Lettre à l’UE : Vytenis Andriukaitis, Commissaire Européen à la santé et à la sécurité alimentaire

, par Hannah Illing, Traduit par Marie Pouliquen

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Lettre à l'UE : Vytenis Andriukaitis, Commissaire Européen à la santé et à la sécurité alimentaire
Vytenis Andriukaitis, Commissaire Européen à la santé et à la sécurité alimentaire CC - Chambre des Députés

Les représentants des Etats membres de l’UE, réunis à Bruxelles cette semaine, doivent se prononcer sur le renouvellement de l’homologation du glyphosate, véritable poison pour l’environnement. Nous appelons le Commissaire Lituanien à la santé et à la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, à faire obstacle à sa ré-autorisation.

Cher Monsieur Vytenis Andriukaitis

Vous avez convoqué à Bruxelles ce mercredi 25 octobre le comité permanent de la Commission européenne sur les végétaux, les animaux, les denrées alimentaires et les aliments pour animaux à Bruxelles. Le but est de se prononcer sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate en concertation avec les représentants des 28 États membres. Vous êtes favorable à une prolongation de 10 ans. Le glyphosate, commercialisé par l’entreprise américaine Monsanto, est principalement utilisé par les agriculteurs sur de grandes surfaces. Au sein de la population européenne, des voix critiques s’élèvent contre le glyphosate, reconnu comme cancérigène par une série d’études scientifiques [1] et par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Il ne sera pas aisé de réunir une majorité qualifiée pour ou contre une prolongation [2], dans la mesure où le vote des différents États Membres doit représenter 65% de la population européenne. La France, Malte et l’Autriche [3] refuseront sans aucun doute toute nouvelle homologation. La position de l’Allemagne, en revanche, reste floue en raison de l’opposition entre le ministre de l’agriculture Christian Schmidt (CSU), qui souhaite renouveler l’autorisation, et la ministre de l’environnement, Barbara Hendricks (SPD). Il se pourrait ainsi que la décision finale repose entre vos mains. Monsieur Andriukaitis, vous avez déjà prolongé l’autorisation du glyphosate l’année dernière. [4] Agissez cette fois-ci de manière plus raisonnable et refusez une nouvelle homologation pour montrer aux citoyens européens que leurs protestations ont été prises en considération.

Le glyphosate est hautement controversé au sein de la population de l’Union européenne. Différentes pétitions contre celui-ci ont ainsi vu le jour, parmi lesquelles l’initiative citoyenne européenne « Stop Glyphosat » [5] qui a été signée jusqu’à début juillet 2017 par 1,3 million de personnes. La pétition ayant ainsi été un succès, une audition de la Commission européenne s’est tenue devant le Parlement européen. [6] Les scientifiques y ont critiqué en particulier les agences européennes de la sécurité alimentaire et des produits chimiques (respectivement EFSA et ECHA), qui classifient le glyphosate comme « non cancérigène ». Les représentants de la firme Monsanto ont par ailleurs annulé leur participation à l’audition.

Il existe en effet une série d’études indépendantes qui prouvent que l’utilisation du glyphosate est tout sauf sans risque. Un documentaire [7] de la chaîne ARTE filmant un procès symbolique du glyphosate au Tribunal International de La Haye met en lumière les conséquences sanitaires particulièrement alarmantes du glyphosate pour l’Homme. D’après le ministère de l’environnement, [8] le glyphosate est également responsable du recul de la population d’insectes et d’oiseaux en Allemagne. C’est d’autant plus frappant que Monsanto aurait manipulé des études sur le glyphosate et caché une étude compromettante. [9] L’EFSA est également sous le feu des critiques à cause des méthodes peu scientifiques de ses études sur le glyphosate. [10]

Monsieur Andriukaitis, vous savez également que les citoyens de l’Union européenne reprochent à la Commission d’être trop peu démocratique. Montrez-leur que celle-ci peut aussi agir autrement. Montrez-leur que vous prenez au sérieux les inquiétudes justifiées des citoyens et que l’audition sur le glyphosate devant le Parlement n’était pas un simulacre dans le seul but de vous montrer empathique. Prenez au moins les inquiétudes des citoyens européens autant au sérieux que les lobbies agricoles, au nom d’une Europe démocratique, de la santé de ses citoyens et de la biodiversité dans l’Union européenne.

Avec l’expression de ma considération distinguée,

22 octobre, Hannah Illing

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom