Accueil > Culture & Histoire > Bulli Tour Europa > Après 15 000 km en Europe, le Bulli de retour à Strasbourg

Après 15 000 km en Europe, le Bulli de retour à Strasbourg

, par Baptiste Cogitore , Claire Audhuy

Après 22 semaines sur les routes d’Europe de l’Est, le « Bulli » rentre bientôt à Strasbourg. Retour sur 15 000 kilomètres de reportages dans la « Nouvelle Europe », si proche et pourtant si éloignée.

Le Bulli était place Maïdan, en juillet 2014, quand le centre ville de Kiev était encore gardé par les manifestants. - Baptiste Cogitore

Depuis le mois de mai, le Bulli Tour Europa a traversé 21 pays dans un vieux combiné Volkswagen. Ce voyage dans la « nouvelle Europe » ou « Europe de l’est » nous aura permis de rencontrer de nombreuses personnes (artistes, historiens, activistes, politiciens, bénévoles, prêtres, médecins, garagistes…) mais aussi de précieux témoins de notre temps tels que les derniers juifs de Roumanie, des réfugiés syriens fuyant la guerre, des artistes dans un bidonville, des anti-européens, des pro-européens…

Même si les 21 pays traversés ont chacun leurs différences, leurs histoires et leurs mémoires, nous avons noté des points communs…

Des politiques victimaires

D’abord, la mémoire du XXe siècle — y compris de ces vingt dernières années — est souvent « victimaire ». Par la voix de ses historiens, de sa classe politique, dans ses musées et à travers ses monuments, chaque pays est une victime. C’est particulièrement vrai dans les Balkans, à propos de la guerre de Yougoslavie : il n’existe pour l’instant aucune version commune de l’histoire entre Bosniens, Croates, Slovènes, Serbes, Kosovars ou Macédoniens. Chacun construit son histoire comme on voit midi à sa porte, et l’entrée de la Croatie ou de la Slovénie dans l’Union européenne n’a pas vraiment changé la donne.

Glorifications nationales

C’est aussi vrai en Hongrie, où le parti nationaliste Jobbik affirme vivre une troisième occupation : après l’invasion nazie et l’occupation communiste, le pays de Viktor Orban serait désormais « occupé » par la « bureaucratie européenne » de Bruxelles.

Et c’est bien sûr vrai en Ukraine, où la situation politique très difficile depuis des mois a rappelé toute l’histoire du pays, faite d’occupation, d’annexion et d’indépendance compliquée.

Et c’est enfin vrai dans les pays baltes : la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie ont multiplié les musées nationaux qui mettent sur un même plan l’occupation nazie et soviétique, se tournant avec force vers l’Union européenne.

On passe rapidement sur les périodes de collaboration pour dessiner une histoire idéale, tout en noir et blanc. Un peu comme notre passé sous l’Occupation, qui a été largement mythifié après-guerre par une partie de la Résistance.

Des minorités nationales

Un autre point commun à beaucoup d’étapes du Bulli Tour, c’est l’existence deminorités nationales. C’est encore particulièrement visible dans les Balkans, où l’on croise aussi bien des « Croates de Bosnie » que des « Serbes ou des Bosniaques de Croatie ».

Pour les Français et généralement pour la plupart des pays dits d’Europe de l’ouest, c’est une notion complexe qu’il faut rapidement maîtriser si vous voulez comprendre quelque chose à l’Est. Mais ça commence dès l’Italie : par exemple à Trieste, nous avons rencontré Boris Pahor, écrivain de langue, de culture et de nationalité slovène, mais de citoyenneté italienne.

Du coup, les minorités nationales interdisent une lecture binaire de l’Histoire, et ce n’est pas plus mal. Ce qui renvoie à notre premier point, chaque minorité a son histoire au sein de la majorité. Souvent une histoire violente, d’ailleurs, mais pas toujours. Chacune (comme les Serbes de Croatie, par exemple, mais on pourrait élargir le propos) a donc aussi tendance à se dire victime des autres, à ne pas être reconnue par la Constitution nationale, etc.

Sans parler des minorités qui ont complètement disparu : les Prussiens de la mer baltique, les Saxons de Roumanie et bien sûr, les milliers de juifs des villages polonais, lituaniens, ukrainiens ; de Budapest, de Lviv, etc.

JPEG - 98.5 ko
La place Maïdan, en juillet 2014. - Baptiste Cogitore

L’inquiétude face au conflit ukrainien

Et enfin le dernier point commun : l’inquiétude soulevée par le conflit ukrainien. Une grand majorité des pays que nous avons traversé regardaient avec une certaine angoisse la situation actuelle. C’est la peur de voir une guerre s’étendre à l’ouest : à l’ouest de l’Ukraine, mais aussi en Biélorussie, en Moldavie ou encore dans les pays baltes. D’autant que Vladimir Poutine multiplie les provocations en affirmant que la Russie pourrait envahir ces pays en quelques jours ou en quelques semaines.

Voir en ligne : www.bullitour.eu

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

AU RETOUR, À STRASBOURG Nous aurons plaisir à vous retrouver pour parler ce voyage aux dates et aux lieux suivants :
- Jeudi 9 octobre 2014 à 19h En présence d’Alain Beretz, président de l’Université de Strasbourg, cette soirée marque le retour des reporters du Bulli Tour Europa. Amphithéâtre Cavaillès, Le Patio, campus de l’Esplanade. (entrée libre)
- Jeudi 16 octobre 2014, à 19h Dernier rendez-vous des « Jeudis de l’Europe », initiés en mai. Venez discuter avec les reporters du Bulli Tour Europa autour d’un verre. Ils évoqueront leur traversée de l’Europe et vous proposeront de redécouvrir leurs reportages vidéos. Café Les Savons d’Hélène, rue Ste Hélène, Strasbourg (entrée libre).
- Samedi 25 octobre 2014, à 18h Rencontre avec les deux reporters. Librairie Kléber, place Kléber, Strasbourg (entrée libre)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom