Accueil > Actualités > Le « KOD », lueur d’espoir pour la démocratie polonaise ?

Le « KOD », lueur d’espoir pour la démocratie polonaise ?

, par Maria Popczyk

Samedi dernier, des milliers de citoyens ont protesté dans les grandes villes polonaises, mais aussi dans le monde comme à San Francisco par exemple, à la suite de nouvelles mesures prises par le gouvernement conservateur portant atteinte à la liberté des médias publics. Parmi les drapeaux polonais et slogans, les manifestants brandissaient également le drapeau européen, soulignant ainsi leur attachement aux valeurs démocratiques de l’Union européenne.

Les manifestants sont descendus dans la rue samedi, à Czestochowa, pour protester contre les agissements du gouvernement polonais à l’assaut de l’Etat de droit et des médias publics. - Maria Popczyk

Auteurs

  • Etudiante franco-polonaise ayant grandi avec l’approfondissement de l’Union européenne. Impliquée dans les affaires françaises et polonaises en raison d’un parcours scolaire binational, s’intéresse à la construction d’un réseau toujours plus fort entre les jeunes de l’Union européenne.

Mots-clés

C’est le Comité de défense de la démocratie (KOD) qui est à l’origine des récentes manifestations sur les places polonaises. Cette organisation est née très peu après la montée au pouvoir du parti PiS (Droit et Justice) de Jarosław Kaczyński, et, vu sa popularité, elle a peut-être des chances de sauver le modèle démocratique polonais d’après 1990.

Le PiS a séduit les électeurs

En mai 2015, les Polonais devaient élire leur nouveau président. Le second tour se jouait entre le président sortant Bronisław Komorowski, homme politique de droite libéral, et Andrzej Duda, candidat issu du parti Droit et Justice (PiS), conservateur. C’est ce dernier qui a remporté la majorité des scrutins. Trois mois plus tard, son parti a obtenu la majorité des sièges au Parlement.

Pourquoi ce parti a-t-il gagné tant de popularité en 2015 ? Tout d’abord, les Polonais ont voulu du changement après huit ans de gouvernement par la même fraction politique. Ensuite, face à la crise des migrants à son apogée l’an dernier, ce parti anti-européen se prononçait contre la politique des quotas. Enfin, certaines promesses comme verser 500 złoty par mois par enfant aux familles, ont séduit les électeurs.

Pourquoi parle-t-on de « défense » de la démocratie ?

Dès son arrivée au pouvoir, le parti Droit et Justice s’est attaqué au Tribunal constitutionnel, gardien suprême de la démocratie. Sans tenir compte des décisions de cet organe, le parti a choisi cinq nouveaux juges constitutionnels lui étant favorables. Maintenant c’est le tour des médias publics. Andrzej Duda a signé le 7 janvier un texte de loi ayant pour but de contrôler radio et télévision publiques. Le nouveau directeur des médias publics, Jacek Kurski, est un membre du parti au pouvoir.

Un mouvement citoyen pour la démocratie

Le Comité de défense de la démocratie (KOD) est une initiative citoyenne. Son nom est une allusion au Comité de défense des ouvriers – organisation d’intellectuels polonais qui s’opposaient au régime communiste dans les années 1970. Le KOD a été créé sur Facebook par le militant Mateusz Kijowski fin 2015. Le Comité a le statut d’association depuis le 2 décembre. Son activité consiste avant tout à organiser des manifestations en réponse aux actions du parti Droit et Justice.

Le KOD a organisé des manifestations d’abord à Varsovie, pour soutenir le Tribunal constitutionnel dans son bras de fer avec le gouvernement et le maintenir dans son rôle de gardien de la conformité des normes juridiques à la Constitution. A la fin du mois, le mouvement de protestation s’est élargi à d’autres grandes villes du pays, notamment Gdańsk, Cracovie, Katowice, Poznań et Częstochowa.

A la suite de l’entrée en vigueur de la loi sur les médias publics, le Comité a lancé une nouvelle série de manifestations, cette fois pour défendre la liberté d’expression.

Les gardiens de l’Etat de droit et des valeurs européennes ?

Le Comité de défense de la démocratie n’est pas un parti politique. Il regroupe tous les citoyens qui s’opposent aux violations de la liberté et de l’Etat de droit par le gouvernement. Grâce aux réseaux sociaux puis aux médias, il est rejoint par un nombre croissant de membres. Les drapeaux européens, l’Ode à la joie chantée en chœur sur les places enneigées des grandes villes montrent que les Polonais sont loin de vouloir abandonner des valeurs qui leur sont chères.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom