Accueil > Culture & Histoire > Syntagma Square : sous les pavés… les livres

Syntagma Square : sous les pavés… les livres

, par Marc de Carrière

Syntagma square, si vous avez suivi l’actualité grecque des dernières années – et vous l’avez fait, de gré ou de force – ce nom ne vous est pas inconnu. La place Syntagma ou place de la Constitution est une des places les plus connues d’Athènes où siègent notamment le Parlement hellénique et se situe la tombe du soldat inconnu. Une place chargée d’histoire où Otto 1er, un des premiers rois grecs modernes, héritier des Wittelsbach, a signé de force la constitution du pays lors de la révolution du 3 septembre 1843. Dès lors la place devint un symbole fort pour la société civile et l’épicentre des mouvements de contestations sociaux et économiques, dont la fin oscille toujours telle un pendule entre cris de joie et larmes de rage. En juin 2011, 200 000 personnes créent le « Occupy Syntagma » dans la mouvance d’Occupy Wallstreet et en réponse à l’austérité grecque qui déjà creusait autant les visages que le déficit national.

Sur Syntagma square, lieu de rendez-vous des indignés grecs depuis le début de la crise, trône le Parlement. Aujourd’hui, les députés doivent adopter le plan proposé par Tsipras à l’Eurogroupe, un plan qui reprend l’essentiel des proposition des créanciers (TVA, retraites, niches fiscales, etc.) et qui pourrait apporter une aide à l’Etat grec jusqu’en 2018. Verdict de l’Eurogroupe dimanche. - Spyros Papaspyropoulos

Auteurs

  • Etudiant en seconde année de Master « Affaires européennes » à Sciences Po Bordeaux. Représentant Relations internationales pour les Jeunes Européens - Bordeaux.

Mots-clés

Le 4 avril 2012, Dimitris Chirstoulas, un pharmacien retraité anonyme, pourtant marié, et aussi père, ainsi qu’ayant pourtant cotisé toute sa vie sans l’aide de l’Etat, commis l’irréparable. Crosse automatique, glock hypnotique, geste énigmatique. Détente. Détonation. Des cris.

Trois ans plus tard, d’autres cris. D’extase cette fois. Drapeaux grecs, chants et scènes de liesse, ambiance presque dionysiaque : 5 000 âmes se retrouvent en communion, unies dans le « non ». Le « non » aux créanciers, à l’austérité et le « non » aux nouvelles mesures de « rigueur ». On ne pense pas à la gueule de bois de l’après et aux lendemains chantants dont les sérénades n’ont d’égal que les vociférations d’un Guy Verhofstadt au Parlement Européen, le 8 juillet dernier. Mais l’important n’est pas là car « l’Europe est pour les peuples, pas pour l’argent » comme le scandent les badauds émoustillés par le sursaut de tout un peuple ou éméchés par des pintes que l’austérité a su faire passer en happy hour éternel.

Car derrière le « non » à l’austérité se cache le « oui » à l’Europe. « Oui » c’est dur à croire actuellement et pourtant c’est ce que montre le Syntagma Square ; pas la place mais le projet littéraire. Venus d’Irlande, du Portugal, de Roumanie, d’Espagne, d’Italie, de France, d’Allemagne et de Grèce, des protagonistes vont se croiser place Syntagma à Athènes en 2011, dans le feu et l’exaltation des premières manifestations. Des destins entrelacés sur fond de toile d’Indra, dont le fil d’Ariane n’est nul autre que le caractère profondément européen reliant les personnages entre eux.

Sorte de roman de choral, Syntagma Square veut renouer avec la littérature politique au sens de Victor Hugo. Ce roman a été volontairement écrit en huit langues afin de promouvoir la traduction et le respect des langues respectives. Les huit auteurs de chaque pays écrivent donc un chapitre chacun dans lesquels ils tentent de franchir les frontières qui nous séparent, qu’elles soient linguistiques, culturelles, politiques, nationales, littéraires ou créatives. Et aujourd’hui, dans les méandres financières dans lesquelles se sont enlisés les représentants européens de chaque Etats-nations, ces frontières sont profondément politiques, ou tout du moins, politisées.

Dans une situation ubuesque où un pays doit se sacrifier pour rembourser les intérêts de prêts dont ils n’ont touché que 8% de la somme initiale, où les europarlementaires humilient le mandat démocratique que leurs peuples leur ont confié en mystifiant le débat public sous l’égide de la culpabilité d’une nation et selon les credo de l’orthodoxie libérale, où les nationalismes prennent de l’altitude pour mieux vociférer leur dégoût pour une Europe solidaire, ce projet arrive à point nommé et le poing tendu. Aragon disait que « la littérature est une affaire sérieuse pour un pays, elle est au bout du compte, son visage ». Si l’Europe veut un visage politique, peut-être qu’elle doit renouer avec une littérature politique, transfrontalière, se nourrissant des différences de tous pour établir le projet idéal de chacun ? C’est ce que Syntagma Square propose.

Voir en ligne : Photo : CC

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

P.-S.

Pour en savoir plus sur le projet Syntagma Square, c’est par ici.

Conseil : Si vous avez des compétences linguistiques dans une des langues de l’œuvre, n’hésitez pas à rejoindre les équipes de traduction. Apporter sa pierre à cette nouvelle tour de Babel ce n’est pas seulement une belle aventure humaine mais aussi un exercice de style et une expérience professionnelle très appréciée.]

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom