55 ans du Traité de l’Elysée : les JEF-Allemagne et les JE-France réagissent ensemble

, par Jeunes Européens Fédéralistes - Allemagne, Les Jeunes Européens - France

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

55 ans du Traité de l'Elysée : les JEF-Allemagne et les JE-France réagissent ensemble
CC - Flickr

Aujourd’hui, le 22 janvier 2018, le Bundestag et l’Assemblée Nationale vont adopter une résolution commune à l’occasion du 55e anniversaire du Traité de l’Elysée. Le Traité de l’Elysée a été signé en 1963 afin de sceller la réconciliation franco-allemande après la Seconde Guerre mondiale et aura aidé à reconstruire une paix durable sur le continent européen en s’appuyant sur un partenariat fort entre les “ennemis héréditaires” : la France et l’Allemagne. Ce traité a contribué à accompagner la construction du projet européen que nous connaissons aujourd’hui. Cette résolution commune célèbre et réaffirme 55 années de coopération entre nos deux pays.

Le texte appelle à un approfondissement de la coopération bilatérale dans le future proche à l’aide de projets concrets tels que la création et l’harmonisation d’un marché commun de l’énergie franco-allemand, le développement de programmes de recherche conjoints sur l’efficacité énergétique et la mobilité électrique, un marché commun du numérique, etc. Ce texte a pour ambition de renforcer la collaboration entre la France et l’Allemagne afin de servir d’exemple pour l’intégration européenne.

Le partenariat franco-allemand est alors présenté comme pouvant avoir un rôle moteur dans la redynamisation de l’Europe avec les Etats membres qui souhaitent s’engager plus avant au sein de l’Union Européenne (UE).

Les Jeunes Européens - France (JE France) et les Jeunes Européens Fédéralistes - Allemagne (JEF Allemagne) accueillent favorablement cette résolution commune du Bundestag et de l’Assemblée Nationale, réaffirmant l’amitié qui unit nos deux pays. C’est un signal fort pour la paix et l’unité en Europe et pour les citoyens européens.

Nous nous félicitons de la volonté affichée par les deux assemblées parlementaires de travailler plus étroitement ensemble pour le futur de l’Europe. C’est également un signal donné pour construire une Union plus démocratique, parce que ce sont les parlements, forts de leur pouvoir législatif, représentants des citoyens, et non les gouvernements seuls, qui adoptent cette résolution. Résolution qui replace les citoyens des deux pays au centre de cette étape importante.

Néanmoins, cette résolution commune ne peut être qu’une première étape pour encourager les deux assemblées à s’engager plus avant pour une réforme en profondeur de l’Union européenne. Les deux assemblées devraient, en tant que représentantes de leurs citoyens, pousser pour la mise en oeuvre de réformes structurelles de l’Union européenne et appeler leur gouvernement respectif à faire davantage d’efforts en ce sens.

Les JE France et la JEF Allemagne observent que le tandem franco-allemand souhaite avancer plus vite dans le processus de construction européenne et mener la refondation du projet européen. Il est indéniable que le partenariat franco-allemand a joué un rôle important tout au long de la construction européenne, et continue de le faire aujourd’hui.

Toutefois, la JEF Allemagne et les JE France veulent réaffirmer que l’Union européenne ne pourra être réformée avec succès qu’à la condition que tous les citoyens et tous les Etats membres soient activement impliqués. Une “Europe à deux vitesses” n’est pas souhaitable à long terme, un bilatéralisme intergouvernemental même fort ne suffit pas. Nous pensons que l’avenir de l’UE repose sur l’engagement et la participation des citoyens au projet politique européen.

Sur la coopération transfrontalière

Les JE France et la JEF Allemagne accueillent favorablement la volonté des deux assemblées parlementaires d’accroître les compétences des Eurodistricts et de favoriser la coopération transfrontalière concrète. Cela permettra la mise en place d’une meilleure coopération et d’une meilleure offre de services aux citoyens vivant sur la frontière, tout en créant une véritable administration européenne. Les échanges de jeunes ou de travailleurs permettront à chacun de mieux comprendre son voisin et de favoriser un sentiment d’appartenance européen.

Sur l’Union Economique et Monétaire

La JEF Allemagne et les JE France sont heureux de constater que la France et l’Allemagne souhaitent approfondir et compléter l’Union Économique et Monétaire (UEM), mais également d’avancer plus rapidement sur ce sujet à l’échelle européenne. Des réformes structurelles sont plus que nécessaires et doivent devenir une priorité européenne dans les mois à venir. Nous voulons souligner qu’un tel approfondissement de l’UEM requiert la mise en oeuvre d’un véritable union politique, ainsi que la création d’un budget propre à la zone Euro alimenté par des ressources propres et soumis au contrôle démocratique du Parlement européen afin d’assurer la stabilité économique et politique de l’Union.

Sur la mobilité et la jeunesse

Les JE France et la JEF Allemagne accueillent l’expérimentation commune de créer un statut franco-allemand du stagiaire, mais soulignent le fait qu’un tel statut est indispensable à mettre en place au niveau européen également. Par conséquent, un statut du stagiaire harmonisé ne devrait pas se limiter à la France et l’Allemagne mais plutôt concerner tous les Etats membres de l’UE et s’appliquer à tous les citoyens européens. Un tel statut pourra faciliter la mobilité des jeunes en Europe et les aider à s’insérer plus facilement sur le marché du travail européen.

En ce sens, l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) est un promoteur et un défenseur de la coopération franco-allemande entre les jeunes. Une telle coopération est un exemple, aux côtés du programme Erasmus+, qui démontre qu’encourager les rencontres, les échanges et les discussions entre citoyens européens a un impact positif à la fois sur leur développement personnel, mais aide aussi à créer un véritable sentiment d’appartenance à l’Union européenne et à exercer sa citoyenneté européenne. La JEF Allemagne et les JE France accueillent et soutiennent l’engagement de la France et de l’Allemagne de développer des universités européennes dans les trois années à venir. La mise en place de véritables universités européennes est un bon exemple pour montrer à quoi pourrait ressembler l’espace européen de l’enseignement supérieur afin de nourrir la recherche et l’innovation, la mobilité et les échanges de jeunes, l’interculturalité, et créer de véritables formations et diplômes européens.

Néanmoins, la France et l’Allemagne devraient s’appuyer sur les expériences et institutions existantes, telle que l’Université Franco-Allemande et le Processus de Bologne, et approfondir ces initiatives plutôt que de partir de rien.

Dans la présente résolution commune, l’approfondissement du partenariat franco-allemand est présenté comme étant un laboratoire afin d’expérimenter de nouvelles harmonisations en termes d’imposition sur les sociétés, de transports, et de permettre de réduire la charge administrative empêchant de faciliter la mobilité et d’assurer le respect et l’effectivité des quatre libertés de circulation de l’Union. De telles harmonisations sont souhaitables à l’échelle européenne et devraient à termes affecter tous les Etats membres afin de compléter le processus d’intégration européenne et faire en sorte que l’Union européenne soit plus démocratique et plus proche des citoyens.

Sur l’Europe de la Défense

La JEF Allemagne et les JE France encouragent la France et l’Allemagne à faire des avancées concrètes pour construire une véritable Europe de la Défense. Il est important de donner une impulsion positive et de créer une dynamique au sein de la coopération structurée permanente sur ce sujet dans le but d’aboutir à des résultats concrets. Cependant, le tandem franco-allemand ne doit pas empêcher d’autres Etats membres de le rejoindre et d’élargir cette coopération. Une défense commune européenne ne pourra voir le jour qu’à la condition que tous les Etats membres de l’UE s’y engagent, s’y impliquent et y participent activement.

Sur la politique migratoire

Les JE France et la JEF Allemagne souscrivent à l’appel des assemblées parlementaires françaises et allemandes de faire de la Politique Européenne de Voisinage une priorité des mois et années à venir. C’est une politique particulièrement important afin de construire une véritable politique étrangère européenne commune, mais surtout d’assurer une meilleure gestion de la crise migratoire. Une gestion de crise qui devrait être davantage respectueuse des droits humains et de la dignité des migrants. Une solution européenne commune doit être rapidement trouvée afin d’accueillir et de répartir les réfugiés entre les Etats membres. La JEF Allemagne et les JE France réaffirment à ce titre que les Etats membres ont une obligation de solidarité envers les autres membres de l’Union et devraient rester unis face aux défis communs.

Enfin, les JE France et la JEF Allemagne souhaitent ajouter que, bien que la France et l’Allemagne sont de proches partenaires et ont toujours joué un rôle important dans l’approfondissement de la construction européenne, les autres Etats membres ne doivent pas être oubliés. En effet, c’est uniquement avec le soutien et la participation de l’ensemble des citoyens européens que l’Union pourra se refonder.

Retrouvez ce communiqué de presse sur le site des Jeunes Européens Fédéralistes - Allemagne et sur le site des Jeunes Européens - France

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 24 janvier à 14:37, par OFAJ/DFJW En réponse à : 55 ans du Traité de l’Elysée : les JEF-Allemagne et les JE-France réagissent ensemble

    Bonjour,

    L’OFAJ se félicite également du renforcement du statut franco-allemand du stagiaire, volonté déjà exprimée dans l’Agenda 2020 et concrétisée par le lancement du programme PRAXES en 2013.

    Le programme est destiné aux jeunes résidents français et allemands qui souhaitent effectuer un stage hors cursus scolaire et universitaire de 1 à 6 mois dans le pays partenaire. L’OFAJ sécurise le cadre juridique des mobilités. Il joue le rôle de l’organisme de formation et établit un contrat de formation professionnelle comme préalable à l’édition de la convention de stage tripartite bilingue. L’équipe PRAXES souscrit aussi une assurance complémentaire pour les stagiaires et prend en charge les frais. Un suivi pédagogique poussé permet également au stagiaire de recevoir un document de valorisation de ses compétences développées en mobilité.

    Depuis 5 ans maintenant, environ 200 participants par an bénéficient du dispositif. L’expérience accumulée lors du stage est une véritable valeur ajoutée pour le CV des participants. Qu’ils soient jeunes diplômés et/ou demandeurs d’emploi, bacheliers, entre deux cursus, nombreux sont les témoignages de jeunes en faveur du programme PRAXES.

    Nous sommes convaincus de la nécessité de renforcer ce statut franco-allemand pour que le programme bénéficie à davantage de jeunes encore.

    Antoine D. Chargé de projet PRAXES - « Statut franco-allemand du stagiaire » Office franco-allemand pour la Jeunesse

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom