Internet

Euractiv.fr : « reconnecter débats politiques nationaux et européens pour passionner les Français »

Interview de Nathalie Lhayani, directrice de publication d’Euractiv France

, par Fabien Cazenave

Euractiv.fr : « reconnecter débats politiques nationaux et européens pour passionner les Français »

Le 9 mai a bien sûr été le jour de la Fête de l’Europe... mais également le jour de lancement de la version française du site européen Euractiv. Nathalie Lhayani a accepté de répondre à son collègue du Taurillon pour un échange sur les lancements du site et le traitement de l’actualité européenne...

Taurillon : Peux-tu nous présenter ce qu’est le portail Euractiv ?

Euractiv est un portail d’information qui couvre au jour le jour l’élaboration des différentes politiques européennes dans un grand nombre de secteurs.

Euractiv.com a été créé en 1999 par Christophe Leclercq (ancien fonctionnaire de la Commission européenne et éditeur d’EurActiv), Willy de Backer (rédacteur en chef) et Pierre Orfinger (directeur technique) à Bruxelles. Ils ont voulu ainsi développer une plateforme d’information en ligne, complémentaire des sites institutionnels (tels que europa.eu.int). L’objectif était d’une part de révéler les débats qui ont lieu en dehors des institutions et les positions des différentes parties prenantes (entreprises, syndicats, ONG, collectivités locales…) et d’autre part, de permettre aux acteurs de terrain de mieux s’impliquer dans l’élaboration des politiques européennes en leur offrant un outil de veille didactique et efficace.

Très vite, EurActiv a fait le constat suivant : pour résoudre les problèmes de communication sur l’Europe et fournir une information réellement pertinente pour les acteurs de terrain, il faut la reconnecter avec les enjeux nationaux et donc « localiser » l’information.

Taurillon : C’est ainsi qu’Euractiv est né en France ?

A l’approche du dernier élargissement, des publications partenaires ont d’abord été créées dans les pays d’Europe centrale et orientale. Puis, après les débats intenses suscités en France par le référendum de 2005 (notamment sur la toile) et le besoin d’information en continu qu’ils ont révélés, EurActiv a décidé de lancer une publication partenaire adaptée au public français.

Ce choix se justifie d’autant plus qu’avec le changement de pouvoir et la présidence du Conseil de l’Union européenne par la France au second semestre 2008, l’actualité liée aux relations France/Union européenne se développe. EurActiv.com, même dans sa version francophone, ne pouvait pas privilégier le traitement de l’actualité européenne en France. Il fallait donc un traitement spécifique pour l’Hexagone.

... reconnecter les débats de politique nationale avec les débats européens

L’idée n’est pas de couvrir les débats sur telle ou telle politique européenne avec un regard franco-français, mais au contraire de reconnecter les débats de politique nationale (tels que la réforme du marché du travail, la lutte contre le réchauffement climatique, l’adaptation à la mondialisation, le pouvoir d’achat…) avec les débats européens. Vice versa, nous voulons mettre en lumière les enjeux de la mise en œuvre de telle ou telle politique au niveau national en donnant la parole aux acteurs directement concernés. Nous avons par exemple publié pour notre lancement des articles sur le plan climat de la France et la transposition de la directive Services.

Taurillon : Pour le Taurillon, le débat d’entre deux-tours avec Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal a été malheureusement symbolique : on y a peu parlé d’Europe et les candidats ne tenait pas compte de la dimension européenne des débats traités...

C’est vrai ! Les candidats ont fait beaucoup de « benchmarking » : Nicolas Sarkozy comme Ségolène Royal ont, à plusieurs reprises, justifié leurs propositions en invoquant le fait qu’elles avaient été appliquées avec succès ailleurs en Europe. Mais, qu’il s’agisse de politique environnementale, de politique commerciale, de services publics ou de réforme du marché du travail, ils n’ont jamais fait le lien avec l’échelon européen. Or, sur chacun de ces sujets, les décisions européennes nous obligent à la réforme et à la coordination avec nos voisins. La flexicurité, souvent invoquée dans le débat électoral, fait actuellement l’objet de débats et de réflexions au Parlement européen.

De plus, le président va avoir un grand nombre de dossiers européens à traiter au lendemain de son élection (avenir du traité, libéralisation de la distribution d’électricité aux particuliers, du courrier, réforme de la PAC, négociations OMC et révision du budget, …).

Il y a eu une sorte d’accord tacite entre candidats pour passer sous silence ces questions qui fâchent, sauf au moment de l’affrontement final : deux minutes pour traiter pêle-mêle du traité constitutionnel, de la Turquie et de la mondialisation ! Il y a quasiment un enjeu démocratique à opérer cette reconnexion entre débats nationaux et européens.

Taurillon : Le Taurillon est très heureux qu’un site de qualité comme Euractiv arrive le 9 mai, jour de la fête de l’Europe. Que penses-tu du traitement du 9 mai par les média et les politiques ?

La journée du 9 mai s’est déroulée comme les précédentes en France : peu d’enthousiasme en dehors des cercles d’habitués, en tous les cas moins que pour les autres grandes journées nationales. De plus, cette année, elle est arrivée dans un contexte assez spécial : celui du changement de gouvernement. Difficile dans ces conditions pour le ministère délégué aux affaires européennes d’organiser des célébrations dignes de ce nom.

Ne pas hésiter à politiser le débat européen

Mais ce qui me frappe à chaque journée de l’Europe, c’est cette volonté de montrer à tout prix que « l’Europe c’est beau », de toucher l’affect du grand public par des grands symboles et surtout d’éviter de parler de politique européenne.

Je pense qu’il ne faut pas hésiter à politiser le débat européen. C’est précisément en montrant que les politiques européennes font l’objet de véritables débats entre partis politiques européens, mais aussi au sein de la société civile que l’on passionnera les Français. Quant aux médias, je ne pense pas qu’il faille les accuser. A partir du moment où les responsables politiques nationaux s’empareront de ces questions, qu’ils prendront conscience de la nécessité d’impliquer les citoyens dans l’élaboration des politiques européennes en amont des décisions, les médias s’en feront l’écho.

Taurillon : Le Taurillon et Euractiv ont des rôles complémentaires : donner une information politisée sur l’Europe pour montrer les vrais enjeux. En fait, "l’Européisme ne suffit plus" ?

Il ne s’agit plus d’être pour ou contre l’Europe

Décisions nationales et politiques européennes sont désormais totalement imbriquées. Il ne s’agit plus d’être pour ou contre l’Europe, mais de donner les outils aux citoyens pour pouvoir intervenir au moment où les directives se font et non pas au moment où il faut les appliquer. C’est ce que fait le Taurillon en révélant les enjeux, les clivages, les rapports de forces sur tel ou tel dossier européen… En France, un grand nombre d’études, d’articles et de positions sont produits par les thinks tanks européens, les centres de recherche, les webzines dédiés aux questions européennes.

Euractiv.fr veut donner une plus grande visibilité à tous ces débats et analyses qui se développent sur la toile. C’est tout l’intérêt d’internet que de pouvoir faire référence à ce qui est produit ailleurs, et mettre en réseau les différentes parties prenantes. Nous avons développé des partenariats avec un certain nombre de think-tanks et plateformes d’information en ligne (dont le Taurillon).

Taurillon : Toute la rédaction du Taurillon souhaite une longue vie à Euractiv.fr !

Merci ! Nous sommes impatients de travailler avec tous ceux qui font le pari de parler d’Europe en France.

Illustration :
- logo d’Euractiv.fr
- photographie de Nathalie Lhayani, directrice de publication d’Euractiv.fr

Mots-clés

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom