L’euro, notre économie et notre monnaie.

, par Pierre-Jean Verrando

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

L'euro, notre économie et notre monnaie.

La crise financière alimentée par les marchés et passée à l’économie réelle a démontré les faiblesses structurelles de nos économies européennes. Pour de nombreux politiques et chroniqueurs constatant les effets et conséquences de la crise, la monnaie unique est digne de tous les maux. D’autres esprits chagrins allant jusqu’à prôner un retour aux monnaies nationales et le recours aux dévaluations dénoncent la perte de la souveraineté économique et la rigueur meurtrière de Frankfort sur le panier de la ménagère européenne.

Cette semaine, Le Taurillon se propose de faire le point sur l’état de santé de l’euro et sur la portée d’une Union monétaire en situation de crise. La gouvernance économique européenne se doit être réformée. À la croisée des chemins l’Europe doit faire le choix entre replis nationaux et intégration des politiques économiques européennes. Quelles solutions sont envisagées et quelle est la pertinence d’un regard fédéraliste sur cette crise ?

L’euro symbole fort de l’intégration européenne :

N’en doutons pas l’euro est l’épouvantail des détracteurs de l’intégration européenne et des partisans du repli national, c’est avant tout à ce titre que la monnaie unique est décriée comme gabegie économico-politique des autocrates de l’axe Frankfort-Bruxelles. L’euro est la concrétisation d’une politique monétaire commune.

Que dénoncent-ils ? Une perte de notre souveraineté monétaire ? Les Etats membres ont décidé de mettre une partie de leur souveraineté en commun par le biais de transferts. Que dire des souverainetés nationales isolées à l’heure de la mondialisation, alors que les nouvelles puissances économiques comme la Chine tendent à faire la pluie et le beau temps sur les marchés financiers ?

Un euro trop fort puis un euro trop faible ? L’euro, monnaie récente, a eu besoin d’ancrer sa légitimité sur les marchés, aujourd’hui sa dégringolade est commentée avec frayeur. Or l’euro retrouve sa valeur normale ; la valeur à parité de pouvoir d’achat de l’euro par rapport au dollar est entre 1,15 dollar et 1,2 dollar, nous nous en approchons ce qui est bon signe.

Comment justifier un retour aux monnaies nationales qui, en période de crise, engendrerait une envolée des taux d’intérêts, une explosion des endettements, le recours aux dévaluations ou encore la fuite des capitaux ?

Le Taurillon et les Jeunes Européens-France dénoncent ces stratégies politiques d’apprentis sorciers, faisant des citoyens les otages d’une désinformation, au moment même où se profilent les candidatures aux présidentielles de 2012.

Une coordination des politiques économiques européennes laxiste et insuffisante.

Ne tombons pas dans l’excès inverse, il y eu de graves manquements dans les premières années de la zone euro, qui ont conduit la crise à l’extrême, notamment en Grèce ou en Irlande. L’Union économique et monétaire (UEM) souffre cruellement d’insuffisances et d’un laxisme des dirigeants européens en matière de politique économique européenne. Comment penser la création d’une politique monétaire sans coordination effective des politiques économiques ? Aujourd’hui le défi à relever est à la fois politique et économique.

A travers les hésitations de l’Allemagne jouant d’arguments juridiques, nous avons vu les limites d’une gestion intergouvernementale qui a un temps amplifiée la crise. L’Union doit se doter d’un mécanisme permanent de gestion de la crise qui responsabilise les Etats et qui garantisse une gouvernance démocratique par l’intermédiaire du Parlement européen. Des initiatives telles que les euro-obligations, qui permettraient la mise en commun d’une partie de la dette, va dans le bon sens.

La gestion nationale et discrétionnaire des politiques budgétaires a amplifié la crise, une meilleure utilisation des mécanismes de surveillance est à prévoir. A cela s’ajoutent les écarts de compétitivité entre Etats que les stratégies européennes actuelles ont du mal à cibler mais aussi la compétitivité de l’Union à l’extérieur avec un manque cruel de stratégie commune lors des grandes rencontres comme celles du G20.

Les Etats membres sont actuellement face à une interrogation politique importante qui conditionnera la viabilité de l’Union européenne dans les années à venir.

Soit ils font le choix de restreindre leurs marges de manœuvre nationales pour élaborer des réponses européennes à la mesure des défis d’une économie mondialisée, ou bien de limiter l’empreinte européenne sur les politiques nationales en risquant de se soumettre sur le long terme aux choix économiques et politiques des économies émergentes.

Photo : « Europe Flag »

Crédits :fdecomite, certains droits réservés

Mots-clés

Vos commentaires

  • Le 21 février 2011 à 13:22, par Nicolas Delmas En réponse à : L’euro, notre économie et notre monnaie.

    L’union ou la mort, il faut choisir ?

    Je continue de penser que conclure par pareille option ne permettra pas de faire avancer le débat au sein des personnes qui n’ont d’opinions claires sur la question. Il n’y a pas que deux solutions, il n’y a pas que deux voies, aux destinées totalement contraires.

    Oui, les mots sont délibérément forts. Mais, rien ne garantit qu’une union plus forte nous sauvera à long terme des géants économiques qui sont en train de naître. La Chine devrait devenir la 1ere puissance mondiale aux alentours de 2050 (voire avant). Pour autant, les USA restent une nation unie.

    Oui à l’Europe, mais en tant que choix volontaire et appuyé ! Non à l’Europe, sous l’idée d’une contrainte extérieure !

    « Le monde ne pourra être sauvé, s’il peut l’être que par des insoumis. » André Gide

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom