Elections européennes de 2009

Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

Il est en accord avec les revendications des Jeunes Européens - France

, par La Rédaction du Taurillon

Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

Lors des Journées Civiques Européennes (à La Rochelle), le Taurillon a interrogé Gérard Onesta (député européen, Verts) sur les revendications des Jeunes Européens - France pour les prochaines élections européennes : il est d’accord avec tout !

Les Jeunes Européens - France demandent depuis quelque temps aux partis politiques européens (et donc aux partis nationaux) que les élections européennes deviennent un moment où les citoyens prennent en main l’avenir de l’Europe.

Pour cela, ils demandent que les partis européens proposent de vrais programmes européens, un candidat au poste de Président de la Commission européenne et des listes transnationales.

Comme vous allez le voir, ces revendications vont dans le sens que souhaitent l’eurodéputé Gérard Onesta.

Après Daniel Cohn-Bendit et Alain Lamassoure (et au travers d’eux les Verts européens et le Parti Populaire Européen), voici une nouvelle personnalité en accord avec nos revendications !

Le contenu de l’interview

Le Taurillon : Au niveau des Jeunes Européens - France, nous demandons à ce que les partis politiques européens présentent un candidat au poste de Président de la Commission européenne. Qu’est-ce que cela changerait dans le fonctionnement de l’Europe ?

Gérard Onesta : Cela changerait tout. Si jamais on avait pas le Traité de Lisbonne avant les élections, ce serait vraiment l’élément qui me rendrait inconsolable. Pour la première fois, si on a le nouveau traité, les électeur choisiraient leurs député et à travers eu le président de la Commission.

Pour l’instant, le Président de la Commission n’est qu’un technocrate

Pour l’instant, le Président de la Commission, on ne le connait pas. C’est un technocrate. On le découvre deux, trois, quatre ou quelques semaines plus tard quand les chefs d’États décident en conclave et à l’huis clos (pratiquement à la courte-paille) celui qui va s’y coller cette fois.

Si jamais on change de système et qu’on applique ce qui était prévu dans le Traité de Lisbonne, c’est la famille politique qui va gagner les élections législatives européennes qui va tout naturellement livrer le chef de l’exécutif européen. C’est ce qui se fait dans toutes les démocraties matures.

A partir de là, cela va obliger les partis politiques nationaux à se coordonner. Il y aura pas un programme socialiste français, un anglais ou un grec, ils seront d’avoir un programme socialiste avec un candidat au niveau européen. Pareil pour les Écologistes, les Conservateurs et les autres.

Cela va permettre de penser enfin transnational, donc enfin européen.

Le Taurillon : Pensez-vous qu’il soit possible qu’il y ait à terme des listes transnationales pour les élections au Parlement européen ?

Gérard Onesta : Le Parlement l’a dit plusieurs fois. La dernière fois, c’était vendredi dernier (NDLR : 29 août 2008) sous un amendement... que j’avais écrit. Vous savez donc à quel point je suis favorable à cette question-là.

27 débats nationaux superposés, ça ne fait pas un débat politique

On a créé des partis politiques européens qui ont un statut et des financements publiques mais qui sont désœuvrés. Imaginez un parti politique qui ne puisse jamais se présenter aux élections... vous imaginez à quel point il serait glamour. Voilà, le problème des partis politiques européens. Ils existent, ils font des colloques très intéressants mais un parti politique existe pour aller aux élections.

Tant qu’il n’y aura pas de part transnationale de députés élus directement, au-delà des frontières, ils auront du mal à exister. Le « transnational », ce n’est pas simplement pour ajouter un supplément d’âme ou du travail pour les partis européens : cela va nous permettre de dépasser nos certitudes nationales car 27 débats nationaux qui se superposent, cela ne fait pas encore un débat politique.

Illustration : photographie de M. Onesta réalisée par Guillaumes Paumier, issue de Flicker sous Creative Commons.

A visiter :
- la fiche de M. Onesta au Parlement européen
- le site de M. Onesta : Onesta.net

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 10 septembre 2008 à 10:47, par arturh En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    « ... les revendications des Jeunes Européens - France pour les prochaines élections européennes : il est d’accord avec tout ! »

    A l’heure où avec l’échec du traité de Lisbonne, l’UE n’a pour ainsi dire plus d’intitutions politiques qui aient la moindre légitimité dmocratique, c’est un combat d’arrière garde.

    Qui retarde carrément sur le programme des Verts puisque Cohn Bendit a été obligé de dire banco à la question de la possibilité de transformer le prochain Parlement Européen en Constituante.

    Les jeunes européens sont -ils déjà si vieux qu’ils retardent d’une bataille politique ?

  • Le 10 septembre 2008 à 10:57, par Fabien Cazenave En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    Pfiou ! Arrêtez un peu Arturh, on peut demander la constituante et de l’autre aussi certaines avancées quant aux futures élections européennes...

    Plutôt que de tout repousser en bloc, prenons déjà ce qu’il y a. Vous feriez presque croire que cette idée est déjà dans les mœurs alors que pas du tout !

    La constituante, ce serait très bien. Et on va continuer à en parler. Et si le sujet est pas en tension au moment des élections européennes de 2009, on s’en fout du reste ?

  • Le 10 septembre 2008 à 11:30, par arturh En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    Puis-je humblement vous faire remarquer que la question de la nature du pouvoir de la Commission et à fortiori le mode d’élection de son Président est toute entière contenue dans la problématique d’une Constituante ?

  • Le 10 septembre 2008 à 13:20, par Valéry En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    Que le Parlement européen s’autoproclame assemblée constituante, j’applaudirais des deux mains, c’est juste que ça n’arrivera probablement pas et que si ça arrivait les gouvernements l’ignoreraient. Nous ne sommes pas en 1789.

    La priorité me semble devoir être de voir le Parlement européen exploiter les compétences sont il dispose déjà au maximum, en espérant que celles que le traité de Lisbonne lui attribue puissent entrer en vigueur au plus vite également.

    Et le PE dispose de pas mal de moyens de peser y compris sur le choix du président de la Commission, le tout est que ce soit une bataille que les eurodéputés veuillent mener. Sont concernés au premier chef les élus PPE aux quels ont veut d’ores et déjà imposer de reconduire le looser actuellement aux affaires, mais tous les partis gagneraient à désigner leur candidat afin d’animer leur campagne électorale.

  • Le 10 septembre 2008 à 13:28, par Valéry En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    Sauf que l’on parle ici du président qui sera désigné en 2009, et pas celui qui serait issu de hypothétique adoption d’une constitution issue d’une hypothétique constituante. Un Parlement élu en 2009 ne peut pas modifier en 2009 le mode de désignation d’une commission désigner en 2009.

    Il faut distinguer dans l’action politique ce que l’on souhaite obtenir ici et maintenant et les objectifs à plus long terme.

  • Le 10 septembre 2008 à 14:33, par Ronan En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    D’abord, ce que dit le « simple particulier » Cohn-Bendit au beau milieu du mois d’août - ce n’est pas nécessairement la ligne officielle des Verts. Il s’agit là de deux choses - malheureusement, sans doute - bien différentes. En amalgamant ces deux choses hélas bien différentes, vous jouez sur la confusion et vous prenez vos rêces (qui - accessoisment - sont aussi les miens...) pour la réalité.

    Mais à part cette petite fleur estivale isolée, je vous mets au défi de me citer quelque personnalité politique de premier plan qui en ait récemment parlé, quelque parti politique de premier plan qui en est officielllement fait sa ligne politique. Or le constat est nul (et d’autant plus désolant) mais il est (et objectivement constatable). Et il est fort probable que cette génération politique là de futurs eurodéputés soit - avec cette histoire de président de la Commission - arrivée au maximum de son imagination...

    Vous trouvez que c’est nul. Et bien, vous avez raison. Oserais-je donc vous suggérer d’aller vous immoler par le feu devant les portes du Parlement européen, histoire de frapper les esprits avec notre commun désespoir ?!

    Vous voulez qu’on parle de Constituante. Ma foi, pourquoi pas. Vous voudriez mêmes qu’on ne parle que de ça. Bon, ben moi je dis banco (moi aussi...) : d’ici au scrutin, il nous reste donc approximativement 300 jours à meubler sur cette question. Pourriez-vous alors nous faire l’aumône d’au moins un article sur le sujet ?! (plutôt que de rester sur la rive à sans cesse critiquer sans jamais vous mouiller ?!).

  • Le 10 septembre 2008 à 15:15, par KPM En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    Oh, il l’a déjà fait... Le projet Spinelli, ça ne te dit rien ? ;-) Constitution rédigée par le Parlement en 1984 et approuvée par 237 voix contre 31 et 43 abstentions. Évidemment, les gouvernements n’en ont rien fait.

    Mais les rapports de force seraient peut-être différents aujourd’hui : si le PE publie une constitution simple, lisible et ambitieuse, le contraste avec les résultats des CIG sera tellement frappant qu’il ne pourra pas passer inaperçu.

  • Le 17 septembre 2008 à 04:47, par Maitresinh En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    Tout ça c’est tres bien , mais 80 % des citoyens ne sont meme pas au courant que les élections européennes arrivent....quand a un president au suffrage universel....

    le plus urgent est peut etre de porter cette idée au grand public, hors des cenacles de militants...

  • Le 17 septembre 2008 à 09:46, par Fabien Cazenave En réponse à : Gérard Onesta pour un Président de la Commission européenne issu du Parlement

    Pour que les citoyens européens sachent quand se dérouleront les élections européennes, il faut qu’il y ait un espace public européen qui se crée.

    Et pour ça, il est essentiel qu’on ait un débat public européen dans les élections. Or, si on continue à faire des débats nationaux, on y arrivera pas. Si on réussit à infléchir les politiques européens pour qu’il superpose au débat national un débat européen, on sortira du faux débat « Sarkozy ou pas » qu’on a en France par exemple alors que cela concerne peu l’Europe.

    De plus, si on veut que les citoyens s’approprient la construction communautaire, il faut qu’ils aient le sentiment qu’ils influent sur l’Europe.

    Mais si les partis politiques européens ne présentent pas de candidat ou de programme commun...

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom