Accueil > Associations > Grèce : Le clap de fin d’un scénario fou ?

Grèce : Le clap de fin d’un scénario fou ?

, par Les Jeunes Européens - France

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [Español] [français]

Depuis le début de la semaine, les négociations se sont tendues entre Athènes et les différentes parties prenantes de l’Eurogroupe et de la Troïka. Alors que les créanciers refusent d’accorder à la Grèce un nouveau plan d’aides tant que le gouvernement d’Alexis Tsipras ne se sera pas engagé sur des réformes plus radicales, la banqueroute menace le pays, les banques frémissent et les épargnants grecs craignent pour leurs économies. Nous assistons à un mauvais film à suspens, où les rebondissements s’enchainent et peuvent mener au pire, à une gestion de crise irresponsable qui appelle une réorganisation des institutions dirigeant la zone euro.

Alexis Tsipras, seul contre tous ? - © European Union 2014 - European Parliament.

Mots-clés

L’absence de vision de long-terme dans ces négociations

Ces négociations, qui portent sur l’équilibre du budget, les réformes à mettre en place et la mise en place de nouveaux prêts [1] pour renflouer les caisses vides de l’Etat grec et honorer à temps les remboursements de sa dette, sont sous haute tension. Pour l’heure, la rupture semble consommée : à l’annonce par Tsipras d’un référendum le 5 juillet en Grèce sur le plan de réformes et d’aides proposé par les créanciers, et à son appel à voter « non », l’Eurogroupe a choisi d’envisager un « plan B », autrement dit, une sortie de la Grèce de la zone euro. Au vue de la situation, de la chevauchée solitaire de Tsipras et de la volte-face de l’Eurogroupe, les négociateurs semblent avoir perdu de vue le sens même de la monnaie unique et des mesures qui ont été prises depuis 2010.

Si nous, Européens, avons décidé de mettre en place des plans d’aides, d’injecter des liquidités dans l’économie, c’était d’ores et déjà parce que la participation de la Grèce à la zone euro nous paraissait essentielle et non négociable. En 2011, quand les premiers plans d’aides ont été mis en place, une sortie de la Grèce de la zone euro nous semblait inenvisageable au regard du projet et de l’idéal européens. Aujourd’hui, certains chantres politiques clament, inconscients, que la sortie de la Grèce n’aura pas de conséquences sur l’économie européenne. La chute libre des bourses européennes dans la matinée et l’envolé des taux d’emprunt pour les Etats viennent démentir ces propos inexacts et menacent d’un nouveau krach boursier.

Quatre ans après, tous les six mois environ, c’est toujours la même histoire, des négociations, des tensions, parce qu’un plan d’aides global n’a pas été mis en place. Et tous les six mois, les mêmes appréhensions pour les Européens, et en particulier pour les Grecs. Un film à suspens qui n’en finit pas de rebondir et en devient lassant, répétant sans cesse les combats stériles entre nations créancières et nations débiteuses, jeux politiques irresponsables au vue des conséquences pour les citoyens de l’Union.

Un gouvernement de la zone euro selon le principe de solidarité

Cet épisode montre l’échec des décisions prises entre les Etats, où chacun défend son intérêt propre au détriment d’une vision commune du projet européen. C’est la raison pour laquelle, les Jeunes Européens appellent à la mise en place d’un gouvernement de la zone euro avec une formation Euro du Parlement européen devant qui seront responsables les membres de l’exécutif [2], mettant fin à l’incontrôlable et coupable gestion de la crise par les gouvernements nationaux et les membres de la Troïka.

La vision de long-terme et l’intérêt des citoyens européens ne peuvent être portés, dans un contexte de crise, que par des députés élus et responsables devant les citoyens européens. Grâce à un gouvernement économique européen, nous devons parvenir à une vision commune d’un projet politique pour une zone euro intégrée, reposant sur une monnaie unique stable et pouvant faciliter la résolution de la crise actuelle.

Nous, Jeunes Européens, affirmons notre solidarité avec l’ensemble des 500 millions de citoyens de l’Union et notre volonté que la zone euro demeure entière et unie. Nous voulons mettre fin à ces rebondissements sans fin et qu’enfin, un accord acceptable pour chaque partie soit conclu dans l’immédiat. Nous appelons également à ce qu’une solution durable soit trouvée à la gouvernance de la zone euro pour ne plus connaître les tensions et les angoisses que les Européens partagent à chaque sommet « de la dernière chance ». Nous avons besoin d’une structure fédérale de la zone euro pour garantir la vision de long-terme, la représentation légitime et démocratique des Européens et l’intérêt de l’ensemble des citoyens.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Vos commentaires

  • Le 29 juin 2015 à 13:59, par Xavier C. En réponse à : Grèce : Le clap de fin d’un scénario fou ?

    Comme souvent, malheureusement, les fédéralistes font croire qu’une fédération européenne (que je souhaite) serait en mesure de « résoudre » le problème.

    Que ce soit bien clair. Le gros de la dette grecque, c’est de l’argent dépensé par les Grecs pour les Grecs. Le citoyen européen, ou le contribuable européen, n’ont pas à être mêlé à cela. Quant aux créanciers, c’est très simple : ils ont évalué un risque, ils ont prêté, ils se sont rémunérés sur ce risque... et bien les amis, ce risque, il peut se matérialiser. Et cela ne doit avoir aucun rapport avec l’Europe SAUF si ces dépenses ont bénéficié à tous les Européens, ce qui n’est pas le cas.

    Si l’Europe prend en charge des dettes exclusivement locales (nationales, régionales, municipales), alors le signal envoyé sera très mauvais. Pourquoi gérer rigoureusement ses dépenses si l’échelon supérieur vient systématiquement à la rescousse, avec ou sans contreparties ?

    Prenons pour une fois exemple sur les USA des premières années. L’État fédéral US avait remboursé les dettes des colonies car les dépenses étaient celles de la guerre d’indépendance, qui a bénéficié à tous les Américains. Des décennies plus tard, certains États ont à nouveau toqué à la porte, mais cette fois-ci sans succès car les dépenses avaient été locales.

    Le projet que vous proposez implique une certaine irresponsabilité. Car la crise grecque, c’est cela. Qui est donc responsable ? Le gouvernement grec et le créancier. Personne d’autre.

    Que la Grèce fasse donc banqueroute, mais que le contribuable européen ne soit pas mêlé à cela. Quant à l’État grec, il n’aura plus qu’à adopter un budget réaliste et dépenser l’argent qu’il parvient à obtenir via taxes et impôts.

    Le seul rôle qu’aurait à jouer l’Europe fédérale dans tout cela, ce serait la prise en charge de ce qui bénéficie à tous les Européens, dont les Grecs : armée, diplomatie, gestion des frontières donc douanes.

    Car l’Europe c’est cela : le principe de subsidiarité.

    Si vous voulez être solidaire avec les Grecs, c’est très bien. Prenez vos vacances dans ce magnifique pays, envoyez-leur de l’argent, achetez grec. Mais ne mêlez pas les autres à cela... Merci.

  • Le 2 juillet 2015 à 13:18, par duodecim stellae En réponse à : Grèce : Le clap de fin d’un scénario fou ?

    La Zone Euro a besoin un ministre des Finances à la commission démocratiquement légitimé.

    Nous avons besoin une union fiscale.

    Nous avons besoin une union sociale.

    Nous avons besoin des eurobonds !

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom