Remaniement : « on traite l’Europe comme une affaire secondaire » pour Marielle de Sarnez

Nomination de Thierry Repentin comme ministre délégué aux Affaires européennes

, par Fabien Cazenave

Remaniement : « on traite l'Europe comme une affaire secondaire » pour Marielle de Sarnez
Marielle de Sarnez - source : FlickR du groupe ADLE

La démission de Jérôme Cahuzac entraîne un jeu de chaises musicales au gouvernement. Pour les Affaires européennes, Thierry Repentin remplace Bernard Cazeneuve. Marielle de Sarnez, bras-droit de François Bayrou et secrétaire générale du Parti Démocrate Européen, est triste qu’on donne l’impression de traiter l’Europe comme une affaire secondaire.

Taurillon : Que pensez-vous du remaniement du gouvernement Ayrault suite à la démission de Jérôme Cahuzac ?

Marielle de Sarnez : Que cela soit sous Sarkozy ou Hollande, le ministre en charge des Affaires européennes est toujours la variable d’ajustement des remaniements ministériels. Il y en a eu cinq sous Sarkozy et là on recommence. Ce n’est pas une critique contre Bernard Cazeneuve ou celui qui lui succède, je ne le connais pas.

A chaque fois, c’est la même chose : les ministres sont remplacés alors qu’ils se sont organisés pendant des mois pour rencontrer les gens, les présidents de groupes au Parlement européen, s’investir dans les dossiers européens qui sont fondamentaux, faut-il le rappeler. Surtout quand on voit l’état de l’Europe. Quand on voit tout ce qui se passe, en Europe, à Chypre, il faut avoir le coeur accroché. Mais peut-être vais-je être la seule à penser cela ce soir parce que tout le monde s’en moque...

Taurillon : Encore une fois, on nomme quelqu’un dont on ne connait pas les positions sur les questions européennes, Thierry Repentin.

Marielle de Sarnez : Bernard Cazeneuve avait commencé à faire ses preuves, à connaître, à être apprécié. On traite l’Europe et ceux qui s’occupent de ces dossiers comme une chose secondaire. On est dans une crise comme jamais vécue de l’Europe. Dans un moment où les responsables politiques sont complètement tourneboulés au point de prendre des décisions comme ils l’ont fait pour Chypre, cela ne va pas. En plus, le parlement chypriote a dit non au plan de sauvetage. Pendant ce temps-là, on peut voir la proposition de Gazprom.... Cela montre à quel point on a besoin de refonder l’Europe. Cela doit être la question clé des prochaines élections européennes.

Taurillon : Les partis politiques seront-ils prêts à se poser cette question ?

Marielle de Sarnez : C’est fondamental et j’en prendrai ma part. Il est important que ceux qui croient à l’Europe portent demain les changements vitaux pour l’Europe. On ne pourra plus faire l’Europe sans démocratie et sans que les citoyens participent de la décision. Il faut repenser aussi les fondamentaux et inspirations de l’Europe. On en a vitalement besoin, je ne peux pas mieux dire.

Taurillon : Faut-il supprimer le MAE (Ministère des Affaires Européennes) pour l’inclure dans un secrétariat général aux affaires européennes à l’importance léargie ?

Marielle de Sarnez : Moins que jamais ! Il faut un gouvernement resserré avec moins de ministre, mais il en en gardant un en charge de l’Europe. La vérité c’est qu’il faut un ministre des Affaires européennes. Et dans la durée, car il faut prendre au sérieux ces questions. La France n’a que trop intérêt à prendre au sérieux la politique européenne.

Mots-clés

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom