Accueil > Actualité > Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

, par Valéry-Xavier Lentz

Alors que les révélations inquiétante se multiplient sur l’espionnage dont l’Union européenne aurait été victime de la part des services secrets américains, de nombreuses personnalités se prononcent pour une réaction européenne significative. Plusieurs proposent notamment la suspension des négociations commerciales polémiques sur le point de s’engager.

Manifestation à Berlin le 19 juin 2013 – Photo : Mike Herbst. Licence CC.

Auteurs

  • Secrétaire fédéral de l’Union des fédéralistes européens (UEF-France). Ancien vice-président des Jeunes Européens-France.

    Twitter :

    Google+

Suite à la révélation par Edward Snowden du programme PRISM de surveillance des communications électroniques par les services secrets américains, ces derniers avaient tenté de les justifier au nom du contre-terrorisme [1].

Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel [2] les communications d’institutions de l’Union européenne auraient également fait l’objet d’espionnage depuis cinq ans : des représentations diplomatiques de l’Union européenne sur le territoire américain ainsi que le siège bruxellois du Conseil de l’Union européenne, l’institution qui dirige l’Union européenne où siègent les représentants des gouvernements des États-membres [3]. La surveillance serait exercée par des agents opérant depuis le siège de l’OTAN, également à Bruxelles.

Les gouvernements européens ont rapidement réagit. Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères a qualifié ces faits d’« inacceptables ».

Le gouvernement allemand a également réagit ainsi que la Commission européenne [4].

Suspendre le projet de négociation d’un grand marché transatlantique ?

Plusieurs élus ont notamment demandé explicitement la suspension du projet de négociation d’un partenariat transatlantique de commerce et d’investissement [5] ? C’est ainsi le cas des eurodéputés Daniel Cohn-Bendit (Verts/ALE) et Françoise Castex (PSE) :

L’hypothèse est également évoquée, avec plus de prudence par Marielle de Sarnez (ADLE) [6].

Même la commissaire Viviane Reding a remis en cause le processus si les faits étaient confirmés : Entre partenaires, on n’espionne pas ! On ne peut pas négocier sur un grand marché transatlantique s’il y a le moindre doute que nos partenaires ciblent des écoutes vers les bureaux des négociateurs européens [7].

Michel Barnier, également membre de la Commission européenne, se contente pour sa part de demander des explications et de souhaite une meilleure capacité « capacité d’action et de réaction » pour lutter contre l’espionnage et les attaques numériques.

L’Europe doit réagir

L’affaire n’étonne pas les observateurs. Le correspondant à Bruxelles du journal Libération, Jean Quatremer, rappelle de précédentes affaires où les agissements des services américains en Europe avaient été démontrés et dénoncés [8] : l’affaire Perkins en 2001 et le système ECHELON. Ces épisodes n’ayant pas eu de suites de la part des responsables Européens, il est possible de douter que les révélations nouvelles puissent avoir des conséquences.

Toutefois le contexte est aujourd’hui différent pour trois raisons :

  • le système de surveillance PRISM vient accentuer les inquiétudes des citoyens sur la confidentialité des données qu’ils confient aux services internet qu’ils utilisent [9] ;
  • l’affaire éclate alors que les négociations commerciales du TTIP envisagées provoquent la polémique ;
  • elle s’inscrit aussi dans le contexte de la préparation de l’élection du Parlement européen en 2014 qui aura pour la première fois un enjeu fort avec la désignation du président de la Commission européenne au sein de la coalition remportant l’élection.
  • Enfin, l’Union européenne souffre d’une crise de confiance parmi ses citoyens en raison du mode de gouvernance intergouvernemental adémocratique qu’ont imposés les gouvernements nationaux en refusant de progresser vers la création d’une démocratie européenne fédérale.

Il apparaît aujourd’hui indispensable que l’Union européenne réagisse à ces révélations, en premier lieu en lançant une enquête approfondie plutôt que de se contenter des explications du gouvernement américain. À mon sens une telle enquête devrait être pilotée par le Parlement européen car les citoyens autant que les institutions communautaires sont victimes des agissements en question. En second lieu les négociations commerciales ne sauraient commencer dans un contexte de doute et devraient être suspendues jusqu’à que les faits puissent être vérifiés avant d’être réexaminée en fonction des résultats de l’enquête.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Vos commentaires

  • Le 1er juillet 2013 à 09:56, par Ferghane Azihari En réponse à : Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

    Je pense que la sanction diplomatique la plus symbolique que l’Union européenne pourrait infliger soit un passeport européen à Edward Snowden, pour non seulement protéger le révélateur de ces informations mais en plus montrer qu’on n’humilie pas près de 27 Etats impunément.

  • Le 1er juillet 2013 à 11:09, par Valéry-Xavier Lentz En réponse à : Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

    Je suis complètement d’accord : c’est aussi la position d’EELV et de plusieurs autres commentateurs : http://eelv.fr/2013/07/01/eelv-demande-a-francois-hollande-daccorder-lasile-politique-a-edward-snowden/

  • Le 1er juillet 2013 à 17:01, par ApprentissageVie En réponse à : Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

    Le geste le plus fort serait plutôt que les négociations soient interrompues jusqu’à ce qu’on puisse établir qu’on ne soit plus espionné par nos « amis américains » et qu’ils détruisent toutes les données nous concernant. J’espère que les atlantistes comprendront que les Etats-Unis sont nos adversaires politiques. Jusqu’à quand vont-ils se moquer de nous ?

    François Bayrou propose un geste fort : http://www.mouvementdemocrate.fr/article/espionnage-de-lue-leurope-doit-etre-soudee-pour-faire-entendre-sa-voix

    Quand à Edward Snowden, l’accueillir est le minimum. Ce geste montrerait qu’on ne laisse pas tomber nos vrais amis et alliés. Parce que l’amitié se bâtit sur la confiance et pas sur la volonté de domination de l’un sur l’autre. Car c’est cela que montre cette affaire : les Etats-Unis veulent faire de l’Europe leur satellite.

    C’est bien la preuve que les nationalistes et les eurosceptiques ont tort : politiquement, un seul Etat n’a rien pu faire en . Il faut taper du poing sur la table.

    Concernant le féminisme d’EELV, il me pose problème car il ne prend pas en compte les injustices réelles faites aux hommes (fausses accusations ou violences conjugales). Pour en savoir plus : http://hommelibre.blog.tdg.ch/

  • Le 4 juillet 2013 à 17:08, par ChristainPascal En réponse à : Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

    "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux" Benjamin Franklin

    Au nom de la sécurité la commission européenne finance le projet INDECT pour « un système intelligent d’information permettant l’observation, la recherche et la détection en vue d’assurer la sécurité des citoyens dans un environnement urbain ».... Jusqu’où cela ira... en toute discrétion, pour surveiller les citoyens..

  • Le 5 juillet 2013 à 06:11, par Vili Ramson En réponse à : Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

    La question n’est pas la sanction envers les États-Unis, mais le manque cruel de contre-mesure. Il est normal qu’un état utiliser ses ressources dans le but d’acquérir un avantage économique il n’y a pas a s’étonner face a cela. Quant au divulgateur il reste un traître pour son pays lui permettre asile ne ferait, qu’envenimer les choses.Annuler un accord avantageux pour l’économie pour des motifs sentimentaux ne fait que prive les états concerne d’une plus grande stabilité économique alors qu’on sort à peine d’une crise économique. L’informateur a enfreint les lois de son pays que ceux-ci soit juste ou non dépend entièrement du point de vue. Ce qu’il manque cruellement aux états européens ses à la fois des institutions de contre-espionnage efficace et une protection informatique équivalente si ce n’est supérieur a celle qu’on retrouve dans les entreprises prive international. Étant donné l’importance des informations à protéger, ce serait le strict minimum. Il n’y a pas d’amitié en politique international juste des partenariats avantageux. Les États-Unis viellent aux intérêts à ses concitoyens seulement. Si espionner permet d’avoir un avantage, elle l’utilise.Je ne trouve rien entonnons a cela. L’Union européenne en ferait d’ailleurs de même si elle en avait les ressources. Cette situation ne met que mettre en lumière le manque cruel de contre-mesure. Ou d’utiliser cette opportunité pour en sortir des accord plus favorable. Si mon gouvernement s’intéresse à ma vie soit qu’il m’espionne. Dans la situation où votre gouvernement faisait les mêmes actes que les États-Unis seriez-vous prêt à condamner ses méthodes si elle permettait d’améliorer un peu plus la vie de vos concitoyens ?

  • Le 9 août 2013 à 20:14, par snowden un héros En réponse à : Espionnage : l’Europe doit-elle sanctionner les États-Unis ?

    Snowden est un héros, ce qu’il a fait n’est pas de la trahison mais il a révélé les mesures inacceptables des USA, ce n’est pas lui qui doit être jugé mais les USA !!ce pays arrogant, prétentieux qui est capable du pire pour arriver à leurs fins, ils justifient lutter contre le terrorsime pour justifier tous leurs actes alors que les terroristes ce sont eux les USA !!!! il faut que le monde entier se rebelle, d’ailleurs est ce que les amerloques sont en train de lire mon message ? ;-)))) j’espère que les pays du monde entier vont sanctionner très sévèrement les USA, il faut interrompre toutes les négociations commerciales avec ce pays et leur montrer qu’ils ne sont pas surpuissants !!!! si ça avait été un autre pays qui avait commis ces actes d’espionnage les USA auraient été les premiers à réagir sévèrement alors qu’ils arrêtent leur hypocrisie, ils ont été pris les mains dans le sac, il faut mettre un embargo contre ce pays !!! si le monde entier se retournait contre eux ils feraient moins les malins !!!!!

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom