Accueil > Actualités > Polémique à la Cour de La Haye : Florence Hartmann libérée

Polémique à la Cour de La Haye : Florence Hartmann libérée

, par Béatrice Chahine

Florence Hartmann, ancienne journaliste pour Le Monde, a été libérée mardi 29 mars après avoir été détenue au Tribunal pénal à La Haye par la police de l’ONU pendant cinq jours. Son arrestation, cinq jours plutôt, avait été suivie par la prononciation du verdict concernant le Serbe Radovan Karadzic, premier président la République serbe de Bosnie en 1992, surnommé le « boucher des Balkans », pour les actes durant la guerre de Bosnie et pour sa complicité dans le massacre de Srebrenica.

Florence Hartmann, ancienne correspondante à Belgrade pour Le Monde pendant la guerre de Yougoslavie, et ancienne porte-parole du TPIY, a été libérée par la Cour de La Haye après plusieurs jours de détention dans la prison du Tribunal international. - Amadalvarez (CC/Wiki).

Auteurs

  • Franco-américaine de New York, diplômée d’une licence d’histoire et d’un master d’études européennes et internationales.

L’événement s’est produit samedi alors que la journaliste était présente à l’extérieur de l’institution avec multiples organisations représentant les victimes des guerres civiles en ex-Yougoslavie en 1990-1998.

En 2009, elle avait été appelée à payer une amende de 7 000 euros, amende devenue un séjour de sept jours en prison quand la dite amende n’avait pas été payée. Cette décision, jamais exécutée, faisait suite à une révélation dans son livre Paix et Châtiments (2007), celle de deux documents confidentiels du Tribunal pénal international qui avait garder abusivement secret des dossiers transmis par Belgrade au TPIY [1], concernant le massacre de 8 000 musulmans à Srebrenica en 1995.

Petit rappel, en 1990, Florence Hartmann devient l’envoyé spécial pour Le Monde à Belgrade. Pendant cette période, elle fut l’une des premiers journalistes à dévoiler en détails l’ampleur du « nettoyage ethnique » en ex-Yougoslavie entre 1991 et 1995. Elle fut aussi un gros travail de reportages sur les activités dites criminelles et top-secrètes du régime serbe sous la présidence de Sloban Mlosevic.

Toujours concentrée sur son combat pour que justice soit rendue aux nombreuses victimes des massacres et de la guerre civile, Hartmann entreprit de s’élever au rang de porte-parole de Carla del Ponte, procureur du TPIY entre 2003 et 2006. C’est donc au moment où elle quitte ce poste qu’elle écrit puis publie Paix et Châtiment. De nombreuses organisations défendant les droits de l’Homme, des associations qui soutiennent les victimes des massacres bosniaques et certaines personnalités l’avaient alors défendu pendant son procès par la Cour Internationale de Justice.

De la même manière, quelques associations représentant les victimes étaient présentes avec elle lors de son arrestation par la police le week-end dernier.

Même avec sa libération mardi 29 mars, les évènements du week-end de Pâques ont déclenché une averse d’émotions : colère, choc, peur et questions. Pourquoi cette arrestation ? Peut-être par précaution mais la communauté française, la sphère des ONG de droits de l’Homme et les associations de journalistes, la communauté européenne et la communauté internationale ont été choquées, traitant cette arrestation temporaire de « ridicule » et d’ « absurde ».

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Notes

[1Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom