Accueil > Élections européennes 2014 > Opinions > Des taxes chauvines plutôt que la taxe Tobin ?

Des taxes chauvines plutôt que la taxe Tobin ?

, par Antoine ROTH

Les résultats des élections européennes sont désastreuses pour les travailleurs d’Europe. En choisissant de reconduire la majorité conservatrice au pouvoir (PPE, PSE, et ALDE), les politiques d’austérité à l’échelle de l’Europe se poursuivront. En bon chiens de garde, les députés d’extrême-droite assureront la pérennité du système, en détournant l’attention des Européens des vrais problèmes posés à notre continent : le danger des traités de libre-échanges (TAFTA, mais aussi TISA, etc...), l’immensité de la fraude fiscale, l’absurdité des politiques austéritaires, ou encore la nécessité d’une relance écologique de l’activité, pour faire face aux grands enjeux de notre époque. Au lieu de quoi nous aurons droit à de passionnants débats sur les quotas d’immigrés qu’il faut rejeter à la mer pour satisfaire le chauvinisme ambiant, plus prompt à parler de taxes chauvines que de taxe Tobin.

Alexis Tsipras – Crédits photos : Wikipédia, FrangiscoDer

Auteurs

  • Membre du secrétariat du Parti de Gauche-Bas Rhin

Les députés de la Gauche Unitaire Européenne et de la Gauche Verte Nordique (GUE/NGL), avec l’appui de notre candidat commun Alexis Tsipras, poursuivront leurs inlassables efforts pour construire la solidarité entre les travailleurs de toute l’Europe, et lutter contre les politiques d’austérité. Ils le feront avec un groupe renforcé, notamment par la percée de Syriza, qui devient le premier parti en Grèce, avec 26,5% des voix. Cette victoire préfigure ce que nous espérons : la chaîne austéritaire craquera en Grèce, et provoquera une onde de choc en Europe. En plaçant Alexis Tsipras en tête de la lutte des peuples contre l’austérité en Europe, le Parti de la Gauche Européenne a contribué à sa nette victoire. L’excellente progression d’Izquierda Unida (qui passe de 2 à 6 élus), en Espagne, est également un signal fort envoyé à tous les promoteurs de l’austérité : les peuples ne sont pas condamnés à se jeter dans les bras de stériles xénophobes, et savent s’unir pour lutter contre la finance et le capitalisme mondialisé.

La France aurait pu devenir un symbole de cette lutte des travailleurs contre les puissants. Elle est devenue, hélas, le symbole de la guerre des pauvres contre les pauvres. Et pendant que les pauvres se font la guerre, les riches ont la paix. Ils continueront à accumuler des centaines de milliards de dividendes, sous le regard bienveillant de la droite et de l’extrême-droite, qui n’ont jamais rien à dire sur ce gigantesque impôt privé.

Face à la montée de ce capitalisme chauvin, qui laisse indifférente la moitié de la population française, il faut travailler, encore et toujours plus, à construire une alternative crédible et puissante : partage des richesses, relance écologique de l’activité, respect de la dignité humaine, … bref, une politique de gauche, tout simplement. Or, en comparant avec les élections européennes de 2009, nous constatons que le Front de Gauche est la seule force de progrès social à se maintenir entre les deux élections. Le PS poursuit sa chute, entraînant avec lui le peu de légitimité qu’il reste encore au gouvernement actuel. Les politiques d’austérité sont discréditées, malgré l’obstination du gouvernement à poursuivre dans l’erreur. Plus que jamais, il est temps de former une majorité alternative avec les députés disponibles à l’Assemblée Nationale. Nous ne leur demandons rien de plus que d’appliquer un tant soi peu ce pour quoi ils ont été élu : combattre la finance, et améliorer la vie des petites gens, plutôt que de se coucher devant les lobbys et de passer la retraite à 66 ans. Le Front de Gauche est toujours debout. Et nous ne cesserons jamais de défendre les travailleurs contre le capitalisme, qu’il soit mondialisé ou chauviniste.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Le Taurillon rappelle que les articles qu’il publie n’engagent ni sa rédaction, ni les Jeunes européens. Sa ligne éditoriale trans-partisane mais résolument en faveur de la construction européenne permet à chacun d’exprimer ses opinions politiques conformément au pluralisme.

Vos commentaires

  • Le 27 mai 2014 à 15:02, par Pierre-Antoine KLETHI En réponse à : Des taxes chauvines plutôt que la taxe Taubin ?

    Assimiler l’extrême-droite (FN) aux capitalistes, c’est un exploit remarquable, chapeau ! Si les Européens avaient voulu suivre votre cap, ils auraient voté pour vous. Je constate plutôt qu’ils n’ont pas jugé que vos solutions étaient les plus appropriées...

  • Le 27 mai 2014 à 17:16, par Ferghane Azihari En réponse à : Des taxes chauvines plutôt que la taxe Taubin ?

    Ce n’est pas tellement un exploit Pierre-Antoine. Contrairement aux idées reçues, le nationalisme se nourrit du capitalisme et réciproquement.

    On ne peut pas être nationaliste et déplorer les effets néfastes d’un capitalisme insuffisamment régulé. C’est ce qui m’a poussé à écrire cet article pour contrer ceux qui assimilent automatiquement l’idée européenne à un « néo-libéralisme sauvage » :

    http://www.taurillon.org/le-national-souverainisme-anticapitaliste-est-une-imposture

  • Le 28 mai 2014 à 09:09, par ROTH Antoine (auteur de l’article) En réponse à : Des taxes chauvines plutôt que la taxe Tobin ?

    Le FN est évidemment capitaliste. Où avez-vous vu qu’ils remettent en cause la répartition actuelle des richesses et des moyens de production ? Où avez-vous vu qu’ils remettent en cause l’accumulation infinie de richesses par quelques-un ? Où avez-vous vu le FN soutenir une lutte de salariés ?

    Je ne parle même pas de la période pas si lointaine (avant 2012) où le FN prônait ouvertement la hausse de la TVA, la disparition de l’impôt sur la fortune, de l’impôt sur le revenu, et proposait que l’Etat se limite à ses seules fonctions régaliennes, prônant la privatisation de nombreux services publics. Mais ce serait dommage d’aller contre le sens du vent, n’est-ce pas ?

    Enfin, je terminerai par cette magnifique citation de Bernard MONOT, conseiller spécial du FN en charge de la stratégie économique (challenge, 6 mai 2014) : « Notre modèle de patriotisme économique est aussi de rassurer les marchés financiers ». Pour la lutte contre la finance, ce sera donc sans eux.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom