Accueil > Associations > « Grâce à Grundtvig, les adultes aussi découvrent l’Europe »

« Grâce à Grundtvig, les adultes aussi découvrent l’Europe »

, par Fabien Cazenave

Le programme Grundtvig a vécu et est remplacé aujourd’hui par Erasmus + pour l’éducation des adultes. Avec Guy Khalepski, nous revenons sur l’intérêt de ne pas laisser seulement les étudiants se rencontrer entre Européens avec Erasmus. Les adultes aussi y ont tout intérêt.

Auteurs

Le Taurillon : Vous avez participé à différents projets liés à l’apprentissage tout au long de la vie financés par l’Union européenne. Est-ce important que l’Europe finance des programmes en lien avec les adultes et non pas des jeunes comme avec Erasmus ?

Guy Khalepski : C’est très important car nous connaissons une période de crise et elle touche tout le monde. C’est donc une chance pour les adultes apprenants de s’ouvrir à d’autres cultures et d’autres méthodes de travail car aujourd’hui améliorer en permanence ses compétences et ses savoirs faire est un enjeu majeur pour l’employabilité de chacun. L’Europe est un levier pour ça, nous avons beaucoup à apprendre mutuellement de nos partenaires Européens et je pense que ce programme de mobilité Grundtvig est très utile pour cela.

Le Taurillon : Avec le programme « Tell me a story », vous avez travaillé sur la question de l’expression corporelle. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Guy Khalepski : Tout les participants venues de six pays d’Europe (Pologne, Pays-Bas, Portugal, Autriche, Italie et France) ont travaillé ensemble, par le biais d’ateliers, sur les possibilités que nous donne notre corps pour se rencontrer les uns les autres malgré des langues différentes.

Par exemple avec des mimes, chaque pays a illustré des scènes de vie quotidienne permettant aux participants de découvrir la façon dont se déroulent ces moments dans d’autres pays européens que le sien. Ce programme a permis de casser la frontière que représente le langage entre les Européens, créant ainsi des liens et même des projets de collaboration entre des compagnies venant de différents pays.

Le Taurillon : Autre projet mais cette fois sur le développement durable avec le « ASEA Project ». Quels en étaient les résultats concrets ?

Guy Khalepski : L’objectif du projet était double. Tout d’abord, nous avons créé un label éco-responsable à attribuer aux festivals de musique en Europe. En second lieu, nous avons mutualisé les bonnes pratiques mises en oeuvre par les différents partenaires pour fabriquer des objets à vocation artistique culturel ou social à partir d’objets recyclés.

Par exemple les participants ont appris à fabriquer des peluches pour enfants à partir de vêtements usagers ou à construire un sanza (piano africain) à partir d’une petite boite de cigares. Autant de technique à diffuser pour chaque partenaire dans leur propre pays.

Dans Elephant Musik, nous avons par exemple décidé d’utiliser et de transmettre la technique consistant à fabriquer des tambours avec de grandes boites d’huile d’olive et quelques astuces.

Le Taurillon : En quoi ces projets aident-ils à créer des « Européens » ?

Guy Khalepski : Déjà le fait d’être en relation pendant minimum deux ans avec des partenaires Européens pour monter un projet et le faire connaitre crée une cohésion entre des citoyens et des acteurs européens. Ceux-ci autrement n’auraient jamais eu l’occasion de se rencontrer avec une telle diversité de pays d’origine. Pendant les rencontres, nous apprenons toujours un peu également l’histoire et la culture du pays que nous visitons. Nous voyons ainsi souvent les influences des uns sur les autres au travers de l’Histoire. Que ce soit par le biais de la langue avec des mots empruntés ou même dans les influences musicales, il apparaît alors assez clairement que nous avons des origines communes.

Faire des projets entre Européens qui auront un impact sur d’autres Européens avec les partenaires revenus chez eux donne un fort sentiment d’appartenance commune et fait très souvent naître un désir de poursuivre l’expérience au travers de collaborations postérieures.

Voir en ligne : découvrir les possibilités offertes par Erasmus +

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom