Cette semaine en Europe : Jérusalem, Catalogne, Pologne, Autriche, Estcoin...

, par Lorène Weber, Radu Dumitrescu, Traduit par Lorène Weber

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Cette semaine en Europe : Jérusalem, Catalogne, Pologne, Autriche, Estcoin...

Chaque semaine, l’équipe de The New Federalist, notre édition anglophone, passe en revue les principaux évènements européens et met en avant ceux qui ont pu être occultés par la presse. Quelque chose a été oublié ? Commentez l’article !

L’UE divisée sur Jérusalem

Les Nations Unies ont passé jeudi une résolution condamnant la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Isräel. Malgré la large majorité, les abstentions de la Croatie, de la République tchèque, de la Hongrie, de la Lettonie, de la Pologne et de la Roumanie ont montré que l’Union n’a pas été capable de présenter une position commune à l’ONU.

L’extrême-droite intègre le nouveau gouvernement autrichien

Suite à une coalition entre le Parti populaire autrichien (OVP) de centre-droit et le Parti de la liberté (FPO) d’extrême-droite, le nouveau gouvernement autrichien, dirigé par Sebastian Kurz (31 ans), a promis une position pro-UE, mais cela ne se traduit pas par une position plus chaleureuse concernant les réfugiés ou par une position moins bienveillante à l’égard de la Russie. Le FPO a pris le contrôle de l’armée, de la police et des services de renseignement à travers les ministères de l’Intérieur, de la Défense, et des Affaires étrangères.

L’Estonie projette un "estcoin"

L’Etat balte envisage de lancer sa propre monnaie virtuelle, baptisée "estcoin". L’idée d’un token estonien a été formulée en août, et a été encouragée par une flambée de la valeur du bitcoin. Malgré les critiques de Mario Draghi, président de la Banque Centrale européenne, les autorités technologiques estoniennes ont préparé trois plans "viables" pour le lancement de leur propre crypto-monnaie.

Selon la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE), Uber est un service de transport

La CJUE a émis mercredi un jugement selon lequel l’application connectant conducteurs et passager s’apparente à un service de transport et doit donc avoir les même permis et autorisations que ceux exigés par les gouvernements nationaux pour leurs services de taxis. Ce jugement est un revers pour Uber, qui espérait être défini comme un service d’information.

La Pologne devient le premier pays confronté à l’article 7

La Commission européenne a déclenché jeudi contre la Pologne l’article 7.1 du Traité sur l’Union européenne sur l’Etat de droit. En conséquence, le gouvernement polonais dispose de trois mois pour suspendre ses “réformes” judiciaires. “Les faits ne nous ont pas laissé le choix”, a déclaré Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission. Il a ajouté que “la majorité au pouvoir peut systématiquement interférer dans le déroulement de la justice”.

Le Danemark autorise l’usage médicalisé du cannabis

Tous les partis du Parlement danois ont approuvé l’autorisation pour les docteurs au Danemark de prescrire du cannabis pour le traitement de la sclérose en plaques, de blessures de la moëlle épinière, de douleurs chroniques et des effets secondaires de chimiothérapies. La mise en place de cette nouvelle pratique a été autorisée sur la base d’une période d’essai de quatre ans.

Elections régionales en Catalogne : résultats en demi-teinte

Les élections régionales en Catalogne se sont tenues jeudi, et les résultats n’ont montré aucune certitude concernant la composition du futur gouvernement. Le parti unioniste Ciudadanos a remporté l’élection avec 37 sièges, alors que le parti indépendantiste de Carles Puigdemont est arrivé second avec 34 sièges, mais les trois partis indépendantistes réunis ont 70 sièges, contre seulement 65 pour les unionistes. La victoire des indépendantistes n’est cependant pas évidente, dans la mesure où leurs divisions rendent incertaine la formation d’un gouvernement, et alors que le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a déjà refusé toute négociation avec Carles Puigdemont.

Le retour du passeport bleu britannique : un argument pro-Brexit ridicule et mensonger de plus

Le ministère de l’Intérieur britannique, ainsi que des figures pro-Brexit comme Nigel Farage ont fièrement annoncé jeudi le retour du passeport bleu britannique, comme un soi-disant retour de souveraineté nationale “grâce” au Brexit. En vérité, l’Union européenne n’a aucune législation imposant une standardisation de passeports couleur bordeaux (la Croatie par exemple a conservé un passeport bleu), le gouvernement britannique avait lui-même fait le choix de changer la couleur. De plus, le passeport bleu britannique avait en fait été imposé par la Société des Nations en 1920 (ce qui n’est pas vraiment un symbole de souveraineté nationale). Et ironie du sort, les nouveaux passeports bleus britanniques seront probablement fabriqué dans l’UE. Certains partisans du Brexit ont définitivement une définition bien à eux de la souveraineté nationale…

Le saviez-vous ? Au Japon, l’hymne à la joie est interprété chaque Noël !

La tradition remonte à plusieurs décennies : pour Noël, des chorales japonaises se réunissent dans tout le pays pour interpréter la neuvième symphonie de Beethoven, en particulier l’hymne à la joie, l’hymne européen. Cette tradition remonte à 1918, quand des prisonniers allemands avaient interprété la symphonie dans le camp de Bandô (Tokushima). La première représentation par une chorale et un orchestre japonais remonte à 1924.

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom