Accueil > Actualités > Affaires étrangères : Pierre Vimont décrypte les grands dossiers de l’action (...)

Affaires étrangères : Pierre Vimont décrypte les grands dossiers de l’action extérieure européenne

, par La Rédaction du Taurillon

Alors que le Parlement européen devait adopter aujourd’hui une résolution historique pour la reconnaissance de l’Etat palestinien, une résolution sous la houlette de Federica Mogherini, la nouvelle Haute Représentante pour les Affaires étrangères, finalement reportée à la session de décembre, et que les relations demeurent orageuses entre la Russie et l’Union européenne, Pierre Vimont, secrétaire général exécutif du Service Européen pour l’Action Extérieure, nous éclaire sur les manœuvres diplomatiques européennes dans une interview réalisée, il y a quelques semaines, à l’Université d’automne du Mouvement Européen - France à Nîmes.

Pierre Vimont, secrétaire général exécutif du Service Européen pour l’Action Extérieure, était présent le 8 novembre à l’Université d’automne du Mouvement Européen - France à Nîmes, revenant notamment sur les premiers pas de Federica Mogherini à la tête de ce service. - Mouvement Européen - France

Auteurs

Au vue de la situation en Ukraine, les tensions entre la Russie et l’Union européenne sont-elles irréversibles ?

Les relations avec la Russie sont très tendues. Tout cela est lié au fait que l’on ait eu droit à une série d’événements extrêmement préoccupants ces derniers mois avec l’annexion de la Crimée, les incidents militaires et un quasi conflit dans l’Ukraine de l’Est. Il est vrai que nous avons été amenés à prendre une série de mesures restrictives vis-à-vis de la Russie, qui marquait une étape nouvelle dans nos relations. Nous avons suspendu notre dialogue politique, nous avons pris un certain nombre de sanctions individuelles contre à la fois des personnalités russes et des personnalités ukrainiennes. Et puis, dernière étape, et pas la moindre, nous avons pris deux séries de sanctions économiques contre la Russie.

Est-ce que cette situation est faite pour durer ? Nous ne le souhaitons pas. La politique de l’Europe a toujours consisté à dire aux Russes que, ces mesures de sanctions, nous étions prêts à les lever dès lors que la Russie prendrait les mesures nécessaires pour revenir dans le droit chemin, c’est-à-dire aider à mettre en place un cessez-le-feu, retirer tous leurs soutiens aux séparatistes ukrainiens, retirer les équipements qui sont installés en Ukraine de l’Est, accepter enfin un système de contrôle aux frontières entre la Russie et l’Ukraine, aider à la reconstruction de ce pays, et surtout de manière générale, laisser les Ukrainiens régler leurs problèmes entre eux et lancer ce que le président ukrainien, M. Porochenko, a appelé un « processus politique visant à la réconciliation nationale ». Nous avons dit à Moscou, que s’ils entrent dans ce cercle vertueux, alors nous pourrons réfléchir ensemble à nouveau à un vrai partenariat entre nous. Le préalable, c’est que la situation redevienne normale en Ukraine et que la Russie cesse ses ingérences et ses interférences avec le monde politique et économique ukrainien, et ça, pour le moment, nous n’y sommes pas encore.

Petro Porochenko, le président ukrainien, s’est dit en faveur de l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne. Quelle est la position de l’Union européenne sur ce point ? Nous n’en avons pas pour le moment parce que les 28 Etats membres n’ont pas la même position. Un certain nombre d’Etats membres sont assez favorables au principe d’une adhésion de l’Ukraine, d’autres sont beaucoup plus réticents. Ce que nous avons décidé de faire, c’est de continuer à développer notre relation avec l’Ukraine, telle qu’elle existe, à travers cet accord d’association qui prévoit en particulier que l’Europe aidera l’Ukraine à moderniser son économie et à sortir des difficultés économiques et sociales dans lesquelles se trouvent le pays depuis plus de 10 ans. C’est la première étape. Quand nous serons sortis de cela, nous verrons. Le président Porochenko a dit qu’à ce moment-là, il ferait ouvertement acte de candidature. Nous verrons comment les Etats membres réagiront et quelles positions nous prendrons. Pour le moment, nous avons décidé de laisser ce problème-là de côté.

Quelles sont les priorités de Federica Mogherini pour le Service Européen d’Action Extérieure et la diplomatie européenne en générale ?

Je dirai, qu’elle en a essentiellement trois. La première d’ordre vraiment interne, c’est remettre un peu d’ordre dans ce service, mieux l’organiser, mieux le structurer pour lui permettre d’être encore plus efficace, qu’il ne l’a été jusqu’à maintenant. Deuxièmement, faire en sorte que ce service d’action extérieure et l’action qu’elle veut mener elle-même s’insèrent mieux dans le cadre des institutions, c’est-à-dire renforcer encore les relations entre elle-même, son service et la Commission. C’est tout le problème de coordonner nos instruments d’action extérieure et faire en sorte que l’on travaille mieux ensemble, en faisant de même avec le Conseil et les Etats membres.

Et troisièmement, ce serait sa volonté d’essayer de définir une vision stratégique pour l’Union européenne en matière de politique étrangère. C’est-à-dire se mettre tous d’accord sur ce que doivent être nos priorités, quels sont les intérêts que nous voulons défendre et comment à partir de là, mener une action diplomatique, et plus généralement une action extérieure, qui soit mieux concentrée sur l’essentiel et qui permette à l’Union européenne d’être plus efficace. Cela signifie agir en particulier sur les pays de notre périphérie à la fois le Partenariat oriental, comme l’Ukraine, la Géorgie, la Moldavie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et quelques autres, travailler davantage avec les pays du pourtour méditerranéen et l’Afrique. C’est également travailler davantage avec nos principaux partenaires stratégiques : les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Afrique du Sud et quelques autres encore. Et travailler davantage avec les grandes organisations multilatérales, les Nations Unies, la Ligue arabe, l’Union africaine, etc.

Federica Mogherini était en Israël-Palestine au début du mois de novembre. Elle a annoncé lors de sa première interview, qu’elle souhaitait voir reconnaître l’Etat palestinien durant son mandat. La Suède vient de reconnaître l’Etat palestinien. La reconnaissance de l’Etat palestinien devient-elle une priorité pour le SEAE ?

La reconnaissance de l’Etat palestinien reste de la compétence des Etats membres. Pour l’Union européenne en tant que telle, la question ne se pose pas.

En revanche, ce que nous pouvons faire, et c’est ce que Madame Mogherini a discuté au Moyen-Orient, c’est : Comment l’Union européenne en tant que telle peut-elle aider à relacer le processus de paix ? Après tout ce qui s’est passé cet été autour de la bande de Gaza, nous voyons ces derniers jours des incidents de plus en plus nombreux à Jérusalem, des problèmes autour des nouvelles colonies, autour de la question des lieux saints, etc. Nous voyons bien que la tension monte à nouveau et que la seule manière d’éviter que les incidents se multiplient et que nous ayons de plus en plus de difficultés à contrôler la situation, c’est de s’attaquer au problème de fond, qui est la paix dans cette région.

L’Europe a souvent été novatrice sur la question depuis la déclaration de Venise au début des années 1980. Elle a toujours défini les paramètres de ce que pourrait être un accord de paix. Jusqu’à maintenant, on nous a surtout demandé d’être un payeur, de payer l’aide à l’autorité palestinienne, l’aide aux réfugiés à Gaza, etc. Nous sommes tout à fait prêts à continuer à le faire, mais ce qui est important pour nous, c’est également d’avoir notre mot à dire dans ces négociations de paix. Nous le faisons avec nos partenaires américains et avec d’autres partenaires stratégiques. Nous pensons qu’il est tant que l’Europe aujourd’hui, prenne une part plus importante dans ce processus de paix. C’est cela notre objectif.

Les Etats européens sont-ils prêts à reconnaître l’Etat palestinien ?

Il faut les prendre les uns après les autres, et peut être d’autres suivront le mouvement. La Suède a tenu à en informer ses partenaires lors de notre dernière réunion des ministres des Affaires étrangères. Elle a annoncé qu’elle allait le faire. Elle l’a fait. A ma connaissance, personne n’avait réagi à l’annonce suédoise ou donné d’indications sur le fait qu’ils allaient immédiatement suivre. Mais, ça va sans doute donner des idées à quelques autres. Il faudra donc suivre cela avec attention.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom