Espagne v Catalogne : l'engrenage des nationalismes - commentaires Espagne v Catalogne : l'engrenage des nationalismes 2017-09-25T07:55:37Z http://www.taurillon.org/espagne-v-catalogne-l-engrenage-des-nationalismes#comment22832 2017-09-25T07:55:37Z <p>Tu dérailles Valery. Grosse bafouille pour tenter de nous expliquer que cette partie du nord de l'Espagne fait comme nombre de régions, dont un certain nombre de ceux qu'on appelle« les élites » fourvoient leurs concitoyens par leur égoïsme. Deux raisons principales pour parler de cet égoïsme à courte vue : 1/ Leur égo personnel et sa satisfaction de petit chef de clan féodal. 2/ Le refus de vouloir être solidaire, payer, diminuer son niveau de vie, d'une partie riche de l'Espagne pour les autres parties, en particulier ces « fainéants » du sud, discours qui fait partie des généralités.</p> <p>Transposons cette analyse au niveau des difficultés de notre construction européenne, et l'on va voir qu'il est urgent de trouver dans notre représentation démocratique des concitoyens de valeur qui aient un peu plus le sens de ce qui dure bien plus qu'eux-mêmes.</p> Espagne v Catalogne : l'engrenage des nationalismes 2017-09-23T12:49:25Z http://www.taurillon.org/espagne-v-catalogne-l-engrenage-des-nationalismes#comment22831 2017-09-23T12:49:25Z <p>Nous sommes d'accord sur l'essentiel. Les nuances sont juste nécessaires. Ce n'est pas « la Catalogne » mais les élites surtout barcelonaises qui ont choisi le mauvais cheval en 1700-1714. C'est là que se glisse l'instrumentalisation politique d'une Catalogne entière qui aurait lutté contre le centralisateur congénital français, telle une « Nation ». Tous les nationalismes biaisent l'Histoire, l'Espagnol lorsqu'il prend comme argument d'être la plus vieille « Nation » d'Europe confond ce mot avec « Etat » ; ce n'est évidemment pas neutre. Pour les extrémistes de la CUP, jusqu'ici, je dirais qu'ils ont été légitimés par Junts pel si. CiU a couru derrière ERC en espérant lui piquer des voix, comme Sarko a couru derrière Le Pen. A l'arrivée, le discours extrême est légitimé et la population préfère l'original à la copie. Il est évident qu'une indépendance qui n'apporterait aucun mieux être social nécessiterait de trouver un cheval de bataille, un facteur explicatif extérieur de l'échec. Le nationalisme ne se remet jamais en cause, l'échec est dû aux autres, qui vous empêchent de vous épanouir. C'est là que l'irrédentisme survient.</p> Espagne v Catalogne : l'engrenage des nationalismes 2017-09-23T10:21:10Z http://www.taurillon.org/espagne-v-catalogne-l-engrenage-des-nationalismes#comment22830 2017-09-23T10:21:10Z <p>Le quatrième décret de Nueva Planta qui concerne la Catalogne et ses institutions est postérieur à la chute de la ville.</p> <p>La mise en avant de ce conflit - d'abord une litte entre Hasbourg et Bourbons où la Catalogne a choisi le camp des perdants et a été abandonnée par ses alliés européens - relève naturellement du travail de construction de la mémoire historique nationale qui présente un caractère tout aussi artificiel que celui de la construction de la mémoire espagnole ou française. Les ruines del Born sont réelles et le récit de leur origine aussi. C'est l'interprétation des événements dans l'espace public actuel qui est biaisé. Tout comme est biaisé les justification par les nationalistes espagnols sur une base "historique" du caractère essentiel de l'appartenance de la Catalogne à l'État espagnol.</p> <p> L'<a href='http://www.taurillon.org/nationalisme-et-histoire-liaisons-dangereuses' class="spip_in" rel='nofollow'>instrumentalisation politique de l'histoire</a> est l'une des caractéristiques de l'idéologie nationale. Dans sa conférence “<a href='http://www.taurillon.org/Qu-est-ce-qu-une-nation-de-Ernest-Renan,05850' class="spip_in" rel='nofollow'>Qu'est-ce qu'une nation ?</a>”, Ernest Renan affirme : <q>L'oubli, et je dirai même l'erreur historique, sont un facteur essentiel de la création d'une nation car l'unité se fait toujours brutalement. Pour que tous les citoyens d'une nation aient quelque chose en commun il faut qu'ils aient oublié bien des choses de leurs origines.</q></p> <p>"Concernant l'Europe, la France n'acceptera jamais qu'un état indépendant puisse s'appeler « Catalogne » à sa frontière. " : si la Catalogne est indépendante alors la diplomatie française qui ne prends en compte que les État et se moque des peuples et des régions évoluera. Mais c'est un autre débat. Voir là dessus mon article <a href='http://www.taurillon.org/catalogne-ecosse-pour-que-l-union-europeenne-integre-les-nouveaux-etats' class="spip_in" rel='nofollow'>Catalogne, Écosse : pour que l'Union européenne intègre les nouveaux États</a>. Sur l'irrédentisme seuls les fous furieux de la CUP en sont adeptes, ça n'a aucun caractère sérieux et c'est absent du débat public en Catalogne à part la préoccupation du respect des droits linguistiques - essentiellement pour dméontrer la mauvaise volonté des espagnolistes.</p> Espagne v Catalogne : l'engrenage des nationalismes 2017-09-22T13:26:56Z http://www.taurillon.org/espagne-v-catalogne-l-engrenage-des-nationalismes#comment22829 2017-09-22T13:26:56Z <p>Il me semble que les décrets de Nueva Planta sont antérieurs à la prise de Barcelone (au moins pour Valence et Aragon). Cette conquête d'une ville de son royaume, par Philippe d'Anjou (Felipe V) tient beaucoup plus d'un acte classique d'Ancien Régime (Louis XIII à la Rochelle ou Henri IV avant lui) qu'au printemps des peuples de 1848. L'utilisation (El Born à Barcelone) de ces faits, par la Generalitat (alors CiU) est une course des autonomistes en direction des indépendantistes, des modérés vers les extrémistes, qui, comme toujours, profite plus aux extrêmes en les légitimant. Comme, en face, nous avons des gens qui ont été form(at)és par la vision franquiste, tout aussi manipulatrice, la situation va au delà d'un simple dialogue de sourds. Concernant l'Europe, la France n'acceptera jamais qu'un état indépendant puisse s'appeler « Catalogne » à sa frontière. le PdCat a eu tort d'aller aussi faire campagne en Roussillon (P-O, 66) en disant que les gens qui le souhaiteraient pourraient demander la nationalité catalane, lors du précédent « référendum » (non reconnu). L'irrédentisme est un risque inhérent au nationalisme que la République Française ne prendra pas (ni avec la Flandre et le Pays Basque)</p>