L’Eurotour des facs, un succès pour la citoyenneté européenne

, par Pauline Gessant

L'Eurotour des facs, un succès pour la citoyenneté européenne

Fidèles à leur volonté de contribuer à la formation d’une citoyenneté européenne active, les Jeunes Européens-France ont organisé de septembre à décembre 2008, à l’occasion de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, un tour des universités françaises pour débattre avec les étudiants des questions européennes.

Le projet était ambitieux : visiter plus d’une vingtaine d’universités réparties sur tout le territoire français en 4 mois en s’appuyant sur un réseau de militants bénévoles, avec pour seul moteur, l’enthousiasme européen qui caractérise les adhérents des Jeunes Européens-France.

Un pari relevé avec brio

Les adhérents et groupes locaux des Jeunes Européens-France ont relevé le défi avec brio. Présents sur le terrain des universités, ils ont assuré leur rôle de sensibilisation à la cause européenne et n’ont pas fui le débat avec les étudiants… bien au contraire.

Dans le cadre de cet Eurotour des facs, les Jeunes Européens-France ont en effet visité 25 universités, organisé une trentaine de débats, tenus plus de 30 stands d’informations, grâce à leurs groupes locaux et à leurs adhérents repartis dans toute la France. Au total ce sont 4 fiches informatives inédites, un numéro spécial du Taurillon’Mag, une affiche spécifique, plusieurs dizaines de milliers de documents informatifs distribués et des milliers d’étudiants informés sur l’Union européenne, notamment sur la Présidence Française, le Traité de Lisbonne mais aussi les prochaines élections européennes de juin 2009

Cet Eurotour des facs fut ainsi l’occasion de sensibiliser les étudiants aux questions européennes et de les inciter à s’inscrire sur les listes électorales pour participer à l’échéance électorale majeure de 2009 que représentent les élections européennes.

Une campagne unique en France

Les Jeunes Européens-France, au travers de l’Eurotour des facs, sont la seule association à avoir mené en France un projet de cette envergure à l’occasion de la Présidence française.

Fort de plus de 800 adhérents, les Jeunes Européens-France sont en effet organisés en une quinzaine de groupes et de nombreux contacts locaux répartis dans toute la France. Ce maillage local fort a de nouveau permis aux Jeunes Européens d’aller à la rencontre directe des jeunes dans toute la France et de susciter le dialogue européen, contribuant ainsi à faire émerger une conscience européenne. Les Jeunes Européens-France se sont ainsi montrés à la hauteur de leur engagement associatif et militant.

Et ceci d’autant plus que l’Eurotour des facs, c’est aussi plusieurs articles de presse, une coopération étroite avec les sections locales du Mouvement Européen-France et de nouveaux adhérents pour les Jeunes Européens-France, faisant de cette campagne une vraie réussite pour l’association.

Un projet reconnu par les institutionnels et les personnalités politiques

Le projet « Eurotour des facs » a, de plus, bénéficié du parrainage de Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du patronage de Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire d’Etat aux Affaires Européennes. Il a également reçu le soutien financier du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et du Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.

De nombreuses personnalités ont en outre participé aux débats organisés dans le cadre de l’Eurotour des facs : Jean-Pierre Jouyet et Catherine Trautmann à Strasbourg, Marielle de Sarnez et Alain Juppé à Bordeaux, Brigitte Fouré à Caen, Jacques Toubon à Cergy, Denis Badré, Jean-Pierre Audy et René Souchon à Clermont-Ferrand, Françoise Grossetête à St Etienne, Michel Coquillon à Lyon…

Ces parrainages et soutiens témoignent de la reconnaissance du travail de longue haleine mené par les Jeunes Européens et leurs adhérents dans toute la France pour la concrétisation d’une Union européenne plus démocratique et plus intégrée.

Conscients que la construction européenne constitue l’aventure politique majeure de leur génération, les Jeunes Européens-France poursuivront, avec un regard eurocitoyen, leurs actions d’information et de propositions, notamment en vue des élections européennes de 2009. Car les Jeunes Européens c’est avant tout un lieu d’échanges et d’actions, au-delà des clivages partisans, pour militer et agir concrètement en faveur d’une Europe des citoyens.

Retrouvez le compte-rendu de toutes les étapes de l’Eurotour des facs sur www.eurotourdesfacs.eu

Vos commentaires

  • Le 26 décembre 2008 à 07:10, par Martina Latina En réponse à : L’Eurotour des facs, un succès pour la citoyenneté européenne

    Ayant eu la chance d’assister à l’un de ces débats menés tambour battant par les Jeunes Européens-France dont j’ai constaté avec joie la juvénile compétence et l’engagement européen, je ne peux que vous inviter à poursuivre, voire à étendre et approfondir, votre action de sensibilisation, de réflexion, mais surtout de concertation : car L’EUROPE a besoin de votre imagination et de votre fougue pour se tisser patiemment, pour se construire vigoureusement, avec le concours des autres étudiants européens. L’architecture européenne des études fondée récemment sur le protocole de Bologne (lancé en 1998) semble y contribuer grandement, par les ECTS garantissant la validité européenne de chaque diplôme, et même de chaque certificat semestriel, délivrés dans l’Union Européenne, donc encourageant à la mobilité les jeunes (ou futurs) actifs à travers le continent : qu’en pensez-vous ? N’est-ce pas une efficace et heureuse manière d’amplifier les programmes d’échanges européens comme ERASMUS ? En tout cas, la vieille figure d’EUROPE à laquelle nous devons en même temps notre nom et nos outils d’usage quotidien pourrait s’en réjouir, elle qui fut, d’après le mythe grec retraçant sa trajectoire phénicienne, enlevée à travers l’inconnu par un être déconcertant, à la fois beau comme un dieu, puissant comme le ciel ou la mer et familier comme un taureau ! Certes et comme vous le savez, elle garda son nom sémitique ; mais sa signification s’inversa chez les Grecs dont on comprend qu’ils l’adoptèrent sans hésitation, et passa du SILLAGE-SOLAIRE à la VASTE-PERSPECTIVE : n’était-ce pas en raison du double apport d’EUROPE, au service des besoins techniques autant que relationnels qui restent d’ailleurs les nôtres, puisqu’elle (re)présente les deux moyens de communication essentiels depuis la plus haute Antiquité, l’art nautique et l’art alphabétique ? Au Taurillon et aux amis d’EUROPE ou de l’EUROPE de jouer, encore et ensemble plus que jamais !

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom