Accueil > Opinions > « Notre régime d’asile est soumis à une très grande pression »

« Notre régime d’asile est soumis à une très grande pression »

Interview d’Elisabeth Svantesson au Parliamentary European Forum

, par Michael Vogtmann, traduit par Thomas Arnaldi

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [English] [français]

La députée suédoise Elisabeth Svantesson (Parti du rassemblement modéré, centre-droit) a accordé une interview à la rédaction de Treffpunkt Europa, l’édition germanophone du Taurillon, à propos du changement de cap de la politique suédoise sur les réfugiés ainsi que sur la résolution européenne de la crise des réfugiés.

Karin Elisabeth Svantessoin est députée du parlement suédois (Riksdag) depuis 2006. – © Ingrid Wall / Link/ CC BY-SA 3.0-Lizenz

Auteurs

  • erwarb seinen Abschluss als Diplommeteorologe und Klimatologe an der Freien Universität Berlin. Schwerpunkte : Klimatologie, Exoklima und Planetologie (Titan, Venus, Mars). Interessiert sich privat unter anderem für Geschichte, Politik, Wirtschaft und Finanzmärkte.

Le Taurillon : Que se passe-t-il à l’heure actuelle dans la société et la politique suédoises à l’égard des réfugiés ? Pouvez-vous nous partager un aperçu et une impression ?

Elisabeth Svantesson : Notre régime d’asile est soumis à une très grande pression. Pour le moment, nous nous concentrons sur des solutions temporaires mais nous avons besoin de bien plus que cela. Nous devons renforcer notre système d’asile à travers des titres de séjours à durée limitée dans le temps et d’autres mesures concrètes. Le parti du rassemblement modéré considère ces mesures comme essentielles. Mais prendre de telles décisions a été très difficile pour le gouvernement suédois. Juste pour vous donner un rapide aperçu, une ministre du parti des Verts qui participe actuellement à la coalition gouvernementale a fondu en larmes durant la proclamation officielle des mesures.

Le Taurillon : Est-ce que la Suède participe activement au plan actuel de répartition des réfugiés de l’Union européenne ? Et si oui, sous quelle forme ?

Elisabeth Svantesson : Effectivement, nous sommes très impliqués et sommes avec l’Italie et la Grèce parmi les pays dont l’aide a été garantie à travers l’Union européenne. Il a notamment été promis qu’une partie des 160 000 réfugiés sera redistribuée dans les autres pays européens.

Le Taurillon : Au cours de notre discussion, vous avez estimé qu’un nombre inestimable de réfugiés arrivent en Suède et vous avez cité le Portugal en exemple, le Portugal qui n’aurait pas accueilli beaucoup de réfugiés. Il y a quelques mois, j’étais invité à un débat et une parlementaire européenne du Portugal était présente. Elle m’a notamment raconté que le Portugal avait libéré 4 000 places pour des réfugiés mais qu’aucun n’était encore arrivé.

Elisabeth Svantesson : C’est effectivement une information très intéressante pour moi. C’est absolument nouveau pour moi.

Le Taurillon : Votre parti appartient à la famille politique du PPE (Parti populaire européen), tout comme la CDU d’Angela Merkel. Quelle est votre opinion concernant sa politique en matière de réfugiés ?

Elisabeth Svantesson : Pour la Suède, il est évident d’avoir une bonne coopération avec Angela Merkel et l’Allemagne, et ce dans une multitude de domaines politiques, dont la politique migratoire. Nos pays ont beaucoup en commun et il est de nos jours indéniable que l’Union européenne a besoin de l’Allemagne afin de trouver un accord.

Le Taurillon : Pensez-vous que nous allons vivre un changement de politique en Allemagne, tout comme nous avons pu le voir en Suède ?

Elisabeth Svantesson : Je pense que nous voyons déjà un changement de la politique allemande à l’égard de cette thématique, tout comme en Suède. Il a été beaucoup trop difficile pour nos pays de contenir une immigration de cette ampleur.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Karin Elisabeth Svantessoin est députée du parlement suédois (Riksdag) depuis 2006 et a été Ministre du travail de 2013 à 2014. Elle appartient au Parti du rassemblement modéré (Nya Moderaterna), lequel appartient à la famille politique du Parti populaire européen (PPE). Depuis 2014, le gouvernement suédois est composé d’une coalition minoritaire composée de la gauche et des verts. L’interview a été réalisée en anglais.

Les questions de la version allemande du Taurillon ont été posées par Michael Vogtmann au cours du forum parlementaire sur l’Europe organisé par la JEF-Allemagne le 16 mars 2016 à Berlin.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom