26 mai 2019 : Non au référendum anti-Macron, oui à un vote pour l’Europe

, par La Rédaction du Taurillon, Laura Mercier, Louise Guillot

26 mai 2019 : Non au référendum anti-Macron, oui à un vote pour l'Europe
Crédits photo : Antoine Schibler Lancement de la campagne des Jeunes Européens - France le 17 mars 2019, esplanade du Trocadéro à Paris.

EDITO - Aujourd’hui en plus de la fête des mères, auront lieu les élections européennes, un rendez-vous démocratique et citoyen important pour nous, pour vous, et pour toute l’Union européenne.

Nous pouvons déjà regretter cette campagne qui n’en a pas été une, certains diront inexistante, d’autre atone. Alors, à qui la faute ? Les médias ? Les partis ? Les candidats ? Les citoyens qui ne s’intéressent pas ? Il y a un peu de tout ça en réalité. Beaucoup ont critiqué le grand nombre de listes candidates et l’éparpillement des forces politiques. Certains partis ont dévoilés leur programme seulement quelques semaines avant l’élection, rendant un débat sur le fond tardif et trop superficiel. A ce titre, certaines des propositions défendues manquent parfois de clarté et de précisions, sont trop focalisées sur l’échelon national uniquement, ou ne relèvent tout simplement pas de la compétence du Parlement européen. Nous pouvons aussi regretter l’absence de dimension européenne dans cette campagne quand, lors des débats, certains essayent de rejouer le second tour de l’élection présidentielle, ne font jamais référence au parti européen auquel ils sont rattachés, ne mentionnent même pas les têtes de liste à la présidence de la Commission européenne (Spitzenkandidaten) ou n’énoncent pas clairement le groupe politique dans lequel ils siègeront dans l’hémicycle européen une fois élu. Mais il faut aussi souligner le manque de pédagogie à l’endroit des citoyens et le postulat de départ adopté par quasi tous les médias selon lequel l’Europe c’est forcément compliquée et impossible à expliquer simplement. Le Taurillon, en tant que média de débat sur les questions européennes, s’est efforcé d’animer cette campagne, de vous faire vivre les débats entre les candidats français mais aussi européens, d’analyser et de décrypter avec vous les programmes des différentes listes pour aider les citoyens à faire un choix éclairé ce dimanche.

Alors, face à ce constat peu réjouissant, pourquoi devrait-on aller voter dimanche ? Pour changer tout ça justement, pour changer l’Union, pour que différentes tendances politiques soient représentées et puissent porter une voix forte qui s’opposera à la montée des partis national-populistes qui menacent la poursuite du projet européen. Contrairement à ce que certains laissent penser, les élections européennes ne doivent pas être un référendum pour ou contre la politique du gouvernement en place, c’est un moment de démocratie européenne. Ces élections sont un scrutin à un seul tour à la proportionnelle, vous ne décidez donc pas quels partis s’affronteront dans un hypothétique duel comme à la présidentielle, mais vous choisissez quelles idées devraient être davantage représentées en Europe et quelles propositions devraient être mises en avant pour les cinq années à venir. Et en votant dimanche, vous avez, certes indirectement mais tout de même, votre mot à dire sur qui des six candidats têtes de liste européennes pourra briguer la présidence de la Commission. Or, ce choix est décisif car il permet d’orienter la direction politique que prendra l’Union pour le mandat à venir. Votre bulletin de vote est donc une arme pour décider qui dirigera l’exécutif européen : le candidat de la droite chrétienne-démocrate Manfred Weber, celui des sociaux-démocrates Frans Timmermans, le tandem des Verts Ska Keller et Bas Eickhout, les représentants du parti libéral Margrethe Vestager ou Guy Verhofstadt, le candidat conservateur Jan Zahradil ou encore Nico Cué du parti d’extrême gauche ?

Ce 26 mai, nous vous appelons donc à voter pour choisir l’Europe que vous voulez. En vous abstenant, vous laissez les autres électeurs choisir votre député européen à votre place. Vous laissez les autres choisir à votre place la direction que devrait prendre l’Union européenne. Aussi, face à l’urgence climatique, face à la montée des inégalités et des tensions géopolitiques, l’Europe est l’échelle pertinente pour agir, alors mobilisons nous dans la rue mais aussi dans les urnes. Si vous ne bougez pas, l’Europe ne bougera pas non plus.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

À lire aussi :