L’omerta européenne de la télévision

Les chaines publique n’informent pas assez sur l’Europe

, par C.J. Maestre

L'omerta européenne de la télévision

Alors que les citoyens démontrent de plus en plus leur intérêt pour les questions européennes et expriment des attentes fortes envers nos institutions communes, l’action de ces dernières reste trop peu couverte par les médias, y compris par la télévision publique. Cette omerta européenne n’est pas sans conséquences sur le fonctionnement de notre démocratie.

Patrick de Carolis annonçait en octobre 2007 dans Télérama que désormais, des orientations avaient été prises à France 2 pour que « les journaux parlent plus d’Europe » [1]. Il s’agissait selon lui, avec l’environnement et la culture, d’une des thématiques clés devant permettre une plus grande différenciation entre service public et chaînes de télévision privées. « Nous ferons en sorte que les différences se voient plus à l’avenir.

Or Patrick de Carolis est président de France Télévision depuis 2005 et cette orientation est jusqu’à présent très loin d’être évidente. En effet, l’Institut National de l’Audiovisuel (INA) publie un baromètre thématique des journaux télévisés français [2]. Le numéro de juin porte sur l’Europe.

Le résultat est édifiant :

ChaineSujets évoquant les institutions européennesNombre total de sujets
M6 moins de 1 % 27
France 2 1,6 % 127
Canal + 1,8 % 58
TF1 1,9 % 172
France 3 2,3 % 119
Arte 6 % 213

L’étude est disponible sur le site de l’INA (4 pages, pdf, 441 ko). Elle propose également une vision de la manière très inégale dont les pays de l’Union sont couverts par les journaux télévisés [3].

La section Paris Sud du Mouvement européen avait en avril publié une lettre ouverte au président de France-Télévision :

« À trois mois de la prise de présidence française du Conseil européen des chefs de gouvernement, nous n’avons guère perçu de changement dans le traitement de l’Europe par les journaux télévisés. Pourtant, la proximité de cette présidence, et plus encore cette présidence elle-même constituent des opportunités exceptionnelles pour relancer, aux deux plans de l’information quotidienne et beaucoup plus profondément de la pédagogie, un processus d’appropriation par les citoyens de la dynamique européenne.

La saisie de cette opportunité est d’autant plus impérative qu’avec les novations institutionnelles enfin apportées par le traité de Lisbonne, les citoyens européens pourront désormais être acteurs du futur de leur Europe ; donc de leur devenir. En effet, les Parlements Européen et Nationaux verront leurs rôles et pouvoirs très fortement et rapidement accrus.

Comment la télévision publique pourrait-elle ne pas s’intégrer dans cette action ? »

Le président de la République française s’est exprimé, lundi 30 juin 2008, à la veille de sa prise de fonction en tant que président du Conseil européen, en faveur d’une meilleur information sur les questions européennes sur le service public. "J’ai une haute idée du service public et je pense qu’on peut faire mieux", a-t-il déclaré.

Espérons que cet appel saura être entendu rapidement, notamment dans la perspective de la préparation des élections européennes qui auront lieu dans un an.

Vos commentaires

  • Le 30 juillet 2008 à 19:55, par Ronan Blaise En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    So what ?! Précisément, on réclame quoi, exactement ?! La création d’un euromagazine spécifique ?! La restauration de « France Europe Express » à des heures de plus grande écoute ? La « Petite minute de M. Cyclopède l’Européen » ?! Un quota de minutes du JT du soir spécifiquement consacrées à l’UE ?!

    Une « Euro-star-ac’ » où on ne chanterait pas qu’en anglais ?! Une extension géographique "continentale" de la zone de remplacement de l’Instit ?! Une « Chasse au trésor » à l’échelle de l’Union ?! Comme dirait l’autre : Osons !!!

    Question perfide : La création de ces nouveaux programmes - à financer (tout de même...) - est-elle vraiment compatible avec la suppression de la publicité - à terme - sur le service public ?!

  • Le 30 juillet 2008 à 23:38, par Valéry-Xavier Lentz En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Les magazines spécifiques sont intéréssants mais ce qui serait plus particulièrement nécessaire dans une perspective citoyenne serait que les débats politiques européens, notamment ceux qui se déroulent au sein du Parlement européen, soient véritablement couverts dans l’actualité.

    Les lois européennes ne tombent pas du ciel : elles font l’objet de livres verts, de livres blancs, d’un projet, de débats au Parlement européen , de résolutions, avant même que ne commence le processus législatif véritable qui dure plusieurs années. Que le public français ne les découvre que lorsqu’une directive est en cours de transposition dans le droit national est consternant.

    Il faut tout simplement que les questions politiques débattues au niveau européen soient relayées dans les journaux télévisés français - en particulier sur le service public - au même titre que les débats politiques nationaux (c’est à dire pas très bien mais au moins on en entend parler).

    Quant au financement, ce n’est pas très couteux de mettre trois personnes sur un plateau ou de diffuser des images d’interventions parlementaires, même à Bruxelles. Le Parlement européen propose d’ailleurs des moyens pour ce faire. La BBC y arrive très bien.

    On ne peut pas espérer construire un espace public européen et une démocratie européenne sans exiger que les médias de masse relayent le débat démocratique déjà existant, celui entre nos élus.

  • Le 31 juillet 2008 à 08:17, par arturh En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Oui mais voilà, problème, il n’y a pas de « débat démocratique existant » au niveau de l’UE. D’où le désintérêt. Lors du référendum irlandais, les événements ont été massivements couverts et suivis, parce qu’il y avait « débat démocratique ».

  • Le 31 juillet 2008 à 08:56, par Fabien Cazenave En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Vous le dîtes, beaucoup de débats en Irlande... il y en a eu en France aussi en 2005....

    Mais y a-t-il eu un débat européen ? C’est le problème de l’espace public européen.

  • Le 31 juillet 2008 à 13:51, par FPM En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Salut à vous,

    la question a été abordée par l’AJE (association desjournalistes européens), et fera l’objet de conférences à la rentrée. Mais on peut déjà constater que la presse TV française maltraite l’information européenne :
    - par le faible nombre de sujets qui y sont consacrés ;
    - par les nombreuses eurreurs et approximations qui parsèment lesdits sujets ;
    - par l’approche politique, nationale et conflictuelle des thèmes européens (la France contre la Commission, les « pauvres pêcheurs français » , la défense des agriculteurs à tout prix, « nous » contre « eux » ...)
    - par le manque de sujets pédagogiques et intelligents qui expliquent l’Europe, d’interviews de responsables, de traitement éditorial des succès européens.

    Les seuls exceptions : France24 et Arte.

    Les obstacles soulevés par les dirigeants de l’information :
    - les sujets européens sont souvent « ennuyeux » et « compliqués »
    - ils ne rapportent ni audience, ni recettes publicitaires
    - ils demandent des investissements (correspondants, déplacements) que les faibles résultats d’audience ne justifient pas.
    - « nous traitons l’Europe quand il y a de grands événements » (Traité, référendum, Pfue...)
    - « les autres médias font comme nous ».

    Notre réponse :
    - la demande pour les sujets européens est forte, c’est le traitement qui n’est pas adapté
    - l’Europe ne doit pas seulement être traité comme un objet politique, mais comme une institution qui a des implications dans la vie quotidiennes des individus et des entreprises (aides, fonds structurels, choix politiques...)
    - l’Europe n’est pas anonyme : elle est faite de personnalités souvent fortes, intéressantes à interviewer et à suivre
    - la formation des journalistes français sur les questions européennes est insuffisante, et demande à être renforcée dès les écoles de journalisme (pas un seul cursus européen en journalisme à Paris jusqu’à cette année !)
    - si le traitement de l’info est améliorée, l’audience et les ressources publicitaires suivront.

    Si certains d’entre vous sont intéressés par ce débat, rendez-vous à la rentrée sur le site de l’AJE : www.ajefrance.com

    Vous serez les bienvenus aux conférences et aux échanges :-)

  • Le 31 juillet 2008 à 13:54, par FPM En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Nota : nous parlions de ce rapport dès le 17 juin http://www.ajefrance.com/article-20532954.html

  • Le 31 juillet 2008 à 18:25, par Valéry En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Le débat démocratique européen existe pourtant bel et bien : il a lieu au sein du Parlement européen, ce qui permet d’infléchir les projets soumis par la Commission parfois de manière significative, voire de les rejeter.

    Il réside aussi dans les échanges entre les nombreuses organisations qui agissent en s’adressant aux institutions européennes afin de contester ou d’encourager tel ou tel projet.

    Les lois européennes ne sont pas imposées par la Commission : elles passent au travers de filtres bien plus nombreux et bien plus rigoureux que les lois françaises.

    Ne pas couvrir ces débats c’est tenir les citoyens à l’écart alors qu’ils méritent d’en être informés, et de pouvoir y participer à travers les associations et les partis auxquels ils peuvent adhérer.

  • Le 1er août 2008 à 11:48, par Jean-Jo En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    La télévision n’est pas le seul support de communication, pour rappel un consortium de radios européennes a remporté l’appel à candidatures de la Commission européenne, afin de diffuser de manière régulière des informations sur l’actualité communautaire. lien ci-dessous : http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=IP/08/303&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=fr

    Il est regrettable que cela soit limité au consortium qui a été sélectionné.

    L’absence de traitement des sujets européens par les télévisions françaises aurait-elle pour origine la médiocrité des journalistes qui composent les rédactions ? ou bien s’agit-il d’un choix délibéré des directeurs de rédaction et autres ayant un fondement politique ? ou alors avons nous une frilosité de la part des dirigeants de chaînes=> je n’ai pas le souvenir d’une première partie de soirée sur le thème de l’Europe sur TF1 ou sur France 2 ?? Je pose ces questions parce que l’argument « l’Europe ça ne fait pas d’audimat » ne me semble pas suffisament convaincant. D’abord parce qu’il y a des sujets concernant l’Europe, qui peuvent faire de l’audimat, ensuite parce que d’une manière générale l’audience au moment des journaux d’information est constamment en recul pour de multiples raisons (notamment internet). Malgré quelques émissions de qualité sur le thème de l’Europe, la télé françoise n’est pas capable de traiter de sujets européens et je ne crois pas qu’elle soit capable de changer, reste la possibilité de développer des chaînes dédiées à l’info sur les sujets européens

    Il paraît qu’il y a un canal satellite dédié à l’Union européenne « Europe by satellite »... qui le regarde ?

  • Le 1er août 2008 à 16:47, par Ronan En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Le reportage de la « BBC », c’est une émission régulière ou bien ?! C’est « France Europe express » à la mode british ?!

    Déjà que le « service public » français ne couvre quasiment pas l’actualité parlementaire française (en tout cas, pas dans ses JT...). Exceptées les fameuses "questions au gouvernement" - des mardis-mercredi-jeudi après-midi - sur « France 3 » (avec ses petits reportages, en intro, sur les sujets en cours de discussion...). Une émission régulière - comme ça - pour parler d’Europe, ça serait toujours mieux que rien...

  • Le 16 août 2008 à 06:23, par Maitresinh En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Pourquoi ne pas aller plus loin en considérant la nécessité d’une televison publique européenne ambitieuse, instituée ou coopérant avec les chaines nationales ?

    La logique économique et l’intérêt des téléspectateurs y conduit naturellement. Sans compter la nécessité pour une entité politique d’avoir un espace médiatique de masse pour son épanouissement.

    Arte ( ou la BBC) existent déjà, il s’agit peut être maintenant de repenser la notion de service public télévisuel national.

    j’en parle dans un modeste article....

  • Le 21 août 2008 à 11:18, par europlouc En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Pour avoir vu pendant des années mon voisin de bureau, correspondant à Bruxelles d’un grand quotidien économique français, trente ans d’expérience, se battre au téléphone pendant une heure ou plus tous les jours pour convaincre sa hiérarchie de prendre ses sujets communautaires, je peux vous dire que le frein se situe clairement au niveau du microcosme médiatique parisien dont les intérêts carriéristes se situent uniquement au niveau du microcosme politico-médiatique parisien. En d’autres mots : ils n’en ont rien à foutre !

    Et c’est pour ça que depuis des années, le 20h de TF1 comme F2 (et aussi, dans une moindre mesure Soir3) ne parlent, par exemple, des sommets européens qu’en trois phrases anecdotiques (« Sarko a roulé une pelle à Angela », « les 27 ont mangé du saumon de la Baltique »)... Le journalisme de cour ne peut engendrer autre chose. Même la présidence française, couverte pour complaire à l’Elysée et dans la stricte mesure du strass déployé, ne pousse pas les rédactions à s’intéresser vraiment aux dossiers...

    Ceci dit, euronews offre une très bonne couverture (peu contradictoire il est vrai) des affaires européennes...

  • Le 15 décembre 2008 à 22:28, par Valéry En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Robert Toulemon souligne également ce jour sur son blog les insuffisances consternantes du service public en matière d’information.

  • Le 3 juin 2009 à 09:14, par Valéry En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Telos publiait le 1er juin 2009 un article du politologue Eddy Fougier sur le sujet.

  • Le 3 novembre 2009 à 20:49, par Valéry-Xavier Lentz En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Ce soir, le JT de France 2 vient de mentionner la ratification du traité de Lisbonne, à la 25e minute...

    http://twitter.com/eurosocialiste/s...

  • Le 21 septembre 2010 à 10:05, par Valéry En réponse à : L’omerta européenne de la télévision

    Lire aussi sur ce sujet sur Euractiv : Alain Lamassoure : « Venir à Bruxelles, c’est faire vœu de chasteté médiatique » :

    « En 1999, je reviens au Parlement européen. Et, simultanément, je disparais des écrans. Malheureusement, nous sommes nombreux à pouvoir dire la même chose. En dix ans, j’ai été invité une seule fois à une émission de télévision en direct d’une grande chaîne. Il s’agissait de « Soir 3 », à 23 h 30. »

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom