2018 : l’Europe face au défi mondial

, par Florian Brunner

2018 : l'Europe face au défi mondial
Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne, et Antonion Guterres, Secrétaire Général des Nations Unies. CC - European External Action Service

En ce début d’année 2018, l’Union européenne est, comme jamais dans son Histoire, face à un défi mondial. Le sabordage de la diplomatie américaine ouvre la voie à une Europe affirmée, se posant en force d’équilibre. La France, par sa capacité à innover dans les relations internationales, est devenue le moteur de la réalisation d’un projet d’Europe puissance. Alors que les instabilités ne cessent de se propager, il est nécessaire de répondre à l’urgence. Le monde a besoin d’une Europe forte qui retrouve l’initiative au Moyen-Orient, prioritairement au Yémen et en Syrie.

Le sabordage de la diplomatie américaine ou l’émergence d’un monde nouveau « post-américain » et multipolaire

L’annonce par Donald Trump, le 6 décembre 2017, du transfert de l’ambassade américaine en Israël à Jérusalem, illustre parfaitement les dérives de sa politique étrangère. Donald Trump a persisté dans la mise en œuvre d’une opération incomplète de scission avec Barack Obama et ses prédécesseurs, en suivant le Congrès américain et en prenant une position aventureuse favorable à ce que Jérusalem devienne la capitale de l’Etat d’Israël. Le Président des Etats-Unis a encore une fois exprimé une rupture du consensus international, au service d’un objectif électoraliste.

La diplomatie américaine est fortement influencée par la politique intérieure et se fonde sur une volonté isolationniste, ainsi que sur une réfutation de l’ordre libéral mondial. Donald Trump s’inscrit dans la contestation d’une organisation globale établie, sans avoir élaboré un projet alternatif donc sans apporter de solutions et sans stratégie claire. [1] Le Président américain entraîne ainsi son pays dans un piège, celui d’une agitation perpétuelle, tournant à vide et détruisant l’influence des Etats-Unis. Cette course folle s’apparente à un sabordage diplomatique. Nous assistons à un tournant définitif de la diplomatie américaine, à l’expression la plus visible d’un mouvement de fond qui a déjà commencé à transformer l’ordre international tel qu’il existe depuis 1945, à l’émergence d’un monde nouveau « post-américain » et multipolaire, qu’il nous appartient de mesurer pour engager le chantier d’une rénovation de la gouvernance mondiale.

La France, réacteur de la fondation d’une Europe puissance

Face à la menace d’instabilité planétaire que représente l’administration Trump, il est essentiel que l’Union européenne se pose en force d’équilibre. [2] Le 7 mai 2017, la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle française a brisé l’élan dangereux du populisme et de l’europhobie. Le nouveau Président de la République a su opérer son entrée sur la scène mondiale [3] et a continuellement établi le cadre solide d’une action internationale créative, ambitieuse et entreprenante. La France retrouve une influence déterminante et l’habileté de l’action planétaire d’Emmanuel Macron contraste fortement avec la faiblesse de la diplomatie américaine.

Cette nouvelle dynamique française peut entraîner l’Union européenne, alors qu’Emmanuel Macron porte une vision élaborée pour l’avenir de l’Europe, qu’il a exposé dans deux discours : le jeudi 7 septembre 2017, à la Pnyx, à Athènes [4] et le mardi 26 septembre 2017, à la Sorbonne. [5] En effet, ce « moment français » [6] concorde avec un « moment européen », [7] des perspectives décisives et combinées s’ouvrent pour la France et l’Union européenne.

La déroute et l’instabilité du monde anglo-saxon, les divisions du monde arabe, l’impérialisme nostalgique de la Russie, toutes ces évolutions nous obligent à organiser un espace européen solide, qui s’affirme dans le monde. Une Europe forte dotée d’une Défense efficace et d’une diplomatie d’excellence, pourrait s’imposer sur l’échiquier mondial, face aux Etats-Unis, à la Russie et à la Chine. Une Europe puissante pourrait encourager voire inspirer, la constitution d’une gouvernance mondiale moderne, garante d’une réponse opérante aux défis pesants de notre temps. [8] La France, grâce à ses atouts dans un contexte redoutable, est devenue le moteur d’un projet européen ambitieux, le réacteur de la fondation d’une Europe puissance.

Le Yémen et la Syrie, deux priorités pour la diplomatie européenne

En apportant un soutien politique à la vision outrancière saoudienne et israélienne de « la menace iranienne », Donald Trump a accru les divisions et contribué par cette approche à la tragédie que connaît le Yémen. [9] Le terrible conflit qui ravage ce pays depuis 2014, est un désastre humanitaire et diplomatique. Il est aujourd’hui primordial pour l’ONU et l’Union européenne de sortir de l’impuissance, d’initier un processus diplomatique permettant de mettre fin aux interventions militaires extérieures au Yémen, d’aboutir à un règlement politique entre les factions rivales yéménites et de préserver des millions de vies humaines.

Il est également temps de retrouver l’initiative en Syrie, sur la base de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Si nous sommes en train de gagner la guerre face à Daech, il est vital de gagner la paix et donc de construire une solution politique crédible. Les populations locales, dans leur grande majorité, ne peuvent pas accepter un maintien au pouvoir du dictateur Bachar Al-Assad, artificiellement renforcé et dépendant de ses alliés comme l’Iran, le Hezbollah ou la Russie. Bachar Al-Assad incarne la barbarie de la répression et de la torture, il ne représente en rien un avenir pour son pays.

La diplomatie doit permettre de mettre en œuvre une transition politique, entraînant le départ de Bachar Al-Assad et inaugurant une nouvelle ère pour la Syrie, démocratique et fédérale. Les récentes initiatives françaises dans la région peuvent permettre d’engager une démarche européenne déterminée, indispensable alors que la Russie est à la manœuvre [10] et que les Etats-Unis ont choisi de s’inscrire dans les divisions moyen-orientales, limitant leur capacité d’influence. Nous ne pourrons avancer sur ces deux priorités diplomatiques, qu’en abordant directement l’antagonisme destructeur qui anime l’Iran et l’Arabie Saoudite. L’ONU et l’Union européenne sont légitimes pour opérer une médiation et piloter l’élaboration d’un plan de stabilisation global, concernant l’ensemble du Moyen-Orient.

Les manifestations en Iran et les violences qui en résultent, traduisent les déchirures d’une société qui souhaite s’affranchir de l’emprise d’un régime théocratique à l’agonie . Il existe un malaise propre au Moyen-Orient qui appelle à un engagement plus décidé de l’ONU et de l’Union européenne, à la structuration d’un dispositif diplomatique cohérent, conférant une capacité d’action harmonisée et adaptée. Alors que les orientations excessives des Etats-Unis engendrent des bouleversements, l’Union européenne doit pouvoir conduire une stratégie d’équilibre, de manière à accompagner les mutations d’une région du monde, en proie à l’incertitude et au chaos. Innovons et trouvons de nouveaux instruments, afin de créer des processus de développement opérants, d’engendrer des réconciliations et des coopérations inédites. Mettons-nous en capacité de faire progresser résolument une dynamique universelle pour la paix. [11]

Notes

[1VIMONT Pierre, « L’ordre international face à l’Amérique de Trump », Politique étrangère, vol. 82, n° 4, hiver 2017-2018, Contrechamps

[2Dominique DE VILLEPIN, dans "Bourdin Direct" sur BFMTV et RMC, le vendredi 15 décembre 2017

[3L’entrée d’Emmanuel Macron en politique étrangère, Thomas GOMART, invité de Xerfi Canal, 21/09/2017 : https://www.ifri.org/fr/espace-media/lifri-medias/lentree-demmanuel-macron-politique-etrangere#sthash.ZvexicEZ.dpbs

[4Discours du Président de la République, Emmanuel Macron, à la Pnyx, Athènes, le jeudi 7 septembre 2017 : http://www.elysee.fr/declarations/article/discours-du-president-de-la-republique-emmanuel-macron-a-la-pnyx-athenes-le-jeudi-7-septembre-201/

[5Initiative pour l’Europe - Discours d’Emmanuel Macron pour une Europe souveraine, unie, démocratique (26/09/2017) : http://www.elysee.fr/declarations/article/initiative-pour-l-europe-discours-d-emmanuel-macron-pour-une-europe-souveraine-unie-democratique/

[6Le moment français, par Bernard GUETTA, France Inter, 24/11/2017 : https://www.franceinter.fr/emissions/geopolitique/geopolitique-24-novembre-2017

[7La politique étrangère d’Emmanuel Macron : retour au réalisme ?, Thomas GOMART, Entretien avec la Revue des Deux Mondes, 08/11/2017 : http://www.revuedesdeuxmondes.fr/politique-etrangere-demmanuel-macron-retour-realisme/

[8DE MONTBRIAL Thierry, Vivre le temps des troubles, France, Editions Albin Michel, 04/10/2017

[9FRISON-ROCHE François, « Yémen : Imbroglio politico-juridique, désastre humanitaire, impasse militaire », Politique étrangère, vol. 82, n° 4, hiver 2017-2018, Actualités

[10NOCETTI Julien, Quelle place pour la Russie au Moyen-Orient ?, « Où va la Russie ? », « Partie 2 : Trois enjeux pour 2018 », RAMSES 2018, Paris, Dunod/Ifri, 06/09/2017

[11DE VILLEPIN Dominique, Mémoire de Paix pour temps de guerre, France, Grasset, 09/11/2016

Commenter cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom