A propos du Livre vert de la Commission européenne sur l’énergie.

Une stratégie européenne pour une énergie sûre, compétitive et durable

, par Florent Banfi

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

A propos du Livre vert de la Commission européenne sur l'énergie.

En mars dernier, la Commission européenne a dévoilé son « Livre vert » sur l’énergie dans un climat mondial d’urgence.

Crise du gaz russe, protectionnisme économique français, flambée du prix du pétrole, réchauffement climatique... une réponse forte de l’UE est attendue.

Or la Commission a tenté, avec ce livre vert, d’orienter l’Union Européenne dans une nouvelle ère où les européens ne seront plus soumis à leur destin mais essaieraient de le prendre en main.

L’Europe représente le second marché mondial de l’énergie ce qui lui permet d’influer sur les marchés mondiaux, sur le développement technologique...

Sa responsabilité est importante car elle consomme énormément (et pollue énormément) mais surtout parce qu’elle semble aujourd’hui la seule à pouvoir montrer que croissance et maîtrise de l’énergie ne sont pas antinomique. Cependant cette tendance reste le plus souvent une somme de mots sans actions.

Les deux grands axes de développement proposés par la Commission ne sont pas nouveaux car il s’agit de l’innovation technologique et de la diversification des sources d’énergie. Ces choix sont justifiables empiriquement mais pas nécessairement évidents pour des pays non européens. C’est donc avec satisfaction que l’on retrouve ces éléments dans le Livre Vert de la Commission.

Propositions de la Commission

Le Livre Vert résume les problématiques énergétiques par trois concepts : sécurité, compétitivité et protection environnementale. Afin de faire face aux nombreux problèmes liés à ce triptyque, le Livre Vert propose une série d’innovations :

- un plan technologique permettant la construction de plates-formes technologiques.
- une politique énergétique extérieure cohérente qui coordonne efficacement le travail des instruments nationaux et communautaires.
- un traité pan-européen sur l’énergie
- un plan de route pour les énergies renouvelables afin de permettre d’avoir un cadre de développement des énergies renouvelables à long terme.
- l’établissement d’une liste de priorités pour la construction d’infrastructures liées à l’énergie afin de d’assurer la sécurité de l’approvisionnement énergétique de l’UE.

Une analyse stratégique de la situation :

Avant d’imaginer une quelconque politique extérieure commune sur les questions énergétiques, il est nécessaire de trouver des objectifs communs.

En effet, force est de constater qu’aujourd’hui, chaque pays a une stratégie unilatérale et la Commission a bien compris qu’une politique commune aura beaucoup plus de poids et d’influence sur la scène internationale qu’une somme de politiques extérieures indépendantes.

C’est pourquoi la première étape du Livre Vert est tout naturellement la définition d’objectifs communs en matière de politique extérieur énergétique.

Le projet d’une politique extérieure énergétique :

Avant de franchir la première étape, une analyse stratégique de la situation en fonction des différentes énergies sera rédigée afin de servir de base de départ à la définition des objectifs communs.

La Commission demande aussi que les dialogues avec les grands producteurs et fournisseurs d’énergie soient approfondis. Une attention toute particulière sera portée à la Russie.

La Commission propose enfin la création d’une ’’Communauté pan-européenne de l’énergie’’ avec comme base un traité. A ce dernier pouraient participer non seulement les pays de l’UE mais aussi des pays comme l’Algérie, l’Ukraine ou la Turquie...

Et le nucléaire ?

Bien entendu, la Commission n’ayant pas vocation à se prononcer sur l’utilisation de telle ou telle énergie, elle ne peut guère que coordonner et inciter les Etats à utiliser une énergie plutôt qu’une autre. Cependant déjà -en juin 2002, sous la Commission précédante- on avait vu l’éxécutif communautaire préconiser l’organisation d’un vaste débat dans la société civile européenne sur les problématiques énergétiques et sur le rôle du nucléaire.

La publication de ce rapport avait alors donné lieu à de vifs débats internes à la Commission, opposant notamment la commissaire chargée de l’Energie (Loyola de Palacio) et son homologue chargée de l’Environnement (Margot Wallström, actuelle vice-présidente de la commission Barroso), hostile à toute initiative susceptible d’être interprétée comme un signal de la Commission en faveur du développement du nucléaire.

Pareillement, juste souligner que la Commission européenne a effectivement, depuis 2000, défini un cadre législatif demandant à ce que soit porté à 22% (pour 2010) la part de l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelables dans l’UE à quinze (contre 14% en 2000) pour assurer leur promotion face au ’’tout pétrôle’’ et à son alternative ’’tout nucléaire’’.

Ce pourquoi, dans le contexte actuel, le Livre Vert propose aujourd’hui un cadre de réflexion et des structures techniques afin de mieux définir les problèmes et opportunités des différentes énergies. Ce débat sera étroitement lié avec celui sur l’analyse stratégique de l’ensemble des politiques de l’UE. Et c’est bien alors dans ce cadre que sera abordé le problème du nucléaire...

- Illustration :

Le visuel d’ouverture de cet article est une photographie des centrales nucléaires de Dukovany (République tchèque). Sources : Encyclopédie en ligne wikipédia (Photo prise par Petr Adamek, en Octobre 2005).

- Avertissement :

Cet article a déjà fait l’objet d’une première parution dans nos colonnes, en date du 13 avril dernier.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom