L’enseignement de l’Europe dans les programmes scolaires en France

, par Romain Bail

L'enseignement de l'Europe dans les programmes scolaires en France

Au fils des années, la question de l’Europe comme entité géographique ou politique est apparue progressivement de manière de plus en plus tangible dans les programmes scolaires en France et en Europe.

Cette thématique, qui a mis longtemps à s’imposer comme une évidence du siècle au milieu des enseignants, fait partie intégrante des fondements des instructions et programmes scolaires de nos jours.

L’Europe prend sa place dans les programmes d’Histoire ou de Géographie, et ce depuis les classes primaires jusqu’à la Terminale, mais apparaît aussi de manière transversale ou comparatiste en Mathématiques, en Biologie ou encore évidemment dans l’enseignement des langues vivantes.

Replacer l’Histoire et la Géographie françaises dans un contexte europèen

Du Collège au Lycée, les programmes veulent apporter une réflexion sur la place de la France en Europe, sa participation à la construction de l’Union européenne dans un croisement multi-scalaire et global. Il ne s’agit plus d’étudier l’Histoire de France pour elle-même, ni la Géographie de la Normandie, mais de les replacer dans un contexte plus global d’une civilisation européenne et d’un espace continental vécu.

Le fait même d’avoir introduit des concepts européens en Géographie et donner une envergure européenne à l’enseignement de certains chapitres d’Histoire a conduit les élèves en France à être sensibilisé à la question européenne et à en savoir toujours davantage.

En comparaison, les derniers pays qui ont adhéré à l’Union européenne en 2007, ont aussitôt refondu leurs programmes scolaires pour que la question européenne apparaisse de manière plus centrale.

La Bulgarie a par exemple donné une lecture renouvelée de l’Empire des Assen au Moyen Age, en lui donnant une largeur européenne et plus seulement nationale. Le terme « Europe » n’apparaît que peu dans les programmes scolaires britanniques, pour lesquels les enseignants sont libres d’opérer de nombreux choix.

l’enseignement de l’Europe, pré-requis pour une culture européenne

Cette histoire reste très nationale et hisse les héros du pays en opposition à des voisins faibles et amoindris, rôle parfaitement incarné par Jeanne d’Arc par exemple. Il n’apparaît donc pas étonnant que nos voisins Anglais ou Ecossais vivent la construction européenne avec une certaine distance…

Se pose donc la question cruciale de la construction d’une identité, d’une culture et d’une citoyenneté européenne, qui à mon humble avis, ne peut passer que par un enseignement systématique et scolaire du fait européen.

Comme la IIIème République a pu le faire en son temps, si nous voulons faire des nouvelles générations les citoyens Européens de demain, acteurs de la vie politique et culturelle de leur continent, il nous faut sans aucun doute faire de l’Ecole le vecteur de cette formation.

Vos commentaires

  • Le 6 juin 2011 à 09:40, par HERBINET En réponse à : L’enseignement de l’Europe dans les programmes scolaires en France

    Quelles conclusions tirons-nous de la prise de pouls des populations européennes ? Le contrat confiance citoyen - politique est rendu caduc. Rendu caduc par un populisme terrifiant de propos immondes, d’un nationalisme demandant le rétablissement du franc éternel, d’un fascisme criant le retour des frontières. Bien que l’euroscepticisme ambiant flagelle l’acception fédérale de la construction européenne, l’idée européenne, telle que les Pères fondateurs la conçurent, nous la brandissons avec fierté, nous la défendons corps et âmes, ce destin européen nous le voulons ! Exquise esquisse, délicieuse idée... Si d’aucuns ne pensent qu’un naufrage supplémentaire est utile, sauf si ce n’est d’obscurcir une fois encore notre odyssée, nos élites appellent à des refondassions : Instances internationales, défense et sécurité commune, diplomatie au service de la paix planétaire. En coulisses, des voix s’élèvent en faveur de l’ouverture des programmes scolaires à l’Europe. Grâce à l’enseignement de l’histoire européenne et de la géographie européenne, la culture européenne prendrait un envol. Les échanges scolaires et l’enseignement de l’Europe à l’école devraient faciliter l’éclosion durable de l’identité européenne, de la culture européenne et de la citoyenneté européenne.

    In fine, la feuille de route retient la paix, la démocratie, l’équilibre diplomatique, la primauté du droit et l’éducation.

    Pierre-Franck Herbinet

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom