Accueil > Associations > Disons « oui » à l’armée européenne proposée par Jean-Claude Juncker

Disons « oui » à l’armée européenne proposée par Jean-Claude Juncker

, par UEF France

L’Union des Fédéralistes européens - France (UEF-France) félicite Jean-Claude Juncker de rappeler que l’Union européenne a besoin de sa propre défense, et donc d’une armée intégrée et coordonnée, face aux menaces intérieure (terrorisme) et extérieures (crise ukrainienne, etc.). Cependant, qui dit armée européenne dit aussi pouvoir politique européen démocratique pour la contrôler.

L’Eurocorps apparaît comme un embryon d’armée européenne. Après l’annonce de Jean-Claude Juncker, dimanche, de nombreux fédéralistes attendent les contours et les détails d’un projet de défense européenne commune. - Antonio Ponte

Auteurs

  • L’Union pour l’Europe Fédérale-France (UEF) est une association, fondée en 1947, dont les adhérents militent pour la construction européenne et notamment pour une Europe politique donc nécessairement fédérale. Elle est indépendante des partis politique.

    Twitter :

« La déclaration du président de la Commission démontre que nous sommes divisés alors que nous serions plus forts en étant unis », estime Fabien Cazenave (porte-parole de l’UEF-France). « À force d’avoir des armées et diplomaties nationales concurrentes de celles européennes, l’Europe est condamnée à rester un nain politique » déclare-t-il.

La France a agi seule en 2014 au Mali, sans concertation préalable avec ses partenaires, alors que la réponse à la menace islamiste concerne l’Europe entière. L’apport des avions de transports belges, danois ou allemands a pourtant été sollicité et, sans eux, l’armée française aurait été incapable de se mobiliser aussi vite sur le terrain malien. Dans notre pays, nous nous gargarisons d’être une puissance « dont la voix compte dans le monde » mais nous quémandons à Bruxelles dans le même temps d’enlever nos dépenses militaires de nos déficits publics.

« Jean-Claude Juncker rappelle habilement qu’une armée européenne permettrait de faire de substantielles économies d’échelle (achats, recherche et développement) plutôt que d’avoir en concurrences par exemple des avions français ou suédois », rappelle Fabien Cazenave. « Si demain un de nos États-membres était menacé à ses frontières, nous serions dépendants du bon vouloir des Américains ».

« Cela pose cependant la question du pouvoir politique contrôlant cette armée », explique Fabien Cazenave. « Si l’on doit continuer d’attendre une réunion de chefs d’États et de gouvernements pour envoyer des troupes quelque part, nous resterons stratégiquement affaiblis. Encore une fois pour avancer, l’Europe fédérale est la seule solution politique ».

En guise de conclusion les fédéralistes français ne peuvent manquer de signaler que la question de la défense européenne ne pourra pas être tranchée de manière positive sans que la France propose d’étudier la mise à disposition de l’Union européenne, ou d’un éventuel noyau fédéral en son sein, de sa force de dissuasion nucléaire, d’une part, et, d’autre part de son siège au Conseil de sécurité des Nations unies.

Voir en ligne : Photo : CC

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

A retrouver sur le site de l’UEF-France.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom