Conseil européen

L’Europe se fixe des objectifs pour lutter contre le réchauffement climatique

Bilan du Conseil européen du vendredi 9 mars 2007

, par Arnaud Favry

Toutes les versions de cet article : [français] [italiano]

L'Europe se fixe des objectifs pour lutter contre le réchauffement climatique

Les dirigeants des 27 pays de l’Union Européenne se sont réunis vendredi 9 mars et, désireux de rester à « l’avant-garde environnementale », sont tombés d’accord sur une série d’objectifs pour lutter contre le réchauffement de la planète. La priorité est aux énergies renouvelables.

La fin d’une Présidence longue de 12 ans.

Ce sommet est le dernier de Jacques Chirac, Président de la République Française depuis 1995, qui ne briguera pas de troisième mandat. Après 12 ans de présidence, il a eu à cette occasion la possibilité de faire son mea culpa, surtout en rapport avec le refus par référendum du Traité Constitutionnel Européen, ce qui reste l’un des plus grands échecs de sa présidence. Il a également défendu son action dans une sorte de testament européen.

« Je suis désolé, peut-être, de n’avoir pas fait tout ce qu’il aurait fallu pour éviter ce qui a été une mauvaise chose pour l’Europe et pour la France », a dit M. Chirac lors d’une conférence de presse à l’issue du Conseil européen. « Nous avons échoué au référendum et, pour vous dire toute la vérité, j’ai même été un peu surpris, ce qui prouve que, finalement la démagogie a ses avantages », a affirmé le président français en accusant les partisans du "non" qui ont fait miroiter un « plan B ».

Le président français a également admis avoir reproché, "peut-être de façon excessive", aux ex-pays de l’Est nouvellement entrés dans l’UE leur alignement sur Washington lors de la guerre en Irak. Mais Jacques Chirac a, parallèlement, justifié son action pour faire entrer l’Europe - "une formidable aventure" - "dans les coeurs et les esprits" des Français. Il a notamment cité son soutien à l’euro en 1992, quand la très grande majorité de la droite était opposée à la monnaie unique, ses initiatives pour renforcer l’Europe de la défense, notamment avec les Britanniques, et le combat qu’il a "toujours mené" pour l’écologie.

Un accord « historique » (J.M. Barroso)

Lors de ce Conseil, les 27 se sont engagés à « réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 20% d’ici 2020 par rapport à 1990 ». Les Etats membres ont peiné à trouver un compromis sur un quota obligatoire de 20% pour les énergies renouvelables (éolienne, hydraulique, géothermique, solaire ou issue de la biomasse) consommées d’ici 2020, qui va les obliger à investir dans de nouvelles sources d’énergies souvent coûteuses et en pleine évolution technologique.

Au sein des énergies renouvelables, les 27 ont en outre décidé de s’imposer un sous-objectif obligatoire consistant à porter la part des biocarburants dans leur consommation totale de carburants à 10% d’ici 2020. Dans le cadre de leur plan d’action, les 27 souhaitent aussi économiser 20% de la consommation totale d’énergie d’ici 2020. Ils invitent très concrètement la Commission à faire des propositions sur l’éclairage des bureaux et des rues, ainsi que sur les ampoules classiques ou autres éclairages privés.

Une décision qui suit la ligne initiée par la Commission Européenne

Un document public de la Commission paru début janvier définit trois axes de travail pour l’Union Européenne en termes de politique énergétique :
- la durabilité : L’énergie étant responsable de 80% de toutes les émissions de gaz à effet de serre dans l’Union, la Commission se fixe l’objectif de réduire d’au moins 20% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport à 1990.
- la sûreté d’approvisionnement : les ruptures dans l’approvisionnement de matières premières ont des conséquences à la fois politiques et économiques. La Commission place ce problème dans ses priorités, bien qu’elle ne dispose que de faibles moyens.
- la compétitivité : la compétitivité n’est pas directement liée aux problèmes énergétiques. La Commission affirme que : « Avec de bon cadres politiques et législatifs en place, le marché intérieur de l’énergie favoriserait l’établissement de prix de l’énergie équitables et concurrentiels, la réalisation d’économies d’énergies, et la réalisation d’investissements plus importants ».

Ainsi, les objectifs fixés par le Conseil Européen sont en accord avec les propositions de la Commission : une politique énergétique ciblée et contraignante devrait permettre d’atteindre l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre d’au moins 20% d’ici 2020 par rapport à 1990. Le compromis adopté mentionne explicitement la contribution de l’énergie nucléaire à la réduction des gaz à effet de serre, une demande pressante de la France, soutenue par la Finlande, la Roumanie, la Bulgarie, la Slovénie, la Slovaquie ou la République tchèque. Au sein des énergies renouvelables, les 27 ont en outre décidé de s’imposer un sous-objectif obligatoire consistant à porter la part des biocarburants dans leur consommation totale de carburants à 10% d’ici 2020.

Les limites de l’Europe intergouvernementale

Chaque pays membre va désormais devoir se fixer des objectifs nationaux, et la discussion qui promet d’être pour le moins houleuse. Le président de la Commission européenne fera de premières propositions en ce sens dès le "troisième trimestre" 2007. M. Barroso souligne qu’il consultera dûment les pays membres.

La nécessité du compromis, nécessaire en raison de la structure intergouvernementale du Conseil Européen, qui requiert le vote à l’unanimité ou à une large majorité en fonction des sujets abordés, ne permet pas d’agir efficacement, et rapidement. Ici encore, les velléités nationales empêchent de mener rapidement un plan d’action ambitieux.

L’ambition gagnante de l’Union Européenne dans la lutte contre le changement climatique

Nous pouvons être fiers, en tant que citoyens de l’Union Européenne, de constater qu’en matière environnementale, personne n’aura placé la barre aussi haut. Même s’ils n’ont pas encore respecté les engagements du protocole de Kyoto, les 27 se sont imposés des objectifs très contraignants. Selon Angela Merkel, chancelière présidente du Conseil Européen pour le 1er semestre 2007, "il est important que ces énergies renouvelables soient de véritables énergies renouvelables et rien d’autre, qu’il y ait vraiment une poussée technologique et d’innovation qui soit rendue possible en Europe.

Mais bien évidemment, il faut partir des particularités de chaque Etat-membre. Les traditions nationales sont différentes, il faut voir quelles sont les situations des uns et des autres."

Les sujets énergétiques et environnementaux sont à l’évidence des problématiques qui ne se résolvent pas nationalement. La coopération et la supranationalité devaient prédominer pour résoudre ce problème. L’Europe peut s’enorgueillir d’être pionnière. Pourquoi ne pas élargir cette promptitude à d’autres sujets ?

Illustration : photographie issue de la médiathèque de la Commission européenne

Source :
- site de la Commission
- site de la présidence allemande de l’Union européenne
- conclusions du Conseil

Vos commentaires

  • Le 13 mars 2007 à 17:51, par ? En réponse à : L’Europe se fixe des objectifs pour lutter contre le réchauffement climatique

    Si vous voulez en savoir plus sur ce thème, rendez-vous sur Touteleurope.fr, qui publie un dossier « Europe, énergie et climat » avec une série d’entretiens (José Manuel Barroso, Nelly Olin, Jacques Rupnik, Greenpeace..) qui fait le tour de la question. Jusqu’au 9 avril, vous pouvez aussi donner votre opinion sur les questions d’énergie et de climat. Pour ou contre le nucléaire ? Plus ou moins d’énergies renouvelables ? Un marché de l’énergie plus ou moins libéralisé ? Tous les avis sont les bienvenus !

  • Le 30 avril 2007 à 11:18, par Clara En réponse à : ours polaires

    Salut j’aimerais lutter contre le réchauffement climatique pour sauver les ours polaires !!!!Mais je ne sait pas comment faire !!Aidez-moi SVP !!MERCI

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom