Accueil > Associations > Les prises de position des Jeunes Européens-France > Pour une gouvernance démocratique de l’Eurozone

Pour une gouvernance démocratique de l’Eurozone

Alexis Tsipras rencontre l’eurogroupe

, par Les Jeunes Européens - France

Aujourd’hui, Alexis Tsipras, leader du parti Syriza et nouveau premier ministre grec, rencontre les membres de l’eurogroupe. La « famille euro » se déchire à propos de la situation de la Grèce et des revendications de son nouveau gouvernement. Nous, Jeunes Européens, appelons à une refondation de la gouvernance de la zone euro.

Alexis Tsipras s’est attelé à un tour des capitales européennes ses derniers jours pour trouver des soutiens et préparer les négociations qui commencent aujourd’hui entre les membres de la zone euro. - Palazzo Chigi

Mots-clés

L’intergouvernementalisme, qui a maintes fois démontré son inefficacité pendant la crise, démontre une nouvelle fois son échec. Alexis Tsipras a tenté de renégocier les modalités de la dette de la Grèce, lors de ses visites dans les capitales européennes. Il a essayé de jouer du manque de gouvernance économique à l’échelle européenne qui dresse les Etats les uns contre les autres, les « bons élèves » contre les « mauvais élèves ». Chaque Etat s’est attelé à préserver ses intérêts. Avec une gouvernance de l’Eurozone au fonctionnement démocratique qui donne la parole aux citoyens de la monnaie unique, nous aurions, dès le début, dès 2008, pris des décisions collégiales dans l’intérêt de l’ensemble des citoyens européens.

C’est pourquoi, les Jeunes Européens - France proposent :

1 - Qu’une Formation euro au sein du Parlement européen gère les affaires économiques de la zone euro, disposant de larges compétences et regroupant les députés européens des 19 Etats membres de la zone euro et les observateurs.

2 - Que soient créés des euro-bonds afin d’assurer une mutualisation de la dette des Etats de la zone euro et des project-bonds afin d’assurer un financement commun d’investissements d’avenir. La dette des Etats membres, ou au moins une partie, doit pouvoir être mutualisée à l’échelle européenne, afin de bénéficier de taux d’emprunts attractifs pour des projets innovants. La responsabilité de l’émission de ces euro-bonds et la gestion de cette source de revenus seraient confiées à la Commission européenne responsable devant le Parlement européen.

3 - Que les statuts de la Banque centrale européenne soient modifiés, pour lui permettre de devenir une véritable réserve fédérale. A ce titre, elle doit avoir dans ses objectifs et ses critères de mesure la croissance et l’emploi, et non pas uniquement de lutte contre l’inflation, et avoir un rôle prééminent dans la supervision du système bancaire.

Ces prérequis sont nécessaires à l’instauration d’une solidarité de fait entre les citoyens européens, qui seule permettra de sortir ensemble de la stagnation économique actuelle.

Voir en ligne : Photo : CC

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Retrouvez les 22 propositions des Jeunes Européens - France pour l’Europe de demain en ligne.

Vos commentaires

  • Le 11 février 2015 à 15:20, par Alain En réponse à : Pour une gouvernance démocratique de l’Eurozone

    Beau mais d’une naïveté abyssale. L’euro ne résisterait pas un mois à une telle gouvernance, l’Allemagne en sortirait presqu’immédiatement. Il faut se rendre compte que la monnaie n’est pas un objet politique comme les autres et que l’entrée dans une telle construction est de facto la soumission au plus fort à partir du moment où les deux autres formes d’ajustement (transferts financiers vers les composants les plus faibles et migration des populations des zones faibles vers les zones fortes) sont fermées.

    Comme la fédéralisation nécessaire est devenue impossible car rejetée massivement par les peuples, la seule planche de salut de l’euro serait le statut de monnaie commune et non unique ; chaque pays récupérerait sa monnaie qui ne serait qu’une subdivision de l’euro non échangeable contre autre chose que l’euro et dont la valeur serait revue périodiquement en fonction d’une série de paramètres économiques.

    Autrement la fin de l’euro n’est plus une question « va-t-elle arriver, » mais bien « quand » et de savoir si ce sont les faibles ou les forts qui sortiront et lui donneront le coup de grâce.

  • Le 11 février 2015 à 15:51, par Alexandre Marin En réponse à : Pour une gouvernance démocratique de l’Eurozone

    « L’euro ne résisterait pas un mois à une telle gouvernance, l’Allemagne en sortirait presqu’immédiatement. »

    Les exportations allemandes dépendent de l’euro, c’est notamment pour ça que les opérateurs économiques allemands ont tout fait pour faire rentrer la Grèce dans la zone euro, fermant les yeux sur la falsification des comptes.

    Simplement, l’Allemagne, comme la France et bien d’autres états européens veulent le beurre et l’argent du beurre. Cela débouche sur des rapports de force au cours de sommets hypocrites, biens à l’abri du regard des peuples. C’est cette Europe que les peuples rejettent, car comme vous le dîtes très justement, « l’entrée dans une telle construction est de facto la soumission au plus fort ».

    C’est pourquoi, il est nécessaire de démocratiser le gouvernement de la zone euro en mettant son destin entre les mains d’institutions européennes non intergouvernementales sous contrôle du Parlement européen, démocratiquement élu. Il y aurait ainsi de véritables projets politiques et économiques en faveur de l’intérêt général européen qui seraient soumis à l’approbation et au contrôle des citoyens européens à travers leurs représentants au Parlement européen, et non d’obscures tractations visant à protéger les intérêts courts-termistes des dirigeants des Etats européens « les plus forts ».

    Ce serait une perte de pouvoir pour les dirigeants européens, mais un gain de pouvoir pour les peuples. La souveraineté économique, perdue par les Etats-nations du fait de la mondialisation, serait reconquise au niveau européen.

  • Le 11 février 2015 à 16:25, par Valéry En réponse à : Pour une gouvernance démocratique de l’Eurozone

    « la fédéralisation nécessaire est devenue impossible car rejetée massivement par les peuples » une belle arnaque intellectuelle que cette affirmation gratuite qui ne repose que sur un fantasme de nationaliste qui prend ses désirs pour des réalités.

    En réalité toutes les enquêtes sérieuses démointrent que l’opinion européenne accueillerait favorablement une Europe plus démocratique et plus efficace, en d’autres termes une Europe fédérale.

    La réalité est que ce sont les gouvernements qui la refusent et les establishments politiques détenteurs du pouvoir national qui interdisent que la construction européenne se fasse sur un mode démocratique et imposent un intergouvernementalisme inefficace et très contestable. Lire à ce sujet : Pourquoi les eurosceptiques ne sont pas les pires adversaires des fédéralistes européens

    Ainsi donc les citoyens n’ayant jamais été consulté sur le sujet ils n’ont jamais pu se prononcer dans un sens ou dans l’autre.

  • Le 19 février 2015 à 19:17, par Bernard Giroud En réponse à : Pour une gouvernance démocratique de l’Eurozone

    "la seule planche de salut de l’euro serait le statut de monnaie commune et non unique"

    Non , non, Monsieur Alain, ce n’est pas tout a fait la »seule » planche de salut.

    En l’absence d’une politique générale de solidarité géographique, il en est une autre qui dans les deux cas, c’est-à-dire avec, ou sans solidarité géographique, reste vraie, c’est celle du contrôle personnel de ses propres capacités régionales ou locales d’importations ou d’exportations, (ou plus simplement l’adéquation des moyens d’achats que permettent les ventes locales ou régionales.)

    Cela demande un peu de jugeote et de discipline, en un mot un peu de maitrise de soi et son environnement :

    C’est bien le b à ba du commencement d’une saine vie sociale, n’est-ce pas ? Et c’est probablement à recouvrer, n’est-il pas, comme disent certains ?

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom