Sommet UE-Inde : « un partenariat naturel »

, par Laura Mercier

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Sommet UE-Inde : « un partenariat naturel »
Le Premier Ministre indien Narendra Modi, avec le Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, et le Président du Conseil européen, Donald Tusk. CC - Narendra Modi

Ce vendredi 6 octobre a eu lieu le 14ème sommet UE-Inde, à New Delhi, où 55 ans de relations diplomatiques ont été célébrées. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le Président du Conseil, Donald Tusk, et la Haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, aux côtés du Premier Ministre indien, Narendra Modi, ont réaffirmé leur désir de voir l’Union européenne et l’Inde coopérer davantage, et ce, dans de multiples domaines.

A New Delhi, le Président de la Commission européenne a rappelé une nouvelle fois sa volonté inchangée de renforcer la place de l’Union européenne dans le commerce mondial en s’appuyant sur des partenariats évidents : « Nos pays sont les deux plus grandes démocraties du monde. Nous sommes deux des plus grandes économies du monde. Nous partageons les mêmes valeurs et croyons en la liberté, l’égalité, la tolérance et l’Etat de droit. Collaborer avec un partenaire comme l’Inde tombe tout simplement sous le sens. C’est naturel. » [1]

Relancer les négociations sur l’accord de libre-échange

L’Union européenne et l’Inde ont initié des négociations en vue d’un accord de libre-échange en 2007, mais après une quinzaine de cycles de pourparlers, plusieurs sujets sont toujours en suspens. Les deux parties doivent notamment s’accorder sur l’amélioration de l’accès aux marchés de certains biens et services et sur les indications géographiques. L’objectif principal de ce 14ème Sommet UE-Inde était de relancer les négociations, après les annonces très favorables aux accords de libre-échange du Président de la Commission européenne lors de son discours sur l’Etat de l’Union. L’UE et l’Inde se sont félicitées du lancement du mécanisme de facilitation des investissements, en juillet dernier, qui doit permettre de favoriser les investissements de l’Union européenne en Inde, en apportant un soutien aux entreprises européennes qui souhaitent s’engager dans ce pays.

Finalement, peu de mesures concrètes ont été annoncées lors de ce sommet, mais les Présidents de la Commission et du Conseil y ont démontré leur volonté de renforcer la place de l’Union européenne dans le commerce international et de relancer les négociations avec l’Inde, bien qu’aucune date officielle de reprise des négociations n’ait été déterminée. Outre-Manche, les médias britanniques ont rapidement considéré ce sommet indo-européen comme le début d’une guerre commerciale entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Theresa May a d’ores et déjà affiché sa volonté de conclure des accords commerciaux avec l’Inde, après le Brexit. L’Inde est un partenaire stratégique qui pourrait bientôt s’affirmer comme l’une des plus grandes puissances économiques mondiales.

Engagés pour un développement responsable

Les dirigeants européens et indiens ont adopté une déclaration conjointe sur le changement climatique et l’énergie propre, dans laquelle ils s’engagent à « prendre la tête des efforts mondiaux », en matière de lutte contre le réchauffement climatique. L’Inde et l’Union européenne souhaitent ainsi favoriser les échanges entre les autorités locales et régionales de leurs territoires, en matière d’urbanisation intelligente, en lien avec le programme urbain de l’Union européenne et le programme Smart Cities Mission de l’Inde. Par ailleurs, la Banque européenne d’investissement (BEI) a annoncé son engagement dans le développement du transport durable en Inde, et a confirmé un considérable prêt de 500 millions d’euros.

Ce partenariat stratégique pour un développement responsable a également été axé sur la recherche sur l’eau, avec l’annonce d’une initiative de 30 millions d’euros. Un forum aura lieu le 11 octobre prochain pour engager les étapes concrètes et annoncer un agenda de recherche.

Agir ensemble sur la scène internationale

Deux jours avant le Sommet indo-européen, un exercice naval conjoint a été réalisé entre un navire italien, siège de l’Opération Atalante de la force naval de l’Union, et un navire de la marine indienne, vers les côtes somaliennes. D’autres exercices conjoints devraient suivre puisque l’Union européenne et l’Inde souhaitent poursuivre leur coopération pour la sécurité maritime. A l’ordre du jour également, la lutte contre le terrorisme, la radicalisation et l’extrémisme violent. Peu de mesures concrètes et conjointes ont été annoncées, si ce n’est des consultations régulières entre les deux parties. La coopération en matière de cybersécurité sera notamment à l’ordre du jour de la prochaine conférence mondiale sur le cyberespace, qui aura lieu en novembre, à New Delhi.

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom