1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Sur le Web

< 1 2 3 4 5 6 7 8 >

Derniers commentaires

  • Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    Hier  18:38, par tnemessiacne

    @ Fabien Cazenave

    C’est quand même l’extrême gauche...

    Nous verrons aux prochains Conseils européens.

    Il est à noté également la sémantique médiatique récente sur l’Ukraine avec Federica Mogherini (chef de la diplomatie européenne) qui a convoqué les ministres des affaires étrangères européens.

  • Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    Hier 18:11, par Fabien Cazenave

    @tnemessiacne : je ne suis pas sûr du tout que cela change plus l’Europe que l’arrivée de Renzi et Hollande au pouvoir de ce point de vue. J’espère me tromper, mais je n’y crois pas du tout.

  • Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    Hier  18:03, par tnemessiacne

    « Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme »

    Une analyse un peu trop limitée, « fédéraliste » de la plume du Taurillon.

    Enfin ça soulève l’idée qu’un nouveau rapport de force s’installe en Europe, avec Podemos en Grèce.

    « Pourquoi l’arrivée de Tsipras ne changera pas grand chose à l’Europe actuelle »

    Il est toujours bien de rappeler des idées évidentes : « un parti d’extrême gauche au pouvoir » « un programme radical de hausse de salaires, d’electricité gratuite etc... »

    C’est simple, l’arrivée de Tsipras « a déjà changé l’Europe ».

  • Je suis Charlie  : un appel à la solidarité et à l’unité

    Dimanche dernier 23:27, par Ferghane Azihari

    Vous seriez surpris d’apprendre qu’il existe des familles qui vivent ensemble toute leur vie :)

    M’enfin bon. « le fait pour la famille européenne de faire vivre ses membres dans la même pièce ». Ça c’est précisément le jacobinisme français en fait. Le modèle hyper-centralisé. Si vous voulez une Europe respectueuse de la diversité des Etats membres et décentralisée au maximum, alors vous devriez encourager l’Europe libérale. Ah mais oui c’est vrai, j’oubliais que vous êtres contre le libéralisme...décidément ;)

  • Nos meilleurs voeux pour 2015

    Dimanche dernier  18:28, par Alexandre Marin

    Voici les voeux de bonne année de la part des Jeunes Européens en Milanais :

    Bón ànn 2015 cónt i gióvin federalisti, la associazión euro-cittadína, che la gh’ha grán caràtter, idèa, e fassìna.

  • Syriza et Tsipras ne pourront rien contre l’intergouvernementalisme

    Dimanche dernier  10:47, par MORIN Michel

    ET SI, tout en conservant en tête les arguments rationnels de Fabien, les yeux se fermaient un instant pour rêver...

    ET SI...

    Et si demain les européens grecs réveillait le « peuple européen » ? Et si le « peuple européen » de Spinelli et du Congrès retrouvait ses racines ? Nos racines ? Et si les racines des résistances aux totalitarismes politiques fructifiaient face au totalitarisme financiarisé ? Et si la financiarisation de l’Europe était stoppée et réduite par la volonté politique des Européens au sein de l’Union ? Et si l’Union européenne portait pleinement et haut les couleurs des valeurs qui la fondent : la paix, l’ouverture au monde, la solidarité, la démocratie, les libertés ? Et si les libertés de chaque peuple d’Europe s’unissaient en un vaste élan « populiste européen » ? Et si ce « populisme européen » balayait les pseudo-populismes nationalistes rancis ? Et si ces cauchemars nationalistes s’évanouissaient dans une Europe fédérale ? Et si l’Europe fédérale était le prolongement ou l’horizon de l’union de Seriza et du Pasok ? Et si l’horizon des fédéralistes était de prolonger l’appel « nous sommes tous des Grecs » ?

    Michel Morin 24 janvier 2015

  • Je suis Charlie  : un appel à la solidarité et à l’unité

    Samedi dernier  19:38, par Shaft

    Ferghane

    Je ne nie pas que les pays européens ont des similitudes et des valeurs communes.Ce que je rejette, c’et une dépendance grandissante et voulue entre ces membres.Allez-vous vivre toute votre vie avec vos frères et soeurs ou allez-vous vivre indépendamment tout en gardant le contact ?

    Le fédéralisme, est, pour moi, comme le fait pour la famille européenne de faire vivre ses membres dans la même pièce en disant que de toute façon c’est comme ça ,qu’on a pas le choix

  • Je suis Charlie  : un appel à la solidarité et à l’unité

    Samedi dernier 10:45, par Ferghane Azihari

    Ceci dit, je salue votre analogie qui consiste à comparer les dirigeants européens à « l’oncle qu’on ne veut pas inviter lors d’un diner familial ». L’utilisation (involontaire ?) du terme « famille » montre que le nationalisme est moins présent dans votre analyse :)

  • 5 choses à changer pour les sessions plénières du Parlement européen

    Samedi dernier  03:53, par tnemessiacne

    @ Cédric

    "Et pourquoi ne pas rendre la présence aux séances obligatoire ?

    Je vous assure que si on me donnait 6 200€ net par mois, je ferais un effort pour au moins venir au travail ! Et c’est pareil dans les parlements nationaux. Tous ces gens sont censé nous représenter, ce sont nos impôts qui les paient.

    Certes ils perdent une partie des primes quand ils ne sont pas présent une journée, mais il leur suffit de venir 5 petites minutes, puis de repartir, et le tour est joué. C’est quand même bien dommage !« Je suis d’accord, moi sur cette question je me disais bon vu le niveau politique écouter ce qui se dit est un sacrilège ou une honte à la raison qui fait des dommages. Mais je me suis dit si des hommes politiques sont un tant soit peu intelligent ils n’ont qu’a parler entre eux pour ne pas subir ces soliloques destruteurs. Mais on répondra qu’il faut du respect et donc là on a les images des assemblées où les tribuns imposent le respect. Mais la question sociologique est, nous avons des hommes politiques de »métier" donc on peut se dire que le salaire n’est pas aussi allechant pour attirer les meilleurs mais les meilleurs dans l’organisation cherchent à se venger.

    Donc comment réformer la politique la base de tout. Les médias. C’est à ce dire si c’est pas fomenter. La plus part des citoyens ont un bon fond mais en Europe pour bien coller au sujet il y une culture du vice. Est ce que le marketing, qui joue sur le vice est délibéré ou un calque pour faire toujours plus de profits et de dommages ?

  • Je suis Charlie  : un appel à la solidarité et à l’unité

    Vendredi dernier 12:53, par Ferghane Azihari

    Vous avez tout à fait raison Schaft. Les politiciens (français et européens) auraient du rester à l’écart des manifestations internationales de solidarité dont la spontanéité a été souillée par les récupérations politiques.

  • Je suis Charlie  : un appel à la solidarité et à l’unité

    Jeudi dernier  12:00, par Shaft

    Les dirigeants européens présents le 11 janvier ?C’est comme le vieil oncle qu’on n veut pas inviter pour le dîner familial.Il s’invite lui-même et personne n’ose lui dire qu’on ne veut pas de lui et qu’il n’a rien à faire là

  • 5 choses à changer pour les sessions plénières du Parlement européen

    20 janvier 2015  14:07, par Cédric

    Et pourquoi ne pas rendre la présence aux séances obligatoire ?

    Je vous assure que si on me donnait 6 200€ net par mois, je ferais un effort pour au moins venir au travail ! Et c’est pareil dans les parlements nationaux. Tous ces gens sont censé nous représenter, ce sont nos impôts qui les paient.

    Certes ils perdent une partie des primes quand ils ne sont pas présent une journée, mais il leur suffit de venir 5 petites minutes, puis de repartir, et le tour est joué. C’est quand même bien dommage !

  • 5 choses à changer pour les sessions plénières du Parlement européen

    20 janvier 2015  05:56, par Alain

    Ne nous faisons pas d’illusion, ce n’est pas différent des parlements nationaux. Dans tous les parlements les débats sont totalement inutiles puisque in fine les parlementaires votent comme leurs partis l’ont décidé bien avant le débat. On supprimerait les députés pour ne garder que les chefs de groupe avec autant de voix que de sièges obtenus, le résultat serait identique et cette comédie bien moins coûteuse (même pas besoin d’hémicycle, tout pourrait se faire par voie électronique)

  • Populisme : L’Europe en danger ?

    19 janvier 2015  17:49, par Louis Bonneau

    Merci de vos remarques. Effectivement, j’aurais du expliciter les « références à Dieu dans la Constitution »hongroise.

    Orban semble aujourd’hui instrumentaliser le christianisme à des fins politiques, rejoignant à certains égards le Jobbik, lequel se décrit officiellement comme un « parti conservateur, patriotique et profondément chrétien ».

    Il a par exemple prié dans son bureau sous l’oeil des caméras peu après sa prise de fonction de PM en mai 2010. C’était un geste de rupture avec le principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat alors inscrit dans la Constitution hongroise. La nouvelle adoptée en 2011 se réfère néanmoins à Dieu (préambule) ce qui peut sembler paradoxal puisque les dernières statistiques de référencement en Hongrie soulignent une tendance nette à la déchristianisation ces dernières années.

    Lire à cet effet l’article « Viktor Orban, apôtre de la Hongrie », Le Monde, 03/04/2014

    Quant à Tocqueville, il s’agit d’une boutade en référence à l’infographie d’Arte.

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    19 janvier 2015  13:27, par Valéry

    Bonjour,

    Merci pour votre commentaire. La démocratie est en effet relativement récente en Espagne en comparaison d’autres États européens. Elle l’est moins, cependant que dans les pays issus de l’ancien bloc soviétique qui n’ont échappé au communisme qu’il y a vingt ans. La Constitution de 1978 est certainement criticable : elle comporte en effet des mentions au rôle de l’armée qui surprennent aujourd’hui, et elle n’organise pas un État fédéral, seul susceptible de garantir la pérénité de l’autonomie des communautés autonomes. Toutefois l’État espagnol reste aujourd’hui un des États les plus libres du monde comme le reste de l’Europe.

    La droite espagnole est conservatrice, autoritariste voire parfois réacitonnaire mais ne l’est guère beaucoup plus que les autres droites européennes. Après tout c’est là la définition de la droite.

    Les mots on un sens : le franquisme n’est pas le nazisme et l’Espagne actuelle n’est pas franquiste même si on peut regretter qu’il n’y ait pas eu de rupture formelle lors de la transition dans tout le pays comme la Catalogne a su le faire en marquant la continuité avec la 2e République en accueillant Josep Tarradellas.

    Toutefois l’enjeu aujourd’hui n’est pas de ressasser les divers événements historiques pour en tirer une légitimité, l’enjeu est de permettre aux personnes vivant aujourd’hui en Catalogne de s’exprimer démocratiquement sur leur avenir et que leur choix soit reconnu par le reste de l’Europe et du monde.

    Même si les provocations multiples de l’État espagnol dirigé par la droite sont irritantes il me semble que cet enjeu est mieux servi par un propos plus nuancé et plus exact que celui que vous développez.

    Cordialement.

  • La Voie de la Catalogne vers l’indépendance

    19 janvier 2015  13:17, par Alexandre Marin

    L’Espagne est un Etat fasciste, nazi, franquiste, etc., alors que la Catalogne est une nation libre et démocratique, mais asservie par un cruel état espagnol qui s’efforce de faire disparaître le peuple, la langue et la culture catalane.

    Ce n’est pas un peu facile et manichéen comme manière de voir ?

    Je me permets de rappeler qu’avant la guerre de trente ans, la révolte des faucheurs en Catalogne avait entraîné l’indépendance et la proclamation d’une république catalane qui s’est rattachée au royaume de France en nommant Louis XIII comte de Barcelone. Douze ans après, la Catalogne s’est de nouveau rebellée, cette fois contre la France, pour revenir en Espagne.

    Enfin, les Catalans « du nord »ne se plaignent pas d’appartenir à la France, alors que les Catalans « du sud » se plaignent d’appartenir à l’Espagne. C’est très paradoxal car les Catalans « du sud » ont beaucoup plus d’autonomie et de droits (linguistiques, culturels, éducatifs, politiques, juridiques, judiciaires, etc.) que les catalans « du nord », qui n’ont pas même pas droit à une entité départementale ou régionale appelée « Catalogne », mais font partie d’un département appelé « pyrénées orientales », un nom à consonance très locale.

  • Échec et mat : l’adhésion de l’Union à la Convention européenne des droits de l’Homme retoquée

    18 janvier 2015  11:49, par Joan Ruiz i Solanes

    Si les spécificités du droit de l’Union Européenne ne peuvent pas être compatibles avec la Convention Européenne des Droits de l’Homme, alors c’est sans aucun doute que les spécificités du droit de l’UE sont erronés et injustes.

    Bien sûr, je le sais, je ne viens pas d’énoncer une nouveauté, mais une évidence . . .

  • Un mauvais perdant fragilise l’amitié franco-allemande

    17 janvier 2015  16:36, par Un passionné du hand

    Je ne sais pas qui a écrit cet article, mais les propos tenus dedans sont faux ! Je pense que je journaliste ou la personne qui a écrit cela ne connaît pas les règles du handball.

    Je peux assurer, après en avoir reparlé il y a peu avec un arbitre professionnel français, que ce dernier but notamment, aurait du être accordé. Il faut arrêter de nous prendre pour des c***.

  • Populisme : L’Europe en danger ?

    17 janvier 2015  15:43, par solange Marin

    La remarque d’Alexandre Marin ma semble pertinente. Et,pour ma part,je ne vois pas clairement ce que vient faire Toqueville dans la galère du populisme ou de l’extrême-droite . Ne le mettons pas à toutes les sauces .

  • Détruire les nations, c’est annihiler l’Union

    16 janvier 2015  19:02, par Joan Ruiz i Solanes

    A mon avis, le titre « Détruire les nations, c’est annihiler l’Union » n’est pas correcte. Il faudrait dire « Détruire les états, c’est annihiler l’Union »

    Confondre l’état et la nation ne nous apporte qu’un doublement sémantique innécessaire et la perte d’une nuance très importante.

    Chaque fois que j’entends prononcer le vieux lieu commun de « la Belgique, cette petite vaillante nation » je pense qu’il y a là une erreur.

    Un état c’est un concept administratif, géopolitique, tandis qu’une nation est un concept historique. Un état peut comprendre des langues et des ethnies differentes, mais pas une nation, une nation serait l’équivalent historique d’un peuple.

    Nous, les catalans qui avons la mauvaise chance d’être soumis par l’état espagnol, nous n’accepton pas que l’Espagne soit une nation, mais un état. La Catalogne, bien au contraire, elle oui, elle est une nation. Une nation sans propre état, una nation opprimée.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > ...

Nos vidéos