Accueil > Économie & Société > Pour réussir, l’Europe doit réaliser sa convergence économique

Pour réussir, l’Europe doit réaliser sa convergence économique

, par Michel Gelly, Robin Huguenot-Noël

Avec une monnaie commune en circulation dans 19 pays, l’Union européenne tient en équilibre une union monétaire aussi incomparable que fragile. L’arrivée de Syriza aux affaires en Grèce a d’ailleurs démontré que, si l’euro était imparfait, il relevait des intérêts fondamentaux des États qui l’utilisent. Deux faiblesses sont généralement évoquées pour rappeler la vulnérabilité de l’édifice monétaire européen : la gouvernance de la zone euro, peu lisible et peu démocratique, et les divergences des économies qui la composent. Pourtant, l’objectif de convergence économique est perçu, depuis le lancement même du projet d’union monétaire, comme une solution censée s’imposer d’elle-même. Qu’en est-il ?

Donald Tusk, président du Conseil européen depuis quelques mois, parviendra-t-il à rapprocher les membres de la zone euro pour oeuvre à l’intégration politique de l’Eurozone ? - European Council

Auteurs

Mots-clés

Depuis 2010, l’impact des plans d’ajustement a contribué à creuser les écarts économiques et sociaux au sein de l’Union. L’austérité a retardé l’impérieuse nécessité de rapprocher les économies du continent. Les politiques actuelles, en plus d’accroître l’hétérogénéité du continent, vont à l’encontre même de la finalité originelle de l’intégration européenne. Pour se relever et sortir de l’absurde, l’Europe doit accepter une politique différenciée selon les États et tâcher de réparer ses erreurs en se mutant peu à peu en une Europe solidaire et protectrice.

Une dynamique de convergence jusqu’au début des années 2000

Dès le Traité de Rome, les divergences économiques au sein des Communautés européennes ont été perçues, si ce n’est comme un obstacle à l’intégration européenne, au moins comme un défi intrinsèque. Ainsi l’intégration économique avait été conçue pour permettre un processus de rattrapage des économies par essence plus fragiles des nouveaux entrants, en contrepartie des avantages tirés par les pays mieux armés à voir leur marché s’ouvrir à davantage de consommateurs.

Si ce rattrapage n’a bien évidemment pas connu ni le même rythme, ni le même résultat, les adhésions de pays d’Europe du Sud ont abouti à une dynamique de convergence réelle en termes de prix, de richesse et d’emplois au début des années 2000.

Pourtant, si les mécanismes de convergence se sont avérés efficaces dans un premier temps, l’Europe n’a pas su se doter d’outils pour relever le défi d’une économie pleinement intégrée. Ainsi, l’accroissement de la concentration industrielle a accentué les disparités entre un centre où se concentrent des activités à forts rendements et une périphérie se spécialisant dans des activités intensives en main d’œuvre.

Dès 2003, les Études Economiques de l’OCDE tiraient la sonnette d’alarme, notamment sur le Portugal : les pays d’Europe du Sud commencent à décrocher avec leurs partenaires d’Europe du Nord et soutiennent massivement leur croissance par la dépense publique. Les taux d’inflation divergent également. En l’absence de politiques macro-économiques massives de l’Union européenne ou de la zone euro, une politique de réduction budgétaire serait nocive pour l’économie et placerait ces pays dans une situation intenable.

Depuis la crise, l’Europe des divergences

La suite des événements est connue tant l’Europe s’est enfermée dans une sorte de psychanalyse morale depuis 2008. Si l’Union a plutôt réussi son intégration bancaire, la gouvernance économique de la zone euro n’a fait que de petits pas. Les règles du Pacte de stabilité et de croissance, renforcées à la hussarde par des gouvernements en dehors des traités européens, ont aggravé le sentiment de défiance face à une construction européenne se résumant à des règles d’or sans horizons meilleurs pour ses citoyens en proie et aux doutes, et à la précarité.

Une note de France Stratégie, publiée ce mois-ci, est venue mettre des chiffres sur les mots. Le constat est implacable. Depuis 2010, les divergences économiques se sont creusées au sein de la zone euro et ont ainsi contribué à une véritable relégation de certains territoires. La voie est étroite pour que la sortie de crise se fasse sans renoncer aux objectifs de convergence économique et sociale auxquels aspirent avec légitimité les citoyens de l’Union européenne.

Les politiques peu coopératives se sont accrues entre Etats membres même chez ceux qui ont mieux résisté à la crise. Ainsi, quatorze pays ont depuis 2006 décidé de réduire les prélèvements sur le capital et le travail dans l’espoir de renforcer leur compétitivité externe. Cette course à l’abime a mené à un nivellement par le bas des systèmes sociaux nationaux sans réflexion collective sur un modèle de développement humain. Qu’elle le veuille ou non, l’Europe n’échappera pas aux défis auxquels elle n’a pas répondu tels que le vieillissement de sa population, le chômage, le financement des systèmes de protection sociale et la flexibilité de son marché du travail.

Le projet européen est à la croisée des chemins

La convergence nominale des économies ne peut être une fin en soi pour l’Union européenne. Des chiffres, griffonnés parait-il sur un coin de table avant Maastricht, ne peuvent se substituer aux objectifs de convergence réelle des économies. Ils sont perçus avec défiance par les Européens et placent nos dirigeants dans des voies sans issue. La Commission européenne ne peut pas se permettre de ne pas appliquer les règles que les Etats lui ont demandé de faire respecter sans s’affaiblir et par la même affaiblir le projet européen.

Le projet européen se situe dès lors à la croisée des chemins. Quoi qu’en disent les sceptiques, la situation actuelle renforce la thèse selon laquelle l’Union économique ne saurait subsister sans l’arrimer à un projet politique commun. Les aïeuls du traité de Maastricht l’avaient compris – quand bien même leur capacité devait se limiter au lancement de ce projet.

Si l’on peut douter du pouvoir de nos dirigeants actuels à les mettre en place, rappelons tout du moins que sans la création d’un mécanisme de stabilisation économique et sociale, la zone euro risque de voguer de crise en crise jusqu’à tarir le soutien à l’intégration européenne dans un monde où l’Europe reste essentielle pour les intérêts des États la composant.

Des règles contraignantes ne peuvent à terme fonctionner que si elles sont corrélées de puissants mécanismes de soutien et de redistribution. La note de stratégie évoque par exemple un mécanisme d’assurance chômage européen, un rééquilibrage des modèles de croissance et bien sûr des instruments de soutien à l’investissement. En l’occurrence, le plan Juncker est un petit pas dans la bonne direction bien qu’il soit insuffisant et incertain.

L’acceptabilité de ces projets par les citoyens européens ne doit pas cette fois encore être mise de côté. La politique économique est au cœur des choix de société. Pour renforcer l’esprit d’appartenance européen, il ne faudra pas fragmenter le processus décisionnel. Il faudra le rendre identifiable et assez puissant pour résister aux critiques qui émergeront. Cela ne peut se faire sans démocratie et sans pédagogie. La balle est dans le camp de nos dirigeants.

Voir en ligne : Photo : CC

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Vos commentaires

  • Le 24 mars 2015 à 04:19, par Xavier C. En réponse à : Pour réussir, l’Europe doit réaliser sa convergence économique

    En fait c’est beaucoup plus trivial. L’Europe a grosso modo remplit sa mission d’offrir un cadre relativement stable, notamment avec l’euro. Mais elle ne pouvait pas tout faire. C’était aussi aux États d’adopter les mêmes politiques qui ont fait le succès de leurs voisins...

    L’ont-ils fait ? Certains oui, Estonie, Irlande... d’autres non.

    Les fédéralistes européens ont-ils leur part de responsabilité ? Elle est minime : ils ont tenu un discours simpliste selon lequel avec l’UE ce serait magique, ça irait mieux, elle fera le nécessaire.

    Et encore une fois certains fédéralistes font la même grossière erreur en promettant que l’Europe saura résoudre le problème... qu’il faut juste y mettre un peu les moyens (là où les USA se plantent aussi... heureusement qu’il y avait les gaz de schistes !).

    Mais non, répétons-le, l’Europe, c’est un cadre, c’est une aide, mais ce n’est pas suffisant. De même qu’il n’y a pas besoin de l’Europe pour améliorer son sort, il faut le reconnaître.

    Le fédéralisme européen est sorte de populisme : dire aux gens ce qu’ils veulent entendre : « mais oui petit, t’inquiète pas, plus d’Europe, c’est moins de problèmes ! ».

    Soyons rigoureux.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom