Accueil > Culture & Histoire > Un symbole en béton

Un symbole en béton

, par Julius Leichsenring, traduit par Pauline Leroy

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

Il n’a rien de particulier et mesure à peine 80 mètres. Pourtant, nombreux sont ceux qui le considèrent comme le symbole de l’intégration européenne. En effet, il relie les rives allemandes et polonaises de part et d’autre de la Neisse. Ici, les contrôles de douane font partie du passé. Néanmoins, il est bien plus qu’un symbole des avantages procurés par l’Union européenne.

Le pont de la vieille ville de Görlitz. - Chris Grabert

Auteurs

  • studierte an der Universität Halle - Wittenberg im Master Politikwissenschaften. Journalistische Erfahrung sammelte er unter anderem bei der Süddeutschen Zeitung und stern.de. Er war bis August 2014 Chefredakteur von treffpunkteuropa.de.

À lire aussi :

Le pont de la vieille ville de Görlitz n’a rien d’un chef-d’œuvre architectural. Il n’a pas d’ornements originaux et n’a pas été construit à partir de matériaux marquants. Acier et béton froids caractérisent ce pont en arc qui surplombe la Neisse. Pourtant, son importance historique est considérable.

Cette liaison de 80 mètres de long relie la vieille ville de Görlitz à la ville polonaise de Zgorzelec. Deux minutes suffisent pour se rendre d’un pays à l’autre. Chaque jour, touristes et riverains effectuent ce trajet pour faire du shopping ou se rendre au travail, laissant leur regard s’attarder sur le long fleuve tranquille. Douane, police des frontières, rien de tout cela ici. Rien n’indique qu’il s’agit d’une frontière. Ce n’est qu’une fois parvenu sur l’autre rive que l’on entend parler une autre langue et que l’on se rend compte qu’une autre monnaie est utilisée.

Le pont de la vieille ville est l’un des symboles, si ce n’est le plus grand symbole, d’une Europe qui construit son unité dans la paix. En 1945, les soldats de la Wehrmacht l’avaient fait sauter lors de leur retrait face aux Russes. Personne n’a senti le besoin de le reconstruire durant la guerre froide. La modification des frontières (c’est-à-dire la démarcation de ce qui allait devenir le bloc de l’Est) s’est faite de part et d’autre du fleuve. Ce n’est qu’en octobre 2004, après environ un an et demi de travaux, que le pont de la vieille ville fut solennellement inauguré. Les postes-frontière, derniers obstacles au libre-échange, disparurent en 2007 avec l’entrée de la Pologne dans l’espace Schengen. Depuis, on peut voir les deux villes, qui autrefois n’en formaient qu’une, se refondre : côté allemand, beaucoup de panneaux sont traduits en polonais, et sur la rive polonaise, il est possible de payer en euros dans la plupart des magasins. De plus, une fois par an, ont lieu simultanément la fête de la vieille ville et la Jakuby-Fest à Zgorzelec. Le pont relie donc les deux lieux de fête de part et d’autre de la Neisse.

Pourtant, les échanges croissants entre les deux villes ne font pas l’unanimité au sein de la population : lors des dernières élections européennes, le parti eurosceptique AfD a obtenu un peu moins de douze pour cent des voix à Görlitz, et le parti néonazi NPD autour de quatre pour cent. C’est ainsi que dans cette ville européenne autoproclamée, le scepticisme à l’égard de l’Union européenne se situe au-delà de la moyenne.

Le pont de la vieille ville de Görlitz ne représente donc pas uniquement la fin d’un processus de disparition des frontières entre deux Etats voisins. Au contraire, il montre qu’il ne suffit pas de constater au quotidien les résultats de l’adhésion à l’Union européenne. L’information et un réel travail de compréhension face aux autres cultures et modes de vie sont encore à l’ordre du jour. Les habitants de la ville de Görlitz ont esquissé le premier pas dans cette direction : dans beaucoup d’écoles de la ville, les jeunes ont la possibilité de choisir le polonais comme deuxième langue étrangère.

Partagez cet article

  • Facebook icon
  • Twitter icon
  • +1 icon
  • URL courte :

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom