Accueil > Actualités > L’Ukrainienne Jamala sacrée à la 61e édition de l’Eurovision

L’Ukrainienne Jamala sacrée à la 61e édition de l’Eurovision

, par Sergio Camachetty

Cette année, la finale de la 61e édition du célèbre concours de l’Eurovision se déroulait en Suède, à Stockholm. Titres originaux et tubes à succès se sont succédés, avec plus ou moins de talent, sur la gigantesque scène pour se terminer par la victoire de Jamala, l’Ukrainienne, avec une chanson qui fait couler beaucoup d’encre.

Jamala remporte l’Eurovision à Stockholm. - Eurovision.tv (Youtube)

Auteurs

  • Titulaire d’un master 2 « Compétences des collectivités territoriales et Union eurpoéenne » à l’Université de Nancy. Membre des Jeunes Européens - Strasbourg.

Une chanson historique controversée

C’est au terme d’une soirée de folie que l’Ukrainienne, Jamala, a été désignée comme vainqueur de la finale qui opposait, ce samedi 14 mai, 26 pays. Participant pour la seconde fois, la jeune soprano de 32 ans a fait le choix cette année d’une chanson qui parlait de sa propre histoire. Mêlant histoire et tragédie familiale, la chanson a su trouver écho chez les téléspectateurs qui ont fait pencher la balance, lui permettant de remporter cette édition 2016.

Si les chansons ne doivent pas être engagés, l’Union européenne de radio-télévision a déclaré que la chanson de l’Ukrainienne ne comportait aucun message politique et qu’il s’agissait en réalité d’une chanson parlant d’histoire. La chanson intitulée « 1944 » parle de la déportation massive par l’Armée rouge d’environ 240 000 personnes issues de la minorité musulmane d’origine turque, les Tatares de Crimée.

Une déception du côté russe

C’est incontestablement du côté russe que la déception est la plus grande. Parti grand favori de cette compétition, Sergey Lazarev, n’arrive finalement qu’à la 3e place derrière l’Australienne, Dami In, et l’Ukrainienne Jamala.

On soulignera toutefois le choix peu commun de la Russie. En effet, Sergey, bien que très connu dans son pays est aussi défenseur de la cause gay dans son pays. Lorsque l’on connaît les positions de la Russie sur le sujet, le choix de Sergey reste très audacieux.

Une belle performance du côté français

Bien qu’Amir n’ait fini que 6e au classement, il n’en reste pas moins que c’est la meilleure performance depuis 12 ans pour la France et que cette année, sa chanson « J’ai cherché », collait parfaitement à ce type de concours. C’est une formidable ascension comparée à l’année dernière où la France n’avait fini qu’avant dernière. Et même si le vote des téléspectateurs n’a pas été en sa faveur, rappelons toutefois que le chanteur a reçu d’excellentes notes de la part du jury, composé de professionnels de la chanson de chaque pays, qui attribut indépendamment sa série de point. Ce franco-israélien, finaliste de la 3e édition the Voice, n’a pas démérité lors de cette finale.

Ayant délibérément fait le choix d’introduire de l’anglais dans sa chanson, le jeune polyglotte expliquait que cela permettrait de toucher un plus large public. Le choix du chanteur était donc très pertinent et il ne reste plus qu’à souhaiter à la France de présenter, à l’avenir, des chanteurs de la même trempe qu’Amir pour représenter les couleurs de la France.

Une soirée enflammée

Cette année encore, l’Eurovision a offert un spectacle exceptionnel. Cérémonie orchestrée par le vainqueur de l’édition 2015 de l’Eurovision, Måns Zelmerlöw accompagné par Petra Mede, elle fût d’autant plus grandiose que le chanteur Justin Timberlake est venu entonner son dernier titre, et ce pour le grand plaisir des téléspectateurs. Cette grande messe de la chanson européenne réunit chaque année des millions de téléspectateurs.

Rendez-vous pris l’année prochaine, en Ukraine, pour la remise en jeu du titre de l’Eurovision.

Une victoire ukrainienne qui n’est pas du goût des Russes

Déjà lors de la victoire de la drag queen Conchita Wurst en 2014, la délégation russe avait exprimé son mécontentement face à la promotion de la cause LGBT et de son mode de vie, accepté par et attaché à la culture de l’Europe occidentale. Cette rupture entre la Russie et le reste du continent continue à se creuser cette année. Grand favori de la compétition, le Russe Sergey Lazarev avait laissé entendre lors de nombreuses interviews que la Russie était prête à accueillir l’Eurovision en 2017 et accueillerait avec hospitalité les fans gays du plus grand concours de chant du monde.

Mais hier soir, ce n’est pas la Russie qui a remporté le 61e concours de l’Eurovision. C’est la chanteuse ukrainienne Jamala, qui dans une chanson de sa plume, « 1944 », évoque la déportation des Ukrainiens par Staline en 1944. Le thème de la chanson et son histoire personnelle ont remporté les faveurs du jury et du public, en envoyant un message très politique aux téléspectateurs et observateurs. Alors que son arrière-grand-mère a vécu cet épisode tragique de l’histoire de l’Ukraine, elle-même, Tatar de Crimée, a donné une résonnance toute particulière à la chanson, dénonçant indirectement l’annexion de la Crimée par la Russie. Une résonnance qui a fait vibrer le cœur des Ukrainiens, encore meurtris par les événements de 2014 et par la guerre qui se poursuit à l’Est du pays.

Plusieurs journaux russes titrent déjà sur le concours et dénoncent les manœuvres politiques, les jurés n’ayant placé selon leur vote le Russe qu’à la 5e place du classement, alors que les téléspectateurs l’avaient érigé par leurs votes à la tête du podium. « C’est la politique qui prime sur l’artistisme », pour le magazine pro-russe Sputnik, qui parle d’une chanson « controversée » de l’Ukrainienne.

Avec ces implications géopolitiques, on attend la réaction du Kremlin, qui avait déjà annoncé vouloir quitter le concours de l’Eurovision en 2014 pour refonder un équivalent eurasiatique. Aucune réaction n’a encore fuité, mais la presse russe nourrit déjà la polémique.

L’Eurovision aura donc lieu l’année prochaine en Ukraine, dans un pays en guerre, à moins que d’ici-là, la paix apaise les tensions dans la région.

Hervé Moritz

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Plus d’infos sur www.eurovision.tv.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom