2011 : Année cruciale pour l’euro ?

, par Philippine Lefèvre

2011 : Année cruciale pour l'euro ?

Ce début d’année 2011 est marqué par les interrogations autour de l’avenir de l’euro, et les économistes rivalisent d’imagination face aux incertitudes de l’Union économique et monétaire. L’Institut Montaigne a réuni à l’auditorium d’Axa Christine Lagarde, Jérôme Cahuzac et Michel Camdessus pour une conférence sur un thème accrocheur – « 2011 : année cruciale pour l’euro ».

La ministre de l’Economie et des Finances s’est montrée rassurante, souhaitant s’opposer aux diagnostics et analyses « pessimistes » d’un euro malade. Elle a qualifié la monnaie européenne de « solide » et « désirée » puisque l’Estonie a porté le groupe des 16 à 17 le 1er janvier dernier.

Christine Lagarde, optimiste et déterminée

Toutefois, la ministre a expliqué les difficultés auxquelles l’euro se trouvait confronté, tout en insistant sur la mise en place de mécanismes pour répondre à la crise - comme le Fonds Européen de Stabilité Financière et le Mécanisme européen de stabilité financière remplacés en 2013 par le Mécanisme Européen de Stabilité, ou encore le Semestre européen et les projets tels que l’initiative franco-allemande d’un Pacte de compétitivité et de convergence.

Interrogée sur les difficiles débats annoncés autour de ce Pacte, elle a convenu que la France et l’Allemagne devraient compter avec leur non-respect du Pacte de stabilité et de croissance en 2004.

La ministre a par ailleurs insisté sur la détermination de la France, de l’Allemagne ainsi que du Royaume-Uni à « procéder ensemble », montrant donc que la crise ne doit pas être réduite à la zone euro.

Jérôme Cahuzac : mettre en place « de nouvelles règles d’Etat » en Europe

Selon le député du Lot-et-Garonne, président de la commission des Finances de l’Assemblée nationale, l’euro a « permis la construction d’un véritable espace européen », mais a également révélé une « fragilité dans la construction communautaire » face à laquelle les Etats doivent mettre en place des règles.

Il a appelé à un travail très étroit des gouvernements et des parlements nationaux, soulignant la nécessité de l’adhésion de la population à une démarche « nouvelle ».

Le parlementaire a regretté également l’absence de leader en mesure d’imposer de tels objectifs ; selon lui, ni la chancelière allemande, ni le président français, tous deux en fin de mandat, ne peuvent assumer une telle responsabilité. Il a alors invité ses interlocuteurs à porter une attention particulière à ces questions pendant les campagnes à venir.

Michel Camdessus et la dialectique de l’admiration sceptique

L’ancien directeur du Fonds Monétaire International a sa propre explication du scepticisme vis-à-vis de la monnaie unique ; ce sentiment provient selon lui d’une « grande admiration pour une construction aussi extraordinaire », et c’est ainsi que l’euro-doute réapparaitrait à chaque crise.

Il considère que les difficultés actuelles ne correspondent pas à une crise de l’euro, mais à une crise du « pilier budgétaire du souverain » et il s’agit donc d’une erreur des marchés. Il a tenu également à montrer que l’Union européenne était parvenue à réagir « avec les stratégies qu’il fallait », « à la mesure de ce qui était possible », soulignant les « efforts d’ajustement considérables des Etats ».

Néanmoins, 2011 pourrait être la première année d’une décennie particulièrement délicate, avec des efforts nécessairement entrepris sur le long terme, et M. Camdessus s’est félicité de ce que la réforme du système monétaire international soit à l’agenda du G20 cette année.

L’impact de la crise financière en Europe et les attaques contre l’euro ont au moins eu une vertu : celle de souligner l’urgence d’une action coordonnée en matière monétaire. Si celle-ci doit avoir lieu au niveau de l’eurozone, elle ne peut se limiter. Une bonne combinaison des niveaux national, européen et international est la condition sine qua non à la construction d’un système financier plus sûr.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom