Accueil > Opinions > « Ne laissez pas vos aînés vous piquer l’Europe »

« Ne laissez pas vos aînés vous piquer l’Europe »

, par Garance Dubarry

Sylvie Goulard, eurodéputée membre de l’ADLE et ancienne présidente du Mouvement Européen - France, fait le point avec nous sur le Brexit et livre ses solutions pour refonder l’Europe.

Sylvie Goulard est députée européenne depuis 2009. Fédéraliste convaincue et convaincante, elle a co-fondé en 2010 le groupe Spinelli qui réunit les parlementaires et personnalités fédéralistes. - © Photo Union Européenne

Auteurs

  • Etudiante en deuxième année à Sciences Po, membre des JE Marseille et des JE Sciences Po.

Deux mois après le vote historique en faveur du Brexit, où en sommes-nous, et où allons-nous ?

Les promesses du camp du « leave » ont fait long feu. Dès l’annonce des résultats, Nigel Farage, leader du parti eurosceptique UKIP, a par exemple déclaré que le rapatriement de la contribution britannique vers le budget de la santé était « une erreur de campagne », avant de se retirer du premier plan de la scène politique. Boris Johnson a renoncé à briguer le 10 Downing Street et c’est Theresa May, partisane discrète du maintien du Royaume-Uni dans l’UE lors de la campagne, qui a remplacé, par forfait, David Cameron. En nommant Boris Johnson aux Affaires étrangères, elle a fait le pari de le neutraliser : à ce poste il devra modérer ses propos et sera moins incontrôlable que s’il était resté à l’extérieur. Pour l’unité du parti conservateur il lui était nécessaire d’offrir un certain nombre de postes importants à ceux qui ont fait campagne pour le « leave ».

Ces rebondissements politiques mis à part, il ne s’est pas passé grand-chose. La procédure de l’article 50 n’a pas été enclenchée, ce qui pose un certain nombre de problèmes. D’un côté, il est normal que le nouveau gouvernement définisse sa position, en tranchant notamment entre deux tendances parmi les partisans du Brexit : l’attrait du « grand large » i.e. le pari sur les liens avec le vaste monde, ou le maintien d’une relation étroite avec l’UE, en conservant autant que possible les avantages du marché intérieur. Theresa May prétend ne pas notifier l’intention de son pays de sortir avant la fin de l’année. En face, à ce stade, les 27 autres États membres et les institutions ont pris des positions raisonnables, de défense de la cohérence du marché. Mais cette fermeté va-t-elle durer ? Et l’excès de juridisme pourrait vite devenir intenable. Il ne s’agit pas d’être dur, mais de respecter le choix souverain des Britanniques et de lever les incertitudes préjudiciables à tous les Européens.

Que révèlent ces événements de l’état actuel de l’Union ?

On aurait tort d’imputer la responsabilité aux seuls Britanniques. Les Européens auraient pu opposer à David Cameron un projet construit plutôt que de lui faire des concessions dans un accord bancal. On aurait pu tirer avantage de la demande du Royaume-Uni pour avancer, comme l’avait demandé d’abord David Cameron, notamment sur des sujets comme la compétitivité mais aussi la démocratie ou l’avancement du marché. Le référendum britannique a été une magistrale occasion manquée d’entendre les critiques fondées, de rejeter les autres, bref de remettre l’UE sur les rails.

Nos dirigeants nationaux se sont détournés de l’idéal des fondateurs. Ils utilisent l’Europe comme un bouc émissaire en se plaignant de dysfonctionnements dont ils sont souvent les premiers responsables. L’Europe se meurt, faute de soin, alors qu’elle est un atout dans la mondialisation. L’attitude des jeunes, comme au Royaume-Uni, est cependant porteuse d’espoir. Il ne faudrait pas qu’ils laissent leurs aînés défaire cette Europe dont ils ont tant besoin.

Après le Brexit, les déclarations de bonne volonté pour relancer l’Europe ont fusé. Pour l’instant, que pensez-vous de la réponse des 27 au « non » britannique ?

Y-a-t-il eu une réponse ? Pour l’instant aucune conséquence n’a été sérieusement tirée et ils attendent, passifs que le Royaume-Uni entame la procédure de sortie au moment qu’il choisit et après sans doute des tractations opaques. Aujourd’hui le risque est que la désunion des Européens ne permette finalement au Royaume-Uni d’obtenir un accord qui nuise encore plus à la cohérence de l’UE. Il est légitime que les 27 États membres défendent leurs intérêts communs, essentiels qu’ils aillent de l’avant.

Quelles sont vos propositions pour refonder l’Europe ?

Retrouver l’esprit qui animait les fondateurs : non pas coaliser des États mais unir des hommes. Cela passe par l’intensification des échanges humains, une autre approche de la citoyenneté mais aussi un virage dans les politiques : par exemple, la lutte contre les inégalités est primordiale pour renouer les liens effilochés de nos sociétés, en combinant mesures nationales et valeur ajoutée européenne. Vis-à-vis de l’extérieur, faire front commun permettrait d’affronter plus sereinement les grands défis que sont le réchauffement climatique, la lutte contre le terrorisme ou la régulation de l’économie globalisée, défis qui ignorent les frontières nationales.

Comment instiller un « zeste » d’intérêt général européen au sein de la classe politique ?

Ce n’est même pas une question d’intérêt général européen, c’est une question d’intérêt européen et national, de lucidité, de compréhension des enjeux du monde, en 2016. Les polémiques scandaleuses qui ont suivi l’attentat du 14 juillet montrent bien que le sens de l’intérêt supérieur de la nation, face à des terroristes qui ne cherchent qu’à diviser les Français, est lui aussi bien absent. La question du renouvellement d’une classe politique dépassée se pose.

L’avenir de l’Europe est-il celui d’une construction à plusieurs vitesses et niveaux d’intégration ?

Oui, c’est la seule solution. Le Brexit montre toutefois les limites des concessions au profit d’un seul ou d’une Union qui se ferait trop à la carte. Au lieu de conforter la position de chacun dans l’Union, les différences peuvent aussi nourrir des frustrations, donner un sentiment de discrimination que les antieuropéens exploitent sans vergogne. Ainsi la dérogation sur l’euro a été présentée au Royaume-Uni comme une discrimination ! L’équilibre est délicat à trouver.

Que répondre aux accusations de « mauvais patriote » lorsque l’on défend une Europe plus fédérale ?

Mieux vaut une souveraineté réelle, en prise avec le monde où l’on vit, partagée avec d’autres Européens qu’une souveraineté nationale proclamée mais largement factice. Le chantage au patriotisme est une vieille ficelle : dans le livre Goodbye Europe, j’ai repris une citation cynique de Göring : « Il est toujours très simple d’entraîner le peuple, qu’il s’agisse d’une démocratie, ou d’une dictature fasciste, d’un régime parlementaire ou d’une dictature communiste. […] Le peuple peut toujours être amené à exécuter les ordres des chefs. C’est facile. Il suffit de lui dire qu’on l’attaque et de dénoncer les pacifistes en déclarant qu’ils manquent de patriotisme et qu’ils mettent leur pays en danger. L’effet est le même dans tous les pays [1]. »

Du reste, Schuman disait bien que « Nos États européens sont une réalité historique ; il serait psychologiquement impossible de les faire disparaître. Leur diversité est même très heureuse et nous ne voulons ni les niveler ni les égaliser » ; et ajoutait « le supranational reposera sur des assises nationales » [2].

Pourquoi avoir appelé votre livre « Goodbye Europe » ?

Pour faire réfléchir sur un point : est-ce le Royaume-Uni qui quitte l’UE ou d’autres, les pays fondateurs, les autres Etats membres, les peuples et notamment les Français l’ont-ils eux aussi abandonnée, tout en prétendant le contraire ? Les Britanniques nous ont tendu un miroir : s’ils se détournent c’est aussi à cause d’insuffisances avérées de l’UE et de l’incapacité des dirigeants du continent, notamment de la zone euro à assumer un projet construit et stratégique.

Merci beaucoup pour cet entretien et pour votre action remarquable en faveur de la construction européenne. Quel message voudriez-vous transmettre à la jeunesse qui s’engage pour « une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens » ? Sommes-nous de doux rêveurs ?

Avant la Seconde Guerre mondiale, des soi-disant réalistes ont défendu une approche nationale, l’humiliation de l’Allemagne. On sait comment cela s’est terminé. Les rêveurs sont ceux qui croient qu’ils pourraient chauffer des sentiments nationaux sans que ne reviennent les périls nationalistes.

À ceux qui se demandent si la construction européenne a un sens, répondez-leur simplement, comme dans une publicité célèbre : what else ? Quiconque regarde le monde depuis Shanghai, Ryad ou la Californie mesure tout ce que l’Europe a à défendre comme valeurs et comme mode de vie et à quel point elle pourrait se faire distancer dans la course industrielle, technologique ou la défense des libertés. Ne laissez pas vos aînés vous piquer l’Europe ; c’est vous qui vivrez dans le monde du XXIe siècle, pas les hommes nostalgiques du XXe.

Propos recueillis par Garance Dubarry

« Goodbye Europe », dernier ouvrage paru de Sylvie Goulard

Goodbye Europe, tel est le titre de l’essai salutaire de Sylvie Goulard, publié quelques semaines avant le référendum du 23 juin. Goodbye Europe !, telle aurait aussi pu être l’exclamation narquoise d’un tabloïd britannique juste après ce référendum, à la manière du « See EU later ! » publié en une par The Sun, le lendemain de la victoire du « out ». Pour l’eurodéputée, toute la question est désormais de savoir si nous allons, oui ou non, « confier aux seuls Britanniques le soin de décider, par défaut, du destin de l’Union ».

L’issue du référendum britannique ne résout pas la question de l’avenir de l’Union européenne et de la zone euro. Certes, Sylvie Goulard prend le temps de revenir sur le « nouvel arrangement pour le Royaume-Uni » élaboré par les dirigeants européens, qu’elle dénonce au nom du droit et de la démocratie. Mais au-delà de la terrible faiblesse face au chantage britannique, le plus important est à venir : « les autres Européens doivent apporter leur réponse souverainement ». Ni régression ni statu quo, la solution consiste à aller de l’avant, à faire l’Europe, et à « la faire bien ». Sylvie Goulard choisit de défendre l’Europe sur le terrain de la nécessité, pour des Etats qui connaissent un recul relatif, de faire cause commune dans un monde d’interdépendance, d’inclusion et de mobilité croissantes. Le nationalisme virulent qui revient au sein de chacun d’eux est très loin d’être un signe de puissance. Goodbye Europe aurait d’ailleurs pu être le slogan de tout parti eurosceptique qui se respecte, réduisant une décision complexe, qui engage l’existence collective d’une communauté européenne de fait et de droit, construite au rythme du temps long, à un acte de « souveraineté » nationale.

Face à ces défis, « refaire l’Europe » : oui, mais comment ? Pour l’eurodéputée, la clé est d’abord dans les mains des Etats et d’une classe politique nationale, qui devraient être capables de placer le projet européen au-delà des ambitions personnelles de court terme. Il est trop facile d’accuser l’Europe de tous les maux, et surtout de « ce qu’en l’état de droit elle ne peut pas faire », de « ce que les gouvernements nationaux n’ont jamais voulu qu’elle fasse ». Une nouvelle approche de l’élection présidentielle, des médias plus actifs, une limitation de l’ampleur prise par le Conseil européen au détriment des autres institutions sont autant de solutions pratiques nécessaires à l’instillation d’un « zeste » d’intérêt général européen. Car « soit l’Europe se constitue vraiment, en se réformant en profondeur, soit les Européens sortiront de l’histoire », conclut Sylvie Goulard dans ce livre courageux, qui ne cherche pas à nous convaincre par d’autres voix que celle de la raison.

Goodbye Europe, par Sylvie Goulard. Flammarion, 2016, 136p., 12€

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Notes

[1Gustave Gilbert, Le Journal de Nuremberg, Flammarion, 1948, p. 281-282.

[2Robert Schuman, Pour l’Europe, Éditions Nagel, 1963 (réédition 2010), p. 20.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom