Accueil > Culture & Histoire > Les festivals interceltiques et la perpétuation d’une culture traditionnelle (...)

Les festivals interceltiques et la perpétuation d’une culture traditionnelle européenne

, par Robin Alves

Les Celtes ? Les gentils barbares qui ont conquis le nord de l’Europe il y a plus d’un millénaire ? Loin de là, ils ont laissé une trace historique sur le continent. Peuple le plus puissant d’Europe, leurs traditions se perdurèrent à travers la culture et notamment, la musique.

Les pays celtes à l’honneur au Festival Interceltique de Lorient. - Etienne Valois

Auteurs

Mots-clés

Si le Festival Interceltique de Lorient est le plus connu, il est intéressant de souligner la présence de nombreux autres. La diversité des expressions artistiques contribue à la richesse du continent et invite au voyage.

Les festivals interceltiques, une tradition rénovée

Les festivals celtiques partagent des traits anciens et spécifiques. En Irlande, les communautés anciennes accordaient une grande importance aux festivals locaux. Les Gaëls se réunissaient autour de la chanson, de la danse, du théâtre et du sport. On dénomme, le « feis », un art traditionnel gaélique. Aujourd’hui, il fait référence à une danse irlandaise. L’ « Eisteddfod », un festival gallois de littérature et de musique, dont la tradition remonte au XIIe siècle et le « Mod », un festival de musique gaélique écossais. Il existe le mod local et le mod national nommé le « Royal National Mod », prenant la forme de compétitions officiels avec des concerts de chorales, de la musique traditionnelle comprenant violons et cornemuses.

Mais, l’identité celtique a évolué au fils du temps, couplé à la croissance des nations celtiques. Un facteur décisif : la Seconde Guerre mondiale. Le mouvement s’est davantage porté sur la protection de leur culture, notamment des langues celtiques. Formant une branche de la famille des langues indo-européennes, elles comprennent les langues gaéliques, dont le gaélique irlandais, le gaélique écossais et le mannois ainsi que les langues brittoniques composées du gallois, du cornique et du breton.

De nouveaux styles musicaux ont ainsi émergé au fil du temps, s’inspirant des traditions folkloriques des nations celtes et utilisant de nouveaux instruments tels que la harpe. Mais ce sont surtout l’émergence d’évènements culturels promouvant les échanges qui constituent un facteur clé de notre temps. Appelés « festival interceltique », ils permettent perpétuation de la tradition, revitalisation d’un folklore et contribue à la richesse du continent européen.

Le festival interceltique de Lorient, un festival labellisé par la Commission européenne

La Bretagne est fière de son patrimoine celtique et a lancé il y a quelques années un festival pour célébrer son folklore. Modeste au début, l’évènement annuel se tenant à Lorient est devenu internationalement connu. Appelé Festival Interceltique de Lorient (FIL), c’est le plus grand festival de France réunissant l’ensemble des pays celtiques. De la Bretagne à la Galice, de Cornouailles au Pays de Galles, des Asturies à l’Acadie, de l’Ecosse à l’Ile de Man. Créé en 1971 lors d’une compétition de bagadou, le festival s’est tourné vers l‘interceltisme pour se démarquer et concevoir sa propre identité. Il agit comme un acteur culturel et permet la diffusion des cultures bretonne et celtique.

La Commission européenne a bien saisi l’enjeu et a classé le FIL parmi les treize plus importants festivals européens en 1996. Le festival s’est vu attribué le label européen Europe For Festival (EFFE) pour 2015 et 2016, mis en place par la Commission et l’Association Européenne des Festivals (EFA). Ce label a pour objectif de valoriser les festivals innovants. Aujourd’hui, ce sont près de 731 évènements répartis sur 31 pays différents qui ont obtenu cette certification. L’EFFE met ainsi en réseau les festivals engagés inscrivant leur action au niveau territorial, national et européen dans une démarche d’excellence artistique. Cette année, le Festival Interceltique de Lorient a mis en valeur deux terres celtiques, dont l’Ile de Man.

L’Ile de Man, portée par le Festival Interceltique

Terre inconnue, l’Ile de Man est une terre celte s’organisant autour du Tynwald, le plus ancien parlement du monde. L’île s’intègre aujourd’hui dans les six nations celtiques avec l’Irlande, les Cornouailles, la Bretagne, l’Ecosse et le Pays de Galles. Comptant près de 60 000 habitants, l’île est davantage connue pour son paradis fiscal ou ses courses de moto que pour la musique mannoise. Selon son ministre local, Phil Gawne, la culture celtique est un moyen de « promouvoir notre petite nation insulaire aux centaines de milliers de visiteurs ». En effet, l’Ile de Man a beaucoup reçu de ses pays voisins. Le ministre évoquant que « l’Ecosse et l’Irlande nous ont beaucoup aidés pour maintenir et développer notre langue mannoise d’origine gaélique ainsi que notre musique traditionnelle. » L’île participe au British Irish Council, conseil ayant une compétence spécifique consacrée aux langues traditionnelles. Si la langue mannoise est parlée par une minorité, l’enthousiasme des jeunes est réel. Aujourd’hui, on estime qu’un peu plus de 2% de la population de l’île peut s’exprimer en mannois. Cette situation fait du mannois une langue en péril. Le festival interceltique a beaucoup apporté en notoriété à l’île.

Les festivals interceltiques dans une dimension européenne

Le Festival Interceltique de Lorient ne règne pas en maître sur l’Europe. Les fêtes folkloriques connaissent un succès grandissant depuis 50 ans et ce, partout en Europe. En Alsace, de nombreux « pipe bands » sont venus du 5 au 8 mai 2015 animer les rues de Strasbourg au rythme de la musique celtique dans le cadre du festival Euroceltes. En Italie, le Montelago Celtic Festival a connu une croissance rapide et se tient en début août. Proche d’Ancône, le festival attire annuellement près de 20 000 personnes à travers l’Italie et l’Europe dans une ambiance conviviale et joyeuse, promouvant les rencontres et l’identité celtique commune.

De fait, l’Union européenne se saisit de plus en plus de l’enjeu. La ministre irlandaise des arts et du patrimoine Heather Humphreys évoque concernant le nouveau label européen, « le nouveau label du Festival EFFE est un label de qualité offrant une reconnaissance pour le travail des festivals et fournir un meilleur renseignement auprès du public. La labellisation du festival encourage plus de gens à connaître et participer au festival. »

L’Union européenne a également adopté fin 2013 le programme Europe Créative, visant à renforcer les secteurs européens de la culture et de la création pour la période 2014-2020. Doté d’un budget de 1,46 milliards d’euros, les arts du spectacle bénéficieront d’un soutien important de la part des institutions européennes. Si les festivals celtiques s’exportent et attirent de plus en plus, l’Union européenne n’a pas tardé à en mesurer les enjeux. Elle devient acteur et accompagne la diffusion d’une culture particulière et spécifique sur notre continent : la culture celte.

Voir en ligne : Photo : CC

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom