Accueil > Actualités > Commission européenne : le grand oral

Commission européenne : le grand oral

, par Hervé Moritz

Dès aujourd’hui et jusqu’au 7 octobre, l’équipe Juncker, constituée des 27 commissaires désignés par les Etats membres, sera auditionnée par les parlementaires européens. Un exercice d’équilibriste des plus périlleux.

L’Espagnol Miguel Arias Canete, nommé au climat et à l’énergie, subit de multiples attaques en raison de ses rapports avec une compagnie pétrolière et des propos sexistes, qu’il a tenu dans l’année - Partido Popular de Cantabria

Auteurs

  • Rédacteur en chef du Taurillon de 2014 à 2016. Etudiant en master d’histoire et de sciences des religions à l’Université de Strasbourg. Il a étudié une année à l’Université de Leipzig.

    Twitter :

C’est lors d’un oral de trois heures, que chaque commissaire devra répondre aux questions délicates des eurodéputés. Ils seront questionnés par les élus des commissions parlementaires correspondantes aux compétences de leur portefeuille d’attributions. Compétences et positions des nominés seront épluchées. Certains n’en sortiront pas indemnes.

Les cancres

Pierre Moscovici, au portefeuille des Affaires économiques et financières, de la fiscalité et des douanes, est chargé du contrôle des équilibres budgétaires des Etats membres, alors que la France n’atteindra pas l’objectif de 3% de déficit public en 2015. Malgré la reconnaissance de ces compétences, plusieurs eurodéputés du PPE ont émis des réserves à la nomination de l’ancien ministre de l’Economie français, mauvais élève, qui n’a pas su limiter le déficit français. Juncker rassure son camp en plaçant Pierre Moscovici « sous la tutelle » des vice-présidents Jyrki Katainen et Valdis Dombrovskis, tous deux partisans de l’orthodoxie budgétaire, qui pourront poser leur veto à toute initiative impromptue du commissaire français.

Le britannique Jonathan Hill, en charge de la stabilité financière, des services financiers et de l’union des marchés de capitaux, sera sans doute interpellé sur la régulation de la finance, un sujet plus que tabou au pays de la dérégulation. C’est face à la City de Londres, que le nouveau commissaire devra défendre l’Union bancaire et le mécanisme de sauvetage du secteur bancaire, concernant uniquement les pays de l’Eurozone, dont le Royaume-Uni ne fait pas partie.

La désignation de Günther Oettinger à l’économie numérique a également fait débat en Allemagne, où plusieurs personnalités pointent son manque d’expérience dans ce domaine et regrettent l’attribution du très convoité portefeuille du Commerce à la Suédoise, Cecilia Malmström.

Erreurs de casting

Alors que la réunion des portefeuilles du climat et de l’énergie avait déjà suscité de vives critiques, la nomination de l’Espagnol Miguel Arias Canete à ce poste a fait l’objet d’un déchainement de réactions. Ex-ministre de l’agriculture espagnol, il est décrié pour ses parts au sein d’une compagnie pétrolière et pour les propos sexistes qu’il a tenu cette année, déclarant : « il [était] compliqué de tenir un débat avec une femme, car montrer de la supériorité intellectuelle pourrait paraître sexiste ». De nombreux opposants à sa nomination ont renforcé les rangs des écologistes, qui ne laisseront pas passer une telle erreur de casting.

Enfin, c’est le hongrois Tibor Navracics, ancien ministre des Affaires étrangères et proche du Premier ministre Viktor Orban, nommé à l’Education, à la Culture et de la Citoyenneté, qui a entraîné une levée de bouclier, notamment au sein de la société civile. En charge de l’administration publique et de la justice de 2010 à 2014, il est l’artisan des très critiquées réformes judiciaires hongroises, qui ont mis à mal l’impartialité de la justice. En juillet, Viktor Orban déclarait également la fin des démocraties libérales à l’occidental pour louer les mérites d’Etats tels que la Chine et la Russie. Des positions, qui vont valoir à Tibor Navracics de nombreuses questions à propos de la charte des droits fondamentaux et de la citoyenneté européenne. Une nomination, qui résonne comme une provocation pour de nombreuses associations européennes de jeunesse et d’éducation.

« Oeil pour oeil, dent pour dent »

Le PPE ne prévoit de s’opposer à aucune nomination, soutenant son leader, Jean-Claude Juncker, à la tête de la Commission et respectant ses choix en matière de répartition des portefeuilles. Ce n’est pas le cas des sociaux-démocrates européens, qui pourraient bien s’opposer à la nomination des commissaires hongrois et espagnol. Dans ce cas, le PPE ne cache pas qu’il pourrait riposter en s’opposant à un commissaire socialiste. Le commissaire sur la sellette, non pour ses compétences, mais pour son portefeuille, est probablement le français Pierre Moscovici, dont le poste présumé est vivement critiqué, notamment par nos voisins d’outre-Rhin.

Cependant, malgré les réserves sur certaines personnalités et sur certains portefeuilles, ainsi que sur la structure de la nouvelle Commission et sur sa faible féminisation, les auditions ne devraient pas déboucher sur le retrait de commissaires. Jean-Claude Juncker, élu à la tête de la Commission à la suite des élections européennes de mai 2014, devra rendre des comptes au Parlement européen, qui veillera aux respects de son programme et des orientations annoncées pour sa mandature. Les accords de la coalition au Parlement européen, réunissant libéraux, sociaux-démocrates et représentants du PPE, devraient rendre certains commissaires « intouchables ». Une situation assez regrettable, alors même que ces auditions apparaissent comme l’occasion de rejeter les nominations les plus controversées. Les députés européens devraient profiter de ce moment pour faire entendre leur voix et exiger le retrait des commissaires, dont les compétences ne sont pas reconnues ou dont les positions ne sont pas compatibles avec celles de l’actuelle Commission et de la majorité du Parlement européen.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Pour suivre les auditions, rendez-vous sur le site du Parlement européen ou sur twitter #EPhearings2014

Source principale : EurActiv

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom