Accueil > Opinions > Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

La question turque vue d’Autriche

, par Guillaume Amigues

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Quel pays a le plus de chances d’empêcher la Turquie de rejoindre l’UE ? Chypre ? La Grèce ? Ou bien l’un des récents entrants, craignant pour ses subventions ? Loin de là : l’Autriche !

Auteurs

  • Étudiant en sciences politiques à Sciences Po Paris et à la Freie Universität de Berlin. Ancien rédacteur en chef de Taurin, Magazin der jungen Europäer

Mots-clés

95 % de Nein : “les Turcs stoppés aux portes de Vienne”

Une analyse du think-tank European Stability Initiative décrit un possible referendum autrichien sur l’adhésion de la Turquie, et le désastreux choc des civilisations causé par le résultat : 95% de « Nein ». Imaginez des milliers de correspondants étrangers décrivant l’explosion en vol des relations entre l’Union et la Turquie à grand renfort de précédents historiques : « Vienne 1683 – Vienne 2015 », « Les Turcs stoppés aux portes de Vienne »…

Au centre de cette étude remarquable disponible en anglais, turc et allemand, une question : pourquoi l’Autriche plutôt qu’un autre pays ?

Le consensus pro-européen a toujours favorisé les élargissements…

Seuls 5% des Autrichiens se déclarent favorables à l’adhésion de la Turquie, ce qui place leur pays largement au premier rang des opposants dans l’UE. Rien de bien surprenant : l’opinion publique autrichienne a été contre tous les élargissements depuis sa propre adhésion en 1995. Cependant, un consensus pro-européen a toujours poussé les coalitions viennoises à soutenir ces élargissements, ce qui a permis de vrais débats de fond, et finalement l’acceptation plus ou moins enthousiaste des nouveaux membres par les Autrichiens : Ende gut, alles gut.

Enfin, il en était ainsi avant 2004, quand la Turquie était presque un candidat comme un autre – comme la Croatie, par exemple : l’adhésion des deux pays ralliait environ deux tiers des électeurs autrichiens en 2002. Trois ans plus tard, cependant, ces chiffres ont reculé à 55% pour la Croatie et 10% pour la Turquie. Que s’est-il donc passé entre temps ?

…jusqu’à ce que le populisme l’emporte en 2004

Pendant l’année 2004, le parti social-démocrate SPÖ –alors dans l’opposition- a critiqué sévèrement la coalition ÖVP (conservateurs) – FPÖ (extrême droite) pour son laxisme face à la progression de la candidature turque. Mis en difficulté sur son propre terrain xénophobe, le chancelier Schüssel (ÖVP) a résolu la question en promettant un référendum automatique avant l’adhésion turque. En définitive, tous les partis furent soulagés de voir l’importance de la candidature turque diminuer dans le débat public.

Etant donné le manque d’information consternant en Autriche à propos de la Turquie, la puissance de la presse populiste et europhobe (Neue Kronen Zeitung) et l’absence de débat politique, le fait que le soutien autrichien à une adhésion de la Turquie ait chuté à 5% en 2006 n’est pas vraiment surprenant. Dans un contexte politique mouvementé, aucun parti n’a osé se saisir franchement de cette question piège.

L’extrême droite autrichienne y a largement contribué : elle a conservé un poids politique important malgré sa participation à la coalition en 1999, comme le montrent les résultats des élections du 28 septembre. Dans l’opposition depuis 2006, les deux partis d’extrême droite FPÖ et BZÖ ont développé une rhétorique xénophobe particulièrement peu favorable à un débat serein sur l’adhésion turque. La disparition du héros de l’extrême droite autrichienne Jörg Haider le 11 octobre ne devrait pas changer fondamentalement l’équation. Heinz-Christian Strache, le leader de la FPÖ qui a atteint 17,5% des voix aux dernières élections devrait en effet reprendre le flambeau de leader de l’extrême droite autrichienne, sur une ligne politique encore plus dure et xénophobe que celle de Haider.

Une leçon à retenir en France ?

Ce cercle vicieux explique pourquoi la ESI n’attend aucune évolution positive de l’opinion publique autrichienne dans les années à venir, ce qui rend le scénario de futur « choc des cultures » plausible.

Cette leçon à propos des aspects négatifs des référendums et de la nécessité du courage politique devrait être entendue au-delà des frontières autrichiennes. En effet, une évolution similaire est prédictible en France, en particulier en raison de l’absence de débat public sur la question depuis que le président Nicolas Sarkozy a promis de laisser les Français décider par référendum d’une entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Illustration : représentation du siège de Vienne de 1529 (source : Wikipedia commons)

Cet article s’inscrit dans le cadre d’une semaine consacrée à la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Les positions et les propos soutenus au travers du présent article n’engagent que leur auteur.

Vos commentaires

  • Le 16 novembre 2008 à 20:40, par Jean-Jo En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Juste une remarque : il est où le choc des civilisations ? Si par hasard les autrichiens organisent un référendum où le refus de l’adhésion de la Turquie l’emporte, cela veut-il dire qu’il y a un choc des civilisations ?

    Si nous souhaitons intégrer la Turquie dans l’Union Européenne, c’est parce qu’elle fait partie du monde européen, partant de là elle fait partie de la civilisation européenne (avec un certaine nuance car on ne peut ignorer sa place entre monde occidental et oriental)=> donc même en présence d’un refus des autrichiens, je ne suis pas sûr que l’on soit en situation d’un conflit de civilisations.

    La comparaison avec le siège de Vienne fera sûrement plaisir à tous les médias mais elle manque totalement de fondement : il s’agissait d’une invasion, là nous sommes dans la situation où l’Union Européenne invite... on n’est pas du tout dans la même perspective, ou alors il faut considérer n’importe quel type d’invasion comme une tentative d’adhésion (je ne crois pas que les Etats Unis souhaitent devenir le 3ème Etat membre de l’Irak :-))

    Y a un sérieux travail de pédagogie en prévision de l’intégration de la Turquie !!

  • Le 17 novembre 2008 à 15:04, par Guillaume Amigues En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Bonjour Jean-Jo,

    tu as tout à fait raison, l’image du siège et du choc des civilisations sont, à mon avis, exagérées... C’est dans son étude que le European Stability Initiative imagine un tel traitement du référendum négatif par les médias du monde entier. Vienne, de par son histoire, se prête évidemment à ce genre de comparaison.

    Le ESI (et moi non plus d’ailleurs) ne se prononce pas sur le fond (s’agit il vraiment d’un conflit des civilisations ?) mais se contente de décrire à quel point ce traitement médiatique dramatisant et simplificateur pourrait avoir un impact négatif sur les relations euro-turques (et au delà).

    Merci pour ta question qui me premet de préciser un titre un peu accrocheur et peut être mal compris ;)

  • Le 19 novembre 2008 à 21:38, par Ronan En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Mouais, effectivement un peu « cliché », ce titre... Et pas des plus agréables, en plus ; et désagréables pour tout le monde (hormis pour les extrémistes de part et d’autres qui sans nul doute s’y retrouveront agréablement, je suppose...).

    Le genre de chose que retrouvera malheureusement à lire régulièrement tant que les Turcs seront décris sans nuance par certains extrémistes bien « européens » - (puisqu’il y en a...) - comme étant tous des barbares au couteau entre les dents ; et tant que les nationalistes turcs (puisqu’il y en a, aussi...) célébreront chaque « avancée » de leur pays « vers » l’Europe comme une victoire « contre » l’Europe...

    Une fois de plus : le nationalisme identitaire (de part et d’autre...), voilà l’ennemi, non ?!

  • Le 19 novembre 2008 à 22:44, par sfax En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Désolé de vous sortir de votre rêve « pro turc » et « antiraciste » mais quand on est vraiment contre l’europe, on est forcement pour l’entrée de la turquie en europe, comme Bush et blair qui soutiennent activement la candidature turque afin que l’Europe finisse de ce diluer

  • Le 20 novembre 2008 à 10:37, par Ronan En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Faut arrêter les amalgames (décidément, vous êtes un spécialiste ?!) : ce n’est pas parce qu’on souhaite un rapprochement intelligent entre UE et Turquie qu’on est forcément par principe pour son adhésion sans condition. Ce n’est pas non plus parce qu’on envisage son adhésion (sous conditions...) qu’on est forcément pour une dilution de l’UE.

    Et ce n’est pas non plus parce qu’on aime bien les britanniques (et l’Amérique) qu’on soutien à fond la politique menée par Blair (et celle de l’administration Bush). Et ce, sur ce sujet là comme bien d’autres... Etc. Arrêter les amalgames (qui ne révèlent que la vacuité de la pensée politique de ceux qui les « proposent »...). Arrêter les amalgames, d’urgence.

  • Le 26 novembre 2008 à 09:54, par mael En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Pas mal de partis politique justifient l’adhésion de la Turquie à l’UE en disant « sinon on va les envoyer dans les bras des islamistes ».

    C’est comme si vous disiez à votre fille d’épouser quelqu’un au risque que dans le cas contraire, il devienne dépressif et violent.

    L’adhésion d’un pays a l’UE doit se faire sans menace et sans jouer sur la peur d’une Turquie qui n’aurait que deux choix , l’Europe ou l’Islamisme.

    La Turquie mérite bien mieux que se choix réducteur.

  • Le 2 août 2009 à 04:04, par Guillaume En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Commence déja à te faire ta propre pédagogie et tu apprendra que la turquie n’est pas du tout un pays de civilisation européenne, mais d’origine ottoman et musulman : rien d’européen la dedans. Réapprends ton histoire de l’origine européenne : elle est héllénique !

  • Le 11 août 2009 à 11:44, par Ronan En réponse à : Vienne, 2015 : le nouveau choc des civilisations ?

    Oui, Guillaume, vous avez parfaitement raison : « les barbares dehors ! » (antiphrase, je précise...).

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom