Ça se passe en Europe

« Impossible d’être au milieu, on voudra forcément te mettre dans une case »

Classée 62e en 2020, la Pologne est depuis quelques années en chute dans le Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières. On assiste à une forte polarisation des médias autour de deux camps : les pro- et anti-gouvernementaux, ce qui a un impact sur la qualité de l’information. De profondes divisons se sont créées au sein-même de la société polonaise, entre ceux qui regardent le JT de la télévision publique et ceux qui préfèrent les chaînes privées ainsi que la presse indépendante. Les journalistes, qui se trouvent forcément au milieu de ces tensions, se voient très vite stigmatisés. État des lieux de la liberté des médias en Pologne avec Barbara Erling – journaliste polonaise ayant travaillé pour le quotidien Gazeta Wyborcza en tant que Google News Initiative Fellow, précédemment correspondante de CNN Indonesia, TVP et Thompson Reuters.

dimanche 10 mai 2020

En Hongrie, Viktor Orbán maltraite la liberté de la presse

Depuis son retour à la tête de la Hongrie en 2010, Viktor Orbán n’a eu de cesse de s’attaquer à la presse. En constant recul dans le classement de Reporter sans frontières, la Hongrie pointe aujourd’hui à la 89ème place (alors qu’elle était 56ème en 2013). Dans un récent article, l’ONG dépeint même le pays comme un Etat policier de l’information. Quant à Freedom House, une ONG financée par le gouvernement américain, elle a publié le 6 mai dernier son rapport annuel dans lequel elle pointe notamment le déficit hongrois en matière de liberté de la presse : “Depuis 2010, le pouvoir a remodelé le paysage médiatique grâce à des lois, des acquisitions et des pressions politiques”.

vendredi 8 mai 2020

Pages : 0 | 12 | 24 | 36 | 48 | 60 | 72 | 84 | 96 | ... | 240