D’où vient l’OFAJ ?

Une présentation de l’Office franco-allemand pour la jeunesse

, par Anaïs Guerry

Toutes les versions de cet article : [Deutsch] [français]

D'où vient l'OFAJ ?

Le 22 janvier 1963, le Général de Gaulle et le Chancelier fédéral Konrad Adenauer signent le traité de l’amitié franco-allemande, appelé Traité de l’Elysée, à Paris. Ce dernier vise à développer une véritable coopération entre les deux pays autour de volets tels que la Défense et la Politique étrangère (domaines clés dans le contexte de la Guerre Froide) mais aussi autour de l’Education pour initier une véritable réconciliation des peuples au sein des générations à venir. En application des dispositions du Traité de l’Elysée, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse voit le jour le 5 juillet 1963. Il est chargé d’approfondir les liens qui unissent les enfants, les jeunes, les jeunes adultes et les responsables de jeunesse des deux pays.

L’OFAJ travaille selon le principe de subsidiarité : il délègue la mise en place concrète des programmes d’échanges qu’il initie à de nombreuses organisations partenaires tels que les établissements scolaires et universitaires, les associations culturelles et sportives ainsi que les collectivités locales et territoriales. L’OFAJ joue aussi un rôle de conseil et d’intermédiaire entre les acteurs des deux pays. Il leur apporte également un soutien financier, pédagogique et linguistique.

En 2003, à l’occasion des 40 ans de la signature du Traité de l’Elysée, le Président Jacques Chirac et le Chancelier fédéral Gerhard Schröder forment le souhait que la date du 22 janvier soit dorénavant retenue pour célébrer « La Journée Franco-Allemande » afin de symboliser la réussite de la coopération entre les deux pays.

Le fonctionnement de l’OFAJ

L’OFAJ est une organisation internationale indépendante dont la politique est définie par un Conseil d’Administration. Ce Conseil est co-présidé par Madame Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé, de la Jeunesse et des Sports et par Madame Ursula von der Leyen, Ministre de la Famille, des Femmes, des Personnes âgées et de la Jeunesse du gouvernement fédéral allemand. Deux Secrétaires Généraux, représentants les deux nationalités et nommés par leur gouvernement respectif pour un mandat de six ans (actuellement Eva Sabine Kuntz et Max Claudet) mettent en œuvre les décisions du Conseil d’Administration. L’OFAJ dispose d’un budget annuel d’environ 20 millions d’euros, alimenté par des contributions gouvernementales françaises et allemandes paritaires. Depuis 1963, l’OFAJ a ainsi permis à plus de 8 millions de jeunes Français et de jeunes Allemands de participer à quelques 300 000 programmes d’échanges.

Les programmes de l’office

L’OFAJ initie les programmes et propose un soutien aux organisations qui les mettent en place. Il offre une aide à la préparation et à l’analyse des rencontres, informe et conseille. L’OFAJ aborde ainsi les grandes questions liées à la jeunesse dans les deux pays (l’intégration, l’engagement, la culture, l’avenir de l’Europe, les questions scientifiques et techniques, etc.). Il est composé de cinq bureaux chargés chacun d’un secteur : les échanges scolaires et extrascolaires, les échanges universitaires et la formation professionnelle, la recherche et la formation en pédagogie interculturelle, l’innovation de nouveaux programmes et enfin, la logistique. Voici une présentation non-exhaustive des différents programmes mis en œuvre par l’OFAJ.

Les programmes Voltaire et Brigitte Sauzay

Le secteur des échanges scolaires et extrascolaires est le premier interlocuteur des professeurs de langues et des élèves souhaitant réaliser un échange. Il met en œuvre notamment le programme Brigitte Sauzay, qui connaît un grand succès auprès des jeunes collégiens et lycéens. En 2008, 2 500 jeunes français et allemands de la 4ème à la 1ère ont pu réaliser un échange d’une durée de 2 à 3 mois, pendant laquelle ils ont été accueillis dans l’établissement et le foyer de leur correspondant. Les comptes-rendus des jeunes révèlent des expériences enrichissantes et très prometteuses pour l’avenir. Pour les plus hardis, il existe également le programme Voltaire, qui propose aux jeunes lycéens et collégiens de partir pour une durée de 6 mois.

Les échanges extrascolaires

Le sport, la musique, le théâtre et les sciences sont des activités idéales pour échanger autant sur sa propre passion que sur des termes techniques et linguistiques. L’OFAJ soutient les clubs sportifs et les associations culturelles qui proposent des programmes d’échanges avec le pays partenaire. De plus, chaque année, 400 jeunes établissant leur propre projet sur le thème de leur choix (culture, société, histoire) bénéficient d’une bourse dans le cadre du programme « Destination Allemagne », « In Frankreich unterwegs ». De quoi donner des idées pour joindre l’utile à l’agréable pendant les vacances scolaires.

Les échanges universitaires et la formation professionnelle. L’OFAJ tient compte des besoins des étudiants et des jeunes en formation professionnelle de 18 à 27 ans. Ces derniers ont souvent des stages à effectuer à l’étranger afin de se professionnaliser et de progresser en langue. Des bourses leur permettent de financer un stage pratique dans le cadre d’une convention avec l’organisme de formation. D’autres bourses sont prévues pour financer un cours intensif de langue pendant une durée minimum de 3 semaines afin de préparer un séjour d’étude ou un stage.

L’OFAJ a aussi développé des échanges universitaires et des séminaires franco-allemands (ouverts à la participation d’un autre pays) sur des sujets de réflexion tels que l’harmonisation du droit, ou les nouveaux matériaux de construction des bâtiments. Les étudiants en Master Recherche dont le sujet porte sur une comparaison franco-allemande ou nécessite un séjour dans le pays partenaire, peuvent également bénéficier d’une aide financière.

Enfin, de nombreux programmes et échanges s’adressent aux jeunes en formation professionnelle, aux demandeurs d’emploi et aux jeunes actifs. Chaque année, 500 échanges avec 10 000 jeunes issus d’établissements d’enseignement professionnels (artisanat, secteur agricole…) ont lieu. Des lexiques spécialisés par corps de métiers sont mis à disposition par l’OFAJ.

La recherche et la formation pédagogique

Tous ces dispositifs sont le fruit d’une riche réflexion sur la pédagogie interculturelle. Aussi, l’OFAJ travaille-t-il en étroite coopération avec des chercheurs en sciences de l’éducation qui évaluent les programmes et développent de nouvelles méthodes et matériaux pédagogiques. L’OFAJ propose également des formations bi et trinationales dédiées à la pédagogie interculturelle à destination des professeurs et des animateurs-interprètes.

Les programmes avec un pays tiers

En 1976, dans le contexte de l’élargissement européen pour lequel le couple franco-allemand joue un rôle majeur, l’OFAJ ouvre des programmes aux jeunes originaires des autres pays de la Communauté européenne. Ainsi 219 rencontres trinationales ont été réalisées avec des participants français, allemands et originaires d’un pays tiers (pays du pourtour méditerranéen, pays des Balkans).

Enfin l’OFAJ réalise également un travail de fond, en suscitant la réflexion de chacun sur la meilleure manière d’enseigner les langues et l’approche d’une autre culture. Cette institution peut servir de modèle à l’éventuelle création de ce type d’organisme ouvert sur de nouveaux pays, comme cela a déjà été le cas pour l’Office Germano-Polonais pour la Jeunesse en 1991.

L’OFAJ développe, en effet, des mesures efficaces pour préparer les futurs citoyens européens qui devront faire face à de nombreux défis de mobilité, donc à des défis linguistiques et culturels.

Illustration

Logo de l’OFAJ

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom