Accueil > Actualité > Une élection de plus au Bélarus : « A Rome, faites comme les Romains » (...)

Une élection de plus au Bélarus : « A Rome, faites comme les Romains » 3/3

, par Horia-Victor Lefter

Ainsi Loukachenka conseilla aux Polonais de cesser de critiquer la manière dont l’élection s’était déroulée. Son propos visait, cependant, l’ensemble des observateurs ainsi que les Etats occidentaux. Et il ne s’arrêta pas là puisqu’il leur recommanda d’en tirer leçon pour en faire de même.

Portrait de Lukashenko – Auteur : mb7art - Certains droits réservés

Auteurs

  • Horia-Victor Lefter, 26 ans, étudiant en Master d’Histoire à Bordeaux. Après des études de doit européen et science politique, il se penche aujourd’hui sur les élections dans le Royaume des Deux Nations (formé du Royaume de Pologne et du Grand Duché de Lituanie) au XVIIIe siècle. Il travaille comme journaliste et analyste politique indépendant, étant régulièrement consulté par la BBC et Voice of Russia. Enfin, membre de plusieurs organisations et associations.

Mais si certains politiques européens ont appelé au préalable les autorités à tenir des élections démocratiques, ces dernières n’ont guère représenté un enjeu dans les relations entre le Bélarus et l’Union européenne. Pour preuve, la faible réaction de la part des autorités européennes ou nationales, qui se sont contentées de fustiger « cette autre occasion manquée de mener une élection en conformité avec les normes internationales » (Ashton et Füle). Cependant, avec une union sans position cohérente vis-à-vis du Bélarus et, une république dont la législation elle-même ne garantit pas la tenue d’une élection démocratique, ce scrutin législatif pouvait il changer quelque chose dans le rapport européen ? Ou encore, y-avait-il une raison d’en tenir compte quand le Bélarus poursuit son mouvement de pendule entre la Russie et l’UE, avec laquelle le président souhaite, l’élection maintenant finie, de meilleurs rapports dans un avenir proche.

L’attitude des observateurs internationaux vis-à-vis des élections a été, outre quelques exceptions, à l’image des relations qu’entretient Loukachenka avec ses voisins. La Commission centrale électorale (CEC) a accrédité 208 observateurs représentant la Communauté des Etats Indépendants (CEI) qui s’est dite satisfaite du déroulement des élections. Cette dernière s’en est cependant prise à certains Etats occidentaux d’avoir refusé de se mettre d’accord sur les normes d’évaluation, bien que les uns comme les autres fassent partie de la même organisation, ainsi que l’ont souligné les représentants de la mission OSCE.

L’Organisation européenne a pu déployer, pour sa part, autour de 310 observateurs. Au moins deux observateurs, néanmoins, n’ont pas obtenu de visa. Bien que d’après les chefs de la mission cela puisse être un signe que leur travail est important pour les autorités bélarusses, il a, cependant, admis que les résultats de leurs observations ne sont que partiels car ne disposant pas d’assez de ressources. Et, si les réponses à la conférence n’ont pas dépassé la langue de bois, des photos de la distance à laquelle les observateurs se tenaient au moment du comptage des votes ont circulé sur les réseaux sociaux. Et, ainsi que Staline l’a dit, « ce n’est pas les gens qui votent qui comptent, mais ceux qui comptent les votes ».

En outre, les CEC de l’Arménie, du Kazakhstan, de la Lettonie, de la Moldavie et de la Russie ont aussi envoyé un nombre variable d’observateurs. D’autres personnes ont également obtenu le statut d’observateurs internationaux. Quant aux observateurs nationaux, 3.690 ont été enregistrés sur l’ensemble du pays dont les représentants des partis d’opposition représentaient, d’après l’OSCE, moins de 1%. Si la presse a fait part de rapports d’agression contre certains observateurs, la mission OSCE ne possédait aucune information dans ce sens.

Les médias internationaux ont du faire face à certains obstacles afin de pouvoir couvrir l’élection. Ainsi, quatre journalistes suédois, pour ne citer que certains cas, n’ont pu obtenir ni accréditation ni visa. Un journaliste australien a d’ailleurs été arrêté à l’aéroport et sa caméra confisquée.

Mais, ainsi qu’annoncé, la fin de la pièce est ambivalente. Pour certains, comme le président, le nouveau parlement réuni ou la Russie, c’est une histoire heureuse avec des personnages dotés de sagesse et d’un haut esprit de civisme. Seule Yermochina semble peu contente du rapport de l’OSCE que l’on pointe du doigt. Pour cause, on lui reproche de ne pas aimer la bonne entente entre le Bélarus et la Russie. Quant à l’opposition, la grande perdante, elle se voit dépourvue de voix et de tout espoir.

C’est là où, le rideau tombé, on comprend ce que Mary Catherine Bateson disait par « la fin de l’histoire donne un sens différent à ce qui l’a précédé ». Cette élection, d’une meilleure mise en scène que la présidentielle de 2010, avait pour but d’affaiblir plus que jamais une opposition déjà désavouée par une partie de la société. Et, en guise d’épilogue, bien que l’OSCE ait proposé sa coopération afin d’améliorer la loi électorale, Yermochina a déjà trouvé « les petites failles » qu’il faut corriger. Sans donner beaucoup plus de détails, pour laisser les spectateurs en suspens, elle s’en est toutefois publiquement prise au boycott. Afin de complètement désarmer à l’avenir l’opposition, la présidente de la CEC désire l’interdire par une loi électorale.

Partagez cet article

Vos commentaires

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom