G8 : Les JEF s’inquiétent du manque de fermeté affiché envers la Russie de Poutine

Communiqué de presse de la JEF Europe

, par Traduit par Aric Wizenberg, Traduit par Emmanuel Vallens, Jan Seifert

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [italiano]

G8 : Les JEF s'inquiétent du manque de fermeté affiché envers la Russie de Poutine

Le sommet du G8 à Saint-Pétersbourg semble destiné à n’être rien de plus qu’une sympathique occasion de se faire prendre en photo pour quelques dirigeants internationaux. Les « Jeunes Européens Fédéralistes » (JEF Europe) s’inquiètent de la ’’russification’’ du G8.

Ils attendent donc des dirigeants européens qu’ils prennent plus d’engagements, fassent preuve de plus de responsabilité et expriment des demandes claires davantage en rapport avec leurs priorités.

La Finlande, actuellement en charge de la présidence de l’UE, devrait montrer la voie vers l’établissement d’une position commune, plus crédible et plus critique au sujet de la Russie.

« C’est une image inquiétante qui va émaner de St-Petersbourg. Le G8 - institution hautement non représentative et non démocratique - est en train de devenir de plus en plus russophile, et le fait que ce groupe de pays - industrialisés et supposément démocratiques - inclue la Russie en son sein constitue une redéfinition radicale et très grave du concept de de démocratie. » fait observer Jan Seifert, président des Jeunes Européens Fédéralistes, commentant cette réunion au sommet.

« La Russie ne remplit pas nombre de critères entrant dans la définition d’une démocratie développée. Le manque total de liberté et d’indépendance du système judiciaire, de la presse et de la société civile n’est que l’un des nombreux problèmes qui se posent. »

« Les Jeunes Européens Fédéralistes exigent des dirigeants européens présents au sommet qu’ils abordent la question des droits de l’homme avant de discuter « affaires » avec Poutine. La JEF invite la Finlande -pays en charge de la présidence européenne- à faire usage de son expérience historique particulière et usant de ses bonne relations et de sa position géopolitique vis-à-vis de la Russie pour agir avec plus de détermination afin de promouvoir les principes démocratiques de l’UE » ajoute Jan Seifert

« La Russie se focalise sur l’énergie et l’éducation et ignore complètement des sujets plus pressants tels que le bilan dramatique de Poutine en ce qui concerne les droits de l’homme, ses attaques violentes et destructrices contre les populations civiles en Tchétchénie, ainsi que le soutien très discutable apporté au dictateur biélorusse Loukachenko »

« Un autre sujet de préoccupation est l’énergie. Les évolutions récentes des marchés de l’énergie ont montré qu’il n’y a actuellement aucune sécurité énergétique pour les membres de l’UE, de même que pour nos voisins orientaux. Il est maintenant temps que les grands pays membres réévaluent leur refus d’une politique commune dans le secteur de l’énergie. Mme Merkel devrait avoir le courage de changer la posture nationaliste de l’Allemagne » insiste Jan Seifert.

Et Jan Seifert de conclure : « Il semble que le "séduis-le-Poutine", discipline inventée par l’ancien chancelier allemand Gerard Schröder, soit devenu une pratique courante des dirigeants du G8. Les dirigeants européens devraient signifier clairement au président Poutine la nécessité de consacrer plus d’efforts dans le renforcement démocratique de la société civile dans son propre pays avant même d’aller s’afficher parmi les grandes puissances »

(Document traduit de l’anglais par Arik Wizenberg et Emmanuel Vallens, membres des « Jeunes Européens - France »).

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 17 juillet 2006 à 09:22, par Ronan Blaise En réponse à : A quoi sert le G8 ?

    A titre d’informations complémentaires, juste rappeler que le Groupe des Huit (G8), dont se déroule ces jours-ci le 32’ sommet, a été créé en 1975 à l’initiative du président français Valéry Giscard d’Estaing, lors d’un sommet entre les six chefs d’Etats au château de Rambouillet (les 15 au 17 novembre 1975).

    Alors il ne s’agissait que du G6 (le Canada rejoignant les ’’6’’ dès 1976, et la Russie rejoignant officiellement le G7 à partir de 1998). Aujourd’hui, ce regroupement annuel des grandes puissances de ce monde (ou prétendues telles...) tend de plus en plus à se transformer en G9 ou G8+ avec la présence officielle de l’Union européenne, désormais représentée lors des sommets du G8 par le Président de la Commission Européenne (i. e : José Manuel Barroso) et par le chef de gouvernement du pays assurant la présidence semestrielle tournante de l’UE en son ’’Conseil européen’’ (i. e, actuellement, depuis le 1er juillet et pour le second semestre 2006 : le PM finlandais Matti Vanhanen).

    Ce G8 avait initialement été créé pour traiter les questions économiques et financières de façon informelle. N’ayant pas de structure particulière, il ne répond pas à un protocole ou à une organisation : il s’agit juste d’une réunion strictement ’’intergouvernementale’ des ’’grands’’ dirigeants de ce monde, dans une ’’ambiance décontractée’’, afin d’y ’’discuter des affaires du monde’’.

    La Fédération de Russie est présente lors de ces sommets internationaux depuis au moins le tout début des années 1990 et l’époque gorbatchévienne. D’abord en tant qu’observateur puis, à partir de mai 1998 (sommet de Birmingham), officiellement en tant que membre à part entière. La décision de confier à la Russie le rôle d’hôte et la présidence annuelle du G8 cette année avait été prise dès juin 2002, lors du sommet de Kananaskis (Canada).

    Déjà, en juillet 1994 (Sommet de Naples), la Russie avait été associée à la ’’seconde partie’’ du sommet (i. e : celle au cours de laquelle sont évoquées les grandes questions politiques du moment). Ainsi, dès avril 1996, le Président russe Boris Eltsine avait invité à Moscou les chefs d’Etat du G7 d’alors (deux mois avant le sommet du G7 qui devait cette année là se tenir à Lyon, au mois de juin...) pour y évoquer de façon informelle les question de sûreté et de sécurité nucléaire.

    Et cette année, c’est donc à la Russie de présider les travaux du G8. Le pays hôte fixant l’ordre du jour, c’est donc la présidence russe qui a choisi les principaux thèmes du sommet. A savoir (avant même le début de l’actuelle crise internationale israélo-libanaise...) : la sécurité énergétique, la lutte contre les maladies infectieuses et l’éducation, trois sujets jugés non névralgiques qui devraient donc permettre de rédiger un communiqué final consensuel.

    En effet, comme le souligne ici le communiqué de presse de la JEF-Europe, les relations ne sont pas nécessairement au beau fixe entre les ’’7’’ et le pays aujourd’hui hôte du G8. Lequel se voit régulièrement reprocher par ses pairs son attitude ’’instable’’, son manque de démocratie véritable à l’intérieur ainsi que ses méthodes autoritaires (l’étouffement des libertés fondamentales, notamment celle de la presse...) et, à l’extérieur ou dans le Caucase (notamment en Tchétchénie...), ses menées géopolitiques perçues comme étant à tendance néo-impérialiste.

    Un état de fait effectivement condamnable que déplore très fortement la « JEF Europe » dans le Communiqué de presse à lire ci-dessus. Sans même parler du fait qu’il s’agisse là de la réunion d’une énième structure intergouvernementale et strictement diplomatique (mais non représentative et non démocratique). Une réunion qui se déroule là, de manière opaque et non transparente, sans contrôle démocratique immédiat véritable et en dehors même des outils habituels de la diplomatie internationale ’’ouverte’’ (i. e : telle qu’elle devrait -normalement- être regentée par la Charte et l’Organisation des Nations Unies...).

    (NB : Et juste préciser que le prochain sommet de G8 -le 33’ sommet des ’’grandes puissances’’- aura lieu, pour l’année 2007, en Allemagne : à Heiligendamm. Prochaine présidence ’’française’’ du G8 : 2011).

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom