats et de gouvernement sont élus démocratiquement dans leur pays puis élisent à la majorité le président de l’Eurogroupe. N’êtes vous pas d’accord avec le fait que Jeroen Djisselbaum est aussi légitime voir plus que Emmanuel Macron car élu par plusieurs personnes contrairement à Macron nommé par une seule ? C’est une question, peut-être pouvez-vous prouvez le contraire.

    « Ce qui s’est passé au sommet de l’eurogroupe est justement une manifestation de nationalisme. Wolfgang Schäuble et Jeroen Djisselbaum ont fait preuve de nationalisme »

    Je ne pense pas que le président de l’Eurogroupe agissent de manière « nationaliste », peut-être lors de ce sommet.

    Mais pouvez-vous nous dire ce qu’il s’est passé lors de ce sommet. Vous en parler mais sans dire ce qu’il s’est passé. Il faut le baser sur quelque chose. ça ne mange pas de pain. Merci pour votre réponse.

  • De quelques mesquineries récentes commises par Jeroen Djisselbaum et Wolfgang Schäuble

    Dimanche dernier  23:39, par shaft

    Qui a dit que la démocratie ne pèse rien face aux traités ?Juncker, président de la Commission Européenne.Je crois qu’il représente l’Europe, non ?Et Donald Tusk, partisan de la ligne dure,qui représente-til ?L’Europe.Ces deux personnages font passer le même discours que Merkel.

    Schauble et son compère défendent leur idéologie libérale et si ils font de la démagogie chez eux, ils font de l’idéologie chez nous.Ce que je vois me fait peur pour l’avenir de la démocratie en Europe

  • De quelques mesquineries récentes commises par Jeroen Djisselbaum et Wolfgang Schäuble

    21 février 2015  15:53, par Alexandre Marin

    @shaft

    Wolfgang Schäuble et Jeroen Djisselbaum sont respectivement ministres des finances de l’Allemagne et des Pays-Bas. Ils ne prétendent pas représenter l’Europe, ils représentent leurs pays respectifs. On arrive à la question légitime : au nom de quoi les dirigeants de l’Allemagne, des Pays-bas, de la Grèce ou de la France qui ont été élus dans leurs pays respectifs gouverneraient 500 millions d’Européens, la majorité d’entre eux vivant dans des pays qui ne les ont pas élus ?

    D’où la nécessité de mettre en place une démocratie européenne, c’est-à-dire des gens représentant l’Europe, élus par l’ensemble des Européens.

    « Ferghane me reproche souvent mon nationalisme mais comment ne pas être nationaliste avec des gens pareils qui représentent ou affirment représenter l’Europe et influer sur la vie de millions de gens ? »

    Ce qui s’est passé au sommet de l’eurogroupe est justement une manifestation de nationalisme. Wolfgang Schäuble et Jeroen Djisselbaum ont fait preuve de nationalisme, et ils ont agi pour pouvoir dire aux journalistes de leurs pays qu’ils ont défendu les intérêts de leurs peuples. C’est une démarche purement démagogique, électoraliste, et court-termiste qui porte atteinte tant à l’intérêt réel de ces mêmes pays qu’à l’intérêt commun européen.

  • L’Europe face à l’islam radical

    21 février 2015  13:40, par Margaux Magalhaes

    @ Xavier : Votre vision est un peu fataliste à mon goût. Certes il y aura toujours des menaces dans le monde. Il est vrai que même si on en règle un, un autre apparaît ;cependant je pense qu’il faut malgré tout persévérer et tenter de les résoudre. Oui je pense également qu’on a un problème de solidarité mais également de respect vous avez raison : l’incident du RER cette semaine, qui n’est malheureusement pas un phénomène isolé, en est d’ailleurs très symptomatique... En revanche, il ne s’agit pas pour moi d’une simple « rébellion » : vouloir assassiner des gens au nom d’une vision « sainte » me semble s’apparenter davantage à un problème de société ; après, bien sûr, je peux me tromper. Enfin, concernant l’avis de pays extérieurs, je ne connais que celui des Etats-Unis, qui, eux, considèrent que la Turquie est européenne (si vous cherchez dans les sites officiels du Departement d’Etat par exemple, vous ne trouverez pas la Turquie dans la section Moyen-Orient mais dans Europe) ; effectivement, ce serait intéressant de voir ce que la Chine,... en pensent !

  • L’Europe face à l’islam radical

    21 février 2015  13:39, par Margaux Magalhaes

    @ Guillaume Bucherer : Vous semblez de plus rejetez l’idée que la Turquie soit européenne. Or, les bases de l’Empire ottoman se trouvaient en Europe, ce n’est d’ailleurs pas pour rien si au XIX on parlait « d’homme malade de l’EUROPE ». Notons également que la République de Turquie (1923), a fait énormément de réformes pour s’apparenter davantage à l’Occident (bien que ce processus ait été amorcé dès le XVIIIe siècle...) : elle a ainsi changé son alphabet, laïcisée son pays (la laïcité turque est cependant différente de la française : ce n’est pas une séparation de l’Etat et de la Mosquée mais un contrôle de la Mosquée par l’Etat) qui, rappelons le, était un Califat, donc leader de la foi musulmane dans le monde ; abroger les tribunaux religieux, banni les vêtements traditionnels pour des « européens » ; ... bref elle a abandonné une bonne partie de sa culture et de son héritage pour nous ressembler. Tous ses textes de lois sont inspirés du droit européen. Elle a aujourd’hui un taux de croissance incroyable en comparaison au reste de l’UE (autour de 4% et la décennie précédente 8%), avec une population jeune et dynamique. Elle constitue également un hub énergétique important, permettant à l’Occident de ne pas être dépendant de Moscou. Elle a fait d’énormes progrès vers la démocratie et l’Etat de droit (même si ce n’est aujourd’hui toujours pas optimal... D’ailleurs l’était-ce pour les PECO quand ils ont adhéré ?), et depuis 1959 elle souhaite intégrer la CEE puis l’UE. N’est-ce pas suffisant pour nous témoigner de sa bonne foi et de sa volonté d’être dans l’UE, d’être reconnue comme étant un pays européen ? Bien sûr gros problème aujourd’hui, elle n’a pas renié encore sa religion pour nous plaire... Donc finalement, elle ne pourrait être européenne parce que sa population est de confession musulmane ? Il me semble que bon nombre d’Européens aujourd’hui (Français, Britanniques,...) le sont également ; ne sont-ils de ce fait pas Européen ?

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos