Accueil > Opinions > Cinq minutes de courage politique pour Gauck

Cinq minutes de courage politique pour Gauck

Le président allemand reste dans le flou et oublie la jeunesse

, par Christoph Sebald, traduit par Pauline Leroy

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

C’était là une chance historique, et Gauck, « l’Européen », l’a gâchée. Pour l’Europe, il veut du courage et du dynamisme… c’est l’hôpital qui se moque de la charité. Dans son discours, il évite les déclarations claires et relaie la jeunesse au troisième plan. Un vrai affront envers les jeunes Européens !

Poignée de main entre Joachim Gauck, à gauche, et José Manuel Barroso – © Services audiovisuels de la Commission européenne

Auteurs

  • studiert European Governance in Brno und Utrecht. Er ist seit 2010 Mitglied der JEF Erfurt.[fr]Étudie governance européenes à Brno et Utrecht / Membre des JEF d’Erfurt depuis 2010

Gauck l’Européen

Nous l’avions attendu, ce discours quant aux idées et aux perspectives du Président allemand sur l’Europe. En annonçant qu’il allait consacrer son premier grand discours au futur de l’Union, Gauck avait posé un geste fort. Pourtant, c’est lui seul qui a clairement laissé s’échapper cette chance européenne.

D’un ton solennel, se présentant comme un pacificateur, il a souligné l’importance de l’Europe. Il a appelé les citoyennes et citoyens de l’Union à faire un pas vers l’Europe et à ne pas se défausser de cette citoyenneté. Il a également prôné une chaîne ARTE pour tous, la création d’une « Agora européenne » (sorte de portail faisant office de lien entre le Parlement européen et les citoyens), et a sommé les médias de faire davantage de place à l’actualité européenne. Intention louable s’il en est, mais rien de moins que du vent.

De la clarté avant tout

D’après Gauck, il faudrait enlever aux citoyens la peur et l’insécurité, car si certains souhaitent une réforme des institutions, peu sont ceux qui remettent en question les valeurs de l’Europe. Paix, liberté et solidarité sont pour lui plus qu’une promesse. Ce sont des valeurs réellement ancrées dans la société et qui constituent le ciment fondateur de l’Europe. Alors certes, nous sommes bel et bien face à quelques problèmes, mais dans le fond, l’histoire de l’Europe est un succès, voilà qui résume son message. Au vu de la notable perte de confiance dans l’Europe et ses institutions, c’est pour ainsi dire assez maigre.

Pourtant, il ne suffit pas d’en appeler aux médias pour résoudre ce problème. Comment est-il possible de restaurer la confiance des citoyens dans l’unification de l’UE et dans ses institutions ? Même un Président fédéral se doit d’être plus concret.

Pour cela, il faut plus que renvoyer la balle aux médias et aux citoyens. Les institutions européennes ont besoin d’être réformées en profondeur. Le rôle du Parlement doit être renforcé, sa visibilité dans les médias doit être accrue. Cela doit se faire grâce aux partis politiques européens et à leurs têtes de liste. Celui qui revendique un discours européen doit également se prononcer en faveur de médiateurs dignes de ce nom !

La jeunesse réduite à une simple note de bas de page

Je suis déçu et indigné que le Président, dans son premier grand discours sur l’Europe, oublie tout simplement la jeunesse, et ce, malgré les taux de chômage toujours plus élevés qui touchent les jeunes de nombreux États membres. Lorsque quelqu’un fait l’éloge des conquêtes européennes, s’autocongratule de manière aussi franche et n’est pas en mesure d’intégrer convenablement les jeunes européens dans cette communauté culturelle, voire seulement de mettre le sujet sur le tapis de manière convaincante, alors cette personne n’est pas à la hauteur de sa tâche.

Gauck « l’Européen » a rappelé leurs devoirs aux citoyens ainsi qu’aux médias. Il semble avoir oublié les siens, tout comme il a oublié la jeunesse de l’Union. C’est du courage qu’il lui aurait fallu : le courage de nommer les choses par leur nom. Pourtant, Gauck l’Européen s’est montré incapable de propos clairs et a réduit la jeunesse à une simple note de bas de page.

Celui qui ne parle pas aux jeunes ne peut pas interagir avec eux. C’est dommage, car sans la jeunesse, l’unification de l’UE risque de s’avérer plus que difficile.

Un avis que ne partage pas Stefan Kunath. Il défend le Président, car il a selon lui le mérite d’essayer d’attirer les citoyens vers l’UE.

Note de l’éditeur : Communiqué de presse des Jeunes Européens Fédéralistes : « Le Président a abordé de nombreux points importants, mais n’a apporté aucune réponse aux questions qu’il a lui-même posées », a commenté le Président fédéral des Jeunes Européens Fédéralistes, Daniel Matteo, en évoquant le discours du Président Gauck.

Le discours du Président Gauck

Partagez cet article

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom