Jeunes Centristes et Europe

, par Fabien Cazenave

Jeunes Centristes et Europe

Damien Abad, président des Jeunes Centristes, s’exprime au sujet des élections européennes, du traité de Lisbonne, de la présidence de la Commission, de leur attachement au PPE…

Le Taurillon : Le Nouveau Centre et ses Jeunes Centristes est un nouveau parti. Si vous avez des eurodéputés, dans quel parti siégerez-vous au Parlement européen et pourquoi ?

Je crois qu’aujourd’hui, de Valérie Giscard d’Estaing à Nicole Fontaine, en passant par Jean-Louis Bourlanges, l’ensemble des figures incarnant les valeurs du centre et du centre-droit siègent ou ont siégé au PPE. Même si une partie des membres du PPE reste conservatrice, nous partageons le même objectif d’une Europe plus compétitive, plus démocratique, et plus proche de ses citoyens. Et si on regarde bien le poids de la France aujourd’hui dans l’enceinte parlementaire européenne, on voit qu’elle est minée par son manque de cohésion : il faut être nombreux au sein d’un groupe pour peser politiquement.

Pour ces raisons, et étant donné que la cartographie politique du Parlement européen ne devrait pas connaitre de bouleversement majeur lors de ce prochain scrutin, c’est au sein du PPE, je pense, que nous ferons le mieux entendre notre voix et nos convictions européennes.

Le Taurillon : Comment les Jeunes Centristes voient-ils l’Europe du futur ?

Pour les Jeunes Centristes, l’Europe, c’est une aventure qui doit relever trois défis :
- le défi d’une Europe démocratique qui suppose un Parlement européen aux pouvoirs d’initiative et de contrôle renforcés ainsi que l’existence d’un véritable espace public européen
- le défi d’une Europe plus proche des attentes des citoyens, capable de relever les défis de demain, qu’ils soient économiques, écologiques, démographiques, sanitaires, culturels ou politiques
- le défi d’une Europe puissance politique à part entière, capable de faire contrepoids aux Etats-Unis ou à la Chine et capable de réguler les crises financières internationales

L’Europe de demain doit également être une Europe de plus de mobilité pour la jeunesse. La question sur laquelle nous devons travailler, c’est comment démocratiser la mobilité européenne, notamment le programme Erasmus. Les jeunes demeurent en effet convaincus que l’ouverture européenne ne répond qu’aux préoccupations d’une élite sociale et étudiante. Il faut donc rompre avec ce présupposé d’un autre temps.

Le Taurillon : Que pensez-vous de la proposition fédéraliste qui demande que le parti politique, qui gagnera les élections, propose un candidat au poste de Président de la Commission européenne ?

Cette question soulève un problème de fond : comment faire en sorte que le vote des citoyens européens puisse avoir une traduction concrète en terme d’équilibres politiques communautaires ? Une réponse efficace est de politiser à terme le débat européen, et donc créer ce débat citoyen qui fait défaut, à l’échelle européenne.

l’Europe est malade de son consensus ; elle a besoin de clivage politique

Dans cette perspective, je crois qu’il est important que le Président de la Commission européenne puisse tirer sa légitimité du Parlement européen. Néanmoins, compte tenu du mode de fonctionnement communautaire actuel, une réforme de cette ampleur ne pourra se faire qu’après un accord politique avec le Conseil. En tout état de cause, l’Europe est malade de son consensus ; elle a besoin de clivage politique.

Il faut qu’à travers le suffrage des citoyens européens émerge, d’une façon ou d’une autre, une majorité ayant clairement un mandat pour infléchir la politique européenne en fonction de ce que veulent les Européens et non pas en fonction de ce que veulent la Commission et les Etats Membres.

En attendant, l’urgence est plutôt à une transparence des décisions prises en Conseil des Ministres, de manière à mettre les gouvernements en contradiction entre les décisions qu’ils prennent à Bruxelles avant de s’en laver les mains et d’accuser l’Europe, une fois de retour dans leurs Etats respectifs. Trop souvent, nos Ministres semblent frappés d’amnésie à leur retour de Bruxelles. La Commission et l’Union européenne ont trop bon dos.

Le Taurillon : Comment rendre ces élections réellement européennes et ne pas assister à un nouveau round de politique nationale ?

Damien Abad, président des Jeunes CentristesVous avez raison d’insister sur la nécessité de rendre ces élections réellement européennes. Elles ont toujours été un terrain d’expression pour les mouvements contestataires. Celles de 2009 n’échapperont pas à la règle, surtout dans un contexte de crise.

Afin d’éviter cet écueil, je propose deux mesures concrètes :
- la première consiste à ce que les élections européennes aient lieu le même jour partout en Europe.
- la seconde consiste à établir des listes transnationales ou, à défaut, une plate-forme commune de programme par groupement politique européen.

On voit néanmoins les problèmes que pose cette démarche : on se retrouve avec des plates-formes creuses, de longues listes de déclarations d’intentions sans portée concrète : « pour l’Europe sociale », « pour une Europe de la citoyenneté », etc... et quand on a dit ça, eh bien on a rien dit.

Sur le fond, débattre lors de ces élections des compétences nouvelles que nous voulons voir transférées à l’Union européenne peut être un bon moyen de rappeler que l’avis de nos voisins et partenaires comptent. Pour ma part, je suis en train de prendre connaissance des listes publiées par les autres partis européens pour voir si l’on peut coordonner un message pour la jeunesse à partir de plusieurs candidats jeunes à travers l’Union européenne.

Le Taurillon : Comment donner envie au citoyen d’aller voter pour ce scrutin qui connait traditionnellement un fort taux d’abstention ?

Là, nous estimons que le Traité de Lisbonne, en prévoyant l’élection d’un Président de la Commission européenne par le Parlement européen, pourrait être un bon argument de mobilisation pour l’élection du 7 juin prochain.

Nous pouvons d’ores et déjà deviner tristement que la gauche française va mobiliser sur de vieilles lunes anticapitalistes en cultivant une analyse anachronique de la crise que nous traversons. Quant à nous, nous devons persévérer dans la démonstration que la Présidence française du Conseil de l’Union européenne (PFUE) a fait de l’Europe une force qui agit, réagit et protège. La PFUE a su démontrer que l’Union européenne était le seul niveau pertinent de l’action politique dans la gestion des crises, qu’elles soient économiques (crise bancaire et financière) ou militaires (conflit russo-géorgien).

Pour la première fois depuis trop longtemps, et ce grâce à un réel volontarisme politique, l’Europe est apparue comme une solution et non comme la source de nos maux, comme un solide bouclier anti-crise unique, et non comme une machine technocratique et impuissante. Mais en dehors de ces circonstances exceptionnelles, son action au quotidien demeure méconnue. Il nous faut désormais construire une Europe plus démocratique, plus solidaire et plus proche des citoyens. Et surtout, arrêtons de corrompre les échéances électorales européennes en plébiscites POUR ou CONTRE le pouvoir national en place.

logo du Nouveau CentreJe veux enfin que ma candidature soit un symbole : celui de réconcilier les jeunes avec l’idéal européen, celui de rajeunir l’imaginaire européen. En effet, le triptyque fondateur « paix, pain, liberté », moteur de la construction européenne dans les années 1950, ne fait plus écho aux préoccupations actuelles. Nous devons donc réinventer un imaginaire commun articulé autour des défis d’aujourd’hui, qu’ils soient économiques, écologiques, démographiques, sanitaires ou politiques. Alors osons marier la fougue de la jeunesse et l’audace des pères fondateurs.

Illustration :
- logo des Jeunes Centristes
- photographie de Damien Abad
- logo du Nouveau Centre.

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 12 février 2009 à 11:22, par Karin En réponse à : Une Europe plus proche des gens

    Dans cette interview, Damien Abad précise qu’il souhaite relever « le défi d’une Europe plus proche des attentes des citoyens, capable de relever les défis de demain ». Parmi ces attentes, à mon avis, il faut construire une Europe plus proche du quotidien des femmes du 21e siècle ! Une Europe qui leur permette réellement de conjuguer job et famille, job et politique... ;o) Bon courage, Damien !

  • Le 12 février 2009 à 12:04, par un ancien député européen En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    voilà une belle vision de l’Europe et un projet solide faisons souffler un vent de jeunesse au sein de l’Union européenne

    Un ancien député européen

  • Le 12 février 2009 à 13:56, par Strategor En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Quelle joie de vous lire !

    Enfin un discours emprunt d’optimisme pour l’Europe articulé autour de propositions concrètes et d’un sens certain de la responsabilité.

    Cela nous donne un vent de fraicheur, et je dirais même d’espoir après toutes nos dernières désillusions européennes.

    Merci et bonne chance !

  • Le 12 février 2009 à 13:57, par Anne En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Le projet de Damien Abad apparaît très intéressant et son discours est novateur. Cela change de ce qu’on entend d’habitude : on nous dit que l’Europe c’est bien mais personne ne nous dit pourquoi, ni ce que l’Europe nous apporte concrètement, au quotidien. Comme l’a souligné Damien Abad, les élections européennes ont revêtu jusqu’à présent un caractère protestataire, les électeurs en profitaient pour sanctionner le pouvoir en place par un vote pour les extrêmes. Et on avait l’impression que ce n’était pas grave, parce que le parlement européen ne sert à rien... Alors que c’est extrêmement important au contraire ! Les élections européennes doivent devenir une occasion de faire des propositions, d’avoir un vrai programme pour l’Europe, comme pour une élection nationale. Assez de protestation, des propositions !

  • Le 12 février 2009 à 17:32, par miplesemo En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    La profusion de commentaires élogieux montre au moins qu’on a là un candidat qui connaît le mot « buzz » et qui essaye de s’en servir pour accrocher un strapontin sur une liste UMP. C’est de bonne guerre...

    « L’Europe est malade de son consensus, elle a besoin de clivage politique »....et c’est un centriste qui nous dit ça ? C’est en plus une analyse qui est complètement déconnectée de la façon dont fonctionne le Parlement européen !

  • Le 12 février 2009 à 17:42, par makizar En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    pourquoi continuer à s’appeler centriste alors que ce parti est un parti de droite, qui n’est pas indépendant de l’UMP, dit qu’il siégera avec le PPE etc. En plus dire que l’ensemble des gens qui représentent le centre et le centre droit siège au PPE c’est n’importe quoi ! L’ADLE ça vous dit quelque chose ?

    Superbe évitement de la question sur le futur président de la Commission. en même temps, vu que c’est Barroso qui serait le candidat de ce centriste, on comprend que ça le mette mal à l’aise !

  • Le 12 février 2009 à 18:10, par nora12 En réponse à : L’Europe au concret

    N’étant pas du même bord politique le Nouveau Centre, j’ai néanmoins été très intéressée par cette approche concrète de l’Europe.

    Bcp de propositions sont à retenir et même si je suis une femme de gauche, je souhaite bon vent à M. Abad qui m’a l’air d’avoir les pieds sur terre et, peut être, bientôt la tête dans les étoiles.

  • Le 12 février 2009 à 20:28, par G Rémi-AD(L)E En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Bah tout est dit dans cette interview : le nouveau centre n’est pas au centre mais clairement à droite. Et ce jeune a bien appris la doctrine UMP dictée par le gouvernement. La PFUE c’était trop bien, Nicolas Sarkozy c’est le plus fort, la Géorgie c’est fini grâce au héros de l’Europe. On se cache derrière la crise pour faire une campagne nationale... Des blablas ridicules et désopilants. Je pensais au moins que le NC serait aller avec ELDR, mais même pas !! De toutes façons Morin et ses copains c’est au PPE toute sinon point de salut !

  • Le 12 février 2009 à 20:41, par Liloo94600 En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Bonjour miplesemo, je ne me sens pas concernée par le mot « buzz » n’étant pas encartée dans un quelconque parti et je ne comprends pas pourquoi le fait que des personnes apprécient ce discours plein d’espoir pour l’Europe et de propositions concrètes n’est pas possible à votre sens.

    Le discours de Damien Abad me semble très agréable à entendre enfin au contraire, il correspond à ce que de nombreuses personnes attendent de l’Europe pour se sentir enfin proche d’elle : vouloir instaurer des clivages politiques en Europe pour que les élections européennes soient vraiment européennes et reflètent vraiment ce qu’on veut pour l’Europe, c’est avoir une vraie vision de l’Europe ! Je pense qu’il en était en effet temps qu’un candidat propose cela et que cela vienne d’un jeune de 28 ans ne m’étonne pas du tout : la jeunesse de notre pays a souvent fait bouger les choses !

    Je vous rappelle que le centrisme est et a été de tout temps une vraie pensée politique et que, on peut cautionner ou pas la vision centriste, toutefois force est de constater que la politique française ne se limite pas à la droite et la gauche et que le centre a de tout temps été profondemment proeuropéen. Le centre est un clivage politique parmi d’autres, une vision de notre pays dans un équilibre entre le libéral et le social, une vision de l’Europe plus démocratique et plus politique. Dans cette perspective, le discours de Damien Abad prend tout son sens.

    Je vous rappelle par ailleurs que le centre « nouveau centre » n’est pas dans l’UMP et que s’il travaille au niveau national avec l’UMP, il apporte au gouvernement des initiatives supplémentaires en matière de justice sociale notamment (exemple du RSA). Il s’agit d’être, dans l’action(et non pas dans l’opposition systématique), une force de proposition supplémentaire sur les points auxquels l’UMP ne pense pas naturellement ou d’amender des textes UMP lorsque la justice sociale n’y est pas suffisamment présente. Le centre recherche un équilibre et moi pour qui la justice sociale est importante, je ne me sens pas ump car je la trouve trop libérale mais j’apprécie cette visée du centre qui souhaite un libéralisme modéré et équilibré par la justice sociale. Je vois toutefois dans votre discours un exemple de la tentation de ramener le débat des élections européennes à des faits purement nationaux et à mon sens, l’élection européenne doit vraiment être européenne.

    N’oublions pas que 80% des textes qui s’appliquent en France sont votés par le parlement européen et que par conséquent, c’est une très bonne idée d’avoir un jeune candidat et tête de liste aux européennes : un jeune qui se passionne pour l’Europe, un jeune qui veut faire bouger l’Europe : vous dites que ce n’est pas possible dans le parlement européen actuel d’avoir des clivages politique .... il s’agit bien de changer le fonctionnement actuel des choses pour créer une Europe démocratique dont notre population pourrait enfin se sentir proche.

    Je voudrais finir sur une phrase simple : rien n’est jamais impossible ... :-) la preuve : qui aurait dit il y a quelques temps qu’on verrait un candidat de 28 ans, tête de liste aux élections europénnes quand la moyenne d’âge (modem : 58 ans) est plutôt proche de la retraite ?

  • Le 12 février 2009 à 20:55, par Liloo94600 En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Je me permets de vous répondre bien que je ne sois pas au nouveau centre, mais j’apprécie de plus en plus la modération éclairée de ce parti et moi qui apprécie profondémment la solidarité ou justice sociale, je n’aime pas entendre dire des choses fausses de politique politicienne.

    Le nouveau centre est centriste et le sera toujours. N’oublions pas que le nouveau centre s’est créé lorsque la majorité écrasante des maires et des députés de l’UDF ont décidé de quitter Bayrou qui prenait toutes ses décisions seul sans consulter son parti.

    Alors oui 4 personnes parmi tous ces élus (plus de 80 maires et une 20aine de députés quand le modem n’en a plus que 2.... )ont décidé de rejoindre le gouvernement. Mais pourquoi l’ont ils fait ? Qu’ont ils fait depuis qu’ils sont au gouvernement ? Ils l’ont fait pour être dans l’action et pouvoir y apporter de la justice sociale et un équilibre entre les libertés qui fondent notre démocratie et ce besoin de solidarité qui est si cher aux centristes. Cette idée d’équilibre n’est pas une idée de droite mais du centre et je pense que par leurs actions (contre les franchises médicales, contre les niches fiscales, pour le RSA qu’ils ont initié, pour le retrait du fichier Edwige, pour l’indépendance du juge de l’instruction ...) ils ont montré qu’il cherchaient un réel équilibre entre leur soif de liberté et leur soif de justice sociale. Etre centriste, c’est ne pas pouvoir l’un sans l’autre, vouloir l’un autant que l’autre, c’est chercher un équilibre entre les deux quand la droite et la gauche penchent plus d’un côté que de l’autre. Et alors oui, le nouveau centre est bien centriste tant dans sa vision des choses que dans son action.

  • Le 12 février 2009 à 22:33, par Laurent Nicolas En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Avec le Nouveau Centre, Tout devient possible...je crois en effet que le message est assez clair !

  • Le 12 février 2009 à 22:34, par Laurent Nicolas En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Et si on parlait d’Europe ?

  • Le 13 février 2009 à 09:03, par Fabien En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Et bien, que de soutiens ! Je ne pensais pas en réalisant l’interview de Damien Abad qu’il y aurait tant de manifestation de fans... Il faut dire que la période de constitution des listes est toujours un moment particulier sur les forums.

  • Le 13 février 2009 à 13:51, par Liloo94600 En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    No comment :-) Le nouveau centre n’est pas à droite mais au centre.

    Juste une précision : le centre veut et a toujours voulu une Europe politique forte qui puisse aussi faire face aux crises humanitaires de manière diplomatique ! N’est ce pas le rôle et la responsabilité de l’Europe ? Ou peut être préfèreriez vous que nous laissions la Chine, la Russie ou les Etats Unis être les gendarmes de la planète ? L’Europe est raisonnable en diplomatie et pour cela, il est essentiel que l’Europe puisse intervenir pour sauvegarder la paix.

    Par ailleurs, il ne s’agit pas de faire une campagne nationale mais européenne, et il est évident face à la mondialisation que c’est à l’Europe de répondre aux problématiques de la mondialisation.

    Si Damien Abad parle de créer des clivages politiques, ce n’est pas pour rien, aucun parti ne reflète une réelle vision politique de l’Europe ..... et je ne vois pas en effet de parti totalement satisfaisant pour un centriste .... peut être que cela viendra :-)

    Je sens de l’euroscepticisme dans votre discours. :-)

    Voir seulement mes deux commentaires précédents qui répondent déjà sur les autres points :-)

  • Le 15 février 2009 à 20:33, par Martial En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    @ Rémi

    Le Nouveau Centre ne peut pas être avec le parti ELDR au Parlement européen. Le parti ELDR fait partie du groupe ADLE au Parlement avec le Parti Démocrate Européen. Le PDE est actuellement présidé par François Bayrou, et Francesco Rutelli, leader de la Margherita. Ce parti italien est une composante de l’olivier, une coalition de gauche. On y trouve notamment les démocrates de gauche (democratici di sinistra) le PCI en a également fait parti lors des élections de 2001. Ce n’est donc pas possible que le Nouveau Centre siège au Parlement européen avec cette formation, en plus le Modem noue des alliances avec les socialistes au plan national.

    @miplesemo Comme l’a souligné Damien Abad, le Parlement européen n’a pas assez de pouvoirs aujourd’hui et quoi de plus normal que de vouloir rendre l’Europe plus démocratique ? Aujourd’hui, il n’a pas l’initiative législative, cela relève de la Commission. Bien que le Parlement soit la « principale » institution de l’Union européenne, le Conseil a des pouvoirs législatifs plus importants que lui car il est le seul organe qui vote toutes les lois, et le seul à voter les lois dans les domaines où la procédure de codécision ne s’applique pas. Le Parlement est aujourd’hui la seule institution élue au suffrage unniversel direct.

    Je soutiens totalement ce candidat de 28 ans, le plus jeunes, toutes listes confondues. En tant que Président des Jeunes Centristes, il bénéficie le soutien de tous ses adhérents, il a réussi à faire de ce groupuscule de départ, un véritable mouvement avec 1200 adhérents et en sachant donner des responsabilités, sans faire des jeunes de simples colleurs d’affiches. C’est rare qu’un parti politique fasse confiance à un jeune pour mener une liste électorale pour un mandant si important de député européen.

    Face aux discours contestataires de l’extrême gauche, nous avons ici un discours porté sur l’action et dont on ne peut que se réjouir !

    Il est vrai que les jeunes ne s’intéressent pas trop à l’Europe, parce que l’on ne parle pas assez de ce qu’elle fait pour améliorer notre quotidien : les fonds sociaux européens dont chaque état membre bénéficie ( financement de programmes de formation professionnelle, de recherches contre le cancer), le soutien économique et au développement des pays qui souhaitent intégrer l’Union Européenne, le libre échange, la libre circulation des biens et personnes, un espace démocratique, la monnaie unique qui a protégé les Etats d’une banqueroute , des aides au développement régional (Fonds Européens de Développement Régional), la lutte pour la protection de l’environnement, etc.

    Nous avons ici un jeune candidat qui a des propositions en faveur de cette jeunesse, comme le développement de la mobilité dont le programme Erasmus ne concerne malheureusement pas toutes les universités. La proposition de faire de l’Europe une puissance politique est une excellente idée. On a vu dans le passé, deux blocs s’affronter : le bloc soviétique et le bloc américain avec les conséquences que l’on sait. L’Europe doit être unie pour contrecarrer la puissance américaine et asiatique.

    L’Europe a besoin de rajeunissement et Damien Abad l’incarne parfaitement, il est le candidat qui rajeunit l’Europe, et nous espérons tous que les dirigeants oseront le mettre en position éligible parce qu’il le mérite vraiment.

    Comme tu l’as dit Damien, l’Europe a besoin de plus de démocratie et de solidarité.

  • Le 20 février 2009 à 13:43, par EDGAR FAURE En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    APRES LES 15 MILITANTS DES JEUNES CENTRISTE...ON DOIT PAS ETRE LOIN DE L’AG ! UN PETIT MOT POUR VOUS DIRE A QUEL POINT CE DISCOURS ME SEMBLE CONVENU, DIRECTEMENT RECYCLE DU DISCOURS POLITICARD DES VIEUX CENTRISTES TOUJOURS PROMPT A DEFENDRE LEURS « IDEES » AVANT D’OBTENIR UNE BONNE PLACE SUR LA LISTE UMP.......ABAD EST LE DIGNE HERITIER DE CETTE FAMILLE TANTOT A DROITE TANTOT A GAUCHE TOUJOURS AU CENTRE...DU POUVOIR !

  • Le 20 février 2009 à 17:30, par Laurent Nicolas En réponse à : Jeunes Centristes et Europe

    Sur internet écrire en majuscule signifie crier. Merci de respecter les règles de bonne conduite des forums de discussion.

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom